Chaponost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chaponost
Image illustrative de l'article Chaponost
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Brignais
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Garon
Maire
Mandat
Damien Combet
2014-2020
Code postal 69630
Code commune 69043
Démographie
Gentilé Chaponois, Chaponoises
Population
municipale
8 436 hab. (2015 en augmentation de 5,74 % par rapport à 2010)
Densité 517 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 39″ nord, 4° 44′ 33″ est
Altitude Min. 180 m
Max. 336 m
Superficie 16,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Chaponost

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Chaponost

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaponost

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaponost

Chaponost (prononcé Chapono) est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chaponost est une commune de la banlieue sud-ouest de Lyon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Francheville Sainte-Foy-lès-Lyon
Oullins
Rose des vents
Brindas N Saint-Genis-Laval
O    Chaponost    E
S
Soucieu-en-Jarrest Brignais

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jarez.
La place de l’Église en 1901-1902.

C'est ici qu'a été découverte en 1881 la dumortiérite[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Chaponost, élu en mars 2014, compte 30 élus dont le maire[2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Lucien Cozon    
1947 1953 Étienne Gros    
1953 1959 Lucien Cozon[3]    
1959 1983 Pierre Philippe Reydellet    
1983 1991 François Perraud centre  
1991 2008 Henri Fillon UDF[4]  
2008 2014 Pierre Menard PS  
2014 en cours Damien Combet DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[5].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes de la Vallée du Garon.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2015, la commune comptait 8 436 habitants[Note 1], en augmentation de 5,74 % par rapport à 2010 (Rhône : -73,84 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 256 1 216 1 422 1 287 1 478 1 551 1 588 1 830 1 761
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 876 1 895 1 945 1 840 1 803 1 856 1 906 1 911 1 907
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 796 1 826 1 758 1 710 1 814 2 025 2 015 2 036 2 508
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3 143 3 638 4 632 5 278 6 911 7 832 7 967 7 972 7 963
2015 - - - - - - - -
8 436 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Chaponost regroupe[10] deux écoles maternelles (La Cordelière et Les Muguets), deux écoles primaires (Les Deux Chênes[11] et Louis-Martel[12]) et le collège Françoise-Dolto[13]. Elle bénéficie également[14],[10] d'une école privée catholique sous-contrat maternelle et primaire : l'école La Source[14]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Bénéficiant d'une jeunesse très active notamment par le biais de la MJC , Chaponost accueille chaque année le petit festival du Lézard Volant réunissant artistes émergents et confirmés dans des styles de musique très variés (rock, reggae, rap, etc.).

Également plusieurs événements commencent à s'imposer par leur récurrence annuelle : chap'en sport organisé par les services des sports de la ville et en partenariat avec de nombreuses associations sportives, les festivités du 8 décembre encore une fois avec une participation active de la mairie, des commerçants et des associations locales, les conscrits, les restaurants éphémères grâce aux partenariats des différents restaurants de la commune, le Souffle d'art qui est un salon artisanal regroupant plusieurs artistes/commerçants, et différentes expositions de peintures permettant aux artistes locaux de se faire connaitre.

Les deux principaux lieux de la vie culturelle chaponoise sont la MJC[15] et la centre social du Saunier pour les jeunes. Mais tout cela ne serait rien sans le marché dominical qui a lieu sur la place du village et qui crée un véritable pôle d'attractivité le dimanche matin permettant de faire fonctionner le commerce local mais également l'agriculture locale puisque Chaponost en tant que commune péri-rurale jouit de beaucoup d'exploitations alentours.

La MJC comprend également une école de musique, et organise régulièrement des manifestations en partenariat avec les autres MJC de l'Ouest lyonnais.

Avec l'ouverture de l'auditorium/médiathèque en 2015, les possibilités de concerts se sont élargies, et la MJC peut profiter du matériel et de la salle, cette dernière n'ayant pas de personnel dédié.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Stade de Chaponost : terrains de football, de basket-ball, handball, skatepark, tir à l'arc.
  • Tennis Club de Chaponost, situé dans le domaine du Gilbertin.
  • Gymnase François-Perraud, situé à proximité du boulevard des Fleurs.
  • Salle omnisports, située à proximité du stade.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Chaponost est une petite commune de plus 9000 habitants dont la situation géographique privilégiée lui permet d’être à mi-chemin entre Lyon et la campagne de l'ouest lyonnais. C'est cette situation qui la rend aussi attractive auprès des professionnels de la métropole qui peuvent allier impulsion professionnelle grâce à la ville de Lyon et tranquillité personnelle dans cette commune aux allures de petite ville campagnarde. En effet, à seulement 20 min de Lyon en voiture, Chaponost est aux portes de la grande ville sans ces contraintes. La commune est aussi bien desservit par les transports en commun du Sytral qui permettront de rallier le village au métro de la gare d'Oullins, au centre commerciale de Saint-Genis-Laval, et aux différentes petites communes de l'ouest lyonnais. Plusieurs navettes scolaires permettent également de rejoindre les établissements scolaires privés de Notre-Dame du Bon Conseil dit La Camille à Oullins, le groupe scolaire Saint-Thomas d'Aquin Veritas d'Oullins, de San Sebastian à Vaugneray, de Bellevue à la Mulatière mais aussi l'établissement scolaire public de Chabrières. Rappelons que la commune bénéficie de très bonnes écoles primaires et maternelles et a également la chance d'avoir un collège sur son territoire dont l'effectif faible d'élèves permet de très bonnes conditions pour l'éducation et l'apprentissage.

Environnement[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges de l’aqueduc romain à Chaponost.
  • les aqueducs romains du Gier, d'une longueur estimée à 75 km, ont été construits sous le règne d'Hadrien au IIe siècle pour permettre l'alimentation en eau de source de la ville de Lugdunum (Lyon) depuis le mont Pilat (eau puisée dans le Gier). Des arches (92 arches sur 550 m environ) sont situées sur la commune au lieu-dit du Plat de l'Air. Une autre partie importante peut être vue sur la commune de Sainte-Foy-lès-Lyon, au niveau du pont siphon de Beaunant. Leurs canalisations totalisent plus de deux-cent kilomètres de longueur.
  • Quelques maisons-fortes : Pravieux, Le Pivolet, Montgriffon.
  • Château des Cartières.
  • Château de Montalant (dit château des Italiens) dans la vallée de Barret (1853/1992).
  • Bénitier de l'église en marbre blanc du haut Moyen Âge.
  • Monument aux morts.

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Chaponost est dédié aux victimes de la Première Guerre mondiale. Il a été inauguré en septembre 1922.

Les archives relatives à la construction du monument aux morts sont conservées dans les archives communales, en mairie, dans un dossier intitulé « Place publique » ; on conserve le plan de la réfection de la place publique en 1920 et les bulletins des souscripteurs[16]. Le premier devis pour le monument date du 10 octobre 1920 ; le préfet a approuvé le projet le 28/02/1921[16]. Le second devis de Léon Guinet, entrepreneur situé 23 quai des Brotteaux à Lyon, et s'élève à 59889 francs[16]. L'architecte auteur du monument est Paul Porte, 185 avenue de Saxe. La délibération du Conseil municipal datée du 1er octobre 1922 approuve le devis[16].

La réception provisoire des travaux a lieu le 10 septembre 1921 ; la réception définitive, le 24 septembre 1922[16].

La pierre provient de la Société des marbres, pierres et granits (cf courrier du 27 septembre 1921)[16].

L'aménagement de la place par Maurice Curny, architecte à Lyon, et Paul Riousset, entrepreneur à Givors, est datée du 10/01/1935 : le procès-verbal de réception provisoire de travaux et conservé dans les archives communales[16].

En 1934, un mandat de paiement en faveur des architectes Curny et Nachury, mentionne l'éclairage de la place et la construction d'une estrade. [17]

En 2013, la partie centrale en granit du monument est déplacée dans le cadre de la construction de la nouvelle médiathèque. L'ensemble fait ainsi l'objet d'une rénovation et d'une réorientation vers la rue Chapard[18]. En 2016 le monument est déplacé près de la médiathéque[19].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 44 737 € ce qui plaçait Chaponost au 918e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[21].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La commune abrite des commerces d'alimentation (supérette, traiteur, boucherie, boulangerie, primeurs, pâtisserie) et d'équipement (papeterie, prêt-à-porter, tabac-presse), des établissements de services (banques, agences immobilières), de biens et services à la personne (opticien, coiffeur, pharmacie, fleuriste, institut de beauté) ainsi que restaurants et hôtels. L'activité artisanale est présente, notamment avec une miroiterie.

Évènements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Société Minéralogique de France - Bulletin n°1 », sur http://gallica.bnf.fr, , p. 3 à 5.
  2. « Comptes rendus du conseil municipal », sur www.mairie-chaponost.fr, Mairie de Chaponost, .
  3. Au lieu de « Couzon », comme orthographié initialement par erreur, page 274 et suivantes, dans la deuxième édition de l'ouvrage de Joseph Jomand, Chaponost en Lyonnais (Imprimerie du Bâtiment, Lyon), dont la 1re édition a été publiée en 1966 par les éditions Vitte à Lyon, dans laquelle figure déjà la même étude de l'action et de la personnalité du maire Lucien Cozon.
  4. Annuaire des maires du Rhône (69) [1]
  5. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Chaponost, consultée le 27 octobre 2017
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. a et b http://www.mairie-chaponost.fr/ecoles-chaponost.aspx
  11. L’école primaire Les deux Chênes
  12. L’école primaire Louis Martel
  13. Collège Françoise Dolto
  14. a et b http://www.ecolelasource.fr
  15. « MJC de Chaponost »
  16. a, b, c, d, e, f et g Monument aux morts de Chaponost, Université de Lille 3.
  17. Comité du pré-inventaire des monuments et richesses artistiques du Rhône, Préinventaire de Chaponost, Département du Rhône, (ISBN 978-2-910865-08-5).
  18. « Le 11-novembre commémoré devant le monument aux morts restauré », sur leprogres.fr, (consulté le 16 novembre 2017).
  19. « Les monuments aux morts: Chaponost ».
  20. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  21. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 24 mars 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :