Aller au contenu

Savigny (Rhône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Savigny
Savigny (Rhône)
L'église de Savigny.
Blason de Savigny
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de L'Arbresle
Maire
Mandat
Monique Laurent
2020-2026
Code postal 69210
Code commune 69175
Démographie
Gentilé Savignois
Population
municipale
1 975 hab. (2021 en diminution de 1,74 % par rapport à 2015)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 01″ nord, 4° 34′ 29″ est
Altitude Min. 227 m
Max. 810 m
Superficie 21,42 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine L'Arbresle
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales L'Arbresle
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Savigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Savigny
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
Savigny
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
Savigny

Savigny est une commune française située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Savigny est traversée par le Trésoncle. Le Trésoncle est un ruisseau qui s'étend sur près de 12,5 kilomètres. Il prend sa source au lieudit le Mollon à Ancy, passe par Savigny et se jette dans la Brévenne à Sain-Bel.

Il s'agit dans un premier temps d'un ruisseau de plaine avec une largeur d'un mètre puis d'un ruisseau de moyenne montagne avec des cascades et à nouveau d'un ruisseau de plaine d'une largeur de trois mètres. Ses eaux de bonne qualité en font un espace privilégié pour la pêche.

Deux espèces de poissons sont particulièrement recherchées par les pêcheurs : une truite autochtone et une truite issue de l'introduction d'alevinage à vésicule résorbée, deux fois plus grosse.

En outre, le Trésoncle possède une faune d'invertébrés riche et des écrevisses.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Nord-est du Massif Central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 800 à 1 200 mm, bien répartie dans l’année[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 816 mm, avec 9,6 jours de précipitations en janvier et 6,4 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Le Breuil », sur la commune du Breuil à 9 km à vol d'oiseau[3], est de 11,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 749,8 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Savigny est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de L'Arbresle[Note 1], une agglomération intra-départementale regroupant huit communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[8],[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[9]. Cette aire, qui regroupe 397 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (79,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (43,5 %), zones agricoles hétérogènes (31,2 %), forêts (15,4 %), terres arables (4,3 %), zones urbanisées (3,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,9 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne 208 des cars du Rhône dessert le village.

  • Direction : gare de L'Arbresle SNCF par L'Arbresle centre.
  • Direction : Brullioles par Sain-Bel, Saint-Pierre-la-Palud, Chevinay et Bessenay.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village tient ses origines d’une abbaye bénédictine fondée à l’époque carolingienne et dont il ne reste aujourd'hui que quelques vestiges (Tour de l'Horloge, etc).

Construite sans doute avant le IXe siècle, elle prospéra autour de l’an mil. Riche et puissante, elle se protégea des invasions et des guerres en faisant édifier des châteaux et des maisons fortes dans les paroisses alentour (L'Arbresle, Sain-Bel, etc.)[13].

En déclin à cause de la raréfaction des moines (il fallait être issu de la noblesse pour entrer à l'abbaye), un brevet royal supprima l'abbaye en 1779.

En 1755 et 1756, la paroisse est durement éprouvée par les ravages de la Bête du Lyonnais et 6 enfants trouvent la mort.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Claude Devaux    
Pierre Martinon    
Claude Charles    
Albert Rollet UDF-PR Cadre de la Chambre d'agriculture retraité, maire honoraire
Conseiller régional de Rhône-Alpes [Quand ?]
Conseiller général du canton de L'Arbresle (1979 → 2004)
Vice-président du conseil général
Maurice Gaynon    
Christian Martinon PS Consultant
Bruno Buisson DVD Responsable de service
En cours
(au 19 janvier 2021)
Monique Laurent[14] DVG Ingénieur agronome et responsable de projets

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2021, la commune comptait 1 975 habitants[Note 4], en diminution de 1,74 % par rapport à 2015 (Rhône : +3,94 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4051 3661 4461 5091 6071 6661 5851 6691 688
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6171 5781 5271 5321 5941 5131 5201 4221 343
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2691 2401 2101 0051 0361 023920933923
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
9601 0011 1371 3591 5351 7971 9841 9621 921
2014 2019 2021 - - - - - -
2 0161 9961 975------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Savigny est un village du Pays des pierres dorées, comme l'atteste la couleur de certaines constructions (ex. : l'église).

Savigny possède une autre caractéristique : ses décors peints. Un certain nombre de façades (place du 11-Novembre, rue Pierre-Bost…) présentent des décors peints dans un style assez rare en région lyonnaise : corniches moulurées, coquilles sculptées, fausses fenêtres, fausses pierres d'angles… Ces décors au dessin naïf mais soigné témoignent d'une incontestable inspiration italianisante.

Ces décors datent de la seconde moitié du XIXe siècle. Ils ont probablement été réalisés par des Piémontais qui quittaient leur région en pleine explosion démographique. Ainsi s'installèrent à Savigny au milieu du XIXe, plusieurs peintres dont Jean-Jacques Pozzeto, originaire du village piémontais de Sostengno. Leur style plut et les commandes affluèrent : volutes, corniches, ombres portées et perspectives en trompe-l'œil se répandirent.

Ces artistes semblent s'être installés durablement à Savigny et leurs œuvres pour certaines demeurent visibles sur des bâtiments.

Orgue de l'église de Savigny[modifier | modifier le code]

L'orgue de Savigny est un ancien orgue anglais du début du XXe siècle. Il a été restauré par Dominique Lalmand.

Voilà la composition de cet orgue :

Grand-Orgue :

  • Montre 8 (neuve, car celle de l'orgue anglais était en zinc)
  • Bourdon 8 (ancien à cheminée)
  • Prestant 4 (neuf et ancien)
  • Doublette 2 (id)
  • Fourniture II (neuve)
  • Cymbale II (neuve)
  • Doulciane 8 (entre la voix humaine et le chromorne)

Récit :

  • Bourdon 8 (en sapin, ancien)
  • Salicional 8 (ancien)
  • Dulciane 4 (ancienne)
  • Flûte 2 (ancienne)
  • Nazard 2 2/3 (neuf)
  • Tierce 1 3/5 (neuve)
  • Trompette 8 (ancienne)

Pédale :

  • Bourdon 16
  • Flûte 8

Accouplement GO/Rec

Accouplement Rec/Rec 4'

Tirasse Ped/I

Tirasse Ped/II

Le musée lapidaire[modifier | modifier le code]

Le musée lapidaire, situé sous l’ancien vestibule qui desservait l’église Notre Dame abrite une centaine de sculptures et d’éléments architecturaux classés provenant de l’ancienne abbaye bénédictine Saint-Martin de Savigny.

Savigny dans les arts et la littérature[modifier | modifier le code]

Le film Un crime au paradis avec Josiane Balasko et Jacques Villeret a été en partie tourné à Savigny[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de L'Arbresle comprend une ville-centre et sept communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Savigny et Le Breuil », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Le Breuil », sur la commune du Breuil - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Le Breuil », sur la commune du Breuil - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  7. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de L'Arbresle », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Savigny ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. GRAAPPA (collectif), Dépendances de l'abbaye Saint-Martin de Savigny (Rhône) Prieurés et châteaux, L'Arbresle, Hors série no 12 de la revue Arborosa, , 131 p.
  14. Extrait de la fiche de Mme Monique LAURENT, sur lesbiographies.com
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  19. « "Un Crime au Paradis " de Jean Becker », sur Web Cannes Story (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Baton, Bernard. Hermand, J-P. Un ruisseau à découvrir, le Trésoncle, Bulletin municipal, 2005, no 33, p. 27.
  • Bouvier, André. Les décors peints, une particularité unique à Savigny, Bulletin municipal, 2007, no 35, p. 24-25
  • Pré-inventaire des monuments et richesses artistiques du Rhône, no 31, Savigny, 2003

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]