Aller au contenu

Coëx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Coex)

Coëx
Coëx
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Blason de Coëx
Blason
Coëx
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Intercommunalité Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie Agglomération
Maire
Mandat
Thierry Favreau
2021-2026
Code postal 85220
Code commune 85070
Démographie
Gentilé Coëxeur
Population
municipale
3 383 hab. (2021 en augmentation de 7,95 % par rapport à 2015)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 41′ 55″ nord, 1° 45′ 34″ ouest
Altitude 45 m
Min. 2 m
Max. 61 m
Superficie 39,83 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Coëx
(ville isolée)
Aire d'attraction Saint-Hilaire-de-Riez
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Hilaire-de-Riez
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Coëx
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Coëx
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
Coëx
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
Coëx
Liens
Site web Site officiel

Coëx [kɔɛks] est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Coëx s'étend sur 3 983 hectares. L'altitude moyenne de la commune est de 45 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 28 et 61 mètres[1],[2].

La commune se trouve dans l'Ouest de la Vendée, à environ 13 km de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et à 24 km de La Roche-sur-Yon.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 855 mm, avec 12,6 jours de précipitations en janvier et 6,4 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « La Mothe Achard », sur la commune des Achards à 12 km à vol d'oiseau[5], est de 12,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 959,1 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Coëx est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Coëx[Note 1], une unité urbaine monocommunale constituant une ville isolée[10],[11]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Hilaire-de-Riez, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[11]. Cette aire, qui regroupe 13 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (94,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (50,7 %), zones agricoles hétérogènes (23,9 %), prairies (18,2 %), zones urbanisées (4,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,1 %), eaux continentales[Note 3] (0,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,5 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Environnement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la commune se trouve dans les marais salants, où un coez (couas, coyx, etc.) désigne un petit conduit de bois qui fait communiquer un canal vers un autre.

En poitevin, la commune est appelée Couï ou Coué[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

La châtellenie de Coëx dépendait de la baronnie d'Apremont. Un prieuré existait entre les villages de la Cour (cour du prieuré) et de la Clergerie (lieu où résidait le clergé). Après la Révolution, l'opinion fut assez partagée. Le curé et son vicaire refusèrent de prêter serment à la constitution civile du clergé et durent quitter Coëx. Le curé devint aumônier dans l'Armée Catholique Royale et fut tué en 1794 près de Montaigu. Le curé de Croix-de-Vie fut arrêté à Coëx et déporté en Guyane. En , à la suite de la loi de séparation des Églises et de l'État, l'inventaire des biens de l'Église ne put se faire qu'avec l'intervention de la force armée.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au lion couronné d'or.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Ce sont les armes héraldiques reprises pour former le drapeau municipal. Plus les armes sont simples, plus il est aisé de former le drapeau.

Philatélie

La flamme d'oblitération postale de la cité vendéenne est intitulée, dans les années 1990, Coëx Parc Floral Olfactorium.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[16]
Période Identité Étiquette Qualité
ca. 1939 ? Philippe Perrocheau    
1945 mars 1961
(démission)
René Nomballais    
mars 1961 mars 1965 André Retailleau   Entrepreneur de maçonnerie
mars 1965 mars 1971 Émile Roquant   Plombier chauffagiste
mars 1971 mars 1983 Robert Pasquié   Percepteur honoraire de Coëx
mars 1983 juin 1995 Eugène Gateau DVD Industriel
juin 1995 mars 2014 Marietta Trichet MPF
DVD
Conseillère régionale des Pays de la Loire (2002 → 2008)
Conseillère générale de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (2008 → 2015)
Présidente de la CC Atlancia (1992 → 2009)
Suppléante du député Yannick Moreau (2012 → 2017)
Réélue en 2001 et 2008[17]
mars 2014 mai 2020 Dominique Michaud DVD Chef d'entreprise retraité
mai 2020 octobre 2021
(démission)
Michel Remaud DVD Exploitant agricole retraité, ancien adjoint
4e vice-président de la CC du Pays-de-Saint-Gilles-Croix-de-Vie (2020 → 2021)
octobre 2021 En cours Thierry Favreau[18]   Artisan
4e vice-président de la CC du Pays-de-Saint-Gilles-Croix-de-Vie (2021 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives[modifier | modifier le code]

Administrativement, Coëx dépend de l'arrondissement des Sables-d'Olonne et du canton de Saint-Hilaire-de-Riez[19].

Au début de la Révolution, la commune appartient au canton de Landevieille, dans le district des Sables-d'Olonne. De 1801 à 2015, la commune se situe dans l'arrondissement des Sables-d’Olonne et dans le canton de Saint-Gilles-sur-Vie (1801-1966), devenu canton de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (1966-2015).

Coëx est l'une des neuf communes fondatrices de la communauté de communes Atlancia-des-Vals-de-la-Vie-et-du-Jaunay, structure intercommunale ayant existé entre le et le . Depuis le , la commune est membre du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie Agglomération.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2021, la commune comptait 3 383 habitants[Note 4], en augmentation de 7,95 % par rapport à 2015 (Vendée : +4,91 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8008409689771 0501 0151 0751 0731 176
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1701 2141 2651 3161 3921 5381 5841 7141 802
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9002 0432 0131 8081 8591 9261 9861 8401 860
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 9162 0052 1932 2392 2832 4182 6842 8273 025
2015 2020 2021 - - - - - -
3 1343 3393 383------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,4 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 581 hommes pour 1 649 femmes, soit un taux de 51,05 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,16 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,6 
9,6 
75-89 ans
11,6 
20,1 
60-74 ans
22,1 
20,7 
45-59 ans
18,9 
17,2 
30-44 ans
16,1 
13,9 
15-29 ans
13,2 
17,7 
0-14 ans
15,7 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2021 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,2 
8,7 
75-89 ans
11,1 
20,3 
60-74 ans
21,3 
20 
45-59 ans
19,4 
17,5 
30-44 ans
16,8 
15 
15-29 ans
13,2 
17,7 
0-14 ans
16,1 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Coëx.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 21436 », Géofla, version 2.2, base de données de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Coëx », Répertoire géographique des communes, fichier de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  5. « Orthodromie entre Coëx et Les Achards », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « La Mothe Achard », sur la commune des Achards - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « La Mothe Achard », sur la commune des Achards - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Coëx », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Coëx ».
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Hilaire-de-Riez », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  15. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 108.
  16. Les maires de Coëx, sur geneawiki.com
  17. [PDF] Site officiel de la préfecture de la Vendée - Liste des maires
  18. « Coëx. Thierry Favreau devient le nouveau maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. Code officiel géographique, « Commune de Coëx (85070) » sur le site de l’Institut national de la statistique et des études économiques [lire en ligne].
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Coëx (85070) », (consulté le ).
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).
  26. « Le Jardin des Olfacties », sur Beaux jardins et potagers, .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]