Françoise Fayolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Mère Fillioux redirige ici.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fayolle.
Françoise Fayolle
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Benoîte FayolleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Louis Fillioux (père Fillioux)

Françoise Fayolle, surnommée la mère Fillioux, née Benoîte Fayolle le à Auzelles (Puy-de-Dôme)[1],[2], est une cheffe cuisinière française.

Carrière[modifier | modifier le code]

La mère Fillioux a débuté sa carrière de cuisinière à Grenoble. Elle faisait la cuisine dans l'échoppe de marchand de vins de son mari, Louis Fillioux, située au 73, rue Duquesne[3], à Lyon. Cette boutique devint par la suite (fin XIXe siècle), un bistro assez réputé Le Bistrot Fillioux. Ils servirent le même menu pendant trente ans : potage velouté aux truffes, volaille demi-deuil, quenelle au gratin, fond d'artichaut au foie gras, glace praline, accompagné de beaujolais et de châteauneuf-du-Pape[4].

De nombreuses cartes postales circulent sur cette célébrité de la gastronomie lyonnaise. « La Reine des poulardes » en aurait préparé plus de 500 000 en utilisant la même paire de couteaux. Son restaurant gastronomique fut, à la Belle Époque l'un des plus réputés de Lyon.

« L'impératrice des mères lyonnaises » fut la patronne et formatrice d'Eugénie Brazier (la mère Brazier)[Note 1]. La mère Filioux redora le blason des mères de la restauration dans la capitale des Gaules. Les dernières mères lyonnaises des Trente Glorieuses lui doivent beaucoup. Elle est également considérée comme la créatrice de la recette de la poularde demi-deuil[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Eugénie Brazier : première femme trois étoiles au guide Michelin ; trois étoiles qu'elle obtint deux fois, avec deux restaurants différents.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Registre d'état civil de la commune d'Auzelles, acte no 41 (source AD63), [lire en ligne].
  2. « La mère Fillioux », sur www.janinetissot.fdaf.org (consulté le 20 juin 2018).
  3. Rue Duquesne sur le site web Rues de Lyon. Consulté le 12 janvier 2013.
  4. « Les trois mères de bouchons lyonnais que vous devez connaître », sur www.lyonresto.com (consulté le 17 mai 2018).
  5. Garniture de truffes avec une sauce suprême. Cf. Recette de la poularde demi-deuil, chefsimon.lemonde.fr.