Dommartin (Rhône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dommartin
Dommartin (Rhône)
Le village au début du XXe siècle.
Blason de Dommartin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de L'Arbresle
Maire
Mandat
Alain Thivillier
2020-2026
Code postal 69380
Code commune 69076
Démographie
Gentilé Dommartinois
Population
municipale
2 595 hab. (2019 en diminution de 1,59 % par rapport à 2013)
Densité 359 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 09″ nord, 4° 42′ 43″ est
Altitude Min. 235 m
Max. 350 m
Superficie 7,22 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lyon
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Anse
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dommartin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dommartin
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Dommartin
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Dommartin
Liens
Site web mairiedommartin.fr

Dommartin est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Dommartinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Dommartin est située à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Lyon.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 722 hectares ; l'altitude varie entre 235 et 350 mètres[1].

Dommartin est situé sur le complexe métamorphique des monts du Lyonnais composé de gneiss rubané (socle anté-Dévonien). On observe sur le même site des granites syntectoniques orientés, ainsi que des grès quartzites feldspathiques, des marnes bariolées et des argiles et cargneules au niveau du lieu-dit de la Chicotière[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le réseau hydrographique de Dommartin est composé d'un seul cours d'eau principal, le Maligny. Il prend sa source dans un petit lac situé sur le golf de La Tour-de-Salvagny et parcourt 6,6 km avant de se jeter dans l'Azergues qui rejoint plus loin la Saône. Ce ruisseau a donné son nom au complexe sportif de Maligny.

Climat[modifier | modifier le code]

Dommartin a un climat à la fois continental, méditerranéen et océanique. Quelques valeurs remarquables établies à Bron depuis 1922, commune située aussi dans la région lyonnaise (même climat donc)[3] :

  • température la plus basse : −24,6 °C ;
  • température la plus élevée : 39,8 °C ;
  • hauteur maximale de pluie en 24 h : 97 mm ;
  • année la plus froide : 1963 ;
  • année la plus pluvieuse : 1960 ;
  • année la plus sèche : 1949.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La route départementale 77E passe au village tandis que l'ancienne route nationale 6 (aujourd'hui RD 306) passe au nord de la commune. La RD 385 lie le centre du village et la commune de Civrieux-d'Azergues. De son côté, l'autoroute A89 s'arrête à La Tour-de-Salvagny, commune limitrophe de Dommartin.

La Route Buissonnière entre Fontainebleau et Lyon traverse la commune par la RD 385 (ex-RN 485).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dommartin est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lyon, une agglomération inter-départementale regroupant 124 communes[7] et 1 653 951 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lyon est la deuxième plus importante de la France en termes de population, derrière celle de Paris[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (62,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (48,1 %), zones urbanisées (32,8 %), zones agricoles hétérogènes (8,6 %), forêts (8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,4 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune de Dommartin se présente comme majoritairement pavillonnaire, avec une part de maisons individuelles de 91,5% (soit 856 maisons sur un total de 935 logements)[14].

Le centre du village regroupe la mairie, l'église, l'école, etc., mais il y a aussi plusieurs hameaux : la Bergeronnière, la Chicotière[15], la Muselière[16]... Certains anciens hameaux comme le Falque ou les Cordineaux sont désormais liés au centre du village par une urbanisation récente et continue.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 935, alors qu'il était de 783 en 1999[17].

Parmi ces logements, 95,5 % étaient des résidences principales, 2,3 % des résidences secondaires et 2,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 91,5 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 8,3 % des appartements[18].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 85,9 %, sensiblement identique à celle de 1999 (86,5 %)[19].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dammartin est un hagiotoponyme caché.

On[Qui ?] suppose que le nom de la ville vient d'un ancienne colline appelée Dôme de Martin, qui, fut transformée en ce qu'on appelle aujourd'hui la commune de Dommartin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune trace d'occupation n'est attestée pendant la période romaine, tant au niveau archéologique que bibliographique[20].

Le village aurait été créé aux alentours du IXe siècle par les moines de l’abbaye d’Ainay. L’étymologie de Dommartin formé de Dominus et de Martinus, est donc l’équivalent de Saint-Martin[réf. souhaitée].

Dommartin figure dans un accord intervenu en l’an 1200 entre Florus, chanoine de Lyon et Robud de Tacins, au sujet des droits dépendant de Salvagny. L’église est mentionnée dans la charte par laquelle le pape Eugène confirma en l’an 1250, les terres, seigneuries, prieurés et revenus de l’abbaye d’Ainay.

À la fin du XVIe siècle, Dommartin appartenait à la famille Lange. Elle passa en 1671 à Claude Boittier et, en 1698, à messire Michon, puis, en 1720 à Octavio Cantarelle et, en 1777 (par suite d’une alliance), à messire Jean Claude Luc de Laval.

La paroisse créée en 1680, dépendait de l’archiprêtrerie des Suburdes, de l’intendance, de l’élection et de la sénéchaussée de Lyon. Auparavant, à cause de l’insuffisance des revenus, la paroisse n’était desservie que de temps en temps.

Après la Révolution, Dommartin était une des communes du canton de Chasselay. Ce canton fut supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX (17 janvier 1801). La commune fut rattachée au canton de l’Arbresle. Les activités agricoles orientées presque exclusivement vers l’élevage sur ces riches prairies vallonnées, ont régressé depuis le début du siècle au profit d’une vocation résidentielle de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au second tour de l'élection présidentielle de 2012, il y a eu 1 854 votants sur les 2 078 inscrits (soit une taux d'abstention de 10,78 %), les résultats ont été 1 280 voix (71,87 %) pour Nicolas Sarkozy et 501 voix(28,13 %) pour François Hollande[21].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 2 500 et 3 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 23[22].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[23]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1840 1844 Jean Marie Mallié    
1844 1847 Jean Paul Gustave Segaud    
1848 1848 Jean Marie Mallié    
1849 1874 Jean Boyer    
1874 1880 Jean Claude Prost    
1880 1884 Antoine Tabard    
1884 1884 Benoît Giraud    
1884 1888 Antoine Véricel    
1888 1900 Antoine Merle    
1900 1912 René de Veyle    
1919 1925 Ennemond Bergeon    
1925 1929 Jean Fleury Véricel    
1929 1932 Claude Rivière    
1932 1935 Jean Pierre Essertaize    
1935 1940 Michel Fontlupt    
1940 1944      
1944 1953 Charles Schneiderlin    
1953 ? Claude Rivoire    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 juin 1995 Henri de La Teyssonnière[24]    
juin 1995 mai 2020 Jean-Pierre Guillot UDF puis MoDem
puis UDI
Retraité, ancien journaliste et directeur de rédaction
Président de la CC du Pays de L'Arbresle (? → 2014)
mai 2020 En cours
(au 24 mai 2020)
Alain Thivillier[25] SE Cadre supérieur, ancien adjoint
7e vice-président de la CC du Pays de L'Arbresle (à partir de 2020)

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays de L'Arbresle.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dommartin relève de l'ensemble des juridictions, administratives ou judiciaires, siégeant à Lyon[26].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas de déchèterie, mais il y en a une à Fleurieux-sur-l'Arbresle et une à Dardilly.

La communauté de communes de l'Arbresle a mis à la disposition de chaque foyer une poubelle de recyclage.

Plus de 70 % du territoire de la commune est un « patrimoine vert », zones agricoles ou naturelles[27].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 2 avril 2013, Dommartin n'est jumelée avec aucune commune[28].

Population et Société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[30].

En 2019, la commune comptait 2 595 habitants[Note 3], en diminution de 1,59 % par rapport à 2013 (Rhône : +5,39 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340298299360396365395440476
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
503434442454454483513504502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
505509477432434483423365430
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
4635061 1421 4511 6162 2882 6222 7022 637
2018 2019 - - - - - - -
2 5732 595-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Dommartin est située dans l'Académie de Lyon.

Elle administre une école maternelle et une école élémentaire communales, nommée Bernard Clavel[33] (en hommage au roman Malataverne de l'auteur, nom d'un des quartiers du village).

Les collèges les plus proches sont situés à Lentilly et à Chazay-d'Azergues; le lycée à Charbonnières-les-Bains.

Santé[modifier | modifier le code]

Au centre du village se situe la Maison médicale qui accueille un cabinet de médecine générale, un cabinet de dentiste, un cabinet de kinésithérapie, une pharmacie, un psychologue, une podologue…

La commune accueille un Centre d'Education Motrice (CEM), une structure adaptée pour les enfants handicapés, ainsi qu'un Foyer d'Accueil Médicalisé de l'étang Carret (FAM)[34].

Il y a aussi un cabinet vétérinaire[35].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un club d'athlétisme, le Domtac, en partenariat avec La Tour-de-Salvagny[36].

L'association Sports Et Loisirs Dommartinois (SLD) regroupe également plusieurs sports tel que du badminton, de la gym, de la danse, du yoga.

Elle accueille le centre sportif « Le crossfit des monts ».

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église de Dommartin.

Le territoire de la commune de Dommartin dépend de la paroisse catholique nommée « paroisse de l'Esprit-Saint des portes de Lyon » au sein de l'archidiocèse de Lyon[37]. À Dommartin, le lieu de culte est l'église de l'Assomption[38].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 52 073 , ce qui plaçait Dommartin au 191e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[39].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 765 personnes, parmi lesquelles on comptait 69,5 % d'actifs dont 66,5 % ayant un emploi et 3,0 % de chômeurs[40].

On comptait 660 emplois dans la zone d'emploi, contre 608 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 1 185, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 4] est de 55,7 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un emploi pour deux habitants actifs[41].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Dommartin comptait 209 établissements : dix dans l’agriculture-sylviculture-pêche, onze dans l'industrie, vingt-et-un dans la construction, 135 dans le commerce-transports-services divers et 32 étaient relatifs au secteur administratif[42].

En 2011, 29 entreprises ont été créées à Dommartin[43], dont neuf par des auto-entrepreneurs[44].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses communes de France, Dommartin dispose d'un monument aux morts pour commémorer les soldats morts pour la patrie pendant les guerres mondiales. Celui de Dommartin était premièrement localisé le long de l'actuelle D 77E, il a été déplacé ensuite dans le parc derrière la mairie. Il porte les noms suivants : SAUZE Jean, GAILLETON Marcel, LIGOT Jean-Marie, LAVENIR Antoine, FERRIER Marius, MICHON Félix François, CORBIGNOT Jean Claude, FAVROT François, BUNAND Jean Claude, DECHAUME Henri, LAGOUTTE Frnaçois, CORNIER Claude, TISSEUR Claude[45].

Four a chaux (en bordure de la RN6)[modifier | modifier le code]

Construit en 1855 au centre d’une carrière de calcaire à gryphées (sinémurien - 300/200 millions d’années), il servait à calciner la pierre calcaire pour la transformer en chaux. Ce four a probablement servi à la construction des deux viaducs voisins ainsi qu’à d’autres travaux à proximité (château, grosses demeures, fermes, etc.). Le four à chaux est restauré entre 2004 et 2009[46].

Le site est animé par l’association de restauration et d’aménagement du patrimoine estimé de Dommartin (ARAPED).

Église[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Antoine ou Notre-Dame de l’Assomption est edifiée au XIXe (1856-1857), en remplacement de l'ancienne église située près du presbytère, trop vétuste et trop petite. Elle se distingue par deux particularités : à l'inverse des églises qui reçoivent traditionnellement la lumière de l'est sur l'abside, c'est le porche qui est orienté au levant ; la voûte angevine à croisées d'ogives en douves de bois clouées sur cerces lui confère une remarquable acoustique. Ce plafond en pin est exceptionnel dans la région[47]. Dépouillée de tous ses éléments décoratifs en 1963, elle est remise en valeur lors d'une restauration en 1999. Cette restauration lui vaut de recevoir le Prix du patrimoine par le conseil général du Rhône[47].

En 1858, Guillaume Servant châtelain, offre[47] :

  • un maître-autel roman dont le bas relief polychrome est constitué, au centre d'un christ en gloire rehaussé des symboles des quatre évangélistes, le taureau de saint Matthieu, le lion de saint Marc, l'ange de saint Luc et l'aigle de saint Jean, encadré à gauche par saint Martin et à droite par saint Louis[réf. nécessaire] ;
  • un chemin de croix mural inauguré vendredi 7 mars 1862 ;
  • une cloche (bourdon) baptisée Louis-Guilhelmine, qui sonne le « La ».

L'église dispose de quatre cloches[47] :

  • Claudius Collange me fecit (1692)
  • Sol (Burdin Ainé, fondeur à Lyon - 1867)
  • La (Burdin Ainé - 1867)
  • Si (Burdin Ainé - 1867)

L'ancienne école des garçons et la mairie[modifier | modifier le code]

Bâtiment de la nouvelle mairie.

Sur un terrain vendu par François Prost, ce bâtiment édifié au XIXe siècle (1851), abritait la mairie et l’école des garçons. Il a abrité cette dernière jusqu'en 1945, puis la classe unique géminée mixte des grands jusqu'en 1975, date de la construction de la première branche du groupe scolaire. La mairie et son secrétariat traditionnellement exercé par l'instituteur était située au 1er étage à gauche de l'escalier central. L'instituteur occupait alors toute la partie droite de l'édifice en tant que logement de fonction. À partir de 1888 était ajouté un préau entre l'église et ce bâtiment, aujourd'hui démoli. Le conseil municipal a décidé en 1921 de construire un préau Nord pour abriter les sanitaires de l'école. Jusqu'en 1995, date de l'inauguration de la nouvelle mairie, ce bâtiment avait été entièrement utilisé par la mairie et ses annexes. Aujourd'hui toutes les surfaces réhabilitées sont affectées aux associations du village. La rénovation de 2007 est destinée à retrouver l'authenticité des lieux, avec la mise en valeur de le pierre et du bois. De même le préau Nord a été restauré pour recevoir les différentes manifestations.[réf. nécessaire]

École des filles[modifier | modifier le code]

À la suite d'une pétition des habitants de la commune demandant une école publique pour les filles, ce bâtiment a été édifié en 1888-1890, au pendant de la mairie. Jusqu'à cette date seule une institution religieuse Saint-Joseph accueillait les dommartinoises d'âge scolaire.

Cette école des filles jusqu'en 1945, puis école géminée mixte des petits jusqu'en 1975, occupait le rez-de-chaussée. L'étage était dévolu à l'appartement de fonction de l'institutrice. Au sud, l'adjonction d'un appentis pour la pompe à incendie a disparu depuis ; quant au préau adjacent construit en 1908, il a été intégré au bâtiment lors de la rénovation.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Comme cité précédemment, la commune de Dommartin dispose d'une église datant du XIXe siècle.

On dénombre sept anciennes croix sur le territoire de la commune. Ces croix sont taillées dans la pierre dorée typique de la région. Elles portent toutes des noms : croix Rampeau, croix du cimetière, croix de Malataverne, croix du Prost, croix de Cordineau, croix du Cerf, et enfin croix du Bourg[48].

Dommartin héberge plusieurs châteaux : le château de Dommartin, le château le Falque et le château des Humberts[49].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Joseph Serlin, sénateur, officier de la Légion d'honneur, est assassiné le à la Chicotière (lieu-dit de la commune) par des activistes du « MNAT » (Mouvement national anti-terroriste). Une stèle funéraire a été erigée en sur le lieu du crime, proche de l'ancienne RN6 et du viaduc du chemin de fer.

Monument assassinat Joseph Serlin à Dommartin (Rhône, France)

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Armes de Dommartin

Les armoiries de Dommartin peuvent se blasonner de cette façon-ci aujourd’hui :
D'azur aux trois bourdons de pèlerin d'argent, au chef cousu de gueules chargé d'une clef d'or et d'une clef d'argent passées en sautoir.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  4. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. Site du BRGM
  3. [meteo-mc.fr Données météo]
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 de Lyon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. http://www.statistiques-locales.insee.fr/FICHES/DL/DEP/69/COM/DL_COM69076.pdf
  15. « La Chicotière », sur cadsic.fr, (consulté le ).
  16. « Les hameaux », sur cadsic.fr, (consulté le ).
  17. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  18. LOG T2 - Catégories et types de logements sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  19. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  20. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 222.
  21. « Élections présidentielles de 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  22. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  23. « Les maires de Dommartin », sur francegenweb.org (consulté le ).
  24. [PDF] « Monsieur Henri de la Teyssonniere nous a quittés en ce début d'année », Dommartin Bulletin municipal 2018, p. 23.
  25. « Alain Thivillier est le nouveau maire de la commune », Le Progrès,‎ (lire en ligne).
  26. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le ).
  27. Information communiquée par la mairie sur son site.
  28. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  33. « Dommartin > Ecole primaire Bernard Clavel », sur Ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  34. http://www.arimc-ra.org/les-etablissements/centre-etang-carret
  35. http://www.paysdelarbresle.fr/solidarite-au-quotidien/la-sante/liste-des-veterinaires
  36. Site du club athlétique de la commune
  37. « Annuaire diocésain Lyon », sur le site de l'archidiocèse de Lyon (consulté le ).
  38. « Page d'accueil », sur le site de la paroisse de l'Esprit-Saint des portes de Lyon (consulté le ).
  39. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  40. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  41. EMP T5 - Emploi et activité sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  42. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010 sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  43. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011 sur la fiche de la commune, [lire en ligne].
  44. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011 sur la fiche de la commune, [lire en ligne].
  45. « Monument aux morts », sur cadsic.fr, (consulté le ).
  46. « Four à chaux de Dommartin », sur cadsic.fr, (consulté le ).
  47. a b c et d « Eglise de Dommartin », sur cadsic.fr, (consulté le ).
  48. « Les croix de Dommartin », sur cadsic.fr, (consulté le ).
  49. « Les châteaux », sur cadsic.fr, (consulté le ).