Biars-sur-Cère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Lot
Cet article est une ébauche concernant une commune du Lot.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Biars-sur-Cère
L'hôtel de ville au carrefour des routes départementales 102 et 940.
L'hôtel de ville au carrefour des routes départementales 102 et 940.
Blason de Biars-sur-Cère
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Figeac
Canton Cère et Ségala
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes Cère et Dordogne
Maire
Mandat
Élie Autemayou
2014-2020
Code postal 46130
Code commune 46029
Démographie
Gentilé Biarnais
Population
municipale
1 985 hab. (2013)
Densité 547 hab./km2
Population
aire urbaine
5 904 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 44° 55′ 44″ Nord, 1° 50′ 52″ Est
Altitude 141 m (min. : 125 m) (max. : 265 m)
Superficie 3,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Biars-sur-Cère

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Biars-sur-Cère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Biars-sur-Cère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Biars-sur-Cère
Liens
Site web Site officiel de Biars sur Cère

Biars-sur-Cère est une commune française, située dans le département du Lot, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Cère entre Biars-sur-Cère (à gauche) et Bretenoux.

Ville située à l'extrême nord du Lot, à la limite avec le département de la Corrèze, dans les vallées de la Cère et de la Dordogne sur l'ancienne route nationale 140. Elle forme une agglomération avec la commune voisine de Bretenoux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Biars est d'origine germanique avec le radical Wit bois ou ber ours et la terminaison hard voulant dire fort. Sur-Cère a été ajouté en 1934[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1798 Étienne Lacaze    
1798 1799 Jean Lareginie    
1799 1805 Pierre Pondisse    
1805 1815 Bernard Verdier    
1815 1821 Pierre Paul Lacaze    
1821 1831 Jean-baptiste Vaur    
1831 1837 Jacques Ignace Molinie    
1837 1848 Jean-baptiste Vaur    
1848 1850 Jean-baptiste Molinie    
1850 1857 Louis Molinie    
1857 1865 Jean-baptiste Adolphe Lauman    
1865 1878 Louis Fourneaux    
1878 1882 Jean Guy    
1882 1884 Antoine Ponchie    
1884 1888 Jean-Louis Bonnal    
1888 1893 Louis Fourneaux    
1893 1900 Antoine Ponchie    
1900 1901 Eugène Fages    
1901 1913 Jean Marbouty    
1913 1916 Armand Molinie    
1916 1918 Louis Cance    
1918 1926 Armand Molinie    
1926 1929 Ernest Durrieu    
1929 1941 Étienne Chazoule    
1941 1943 Jules Mounal    
1943 1944 Albert Genibre    
1944 1947 Émile Salesse    
1947 1959 Barthélémy Mazet    
1959 1977 Jean Larribe    
1977 1981 Pierre Siaube    
1981 1989 Georges Gratacap    
1989 2014 Albert Salle   Conseiller général du canton de Bretenoux (2008-2015)
2014 en cours Élie Autemayou    

Elle fait partie du Pays de la Vallée de la Dordogne lotoise.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Biars est récompensée par deux fleurs au palmarès du concours des villes et villages fleuris[3].

Population et société[modifier | modifier le code]

Aire urbaine de Biars-sur-Cère

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Biarnais(es).

En 2013, la commune comptait 1 985 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
228 206 235 307 309 303 315 292 309
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
287 298 275 304 304 266 274 383 404
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
408 431 452 513 627 700 734 750 810
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
1 037 1 273 1 758 1 954 2 023 1 983 2 003 1 944 1 906
2013 - - - - - - - -
1 985 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[6] 1975[6] 1982[6] 1990[6] 1999[6] 2006[7] 2009[8] 2013[9]
Rang de la commune dans le département 14 9 10 10 10 10 10 10
Nombre de communes du département 340 340 340 340 340 340 340 340

Enseignement[modifier | modifier le code]

Biars possède :

  • une école primaire ;
  • une bibliothèque ;
  • une Cyber base.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune est dotée de plusieurs équipements sportifs :

  • une piscine municipale (ouverte uniquement en été) ;
  • un gymnase ;
  • un terrain de football ;
  • un terrain de rugby ;
  • un dojo.

Évènement : Tour du Limousin 1995.

Économie[modifier | modifier le code]

Biars est le haut lieu des confitures, depuis qu'y est installée la direction du groupe Andros ainsi que ses usines de compote Andros et de confiture Bonne Maman[10] (830 salariés), ainsi que celle du groupe Boin-Materne (170 salariés). D'autres ateliers s'y sont établis : entremets et desserts Tradifrais (150 salariés), peintures et vernis SOB (50 salariés), mécanique Techniques et Formages (40 salariés) et CFM (25 salariés), centre commercial Leclerc (90 salariés), transports Dumont (20 salariés) et les Établissements Boy-Maury (15 salariés) primeurs et grossiste en noix.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Biars-sur-Cère Blason Écartelé : au premier et au quatrième d'argent à la manufacture à deux cheminées de sable, au deuxième d'azur à la voie ferrée (rail) d'argent posée en fasce, au troisième d'azur à la fasce ondée d'argent, le tout enfermé dans une bordure de gueules chargée de huit besants d'or ; sur le tout, coticé d'or et de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 107.
  2. « Les maires de Biars-sur-Cère », sur Site francegenweb,‎ (consulté le 31 juillet 2016).
  3. Source : Villes et Villages Fleuris
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  6. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr,‎ (consulté le 10 janvier 2016)
  7. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  8. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  10. Claire Bader, « Le coup de jeune de Bonne Maman », Capital n°216, septembre 2009, pages 32-35.