Creysse (Lot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Creysse.
Creysse
Vue de Creysse et de l'église Saint-Germain.
Vue de Creysse et de l'église Saint-Germain.
Blason de Creysse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Gourdon
Canton Canton de Martel
Intercommunalité Communauté de communes Causses et vallée de la Dordogne[1]
Maire
Mandat
Guy Floirac
2014-2020
Code postal 46600
Code commune 46084
Démographie
Gentilé Creyssois
Population
municipale
291 hab. (2014)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 12″ nord, 1° 35′ 50″ est
Altitude 121 m (min. : 95 m) (max. : 316 m)
Superficie 9,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Creysse

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Creysse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Creysse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Creysse

Creysse est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Creyssois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy, au pied du causse de Martel, dans le nord du département, sur la rive droite de la rivière Dordogne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Creysse
Baladou Martel Gluges
Mayrac Creysse
Saint-Sozy Meyronne Montvalent

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Creysse est basé sur l'anthroponyme gallo-romain Crescius. L'occitan Crèissa pourrait venir de la disparition du mot villa. Ce toponyme aurait signifié : le domaine de Crescius[2][réf. à confirmer]. C'est le ruisseau qui donne son nom à la commune. Le Cacrey qui veut dire ruisseau qui sort du rocher du latin Crescere qui donne en langue romaine, Croaxia, Croixe, Croyssa. En langue occitan lo ribièra creiss pour la rivière croit[3][réf. à confirmer].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des hommes s'abritaient déjà sur la commune au Magdalénien supérieur (13500-12000 ans avant le présent) dans la grotte-abri de Peyrazet (ne se visite pas)[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Creysse faisait partie de la vicomté de Brassac (Montvalent). Vendu par Guillaume ou Raymond de Brassac les derniers vicomtes entre 1174 et 1183 au vicomte de Turenne.(Raymond II de Turenne (1143-1191)) de la vicomté de Turenne.

Située sur le chemin royal du pèlerinage pour Rocamadour, les voyageurs et pèlerins traversaient la Dordogne sur des bacs ou des naus au port de Creysse. Ainsi ont traversé la Dordogne à Creysse, Montvalent :

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Auparavant, les communes de Creysse et Baladou ne faisaient qu'une. La commune de Baladou sera créée par ordonnance N°2565 de Louis-Philippe roi des français le 14 juin 1841.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Creysse Blason Écu de gueules à trois cors de chasse d'argent virolés,posés en pal.
Détails Il s'agissait originellement des armoiries de Pierre de Cornil, le premier seigneur de Creysse.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1902 Jean Dunoyer    
2001 en cours Guy Floirac    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 291 habitants, en diminution de -1,69 % par rapport à 2009 (Lot : 0,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 384 964 1 051 1 410 1 364 1 410 802 867 915
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
861 813 797 776 770 742 729 726 714
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
639 630 573 521 470 441 420 382 359
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
304 264 234 248 227 257 296 294 291
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Creysse possède une église du XIIe siècle unique en France du fait de ses deux absides jumelées. Cette disposition rarissime en Europe ne se retrouve qu'en Corse dans la chapelle de Santa Maria (commune de Rogliano, Haute-Corse) et dans quelques églises à Chypre comme l'église orthodoxe de Panayia Angeloktisti dans le village de Kiti.

Vue de l'église Saint-Germain.
  • L'église Saint-Germain de Creysse est l'ancienne chapelle du château vieux. Des vitraux modernes versent, sous les voûtes sombres, une douce lumière. Ils sont l'œuvre de l'artiste Georges-Émile Lebacq, le même qui a refait les peintures historiées de Rocamadour. L'église a été classée Monument historique par arrêté du 5 janvier 1949[3],[10]. Pour y accéder on empreinte, de la halle, le Croustalou (chemin pédestre fait de galet et taillé dans la roche calcaire sur sa partie haute).
  • Les peintures murales de l'église Saint-Germain de Creysse sont classées au titre immeuble aux monuments historiques du 5 janvier 1949. Une mise au tombeau et la litre funéraire  : un soldat porte une salade sans visière, caractéristique de l'équipement du fantassin au XVe siècle [11],[12].
  • Le château vieux.
  • Le château neuf du XVIIIe siècle (mairie - école).
  • La tour de Guet ou de Cosnac (Guillaume de Cosnac).
  • La maison de Justice.
  • Sa halle du XVIe siècle qui a conservé l'une des deux tables de découpe en pierre recouverte d'une pierre de Collonges la rouge au pied du Cacrey.

Creysse est traversée par le ruisseau le Cacrey qui prend sa source par une résurgence[13] qui est un confluent de la Dordogne, il traverse trois moulins à eau. -1er) le moulin de Cacrey moulin fortifié, attesté au XIVe siècle et Monument historique inscription par arrêté du 10 juin 1996[14]. -2e) le moulin du Goth. -3e) moulin du village.

  • Le mont Mercou d'une altitude de 316 mètres (qui a pu être un lieu de culte consacré au dieu Mercure) : belle vue sur les monts du Cantal par temps clair.
  • Grotte-abri de Peyrazet (ne se visite pas)[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Station expérimentale de Creysse (noix et noyer)[17].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Lot, « Intercommunalité : Création de Causses et vallée de la Dordogne », sur Préfecture du Lot, (consulté le 11 janvier 2015).
  2. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 41-42.
  3. a et b Monographie de Creysse par Robert Bourdier. http://pagesperso-orange.fr/jpma/hist/hist1.html
  4. a et b Par M.Langlais et V.Laroulandie :http://www.pacea.u-bordeaux1.fr/Operationsdeterrain/2011Perrazet.html
  5. « Les maires de Creysse », sur Site francegenweb, (consulté le 17 octobre 2016).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Église Notice no PA00095062, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. peinture mural Notice no PM46000384, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. litre funéraire : http:// patrimoines.midipyrenees.fr/.../index.html?...IM46000795...
  13. Par Robert Lavoignat :http://www.plongeesout.com/sites/roussilon-pyrenees/lot/cacrey.htm
  14. Moulin fortifie Notice no PA46000004, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. tombeau-gisant Notice no IM46000014, base Palissy, ministère français de la Culture
  16. « Creysse. Décès de Robert Bourdier, notre correspondant », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 7 février 2016).
  17. http://www.noixsudouest.fr Station expérimentale de la noix