Mayrac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mayrac
Corps de logis du château de Mayrac (Lot) datant du quinzième siècle, prise du côté sud, au début d'automne. monument aux morts de la première guerre mondiale de Mayrac (Lot).
Eglise de Mayrac (Lot) datant du douzième siècle, sans clocher séparé. Nouvelle mairie de Mayrac (Lot).
De gauche à droite et de haut en bas :
le château, le monument aux morts
la place de l'église et la mairie.
Image illustrative de l’article Mayrac
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Gourdon
Intercommunalité Communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne
Maire
Mandat
Christophe Lacarrière
2020-2026
Code postal 46200
Code commune 46337
Démographie
Gentilé Mayracois
Population
municipale
259 hab. (2019 en diminution de 5,47 % par rapport à 2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 59″ nord, 1° 33′ 33″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 287 m
Superficie 7,86 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Souillac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Souillac
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Mayrac
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Mayrac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mayrac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mayrac
Liens
Site web mayrac.fr

Mayrac (prononcé /mɛjʁak/) est une commune française, située dans le nord du département du Lot en région Occitanie.

Mayrac est comprise dans l'ancienne province du Quercy, plus précisément dans le Haut Quercy, sur le causse de Martel, une région naturelle constituant le plus septentrional des quatre causses du Quercy, entre Limousin, vallées de la Tourmente et de la Dordogne.

La plus ancienne mention de Mayrac date de 930, elle a fait partie de la vicomté de Turenne jusqu'au XVIIIe siècle. Après une brève existence pendant la période révolutionnaire, elle a de nouveau été érigée en commune en 1946. Commune essentiellement rurale à l'activité agricole, loin des grands centres, elle a subi près de deux siècles de baisse démographique, mais l'effectif de sa population croît de nouveau au début du XXIe siècle, en particulier du fait de l'attraction de la zone d'emploi de Brive-la-Gaillarde. Elle compte 259 habitants en 2019. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Souillac. Ses habitants sont appelés les Mayracois ou Mayracoises.

Elle est intégrée depuis sa création dans la communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne. Mayrac, située au cœur de la région touristique de la vallée de la Dordogne est une villégiature très proche de hauts lieux du patrimoine national comme Rocamadour, Padirac, Sarlat, Collonges-la-Rouge, etc.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est entièrement située sur le causse de Martel, lui-même partie des causses du Quercy. Néanmoins, elle forme le rebord du causse plongeant sur la vallée de la Dordogne à ses limites est et sud-est avec Creysse et Saint-Sozy.

Mayrac est distant à vol d'oiseau (orthodromie[1]) de 5,5 km de Martel et 6,3 km de Souillac (chef-lieu de canton, siège de la communauté de communes et centre du bassin de vie -code 46309-[Insee 1]). Mais aussi à 28,7 km de Brive-la-Gaillarde (centre de la zone d'emploi -code 0057-[Insee 2]), 51 km de Cahors (préfecture), 144,6 km de Toulouse (capitale régionale) et 444,2 km de Paris. La commune française métropolitaine la plus éloignée est Bonifacio à 728,6 km[1].

Communes limitrophes de Mayrac[2]
Lachapelle-Auzac Baladou
Souillac Mayrac[2] Creysse
Pinsac
(sur 15 m)
Saint-Sozy

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 786 hectares ; son altitude varie de 120 à 287 mètres[3]. Le point le plus bas se situe à sa limite avec le lieu-dit du Malpas (commune de Saint-Sozy) et le plus haut au lieu-dit la Pierre Plantée.

carte montrant par un jeu de couleur les types de sols, bleu le Jurassique, ocre le Tertiaire et gris les dépôts récents
Carte géologique simplifiée de Mayrac.

L’entablement calcaire des causses du Quercy, constitué principalement par des calcaires et des dolomies du Jurassique moyen et supérieur, supporte localement des formations superficielles tertiaires, ce qui donne un caractère propre à chaque causse. Ainsi le causse de Martel a piégé, dans de vastes cuvettes (ouvalas, dolines), des formations détritiques argilo-sableuses à l’origine de sols fertiles[4].

paysage du hameau du Faget montrant un affaissement typique de doline
Doline à la limite ouest du Faget.

La feuille Souillac (no 809) de la carte géologique de France[5] recense cinq types de sols sur le territoire de la commune[6] dont la répartition est la suivante.

D'abord en périphérie du territoire communal, un socle calcaire formant grossièrement un anneau. Il est estimé dans la notice explicative de la feuille 809 comme datant de l'étage Callovien (Jurassique moyen, série Dogger, entre −160 et −150 millions d'années, en bleu roi sur la carte simplifiée) et est constitué de calcaires micritiques en bancs ; mais aussi de l'étage Oxfordien (Jurassique supérieur, série Malm, entre −154 et −146 millions d'années, en bleu ciel sur la carte simplifiée), constitué de calcaires oolithiques massifs. Ce socle constitue la ligne de crête entre le Pigeon-Haut et la Pierre Plantée, puis s'étend vers le sud sur la commune de Pinsac jusqu'au surplomb du Roc Coulon (non visible sur la carte simplifiée), et remonte par l'est constituant (sur la commune de Saint-Sozy) le Roc de Monges, le Pech Grand, le Pech Touloumo (sur le territoire de la commune) et le bourg de Mayrac ; et enfin il affleure entre le Garrit-Bas et le Pigeon-Bas.

Au centre de cet anneau, une zone plus récente et plus basse, estimée entre le Paléocène et l'étage Lutétien supérieur (Tertiaire Paléogène, séries Paléocène et Éocène, entre −65 et −40 millions d'années, en bistre sur la carte simplifiée) caractéristique des argiles à graviers du bassin de Martel (galets de quartz, sables grossiers et argileux) constitutive des terroirs du versant est du Pigeon-Haut, du Mayné, du Faget, de Lascoux, du Mas Rambert, du Mas del Sol et du Mas del Pech (ces 3 derniers hameaux étant parties de Saint-Sozy). Ces argiles sont partiellement recouvertes de formations superficielles récentes (en gris sur la carte simplifiée) faites, soit de remplissage de cailloutis à matrice argilo-sableuse, soit de nappes de sables éoliens.

Au nord-est de la commune, tous les territoires autour et à l'est du Castanet sont essentiellement recouverts de nappes de sables éoliens[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'y a sur le territoire de la commune que deux petits ruisseaux. Le premier d'une longueur de 1 051 m descend sous le bourg de Mayrac dans la combe de la Garenne, faisant partiellement la limite entre Mayrac et Saint-Sozy, ses eaux allant ensuite rejoindre la Dordogne au Malpas[7]. Le second, long de quelques centaines de mètres, apparaît au Pit, fait partiellement la limite entre Mayrac et Creysse en bordure de la route D 33, et disparaît au gouffre de Las Aydes, ses eaux faisant ensuite résurgence au Malpas au bord de la Dordogne[8].

La commune se trouve au droit de deux masses d'eau souterraines (Meso)[7]. D'une part la Meso FRFG039 dénommée « Calcaires et Causses du Quercy BV Dordogne » de type sédimentaire à écoulement libre d'une superficie de 910 km2. D'autre part, et plus profondément, la très vaste Meso FRFG078 dénommée « Sables, grès, calcaires et dolomies de l'infra-toarcien » de type sédimentaire à écoulement majoritairement captif qui couvre 24 914 km2.

L'actualisation en 2009, par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) de sa synthèse hydrogéologique du Lot, a comporté l'actualisation de l’inventaire des points d’eau par le Comité départemental de spéléologie du Lot, permettant de recenser 1 466 points d’eau et cavités, dont une majorité d’igues et de grottes pénétrables tandis que 79 sources pérennes ont été inventoriées. Au terme de ce travail aucune rivière souterraine n'a été décrite sous le territoire communal de Mayrac[9].

L'irrigation des terres agricoles de Mayrac se fait par pompage des eaux de la Dordogne. La chambre d'agriculture de Dordogne est l'organisme unique de gestion collective (OUGC) des prélèvements en eau pour l'irrigation agricole de tout le bassin versant de la rivière Dordogne. Au sens de cet organisme, Mayrac se trouve plus précisément dans le sous-bassin de la Dordogne karstique[10].

Climat[modifier | modifier le code]

diagramme en radar montrant les axes principaux des vents dans la région, principalement de nord-ouest et sud-est
Rose des vents enregistrés à Gourdon d'août 2002 à septembre 2017 (à chaque azimut est associée la proportion -en %- de relevés correspondant).

Le climat de Mayrac peut être approché à partir des relevés de la station météorologique de Gourdon[11] (distance orthodromique de 22,7 km[1]). L'ensoleillement est très appréciable avec une moyenne annuelle de 1 930 heures. La station a relevé, entre 1970 et 2017, de 94 à 136 jours de pluie par an (nombre de journées ayant un RR>1 mm). Le nombre moyen de jours de neige est faible et l'épaisseur du manteau neigeux n'y a jamais dépassé 19 centimètres depuis 1941. La vallée de la Dordogne est souvent le lieu privilégié de formations des brouillards durant les nuits calmes et étoilées de la période automnale et hivernale[12].

Le département n'est pas très venté, les vitesses supérieures à 10 kilomètres par heure ne représentent que 40 % des enregistrements. Les enregistrements faits à Gourdon décrivent un vent soufflant le plus souvent du secteur nord-ouest (30,6 % des relevés biquotidiens compris entre WNW et NNW)[13], associé généralement aux périodes pluvieuses ; et ensuite du Sud-Est (21,7 % des relevés biquotidiens compris entre ESE et SSE)[13], c’est le vent d'autan. Ce dernier est le vent le plus fort, il souffle en rafales et se déclenche principalement à l'approche des perturbations atlantiques, il assèche les basses couches de l'atmosphère et retarde l'arrivée des pluies. Son influence se fait sentir dans les relevés de températures : les températures nocturnes sont douces sur les versants exposés au vent d'Autan mais fraîches dans les vallons abrités, ce fort contraste peut atteindre 6 à 8 degrés[12].

Températures moyennes, ensoleillement et précipitations enregistrées à la station météorologique de Gourdon, 1973 - 2016.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,8 2 3,9 5,9 9,3 12,2 14,1 14,1 11,4 9 4,9 2,5 7,6
Température moyenne (°C) 5,1 5,9 8,8 11,3 14,8 17,9 20,3 20 17,2 13,5 8,4 5,7 12,4
Température maximale moyenne (°C) 8,5 10,3 14 16,6 20,5 24,2 26,9 26,9 23,4 18,4 12,2 9,2 17,6
Ensoleillement (h) 80,6 109,7 154,6 164,6 193,3 234,8 246,2 224,1 192,8 150,9 85,3 90,7 161
Précipitations (mm) 47 36,6 45,1 64,1 55,6 65,9 39,2 40,9 48,4 49 58 43 592,8
Source : « Normales et records pour la période 1973-2016 à Gourdon », sur le site de l'information InfoClimat (consulté le ).
Records climatiques enregistrés à la station météorologique de Gourdon.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Record de froid (°C)
date du record
−18,9
16/1/1985
−14,2
9/2/2012
−11,7
1/3/2005
−8,4
27/4/1982
−7,1
22/5/1985
2
2/6/1975
6
5/7/1984
3,8
30/8/1986
−3,1
15/9/1984
−4,7
25/10/2003
−8,7
22/11/1998
−11,9
16/12/2001
Record de chaleur (°C)
date du record
19,9
5/1/1999
25,2
24/2/1990
27,5
21/3/1990
31,3
30/4/2005
32,9
30/5/2001
40,7
22/6/2003
40,7
1/7/1952
35,8
19/7/1998
36,8
3/9/2005
31,7
3/10/1985
24,5
8/11/2015
19,4
8/12/2010
Record de vent (km/h)
date du record
105,4
24/1/2009
112
13/2/2017
103,7
7/3/1991
107,4
2/4/2000
90,7
21/5/2014
79,6
24/6/2003
87
18/7/2015
72,2
7/8/2003
114,8
26/9/1992
107,4
10/10/1987
125,9
7/11/1982
103,7
27/12/1999
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
28,2
29/1/2015
28,4
3/2/2003
37,6
3/3/2017
35,2
25/4/2009
63,8
19/5/2012
569
10/6/1992
102,6
4/7/2001
43,8
9/8/2004
46,2
23/9/2006
33,4
24/10/2011
30
2/11/2008
28,2
8/12/2007
Source : « Normales et records pour la période 1973-2016 à Gourdon », sur le site de l'information InfoClimat (consulté le ).


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

carte des voies communales (en rouge) de la commune avec leurs connexions avec les routes départementales (en jaune)
Carte des voies communales de Mayrac (2014) et des routes départementales la traversant (Lot, France).

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par quatre routes départementales. La D 803 (de Souillac à Bretenoux) borde le nord de la commune, globalement d'ouest en est, entre le Pigeon-Haut et le Roucaillou. La D 15 (du Pigeon-Bas à Saint-Sozy) traverse la commune globalement du nord-ouest au sud-est, de son origine jusqu'au Garrit-Haut. La D 96 (de Pinsac à Pomié) traverse la commune du sud-ouest au nord-est, du Garrit-Haut à Labrunie en traversant le bourg de Mayrac dont elle constitue l'axe principal. Enfin la D 33 longe la limite orientale de la commune.

La voirie communale comporte, depuis une délibération de 2014, un ensemble de 25 voies communales (VC) numérotées de VC 1 à VC 4, VC 4E, et de VC 5 à VC 24. Ces voies, toutes asphaltées, représentent un réseau de 18,106 km. La plus courte est longue de 55 m et la plus longue de 3 880 m. Ce classement ne comporte pas les chemins ruraux[14].

paysage expliqué dans la légende
Depuis le promontoire de la Motte féodale du Pigeon, on aperçoit vers l'ouest le viaduc de Bramefont de l'autoroute A 20.

La sortie no 55 de l'autoroute A 20 se situe à 7,5 km du bourg de Mayrac.

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne de chemin de fer de Souillac à Saint-Denis-les-Martel qui assurait la continuité du trajet ferroviaire de Bordeaux à Aurillac a été mise en service en 1889. Elle comportait une gare au hameau du Pigeon (partie située sur le territoire de la commune de Baladou). Le trafic voyageur a été interrompu en 1980 et la section fermée en 1989. Depuis lors, la SNCF assure un desserte par bus de Souillac à Martel avec arrêt au Pigeon-Bas[15].

Le département du Lot assure une ligne du réseau Lot'O Bus de Mayrac (le Pigeon) à Figeac[16].

L'aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne est distant de 21 km du bourg de Mayrac.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mayrac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[17],[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Souillac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 11 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (77,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (63,4 %), forêts (22,5 %), terres arables (14,1 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

carte en couleur de la commune où chaque territoire d'un lieu-dit est affecté d'une couleur différente
Lieux-dits et hameaux de Mayrac.

Mayrac est une commune rurale, dont les sols sont, en 2012, occupés à 77,5 % par des surfaces agricoles et à 22,5 % par des forêts[23]. L'habitat est organisé autour du bourg de Mayrac, de deux hameaux principaux (le Pigeon[Note 3] et le Faget) et de plus de 40 lieux-dits dont : les Agasses, les Barnicoux, la Bessouille, les Blagours, Bois de la Roche, les Bouygues, le Castanet, la Chicanerie, le Colombier et Labrunie, le Colombier-Haut, la Combe, Combe du Puit, Comberade, Courrège, le Débat, Donnix, Douce Mande, les Esperes, le Fustier, le Garrit-Bas, le Garrit-Haut, la Goursette, les Grézals, Lac Redon, Lac Tenenc, la Lande, Lascoux, Laumède, Malegrèze, le Mayné, le Pech, le Pech Maury, le Pech Touloumo, la Peyrière, les Peyruges, le Picadis, la Pierre Plantée, le Pit, le Pouzadou, les Prèzes, Rayjade, la Rochelle, le Ruard, le Sarragous, les Tourelles et Virat.

La commune s'est dotée en 2005 d'une carte communale révisée en 2013 ; elle identifie neuf zones ouvertes à la construction principalement le long des axes routiers et deux zones réservées aux loisirs (le Pit et le Lac Redon) ; il n'y a pas de zone réservée aux activités et l'essentiel du territoire communal est fermé à la construction[27]. Un plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) est en cours d'élaboration en 2017[28].

carte présentant en rose les 9 zones constructibles, et en bleu les 2 zones protégées pour les loisirs
Carte communale de 2013 montrant les zones constructibles et le périmètre protégé du château[27].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre total de logements dans la commune est de 176, alors qu'il était de 173 en 2009[Insee 3].

Parmi ces logements, 67,8 % sont des résidences principales, 27,3 % des résidences secondaires et 4,9 % des logements vacants. Ces logements sont pour 95,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 4,7 % des appartements[Insee 3].

En 2015, 38,2 % des résidences principales sont construites avant 1946 ; 30 % construites entre 1946 et 1990 ; et 31,8 % construites depuis 1991[Insee 4].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants, est de 78,8 %, en hausse par rapport à 2010 (70,3 %)[Insee 5].

Il n'y a pas de logements HLM à Mayrac, ni d'immeuble d'habitat collectif.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Le dossier départemental des risques majeurs (DDRM) du Lot de 2005 inscrit la commune pour les seuls risques naturels liés aux mouvements de terrain (glissement, affaissement, chute de bloc et tassement de terrain lié au retrait-gonflement de l'argile)[29]. Il y a eu deux arrêtés de catastrophes naturelles, liées à des écoulements de boue entre 1982 et 2013[30].

La commune n'est pas concernée par les risques naturels que sont les inondations et les feux de forêt. Par ailleurs, aucun risque technologique n'est retenu[29].

La seule cavité naturelle recensée par le site ministériel GéoRisques concerne le gouffre de Las Aydes à l'extrême Est de la commune près de la route D 33[31].

Selon le nouveau zonage sismique de la France défini par l’article D. 563-8-1 du code de l’environnement (créé par le décret no 2010-1255 du et modifié par le décret no 2015-5 du ), Mayrac, comme tout le département du Lot, se situe en zone de sismicité très faible[32] (sur une échelle de 1 à 5 allant de très faible à forte).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Mayrac (parfois anciennement écrit Meyrac[24]), en occitan Mairac[33], d'origine gallo-romaine, fait l'objet de discussions. La terminaison -ac, issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes, qui a une signification localisante, ne fait pas débat.

Il n'en est pas de même du préfixe pour lequel au moins trois explications s'affrontent. Pour l'abbé François-Maurice Lacoste (1851-1924)[34] le nom viendrait de Mayraco et désignerait le lieu (acum) de la villa de la mayre (mère, du latin Mater) ; pour Jean-Baptiste Champeval de Vyers[24] le nom dériverait de Maisiracum pour un lieu (acum) abondant en bois ; enfin plus récemment pour Gaston Bazalgues[35] le nom serait basé sur l'anthroponyme Marius ou Matrius avec toujours le suffixe localisant. Ces hypothèses fluctuent donc d'un nom de personne à un nom commun, traduisant bien le débat plus large existant en France concernant les toponymes en i-acum, débat ouvert par Marc Bloch et porté par Michel Roblin. Ce dernier s'oppose à l'idée selon laquelle les toponymes en i-acum sont toujours des noms de propriétés essentiellement formés sur des anthroponymes, mais qu'il faut aussi considérer l'apport de noms communs de relief, paysage, etc. Ainsi il considère que la double série de toponymes « Méry, Mayrac, Meyrac, et, Mérigny, Marigny, Mayrignac, Margny, Magny, Magnac nous oblige à un choix comparable entre les noms personnels Matrius et Materna, ou le terme rural materia, [bois de construction, futaie] »[36].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

schéma d'une pierre taillée de type biface retrouvée à Mayrac
Biface découvert en 1992 au lieu-dit la Peyrière (Mayrac).

La cuvette qui s'étend entre le bourg de Mayrac et le hameau du Pigeon-Haut, sur le territoire de la commune, a été fréquentée depuis le Paléolithique inférieur et moyen et encore au Néolithique[37],[38]. Ainsi un biface moustérien de tradition acheuléenne en silex gris a été découvert à environ 300 m du sud du bourg sur une crête en limite du causse de Martel, surplombant des ravins tombant sur la vallée de la Dordogne dans un site propice à l'habitat[37]. Un autre biface, de même type, entier, a été découvert au lieu-dit la Peyrière, soit à peine plus d'un kilomètre du précédent[39]. Ces objets témoignent d'une présence néanderthalienne sur le causse mayracois[39]. Plus récemment, trois outils néolithiques ont été trouvés ; d'une part au village du Faget, une hache en silex et une herminette en dolérite, et d'autre part au lieu-dit le Lac Redon une herminette (ou pic) en silex[38].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

blason d'azur, au loup rampant d'or, au chef cousu de gueules, chargé de trois étoiles d'or
Blason de la famille Luquet Du Chaylar[C 1], seigneurs de Mayrac et Réveillon.

La plus ancienne référence écrite qui nous soit parvenue faisant mention de Mayrac (ou Meyrac) date de . Il s'agit du legs testamentaire du vicomte Adhémar des Echelles[40] au bénéfice de l'abbaye de Tulle (qu'il avait rétabli après sa destruction par les Normands) et dont Bernard, son fils naturel, était l'abbé régulier. Adhémar était l'arrière-petit-fils de Raoul, premier comte de Turenne, et dernier descendant de la branche cadette (branche des Echelles) issue de Raoul. Dans son testament, rédigé plusieurs années avant sa mort (probablement survenue en 937), on observe qu'il avait de grandes possessions dans le Quercy dont Meyrac[41].

En 1241, Guillaume de Gourdon fait don des terres qu'il possède à Mayrac et Blanzaguet à l'abbé d'Obasine[C 2].

Mayrac est ensuite partie de la vicomté de Turenne entre Limousin et Haut-Quercy. Le vicomte de Turenne en est Haut justicier du XVe siècle jusqu'en 1738, date d'acquisition de la vicomté par le roi de France.

Après la guerre de Cent Ans, le Quercy est dépeuplé et les seigneurs appellent des émigrants d'Auvergne pour combler les vides survenus entre 1439 et 1455[C 3]. Annet de La Tour[Note 4] est justement seigneur d'Oliergues en Auvergne et vicomte de Turenne. Il fait ainsi venir Jean Luquet, écuyer de la ville d'Oliergues, pour lui confier la gouvernance de la vicomté. Jean Luquet devient, par alliance, seigneur de Réveillon et acquiert de nombreux biens dont certains à Mayrac. Dès 1445, le vicomte lui donne l'investiture de tous les biens acquis, renonce en sa faveur au droit de retraite par possession de fief, et lui accorde les biens qu'il avait de concert avec son épouse dans la terre de Mayrac avec le tiers des émoluments de justice et lui permet d'y bâtir un château avec fossés et fortifications (cf. Lieux et monuments). Il prend par la suite le nom de Luquet du Chaylar[42].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Les Guerres de Religion n'ont pas laissé de traces écrites dans l'histoire de Mayrac.

En 1576, Balthazare du Chaylar, dame de Mayrac, épouse Jacques de Maschat de la Meschaussée, seigneur de Lacoste. Elle apporte en dot les terres de Mayrac et Réveillon et sera la dernière représentante de la branche des Chaylar de Mayrac[C 4].

En 1671, Diane de la Meschaussée épouse Henry-Joseph de Fénelon, marquis de Salignac[L 1]. En entrant dans la puissante famille La Mothe-Fénelon, la seigneurie de Mayrac ne sera pas concernée par la vente de la vicomté de Turenne en 1738. Louise-Charlotte de Salignac-Fénelon (1758-1840), dame de Mayrac, Creysse, Montvalent, Lacastaudie et Rignac, épouse en 1778 Charles Bouquet de Surville, marquis de Campigny. Le marquis vend toutes ses possessions dans le Quercy à partir de 1782[L 2].

Au XVIIe siècle, le seul hameau du Faget compte 37 feux[43]. À la veille de la Révolution, Mayrac compte 100 feux (378 habitants) sur 786 hectares[L 3].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

extrait de la plus vieille carte de France montrant Mayrac
Mayrac représentée sur la carte de César-François Cassini de Thury, XVIIIe siècle.

La seigneurie de Mayrac est depuis 1785 la propriété de Pierre-Joseph de Lachèze, lieutenant général de la sénéchaussée de Martel en 1770, sieur de Murel depuis 1783. Député du Tiers état aux États-Généraux, royaliste, il est emprisonné sous la Terreur. Ses biens sont saisis et vendus aux enchères à Guillaume Cabanel (fermier du lieu). Libéré le 9 Thermidor il rentre dans ses foyers. Il est ensuite président de l'administration départementale du Lot sous Napoléon Ier.

Mayrac est pendant la Révolution une municipalité du canton de Martel de 1790 à 1800[44].

Lorsque éclate la Révolution, le curé de Mayrac est depuis 1773, Pierre Calmels, docteur en théologie. Prêtre réfractaire, il sera remplacé par Jean Maturié, prêtre jureur[C 5]. Pierre Calmels, qui se cache dans la paroisse, sera arrêté le lorsqu'un détachement de gardes nationaux est envoyé à Mayrac. Il est délivré sur place à la suite des menaces de la population et de l'intervention de Clavel[C 6],[L 4](officier, propriétaire au Pigeon). Le , à la suite de ces incidents les administrateurs de Martel décident que les cloches seront brisées, ce qui fut fait le lendemain avec la protection de 150 fantassins et de 50 cavaliers[L 5].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

copie de deux pages d'un livre imprimé en 1789 donnant une liste de nom de députés avec la profession
Liste des députés de la sénéchaussée du Quercy à l'Assemblée Nationale de 1789, Pierre-Joseph de La Chèze, seigneur de Mayrac, est le dernier des douze[45].
Fusion et défusions de Saint-Sozy, Meyronne et Mayrac.
À la Révolution il y avait 3 communes, Saint-Sozy, Meyronne, Mayrac
1790 : la Révolution érige les paroisses en communes.
En 1800 une seule commune, Saint-Sozy
1800 : Création de la grande commune de Saint-Sozy.
En 1845, Meyronne redevient commune
1845 : Meyronne est de nouveau autonome.
En 1946, Mayrac redevient commune, retour au pont de départ
1946 : Mayrac est recréée en commune.

Pierre-Joseph de Lachèze récupère ses biens à Mayrac en 1815. Louis XVIII le nomme maître des requêtes au Conseil d’État. Élu dans la Chambre introuvable, il reçoit des lettres d'anoblissement[46]. Il revend, avant son décès en 1833, le château de Mayrac à Jean-Baptiste Fayette (maire de Saint-Sozy entre 1848 et 1870). Le château devient la propriété de Charles Nouailhac, notaire à Martel, par son mariage avec Aricie Fayette, le [C 7],[L 6].

Pendant la Première Guerre mondiale, dix-neuf Mayracois âgés de 20 à 47 ans, meurent pour la France[47]:5-9. Le premier d'entre eux tombe en Lorraine (annexée par l'Empire allemand depuis 1871) après seulement 8 jours au front, le [47]:10-11. Lors de la première bataille de Champagne, trois d'entre eux meurent aux envions des Hurlus en l'espace d'une semaine entre le et le [47]:17-21. Quatre poilus de Mayrac sont morts à Verdun en 1916 et 1917, trois sur le front de l'Aisne en 1917 et 1918, et deux à Ypres en 1915 et 1917. Un poilu est mort en captivité victime d'une épidémie de diphtérie ou de typhus[47]:22-23, un autre est tombé en Serbie[47]:36-39. Une famille a perdu deux de ses trois fils en l'espace de 10 mois[47]:12-15. Un monument aux morts rappelle leur sacrifice, ainsi qu'une plaque émaillée dans l'église[47]:68-70.

Pendant la Seconde Guerre mondiale Mayrac n'a subi ni combats ni pertes humaines. L'envahissement de la zone libre le , puis la création progressive du STO, faisant suite à la Relève, qui devient complète en , pousse de nombreux jeunes lotois à entrer dans la clandestinité puis à participer à la constitution de maquis[48]. Un maquis, affilié début 1944 aux FTP (comme de nombreux maquis du Lot)[49]:113-123, et commandé par Antoine Delpeyroux[Note 5], alias Tony[50], est actif dans le secteur de Souillac-Gourdon. Il intervient à Mayrac dont il utilise les salles du château (à l'époque inhabité) comme base et lieu de détention provisoire de prisonniers. Il combat sous l'autorité de Robert Noireau (alias Colonel Georges), compagnon de la Libération, qui dirige les maquis du Lot[51],[52]. À partir du , les activités s'intensifient car, d'un côté on prépare le débarquement (sabotages d'usines d'armement à Figeac, coupures des voies ferrées et des routes), et de l'autre côté la 2e Panzerdivision SS Das Reich, arrivant du front russe où elle a été décimée, est redéployée à partir d'avril autour de Montauban où elle doit à la fois se reconstituer et réduire les maquis, en particulier du Lot[53]. Elle mène alors de nombreuses opérations et exactions dans le Lot et la région (déportés de Figeac, massacre de Gabaudet, pendus de Tulle, massacre d'Ouradour-sur-Glane), avant de rejoindre le front de Normandie. Le , un accrochage a lieu en deux endroits de Saint-Sozy (Mayrac est alors intégrée à cette commune)[54] entre des maquisards qui convoient de l'armement récemment parachuté (Opération Cadillac)[49]:173-174,[54] et les troupes d'occupation. Six résistants meurent ce jour-là à Saint-Sozy.

Dans le même temps, Édouard Laval (1894-1963), né à Lacave, forgeron et mécanicien au Pigeon est un ancien combattant de 1914-1918, gueule cassée, grand mutilé de guerre, titulaire de la Médaille militaire[55]. Ayant adhéré au Parti communiste français (PCF) vers 1936[56]. Il participe au regroupement des forces du PCF dans le Lot lorsque celui-ci est interdit, en 1939[57]. Très actif dans la Résistance[58] plusieurs fois arrêté, jugé une première fois à Cahors il bénéficie d'un non-lieu[56]. Il est finalement arrêté le , condamné le à Agen à 1 an de prison et 1 200 francs d'amende. Emprisonné au centre de détention d'Eysses puis à celui de Saint-Sulpice-la-Pointe, il tient en prison auprès des jeunes résistants détenus un rôle de mentor qui participe au maintien du moral de ceux-ci[59], finalement à 50 ans il parvient à s'évader[Note 6].

D'autres Mayracois s'illustrent par leur esprit de résistance à l'envahisseur. Ainsi de Gilbert Varlan (189.-1974), prêtre catholique, ordonné en 1922, et curé de Mayrac de 1926 (et aussi de Saint-Sozy, Blanzaguet, Meyronne, Creysse) jusqu'à sa mort[61]. Très engagé dans la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, sa cure de Saint-Sozy servant de précieux relais[49]:126,[Note 7]. Il en est encore ainsi de Lucie Constanty épouse Grandou (1901-1985) et de son mari Marcellin Grandou (1898-1965), couple d'agriculteurs au Fustié, qui font partie des 51 lotois reconnus en 2017[65],[66] Juste parmi les nations, comme Léa Grandou (sœur de Marcellin) épouse Louradour et son mari Élie Louradour, établis à quelques centaines de mètres plus loin au Mas Rambert (commune de Saint-Sozy). Les deux couples ont hébergé en 1944 et sauvé les deux enfants Hess, Claude et Danielle[66],[67]. Elie Louradour met le père des enfants Hess en contact avec Antoine Delpeyroux, Monsieur Hess en devient l'adjoint dans la résistance[67].

Mayrac est réunie à la commune de Saint-Sozy en 1801 (ou avant) au sein du canton de Souillac. Pendant cette période, le conseil municipal de Saint-Sozy comporte un adjoint spécial et trois conseillers municipaux, représentants de la communauté de Mayrac. Elle est érigée à nouveau en commune par arrêté préfectoral du [44]. Au terme des élections des et , le premier conseil municipal de 10 membres est installé, Louis Céllié est élu premier maire de la nouvelle commune[L 8]. Pendant les années qui s'ensuivent, et en l'absence de locaux spécifiques, la propriétaire du château de Mayrac met à la disposition du conseil municipal une salle du rez-de-chaussée pour accueillir la maison commune. En 1956, la construction d'une mairie par allongement du bâtiment de l'école est décidée[L 9], son entrée en service date de 1961. Les exigences réglementaires, en particulier d’accessibilité, imposent la construction d'une nouvelle maison commune qui est inaugurée en 2014[68].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Dans cette petite commune rurale il est usuel qu'une seule liste, sans étiquette partisane, se présente aux scrutins municipaux, la totalité des candidats étant élus au premier tour[69].

Au premier tour des élections présidentielles, depuis 1974 à 2012, les électeurs mayracois, comme l'ensemble de ceux du département du Lot, ont toujours majoritairement porté leur choix vers le (la) candidat(e) présenté(e) par le Parti Socialiste. Au rang des exceptions ; l'élection de 1969, où Georges Pompidou, domicilié à Cajarc (Lot), est en tête au premier tour dans le département du Lot, et celle de 2017 où Emmanuel Macron fait de même, à Mayrac et dans le département[69],[70].

Au premier tour des élections législatives de 2002, 2007 et 2012, pour la seconde circonscription du Lot, les électeurs mayracois ont toujours placé en tête le candidat du Parti Socialiste. En 2017, dans le contexte de l'élection à la présidence de la République d'Emmanuel Macron, la candidate de La République en Marche est arrivée en tête, immédiatement suivie par le candidat socialiste[69].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[71].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[72],[L 10]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1793 Jean Castagné    
1793 1794 Jean Borne    
1794 1800 Jean Castagné    
1800 1946 Fusionnée à Saint-Sozy    
1946 1965 Louis Céllié Sans Agriculteur
1965 1971 Paul Céllié Sans Agriculteur puis banquier
1971 1989 Roger Grenaille Sans Agriculteur
1989 1995 Jean-Marie Lavergne Sans Agriculteur
1995 2020 Thierry Laverdet   Entrepreneur agricole
2020 En cours
(au 6 juin 2020)
Christophe Lacarrière   Ingénieur

Rattachements administratifs, électoraux et statistiques[modifier | modifier le code]

Du point de vue des collectivités territoriales, Mayrac fait partie de la communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne (code Insee 200066371)[Insee 1]. Cette collectivité, créée le puis élargie à compter du , est surnommée en abrégé Cauvaldor[73]. Elle succède à la communauté de communes du Pays de Souillac créée en 1994 et à laquelle Mayrac adhère depuis sa création, communauté élargie à la commune de Rocamadour en 2010, puis élargie à sept communes de Haute Bouriane en 2013. Cauvaldor, qui regroupe 79 communes et 45 583 habitants en 2018, est organisée en cinq pôles territoriaux. La commune est représentée par un de ses conseillers municipaux au conseil du pôle territorial de Souillac et par son maire au conseil communautaire[74].

Du point de vue administratif, Mayrac fait partie de l'arrondissement de Gourdon.

Du point de vue électoral, Mayrac fait partie du canton de Souillac et de la deuxième circonscription du Lot.

Du point de vue judiciaire, Mayrac relève du tribunal d'instance de Cahors, du tribunal de grande instance de Cahors, de la cour d'appel d'Agen, du tribunal pour enfants de Cahors, du conseil de prud'hommes de Cahors, du tribunal de commerce de Cahors, du tribunal administratif de Toulouse et de la cour administrative d'appel de Bordeaux[75].

Du point de vue du découpage statistique territorial, l'Insee classe Mayrac comme commune rurale, dans le bassin de vie de Souillac (code 46309) et dans la zone d'emploi de Brive-la-Gaillarde (code 0057)[Insee 1].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Eau potable et assainissement[modifier | modifier le code]

vue du château d'eau qui imite le style quercynois avec une toiture conique en tuiles plates
Le château d'eau, fruit d'un effort d'insertion architecturale.

La commune est membre du syndicat intercommunal d’adduction d’eau potable (SIAEP) de la moyenne vallée de la Dordogne, originellement créé en 1958 par les quatre communes de Saint-Sozy, Meyronne, Creysse et Mayrac, auxquelles s'est adjoint en 1968 la commune de Pinsac pour la desserte de son hameau de Blanzaguet. L'actuel syndicat procède d'un arrêté préfectoral de 1982[76], regroupant huit communes puisqu'il dessert dorénavant quelques petites parties de Souillac, Lachapelle-Auzac et Baladou. Son siège est transféré en 2017 à Creysse. L'exploitant du réseau de distribution d'eau potable étant SAUR Midi-Pyrénées qui gère la facturation, la relève des compteurs d'eau et le réseau[77].

Il n'y a pas d'assainissement collectif, le service public d'assainissement non collectif (SPANC), basé au siège de la communauté de communes à Souillac) est chargé depuis de contrôler les dispositifs individuels d'assainissements et de veiller à leur bon état de fonctionnement.

Collecte des déchets[modifier | modifier le code]

La gestion des déchets est déléguée au syndicat mixte départemental pour l'élimination des déchets ménagers et assimilés (SYDED)[78], créé en 1996. La collectivité chargée de la collecte des déchets est la communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne, laquelle dispose de plusieurs déchèteries à la disposition des Mayracois, les plus proches étant l'une à Souillac et l'autre à Martel. Les verres sont recueillis dans des points d'apport volontaire répartis sur le territoire communal. Sous l'égide du SYDED, engagé dans le projet « Territoires zéro déchet, zéro gaspillage », lancé par le ministère de l’Environnement et porté par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), le tri est dans le Lot particulièrement développé. Des containers spécifiques de couleur verte, aussi nombreux que les containers bruns réservés aux déchets putrescibles, sont largement répartis sur le territoire communal, permettant une collecte de l'intégralité des matières plastiques (y compris polystyrène, sachets, blisters, films, opercules divers, etc.)[79].

Feux[modifier | modifier le code]

La pratique des feux de végétaux est interdite par un arrêté préfectoral de 2012[80].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Budget[modifier | modifier le code]

En 2019, selon la Direction générale des Finances publiques (DGFiP), les opérations de fonctionnement ont entraîné un résultat comptable bénéficiaire arrondi à 11 000 . Les recettes de fonctionnement s'élevaient à 160 000  tandis que les dépenses de fonctionnement étaient de 149 000 .

Toujours en 2019, la capacité de financement de la section d'investissement était de 62 000 . Les recettes d'investissement s'élevaient à 89 000  tandis que les dépenses d'investissement s’élevaient à 38 000 . Dans ces dépenses d'investissement, le remboursement d'emprunts s'élève à 22 000 [81].

Capacité d'autofinancement par habitant[modifier | modifier le code]

Depuis les années 2000, la capacité d'autofinancement[Note 8] qui était dans les premières années à un niveau équivalent à la moyenne de la strate (communes de 250 à 500 habitants appartenant à un groupement fiscalisé) s'est dégradée ensuite jusqu'à devenir quasiment nulle en 2015 mais se redresse depuis[81] :

Capacité d'autofinancement par habitant.
Résultats exprimés en € et par habitant. Strate des communes de 200 à 500 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Mayrac 43 88 11 5 4 40 7 46 49 91 77 114 120 155 138 145 110 161 165 155
Moyenne de la strate[Note 9]. 167 158 156 146 148 150 156 168 162 140 145 196 206 209 180 171 163 153 166 172

Fiscalité[modifier | modifier le code]

Taux et produits des impôts locaux à Mayrac (en 2019)[81].
Taxe Taux appliqué (part communale) Taux moyen dans la strate Recettes dégagées en €
Taxe d'habitation (TH) 7,98 % 11,22 % 26 000
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 16,97 % 13,65 % 34 000
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 137,87 % 37,87 % 17 000
Cotisation foncière des entreprises (CFE) 0,00 % 0,00 % 0

Jumelage[modifier | modifier le code]

Au , Mayrac n'est jumelée avec aucune commune[83].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[84]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[85].

En 2019, la commune comptait 259 habitants[Note 10], en diminution de 5,47 % par rapport à 2013 (Lot : +0,19 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
484485264209225214215201209
1999 2006 2007 2012 2017 2019 - - -
207248254272249259---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[86] puis Insee à partir de 2006[87].)
Histogramme de l'évolution démographique

Entre 1800 et 1946, la commune disparaît, intégrée dans celle de Saint-Sozy dont elle constitue une section communale. Dès lors aucune donnée officielle individualisant l'effectif de population de Mayrac n'est disponible. Mais à partir de 1841, les formulaires enregistrant les listes nominatives de recensement de chaque commune spécifient le bourg, hameau et lieu-dit de domiciliation de chaque foyer recensé et la dernière page du livret résume les effectifs de population par section de commune. Il est donc possible de reconstituer un tableau des effectifs du territoire de la section de commune de Mayrac au sein de la commune de Saint-Sozy, à partir des sections A (du Pigeon) et B (de Mayrac) constitutives de la commune recréée en 1946[88].

Évolution de la population de la section de commune de Mayrac (commune de Saint-Sozy)[88].
1841 1886 1891 1896 1901 1906 1911
458 393 364 344 362 346 324

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 27,7 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (26,4 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,7 % la même année, alors qu'il est de 37,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 123 hommes pour 133 femmes, soit un taux de 51,95 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,43 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[89]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
0,0 
6,7 
75-89 ans
14,0 
18,3 
60-74 ans
19,4 
29,2 
45-59 ans
22,5 
15,8 
30-44 ans
17,8 
12,5 
15-29 ans
8,5 
16,7 
0-14 ans
17,8 
Pyramide des âges du département du Lot en 2018 en pourcentage[90]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,3 
90 ou +
2,9 
10,8 
75-89 ans
13,6 
23,3 
60-74 ans
23,1 
21,2 
45-59 ans
20,9 
15,2 
30-44 ans
14,7 
13,4 
15-29 ans
11,3 
14,8 
0-14 ans
13,3 

Importance relative de la commune en France[modifier | modifier le code]

Le tableau résume le rang qu'occupe la commune parmi les communes de France au regard de la population, de la superficie et de la densité d'habitat à différents niveaux administratifs en 2016[91]. Ainsi, Mayrac est, en 2016, parmi les 18 communes du nouveau canton de Souillac, la 14e au regard de la population, mais la 7e pour la densité de l'habitat.

Rangs de Mayrac parmi les communes françaises en 2016.
Niveau administratif Population Superficie Densité Nombre de communes en 2016
France 23591e 23201e 20026e 35885
Occitanie 2428e 3022e 1922e 4487
Lot 174e 249e 92e 326
Arrondissement de Gourdon 53e 69e 24e 81
Canton de Souillac 14e 16e 7e 18

Enseignement et niveaux d'études[modifier | modifier le code]

Mayrac a une école primaire publique à partir de 1910. Une école privée catholique existait déjà et a encore fonctionné quelques années avant de disparaître[L 11]. En 1933, les classes deviennent mixtes[L 12] et les élèves sont répartis en classes de niveaux. En 1956, le bâtiment de l'école est agrandi pour accueillir la mairie. De 1956 à 2013, l'école est colocalisée avec la mairie. Depuis les années 1970, les quatre communes de Mayrac, Creysse, Meyronne et Saint-Sozy, puis celle de Lacave (Lot), ont mutualisé leurs ressources en matière d'enseignement primaire pour l'accueil de 86 enfants en 2016, et 83 en 2017. Un service de transport scolaire en car est organisé entre les diverses communes. Depuis la rentrée de , les élèves de ces 5 localités sont scolarisés dans un nouveau groupe scolaire intercommunal primaire, d'une capacité d'accueil de 100 élèves et de 4 classes, situé à Saint-Sozy[92],[93],[94]. Emmanuel Macron, président de la République, visite l’école le [95].

Mayrac dépend de la circonscription de l'Éducation nationale de Gourdon[96].

Pour l'enseignement secondaire, la carte scolaire lotoise établie en 2016 prévoit la scolarisation des élèves sur la commune de Souillac, respectivement au collège Le Puy d'Alon[97], et pour le lycée, au lycée polyvalent Louis Vicat pour l'enseignement général et technologique, et au lycée hôtelier Quercy Périgord pour l'enseignement professionnel[98].

En 2017, un dixième de la population non scolarisée de la commune ne possède aucun diplôme (en baisse), près d'un tiers dispose d'un diplôme professionnel et plus des deux cinquièmes (en augmentation) ont un diplôme de niveau baccalauréat ou supérieur[99].

Distribution de la population non scolarisée de Mayrac en fonction du plus haut diplôme détenu, en 2017.
Aucun diplôme Brevet des collèges CAP et BEP Baccalauréat et Brevet professionnel Diplôme de l'enseignement supérieur
Mayrac 9,6 % 5,3 % 31,3 % 24 % 17,3 %
Sources des données : L'Internaute d'après l'Insee[99].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

cour de l'école avec au rez-de-chaussée une ancienne salle de classe transformée en salle polyvalente
La salle des fêtes, intégrée dans le bâtiment de l'école.

La commune s'est dotée d'une salle des fêtes mise à la disposition des associations ou des particuliers mayracois ou extérieurs à la commune[100]. Cinq associations à caractère culturel ont leur domiciliation administrative à Mayrac : un comité des fêtes, deux associations de chasse, un club de théâtre et un club des aînés[101]. Le comité des fêtes organise chaque année une fête votive qui prend place autour du premier weekend de juillet. Le comité porcin du Lot organise depuis 2017 sa Fête du cochon le dernier vendredi de juillet à Mayrac[102],[103], en 2019, pour sa 17e édition, près de 1 000 personnes ont participé à cette manifestation[104]. Par ailleurs, plusieurs soirées à thème sont organisées durant l'année[105].

Bonhomme de 3 mètres de haut fait de bottes et de balles rondes de paille annonçant la fête de la terre des 11 et 12 août.
Bienvenue à Mayrac pour la Fête de la terre, août 2018.

Du au , Mayrac a accueilli la 23e édition de la Fête de la Terre organisée pour la seconde fois en 4 ans par les Jeunes agriculteurs du Lot au Pigeon [106],[107], au cours de laquelle se sont déroulés : les championnats de France de tonte de moutons (tonte à la machine, tonte aux forces, tri de toisons de laine), qualificatifs pour les championnats du monde de 2019 en France[108],[109], le Tournoi des 6 Nations de tonte, et le concours départemental de labour[110]. La manifestation a rassemblé 8 000 visiteurs et 150 tondeurs tandis que les tondeurs locaux se sont illustrés avec les titres de champions de France de Loïc Leygonie (Cuzance) en tonte à la machine et de Loïc Jauberthie (Mayrac) en tonte aux forces[111],[112]. Ce dernier est par ailleurs vainqueur de plusieurs concours de tonte aux forces en France (catégorie senior) et en Nouvelle-Zélande (catégorie junior)[113].

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de professionnel de santé ni d'établissement de santé à Mayrac. Le centre de secours desservant est celui de Souillac. Les cabinets médicaux, cabinets dentaires et les pharmacies de proximité sont situés à Souillac[114] et Martel[115]. Des cabinets para-médicaux sont présents aussi dans ces villes ainsi qu'à Saint-Sozy[116].

Les hôpitaux et cliniques médico-chirurgicales de proximité sont à Brive-la-Gaillarde et Gourdon.

En 2020, pour faire face à la crise liée à la pandémie de covid-19, la commune de Mayrac se mobilise en mettant à la disposition de Cauvaldor des locaux communaux pour créer avec la participation de l'atelier couture de la vallée des Rocs, un atelier de confection de masques de protection faciale dans lequel des bénévoles locales confectionnent jusqu'à 400 masques par jour [117],[118],[119].

Sports[modifier | modifier le code]

grand panneau explicatif pour les randonneurs, comportant la carte détaillée de tous les chemins de randonnée balisés par l'association Vallée des Rocs
Au Pouzadou, l'ensemble des sentiers pédestres gérés par Vallée des Rocs, Saint-Sozy (Lot, France).

Il n'y a pas de club ou d'association sportive ayant leur siège à Mayrac, hormis les deux associations de chasse. L'office départemental du tourisme du Lot a balisé un circuit de randonnée largement consacré à la commune de Mayrac, dénommé « À la découverte des châteaux du causse de Martel »[120], ainsi qu'un circuit de randonnée équestre de 5 jours dénommé « À cheval dans la vallée de la Dordogne » qui longe la commune au sud-est[121]. De plus, Mayrac participe avec les cinq communes voisines à la vie de l'association « Vallée des Rocs »[122], dont le siège est à Saint-Sozy, qui gère 120 km de sentiers pédestres entre causse et vallée de la Dordogne. Le circuit balisé dit de la « Grande boucle », long de 60 km, traverse la commune depuis le Pech Touloumo jusqu'à la D 33 en passant par le bourg, le Pouzadou et le Pit[123].

Médias[modifier | modifier le code]

L'actualité de Mayrac est couverte par deux journaux. D'une part, La Dépêche, grand quotidien régional, au moyen des correspondants locaux du bureau de Souillac. Le plus illustre de ces correspondants étant le mayracois René Yronde[124] qui a œuvré pendant près de 50 ans. Et d'autre part, La Vie Quercynoise, hebdomadaire disponible en version imprimée et en ligne[125], lequel traite aussi de sujets en relations avec Mayrac.

La municipalité édite depuis 1995 un journal municipal intitulé Mayrac Aujourd'hui, distribué gratuitement dans tous les foyers et dont les parutions récentes sont disponibles sur le site web de la mairie.

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune dépend du « groupement paroissial de Martel et Cressensac », au sein du « doyenné de Cère Dordogne », lui-même partie du diocèse de Cahors[126]. À Mayrac, le lieu de culte de ce groupement paroissial est l'église Saint-Martin ; en 2019 la messe dominicale y est célébrée une fois par mois, généralement le premier samedi[127].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2015, le revenu disponible médian par unité de consommation est de 19 997  pour les 104 ménages fiscaux de la commune (regroupant 243,5 personnes), pour mémoire il était en 2013 de 20 175  pour les 107 ménages fiscaux de la commune (regroupant 249 personnes)[Insee 6].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 158 personnes, parmi lesquelles on compte 80,7 % d'actifs dont 71,3 % ayant un emploi et 9,3 % de chômeurs[Insee 7]. Depuis 2010, le taux de chômage communal est inférieur à celui de la France[128].

On compte alors 51 emplois dans la commune, contre 44 en 2010. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 115, l'indicateur de concentration d'emploi est de 44,7 %, ce qui signifie que la commune offre un peu moins d'un emploi pour deux habitants actifs[Insee 8].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , la commune accueille 29 établissements actifs, dont 11 dans le domaine de l'agriculture-sylviculture, 3 dans le secteur industriel, 5 dans la construction, 6 dans le commerce et les services et 4 dans l'administration, l'enseignement et l'action sociale[Insee 9].

Agriculture[modifier | modifier le code]

image montrant un bâtiment cylindrique récent surmonté d'une coupole qui est le cœur de l'unité de fabrication de méthane
Unité de méthanisation des effluents d'élevage au Garrit-Bas.

L'évolution de l'agriculture entre 1988 et 2010, montre un secteur toujours en mutation, même si cette activité est encore importante au sein de la commune, puisqu'elle représente 38 % des entreprises ; ainsi les exploitations ont vu leur nombre diminuer de 40 % sur la période[Note 11],[129] :

Évolution de l’agriculture à Mayrac (46) entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 28 23 17
Équivalent Unité de travail annuel 59 27 27
Surface Agricole Utilisée (SAU) (ha) 513 452 488
Cheptel (nombre de têtes de gros bétail) 1201 1256 1157
Terres labourables (ha) 354 351 342
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 18,3 19,7 28,7

La production agricole de la commune soutient l'élevage local, producteur de canards gras, agneaux fermiers du Quercy (IGP et Label Rouge)[130] de la race Causse du Lot, porcs au grain du Sud-Ouest (IGP-2013- Label Rouge)[131],[132], noix (Mayrac est dans l'aire d'implantation de l'AOC 2002 et de l'AOP 2007 de la Noix du Périgord), chèvres dont le lait entre dans la fabrication du Rocamadour (AOC-1995). Mayrac est enfin dans la zone d'appelation du Bleu d'Auvergne, fromage persillé au lait de vache (AOC-1975, AOP-1996)[133].

Depuis , la SARL Le Garrit Environnement Energie (LG2E) exploite une unité de méthanisation agricole sur la commune de Mayrac. Cette installation a été créée à côté d'un élevage porcin et des serres horticoles d'un groupement agricole familial. La proximité de ces différentes unités permet : d’une part, de valoriser le lisier de l’élevage par méthanisation pour produire de l’énergie électrique et de la chaleur par cogénération, et d’autre part de valoriser la chaleur produite pour chauffer les serres et la nurserie de la porcherie[134]. Deux arrêtés préfectoraux, un provisoire en 2011[135] puis un définitif le [Note 12], autorisent une exploitation de 30 tonnes de biodéchets par jour. Un projet d’extension de l'activité à 60 tonnes de biodéchets par jour est déposé le . L'enquête publique est close par un avis favorable[136] ; dans un contexte local dégradé par le projet contesté de Bioquercy[137]. L'autorisation d'exploitation pour le traitement de 60 tonnes/jour de biodéchets est donnée par un arrêté préfectoral du , modifié par arrêté du [138],[139].

En 2018, un magasin de produits fermiers locaux, proposés en circuit court, a ouvert sur la D 15 entre le Pigeon et Saint-Sozy. Attenant à une salle de découpe, le Cass’Dale propose les produits du GAEC du Bourg, de Mayrac, et de quelques exploitations avoisinantes : viande de porc, noix et cerneaux, huile de noix, pintades et poulets élevés en plein air, miel de Saint-Germain-du-Bel-Air, bières de Martel, pain de Creysse, légumes de Souillac, conserves de Gignac, crèmes chocolatées au lait de chèvre et yaourts bio de Lachapelle-Auzac, Rocamadours fermiers de Saint-Sozy, mais aussi foies gras cuisinés, canard et charcuteries locales, jus de fruits et vins du Lot, etc[140],[141].

Industrie et artisanat[modifier | modifier le code]

En dehors des entreprises du secteur agricole, le tissu économique de la commune est constitué par l'artisanat (antiquités, poterie, espaces verts et paysagistes), les services à domicile, les travaux publics et bâtiments, et un garage de réparation automobile et agricole[142].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Mayrac est membre de l'office de tourisme « Vallée de la Dordogne »[143] qui, depuis 2016, regroupe 148 communes constituant le plus grand office de tourisme de France[144].

En 2018, l'hébergement touristique proposé sur Mayrac se répartit entre deux établissements offrant des chambres d'hôtes, six gîtes[145],[143],[146], et un camping 3 étoiles (comportant 51 emplacements et offrant aussi des gîtes et chalets)[147],[Insee 10].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments remarquables[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[148] et un autre répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[149]. Par ailleurs, elle ne compte aucun objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques[150] ni à l'inventaire général du patrimoine culturel[151].

Le château de Mayrac date du XVe siècle. Situé au centre du bourg, face à l'église, il comprend deux corps de logis formant équerre et une tour ronde à demi engagée reliant ces corps. L'entrée se fait au bas de la tour par une porte aux montants moulurés, surmontée d'une accolade et d'un fronton dont les armoiries ont été mutilées. Les ouvertures sont en accolades ou à meneaux. L'escalier à vis de la tour dessert les trois étages. La vaste salle du premier étage comporte une cheminée dont le manteau est sculpté de trois écus, dont au centre les armoiries des Luquet (d'azur, au loup rampant de sable, au chef cousu de gueules, chargé de trois étoiles d'or)[C 8]. Ses façades et toitures sont inscrites par arrêté du à l'inventaire des monuments historiques[152].

L'église paroissiale est sous le vocable de saint Martin, elle dépendait de Souillac[153]. Le bâtiment primitif roman et rectangulaire (peut-être du XIIe siècle) comprenait deux travées avec chevet plat[C 9]. Dans les pouillés les plus anciens, le prieuré et l'église de Mayrac apparaissent en taxation dès 1526. Passé le portail, se trouve un palier surélevé par rapport au sol de l'église. L'ancienne table de communion, œuvre de la famille Luquet du Chaylar, a été déplacée pour former la balustrade du palier. Au XVe siècle, une troisième travée fut ajoutée au levant de même qu'une chapelle seigneuriale au nord, dont la clé de voûte, comme celle du chœur, porte les armoiries des Luquet. Le mur pignon porte deux ouvertures campanaires munies de cloches respectivement de 400 et 250 kg, fondues en 1804 en remplacement de celles détruites en 1796[C 10]. Le portail en bois date de 1775[C 11]. Le vitrail du chœur est l'œuvre de Georges-Émile Lebacq ; réalisé en 1942, il a été offert par la Jeunesse agricole catholique de Mayrac. Une chapelle a existé au Pigeon vers 1500, mais il n'en reste aucune trace[153]. L'édifice est référencé dans la base Mérimée et à l'Inventaire général de la région Occitanie[154].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Monuments mémoriaux[modifier | modifier le code]

Plaque blanche portant en bleu la photo du couple Grandou jeunes, les logos de Mayrac et du Comité français Yad Vashem et une exhortation des passants à se souvenir.
Plaque sérigraphiée apposée sur la mairie de Mayrac honorant la mémoire de Marcellin et Lucie Grandou

Mayrac comporte deux monuments faisant mémoire. D'une part le monument en mémoire des 19 morts de la Première Guerre mondiale dont la construction a été décidé par le conseil municipal en 1922 alors même que Mayrac n'est pas à l'époque une commune (les deux sections de Mayrac et du Pigeon étant alors partie de Saint-Sozy)[47]. D'autre part la plaque apposée en 2019 par le Comité français pour Yad Vashem en mémoire de Marcellin et Lucie Grandou, Justes parmi les Nations de Mayrac. Celle-ci est fixée sur la façade de l'ancienne mairie à l'entrée du bourg[155].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les monolithes du Pigeon[Note 13] et de Lascoux (lieu-dit la Pierre Plantée[Note 14]) sont situés sur un itinéraire antique passant par ces deux hameaux, découvert et décrit par Armand Viré en 1925. Sur ce chemin qui pourrait être partie de la route antique de Rodez à Périgueux, et traversait la Dordogne au gué de Blanzaguet, trois bornes de pierres de 1,75 m et 1,9 m de haut pour un diamètre de 0,82 m sont dressées dont deux à Mayrac, et la troisième à Rignac (commune de Cuzance). Elles ressemblent à des milliaires romains[156],[157] mais leur intervalle variable (1650 et 1 675 m) ne correspond ni à un mille romain, ni à une lieue gauloise. Il pourrait s'agir de marques de limites entre communautés paroissiales anciennes car elles se trouvent toutes à un point de jonction de trois communes[158]. Elles sont communément appelées « Pierres plantées ».

La motte médiévale du Pigeon-Haut[Note 15],[159],[160] est située stricto sensu sur le territoire souillaguais, tandis que le puits et la mare qui la desservaient sont mayracois, sur un point culminant à 249 m, et à l'entrée du chemin du Pigeon à Pinsac qui suit la ligne de crête et qui est bordé par les pierres plantées sus-nommées. L'ensemble forme un tertre entouré d'un fossé, le premier étant obtenu par l'amoncellement de terre récupérée du second. Le tout de forme ovoïde mesure 42 × 28 m, orienté nord-sud. Scientifiquement fouillée en 1997, un très important matériel archéologique y a été récolté (plus de 9 000 tessons de céramiques, 6 pointes de fer de trait à douille, une pointe de flèche à douille, une fusaïole, une houe, une clé forée, de la quincaillerie en métal, un éperon à molette, des objets de parure et de toilette, des objets de jeu, etc.) ainsi qu'une monnaie datant de la première moitié du XIIIe siècle. Les essais d'interprétation de ce site sont délicats. Jean-Pierre Girault et Pierre Billiant[160] penchent pour une construction de l'abbaye de Souillac visant à protéger ses intérêts (partie du Pigeon et tutelle de l'église de Mayrac), sur un sommet dominant la cuvette.

La grange de Lascoux et sa charpente en carène, dite à la Philibert Delorme, date de 1846 et a sans doute été remaniée par la suite[161]. La grange fait partie d'une ferme à logis et grange dissociés. Sa structure de plain-pied, avec trois ouvertures en façade et une organisation intérieure en travées, est de type limousin. Elle permettait de décharger les gerbes et le foin dans le comble tout en donnant accès aux crèches où se répartissent les étables. Sa charpente est formée de couples de chevrons-arbalétriers courbes, en planches de peuplier assemblées en quinconces par des chevilles, et ennoyés en pied dans la maçonnerie des surcroîts. Ces couples portent directement le voligeage sans l'intermédiaire de liernes. Le comble a probablement été entièrement reconstruit à l’époque de la diffusion massive de l’ardoise. Avant sa restauration en 2016, des pièces moisées avaient été rapportées et modifiaient le galbe initial ainsi que la ligne de faîtage[161]. La restauration de 2016, effectuée avec le soutien du département[162], a permis de restituer le dispositif d'origine et d'améliorer la structure de la «lucarne fenière»[Note 16].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

deux brebis typiques de la race caussenarde avec leurs toison noire autour des yeux faisant penser à des lunettes
Caussenard, agneau et brebis du Lot.

Sise dans le Haut-Quercy, Mayrac se trouve à la limite nord de l'aire du dialecte languedocien de la langue occitane, encore très parlé au milieu du XXe siècle.

Sa gastronomie est celle du Quercy, faite de canards gras, foie gras, rillettes de canard et d'oie, confits, agneau fermier du Quercy de la race Causse du Lot[164], porc au grain du Sud-Ouest[132], truffes noires du Périgord, cèpes, noix, cabécous de Rocamadour, mique, tourain, chabrot, eau de vie de prune, etc.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

paysage pris sur le côté de l'église montrant que Mayrac domine la vallée de la Dordogne
Balcon sur la vallée de la Dordogne depuis l'église de Mayrac, au fond Saint-Sozy.

Mayrac est incluse dans l'aire de transition de la plus grande réserve de biosphère de France, le « Bassin de la Dordogne »[165]. Par ailleurs, elle est limitrophe de la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) des « Coteaux de Creysse »[166] qui affleure la commune de Mayrac au niveau de la route D 33 ; et enfin de la zone de la « Vallée de la Dordogne quercynoise » du réseau Natura 2000[167].

Du point de vue floristique et faunistique, l'inventaire du patrimoine naturel connu de la commune (observations faites entre 1985 et 2012)[168], recense 43 espèces, dont 40 espèces indigènes et 3 espèces introduites envahissantes. Ces dernières sont le frelon asiatique, le cerf sika et le groseillier à grappes. Parmi les espèces indigènes recensées il n'y a que deux espèces animales ; le chevreuil européen et le cerf élaphe.

Les 38 taxons végétaux indigènes recensés sont : Érable champêtre, Gouet d'Italie ou Pied-de-veau, Fougère femelle (Polypode femelle), Laîche des bois, Charme, Cornouiller sanguin, Noisetier, Aubépine à un style (Épine blanche), Gaillet croisette, Sceau de Notre Dame (Dioscoreaceae), Fougère mâle, Bonnet-d'évêque (Fusain d'Europe), Frêne commun, Gaillet gratteron, Herbe à Robert, Benoîte commune, Lierre terrestre, Lierre grimpant, Houlque molle, Troène, Chèvrefeuille des bois, Lysimaque des bois, Myosotis faux scorpion, Grande Listère, Peuplier noir, Merisier vrai, Fougère aigle, Renoncule des bois, Rosier des champs, Ronce commune, Petit houx, Sureau noir, Scrophulaire noueuse, Stellaire holostée, Petit Orme, Grande ortie, Vesce des haies, Vigne cultivée.

Par ailleurs, les présences de l'Orchis tacheté (Dactylorhiza maculata subsp. maculata) et de la Pulmonaire à longues feuilles (Pulmonaria longifolia) ont été signalées en 2003 le long de la D 33, près du gouffre de las Aydes[169]. Mais l’orchidée commune à Mayrac, et sur le Causse, reste l’Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis, cf. image).

petite orchidée mauve dont l’inflorescence composée de très petites fleurs prend la forme d’une petite pyramide.
Orchis pyramidal, très commune sur les Causses du Quercy, ici à la limite entre Mayrac et Baladou.

Aucune espèce menacée, animale ou végétale, n'est présente sur le territoire communal[168].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

portrait du poète Mathieu Clavel
Mathieu Clavel dit Clavel d'Haurimonts, poète montmartrois né à Mayrac en 1755.
  • Pierre-Joseph de Lachèze-Murel (1744-1835), écuyer, dernier seigneur de Murel, Mayrac et Falgairoux, homme politique de la Révolution à la Restauration.
  • Mathieu Clavel dit Alexandre-Mathieu-Victor Clavel d'Haurimonts (1755-1834), successivement professeur, médecin, comptable aux postes, écrivain et poète montmartrois. Personnage original, il indique, dans le premier de ses deux ouvrages, être né à Mayrac le [Note 17][171].
  • Georges-Émile Lebacq (1876-1950), peintre belge impressionniste et post-impressionniste. Il a réalisé le vitrail « Saint Martin partageant son manteau » du maître-autel de l'église paroissiale.
  • Édouard Laval (1894-1963), grand mutilé de guerre, résistant, militant communiste, président du Conseil départemental du Lot à la Libération, entrepreneur.
  • Marcellin et Lucie Grandou, Elie et Léa Louradour, résistants, Justes parmi les Nations, exploitants agricoles à Mayrac et Saint-Sozy.
  • René Yronde (1915-2003), chroniqueur local, instituteur et journaliste local pendant 50 ans[124], ami de Pierre Betz. Il est né à Mayrac.
  • Patrick Boutot dit Patrick Sébastien (1953), imitateur, humoriste, acteur, réalisateur, chanteur, auteur-compositeur, écrivain, producteur-animateur. Il a ouvert le restaurant La table au Fou situé au Pigeon-Bas, dont sa mère était la gérante jusqu'à sa retraite.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Mayrac n'a ni blason, ni devise mais s'est dotée d'un logotype utilisé pour tous les documents et publications de la communication municipale. Ce logotype est rectangulaire, bleu d'azur traversé d'un M blanc surmontant le nom de Mayrac du même bleu. Ce logotype n'a toutefois pas été déposé à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) dans la base des marques[172].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Publications consacrées à Mayrac[modifier | modifier le code]

  • Jean Calmon, Mayrac en Quercy, Saint Yrieix, Fabrègue, , 30 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Fabien Lesage, Journal du cinquantenaire. Notre village de Mayrac, Souillac, Ayrolles, , 57 p. (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • René Yronde, Mémoires de feu et de glace. Une tendre enfance plutôt rude, , 224 p. (ISBN 978-2-9522507-0-2).

Publications consacrées au Quercy[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Le hameau du Pigeon a toujours été réparti entre plusieurs paroisses, dépendant des seigneuries ou prieurés divers, dont les seigneurs de Mayrac et l'abbaye de Souillac, au gré des aléas de l'histoire[24]. Il est toujours à cheval sur les communes de Souillac, Mayrac, Lachapelle-Auzac et Baladou. Un glissement toponymique est intervenu au cours du XXe siècle. Alors que le hameau historique est dorénavant dénommé le Pigeon-Haut ; le hameau dénommé le Débat et des constructions avoisinantes sont dorénavant dits le Pigeon-Bas. Tel n'était pas le cas jusqu'au XIXe siècle comme le montrent les feuilles du cadastre napoléonien de 1830[25] (il faut préciser néanmoins qu'au XVIIIe siècle les cartes de Cassini portent la mention unique « le Pigeon » entouré des mots Haut et Bas sans qu'il soit possible de situer ces lieux[26].
  4. Annet de la Tour est le fondateur de la branche cadette de la Maison de La Tour d'Auvergne, devenu vicomte de Turenne par mariage, il est le trisaïeul d'Henri de la Tour d'Auvergne vicomte de Turenne, devenu prince de Sedan et duc de Bouillon par mariage, et donc le quadrisaïeul du Maréchal Henri de La Tour d'Auvergne dit Turenne.
  5. Né à Estivals (Corrèze) en 1917, dans une famille de douze enfants, ses parents sont cheminots et il est très jeune quand sa famille emménage au Pigeon où sa mère devient garde-barrière. Réfractaire du STO, il se cache avec son frère René et un troisième comparse dans la ferme Clavel au Pigeon-Haut[50], chez Marie Chapelle veuve Clavel, là même où 150 ans plus tôt se cachait Pierre Calmels le curé réfractaire de Mayrac[L 7]. De là, il va progressivement constituer et commander un maquis FTP, puis une compagnie FFI qui atteint en 1944, l'effectif de 140 hommes et participe à la libération du Lot puis de Toulouse[49]:118. Il fait ensuite une carrière de garagiste à Saint-Sozy et enfin de concessionnaire à Souillac[50].
  6. Président du Comité départemental de Libération du Lot[60], il est ensuite conseiller général de Souillac, et candidat malheureux à la députation[56].
  7. Historien et amateur d'art, il est membre correspondant de la Société des études du Lot dès 1931[62]. Il œuvre à la restauration et au classement aux monuments historiques de ses églises ce qu'il obtient pour l'église Saint-Germain de Creysse en 1949, et ne cesse de se soucier de leur embellissement[63]. Son oeuvre est salué en 1959 par l'attribution du diplôme d'honneur des Amis de la plus belle France[64] décerné par la Ligue urbaine et rurale.
  8. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement. Cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[82].
  9. Communes de 250 à 500 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  11. On peut constater une différence entre les données fournies par l'Insee et par le ministère de l'Agriculture ; en cause, une définition plus restrictive de l'exploitation agricole par le ministère de l'Agriculture (attribution obligatoire d'un numéro de SIRET).
  12. Arrêté du préfet du Lot en date du , inséré dans le recueil des actes administratifs de 2013 en cours de publication au .
  13. Les coordonnées du monolithe du Pigeon sont : 44° 54′ 20″ N, 1° 31′ 24″ E.
  14. Les coordonnées du lieu-dit la Pierre Plantée sont : 44° 53′ 26″ N, 1° 31′ 09″ E.
  15. Les coordonnées de la motte médiévale sont : 44° 54′ 09″ N, 1° 31′ 13″ E.
  16. Lucarne par où l'on peut faire passer le foin dans la fenière, c'est-à-dire le grenier (ou comble) réservé à cet effet[163].
  17. Il y a débat sur son lieu de naissance, car sa fiche au Fichier Bossu de la franc-maçonnerie le fait naître à Souillac en 1757[170], or il y a bien dans le registre des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Mayrac (cote 4E272, page 115) en date du un acte de baptême de Mathieu Clavel, né au Pigeon la veille , et lui-même écrit dans un acrostiche être né Mathieu.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Site web de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Commune de Mayrac (46337) commune actuelle », (consulté le ).
  2. « Base des zones d'emploi », (consulté le ).
  3. a et b LOG T2 - Catégories et types de logements.
  4. LOG T5- Résidences principales en 2015 selon la période d'achèvement.
  5. LOG T7- Résidences principales selon le statut d'occupation.
  6. REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2015.
  7. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  8. EMP T5 - Emploi et activité.
  9. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2015.
  10. TOU T2 - Nombre et capacité des campings.

Mayrac en Quercy[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage de Jean Calmon (cf. Bibliographie),
  1. p. 14-15.
  2. p. 23.
  3. p. 23.
  4. p. 28.
  5. p. 18.
  6. p. 11.
  7. p. 30.
  8. p. 19-20.
  9. p. 13.
  10. p. 16.
  11. p. 16.

Journal du cinquantenaire[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage de Fabien Lesage (cf. Bibliographie),
  1. p. 18.
  2. p. 25.
  3. p. 26.
  4. p. 27.
  5. p. 28.
  6. p. 30.
  7. p. 27.
  8. p. 43.
  9. p. 46.
  10. p. 43,49.
  11. p. 31.
  12. p. 36.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Localisation Interactive, Orthodromie et Navigation », sur le site Lion1906, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le ).
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. Jean-Guy Astruc, « Géologie », sur le site de l'association Quercy.net, (consulté le ).
  5. Jean-Guy Astruc, Andrée Lefavrais-Raymond, Carte géologique de France (1/50 000), feuille Souillac (809), Orléans, BRGM, 1995.
  6. a et b Jean-Guy Astruc, René Cubaynes et al., Notice explicative, Carte géologique de France (1/50000), feuille Souillac (809), Orléans, BRGM, , 76 p. (ISBN 2-7159-1809-7, lire en ligne), p. 19,25,30,46,49.
  7. a et b « Synthèse des principales informations relatives aux eaux souterraines pour la commune de Mayrac », sur le site du système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Midi-Pyrénées (consulté le ).
  8. Maison de la Dordogne quercynoise, Dordogne au fil de l'eau. Une rivière en Quercy, Brive-la-Gaillarde, Éditions du Ver Luisant, , 255 p. (ISBN 978-2-84701-479-2), p. 27-31.
  9. M. Bardeau et C. Belgodere, Synthèse hydrogéologique du département du Lot : Rapport final - Rapport BRGM RP-57678-FR, BRGM, , 154 p. (lire en ligne [PDF]).
  10. Préfecture de Dordogne, « Arrêté interdépartemental portant désignation d'un organisme unique de gestion collective de l'eau pour l'irrigation agricole du sous bassin de la Dordogne », Recueil des actes administratifs, recueil normal no 2,‎ , p. 71-87 (lire en ligne [PDF]).
  11. « Station météorologique de Gourdon, indicatifs : 07535, LFUI », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le ).
  12. a et b Sylver19, « Le climat du Lot », sur le site commercial www.meteo-mc.fr, (consulté le ).
  13. a et b « Gourdon », sur le site de la société allemande WindFinder.com GmbH & Co (consulté le ).
  14. Conseil municipal de Mayrac, délibération de la réunion du relative au classement de la voirie communale, enregistrée à la sous-préfecture de Gourdon le .
  15. « Horaires Souillac-Saint Denis-près-Martel, applicables du au  » [PDF], sur TER Occitanie (consulté le ).
  16. « Lot'O Bus Mayrac-Figeac » [PDF], sur La Région Occitanie, (consulté le ).
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. « CORINE Land Cover », sur Ministère de la transition écologique et solidaire. Commissariat général au Développement durable (consulté le ).
  24. a b et c Jean-Baptiste Champeval de Vyers, Figeac et ses institutions religieuses avec un état des fiefs du Haut-Quercy, Cahors, Laytou, , 224 p., p. 187-188.
  25. « Saint-Sozy, Plans du cadastre napoléonien, 1830, cote 3 P 2720 », sur Archives départementales du Lot (consulté le ).
  26. Mayrac (46 3 28 337), Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Navigation : cartes de Cassini », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales.
  27. a et b « Département du Lot - Documents d'urbanisme et contraintes environnementales », sur l'application Cartelie sur le site du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, (consulté le ).
  28. « Les documents d'urbanisme locaux et leurs évolutions », sur le site de la communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne, (consulté le ).
  29. a et b « Dossier départemental des risques majeurs du Lot », sur Les services de l'État dans le Lot, (consulté le ).
  30. « Outil de visualisation statistique », sur geoidd.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Cavité souterraine », sur le site GéoRisques du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  32. « Zonage sismique de la France », sur Géorisques, (consulté le ).
  33. (oc) Patrick Poujade alias Patrici Pojada, Repertòri toponimic de las comunas de la region Miègjorn-Pirenèus, Carbonne, Nouvelles Éditions Loubatières, , 136 p. (ISBN 978-2-86266-573-3).
  34. Abbé François-Maurice Lacoste, Origine des noms de lieux quercynois : recherches sur l'origine des noms de lieux du Quercy, études linguistiques et historiques, Cahors, Quercy-recherche, , 479 p. (ISBN 2-902422-60-1), p. 337
    Réédition, l'auteur étant mort en 1924.
    .
  35. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 116.
  36. Michel Roblin, Histoire du peuplement et de l'habitat en France aux époques anciennes. In : Annuaire 1977-1978 de l'École pratique des hautes études, Paris, Sorbonne, , 1363 p. (ISBN 978-2-600-05337-2), p. 447-454.
  37. a et b Guy Maynard et Bruno Duranton, « Un nouveau biface à Mayrac », Bulletin de la société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot,‎ , p. 95-96 (ISSN 0755-2483, lire en ligne).
  38. a et b Guy Maynard, « Trois outils néolithiques trouvés à Mayrac », Bulletin de la société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot,‎ , p. 223-228 (ISSN 0755-2483).
  39. a et b Bruno Duranton et Guy Maynard, « Nouveau biface sur le Causse de Martel », Bulletin de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze,‎ , p. 21-23 (ISSN 1148-8654).
  40. Louis-Georges de Bréquigny, Table chronologique des diplômes, chartes, titres et actes imprimés concernant l'histoire de France, Paris, Académie Royale, (lire en ligne), p. 392

    « Charta quà Ademarus vicecomes, & ejus uxor Gauzla, donant monasterio S. Martini Tutelensis, mansum cum vinea in pago Tornense, in villa Montilio. Facta est cessio ista mense Februario, anno VIII regnante Rodulfo rege. Baluz. Hist. Tutel. Col 339 ; ex chartul. Tutel. »

    .
  41. Guillaume Lacoste, Histoire générale de la province de Quercy, t. 1, Marseille, Laffitte Reprints, (1re éd. 1883), 474 p. (ISBN 2-7348-0086-1, lire en ligne), p. 360-363. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  42. Jacques Juillet, « Les Luquet du Chaylar (1203-2000) », Bulletin de la société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot, vol. 122, no 1,‎ , p. 35-84 (ISSN 0755-2483).
  43. Fabien Lesage, Souillac et sa région au début du siècle. Illustré par 200 cartes postales anciennes, Brive, Chastrusse, , 157 p., p. 122.
  44. a et b « Mayrac », sur Lot le département. Archives départementales (consulté le ).
  45. Liste, par ordre alphabétique de bailliages et sénéchaussées, de MM. les députés à l'Assemblée nationale 1789, Paris, Baudouin, , 130 p., 20 × 12 cm, p. 64-65.
  46. Une société de gens de lettres et de savant, Biographie des hommes vivants, ou histoire par ordre alphabétique de la vie publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs actions ou leurs écrits,, 4, Paris, L.G Michaud, (lire en ligne), p. 19-20.
  47. a b c d e f g et h Jean-Paul Boutin, Hommage aux enfants de la commune de Mayrac (Lot) morts pour la France, Brive-la-Gaillarde, Éditions du Ver Luisant, , 85 p. (ISBN 978-2-84701-591-1).
  48. « La Résistance dans le Lot », sur Quercynet (consulté le ).
  49. a b c et d Colonel Georges (Robert Noireau), Le temps des partisans, Paris, Flammarion, , 372 p. (ISBN 2-08-064115-8).
  50. a b et c O. Le Gall, « L'ancien résistant fête ses 100 ans », sur La Dépêche, (consulté le ).
  51. « Robert Noireau », sur Musée de l'ordre de la Libération (consulté le ).
  52. « Robert Noireau », sur Musée de la Résistance (consulté le ).
  53. « La Division Das Reich et la Résistance, 8 juin-20 juin 1944 », sur le site de l'association Quercynet (consulté le ).
  54. a et b Henri Gambade, « La Résistance en Quercy », sur le site resistancefrancaise.blogspot.fr d'Alan Latter (consulté le ).
  55. « Archives du Lot. Registres matricules : Cote 1 R RM 142, vue 834 », sur le site des archives départementales du Lot (consulté le ).
  56. a b et c Claude Nastorg, « 36-46 : le Lot rebelle. Rouge Espoir, numéros 38 à 51. Fédération PCF du Lot. », sur le site de la fédération du Lot du PCF (consulté le ).
  57. Roger Pestourie, La Résistance c'était cela aussi., Paris, Editions sociales, , 189 p., p. 39,48,49,57,83,93,109-113.
  58. « Dossiers administratifs de résistantes et résistants », Cote : GR 16 P 343661 [PDF], sur le site du service historique de la défense (consulté le ), p. 421.
  59. « Eysses, une épopée résistante », sur Briscope.fr, (consulté le ).
  60. « 50e anniversaire de la libération du Lot. Le comité départemental de libération du Lot » [PDF], sur le site de la fédération du Lot du PCF (consulté le ), p. 8-9.
  61. R. Pechuzal, « Monsieur l'abbé Gilbert Varlan », Revue religieuse du diocèse de Cahors, vol. 86, no 1,‎ , p. 8-10 (ISSN 1779-6008).
  62. Joseph Daymard, « Procès verbaux des séances de la société des études du Lot pour l'année 1931 », Bulletin de la société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot,‎ , p. 88 (ISSN 0755-2483, lire en ligne).
  63. Gilbert Varlan, « Creysse a inauguré l’église restaurée par les Beaux-Arts », La Vie quercynoise,‎ (ISSN 0750-3970).
  64. Louis d'Alauzier, « Procès verbaux des séances de la société des études du Lot pour l'année 1959 », Bulletin de la société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot,‎ , p. 209 (ISSN 0755-2483, lire en ligne).
  65. « Bretenoux. Sauvés de la barbarie par des justes locaux », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  66. a et b « Les 4125 Justes parmi les Nations, de France », sur Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France (consulté le ).
  67. a et b « Grandou Lucie, Grandou Marcellin », sur Le comité français pour Yad Vashem (consulté le ).
  68. « Mayrac. La nouvelle mairie inaugurée », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne, consulté le ).
  69. a b et c Ministère de l'Intérieur, « Les résultats », sur http://mobile.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats (consulté le ).
  70. « Politique », sur www.france-politique.fr (consulté le ).
  71. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  72. « Les maires de Mayrac », sur le site de l'association FranceGenWeb, (consulté le ).
  73. Préfecture du Lot, « Arrêté DRCP 2016-074 portant création de la communauté de communes « Causses et Vallée de la Dordogne-Cére et Dordogne-Sousceyrac-en-Quercy » par la fusion de la communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne et de la communauté de communes Cére et Dordogne avec rattachement de la commune de Sousceyrac en Quercy », Recueil des actes administratifs spécial,‎ , p. 6.
  74. Équipe rédactionnelle, « Commune : votes et délibérations », Mayrac aujourd'hui, vol. 33,‎ , p. 8-9..
  75. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur Ministère de la Justice et des libertés (consulté le ).
  76. « Syndicat intercommunal d'adduction d'eau potable de la moyenne vallée de la Dordogne », sur www.infogreffe.fr (consulté le ).
  77. « SAUR Midi-Pyrénées », sur eau.selectra.info (consulté le ).
  78. « Le SYDED du Lot », sur SYDED-Lot, (consulté le ).
  79. « Mes consignes de tri | SYDED du Lot », sur syded-lot.fr (consulté le ).
  80. Préfecture du Lot, « Arrêté préfectoral n°E-2012-183 du relatif aux obligations de débroussaillement et aux conditions d’allumage des feux en plein air pour la prévention des incendies de forêt et de la préservation de la qualité de l’air », Recueil des actes administratifs,‎ (lire en ligne).
  81. a b et c « Comptes de la commune de Mayrac », sur Ministère de l'Action et des Comptes publics (consulté le ).
  82. Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 34, [lire en ligne].
  83. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  84. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  85. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  86. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  87. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  88. a et b « Listes nominatives de recensement 1836-1911 », sur Lot - Le département (consulté le ) : « cotes 6 M 73, 6 M 112, 6 M 139, 6 M 166, 6 M 193, 6 M 220, 6 M 247 ».
  89. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Mayrac (46337) », (consulté le ).
  90. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Lot (46) », (consulté le ).
  91. Classement et statistiques de la commune, sur le site annuaire-mairie.fr (consulté le 23 février 2019).
  92. Jean-Claude Cristol, « Un nouveau groupe scolaire succède aux quatre écoles », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne, consulté le ).
  93. « Vers une nouvelle école ! », Mayrac aujourd'hui, no 33,‎ , p. 11.
  94. Jean-Claude Cristol, « Cinq communes pour un groupe scolaire », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne).
  95. « Macron visite une école avant son débat à Souillac », sur Le Figaro.fr (consulté le ).
  96. « Espace Gourdon, site de la circonscription », sur Site de la circonscription de Gourdon (consulté le ).
  97. Collège de Souillac, sur le site education.gouv.fr [1].
  98. Lycées de Souillac, sur le site education.gouv [2].
  99. a et b « Niveau de diplôme à Mayrac (46200) », sur L'Internaute.com d'après l'Insee, (consulté le ).
  100. « Mayrac, la salle des fêtes », sur Mayrac.fr (consulté le ).
  101. « Mayrac : Nos associations », sur Mayrac.fr (consulté le ).
  102. « Le cochon sera à la fête demain », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne).
  103. La Dépêche du Midi, « La fête du cochon a ravi petits et grands », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne, consulté le ).
  104. « Mayrac. Un millier de gourmands autour du cochon », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne).
  105. « Mayrac : Le comité des fêtes », sur Mayrac.fr (consulté le ).
  106. « Jeunes agriculteurs du Lot », sur Jeunes agriculteurs (consulté le ).
  107. Kenan Augeard, « Une fête de la terre sous le signe de la tonte », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne, consulté le ).
  108. « Ces champions qui déshabillent les moutons », Contact lotois, no 106,‎ , p. 25 (ISSN 1147-9000).
  109. « La France accueillera le Mondial de tonte de moutons », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  110. Michel Sirot, « Défi relevé et gagné pour les jeunes agriculteurs », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne).
  111. Thibaut Souperbie, « Mayrac-Baladou : Loïc Leygonie, champion de France de tonte de moutons et 8000 visiteurs à Terre en Fête », sur Medialot, (consulté le ).
  112. La Dépêche du Midi, « Fête de la terre : Des champions, du spectacle et la foule », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne, consulté le ).
  113. Fabienne Castagné, « Portrait : Loïc Jauberthie », Mayrac Aujourd'hui, no 33,‎ , p. 22-25 (lire en ligne).
  114. « Accueil /Vie quotidienne / Médecins/Pharmacies de garde », sur le site de la mairie de Souillac (consulté le ).
  115. « Numéros utiles », sur le site de la mairie de Martel (consulté le ).
  116. « Accueil /Vie pratique / Médecin / Infirmières », sur le site de la mairie de Saint-Sozy (consulté le ).
  117. Laetitia Bertoni, « Souillac. Les bénévoles vont coudre 3 500 masques pour les enfants », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne).
  118. Laetitia Bertoni, « Cauvaldor mobilisé pour offrir des masques aux enfants et personnel dès le 11 mai », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne).
  119. « Coronavirus. 10 000 masques réalisés au village de Mayrac, élan de solidarité dans le nord du Lot », sur Actu.fr, (consulté le ).
  120. « A la découverte des châteaux du causse de Martel », sur Lot Tourisme (consulté le ).
  121. « A cheval dans la Vallée de la Dordogne », sur Lot Tourisme (consulté le ).
  122. « Vallée des Rocs » (consulté le ).
  123. Association pour la promotion de la Vallée des Rocs, 120 km de sentiers pédestres entre causse et rivière Dordogne, Souillac, Ayrolles, , 25 p., p. 6.
  124. a et b Philippe Seel, « René Yronde, 50 ans d'infos locales », dire Lot, no 44,‎ , p. 28-29 (ISSN 0988-9795).
  125. « La Vie quercynoise », sur Actu.fr (ISSN 2491-3154, consulté le ).
  126. « Groupement paroissial de Martel et Cressensac », sur le site du diocèse de Cahors (consulté le ).
  127. « Bulletin paroissiaux », sur Groupement paroissial Martel-Cressensac (consulté le ).
  128. « Tableaux de l'économie française, Édition 2017, Chômage », sur Insee (consulté le ).
  129. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le ).
  130. « L'agneau fermier du Quercy », sur L'agneau fermier du Quercy (consulté le ).
  131. « Porc au grain du Sud-Ouest, IGP et Label rouge », sur Institut régional de la qualité agroalimentaire d'Occitanie (consulté le ).
  132. a et b Jean-Michel Fabre, « Le Porc au grain, seigneur des cochons », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne).
  133. « Les AOC du Lot », sur Chambre d'agriculture du Lot (consulté le ).
  134. J.-M.D., « Midi-Pyrénées veut développer le biogaz », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne).
  135. Préfecture du Lot, « Arrêté no 2011297-0002 - Arrêté E-2011-445 imposant des prescriptions provisoires à la société LG2E- La Garrit Énergie Environnement sur le territoire de la commune de Mayrac », Recueil des actes administratifs,‎ , p. 57-60 (lire en ligne).
  136. Monique Serres, « Enquête publique, demande d'autorisation unique d'extension d'une unité de méthanisation présentée par la SARL Le Garrit Environnement (LG2E) au lieu dit le Garrit Bas sur le territoire de la commune de Mayrac », (consulté le ).
  137. Le Gadel, « Méthanisation dans le Lot : catastrophe environnementale et scandale sanitaire à venir pour nos captages d’alimentation en eau potable (AEP) ! », La vie quercynoise,‎ (lire en ligne).
  138. Préfecture du Lot, « Arrêté N°E-2017-9 », (consulté le ).
  139. Préfecture du Lot, « Arrêté N°E-2017-195 », (consulté le ).
  140. Claude Rabuteau, « Cass’Dale, le magasin rural de Mayrac, qui fait parler de lui… », sur actu.fr, (consulté le ).
  141. Jean-Claude Cristol, « Le Cass'dale, boutique qui promeut les circuits courts », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  142. « Les entreprises mayracoises », sur Mayrac.fr (consulté le ).
  143. a et b « Vallée de la Dordogne Tourisme - Rocamadour, Padirac, Autoire, Loubressac, Carennac, Collonges-la-Rouge », sur Vallée de la Dordogne Tourisme (consulté le ).
  144. Philippe Viguié-Desplaces, « La Vallée de la Dordogne plus accueillante que jamais », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  145. « Location de vacances à Mayrac », sur Gîtes de France (consulté le ).
  146. « Hébergements à Mayrac », sur Mayrac officiel (consulté le ).
  147. « Camping Le Pic » (consulté le ).
  148. « Liste des monuments historiques de la commune de Mayrac », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  149. « Liste des lieux et monuments de la commune de Mayrac à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  150. « Liste des objets historiques de la commune de Mayrac », base Palissy, ministère français de la Culture.
  151. « Liste des objets de la commune de Mayrac à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  152. « Château », notice no PA00095165, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  153. a et b René Clary, Dictionnaire des paroisses du Diocèse de Cahors, Cahors, Tardy Quercy, , 301 p., p. 187.
  154. « Église paroissiale Saint-Martin », notice no IA46101080, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  155. Jean-Claude Cristol, « Saint-Sozy. Deux plaques dévoilées pour les Justes parmi les Nations », La Dépêche,‎ (ISSN 0181-7981, lire en ligne, consulté le ).
  156. Armand Viré, « Le via vicinalis de Cuzance à Gramat et à Labastide-Murat », Bulletin de la Société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot, vol. 46,‎ , p. 40-48 (ISSN 0755-2483).
  157. Bruno Marc, Dolmens et menhirs du Quercy : 25 circuits de découverte préhistorique, Sète, Nouvelles Presses du Languedoc, , 165 p. (ISBN 978-2-35414-036-6), p. 115.
  158. Albert Grenier, Manuel d'archéologie gallo-romaine : les routes. L'archéologie du sol, vol. 2, Paris, , 468 p. (ISBN 2-7084-0123-8), p. 76.
  159. Philippe Lalande, « La Motte du Pigeon », Bulletin de la Société scientifique, historique et archéologique de Corrèze,‎ , p. 393-397 (ISSN 1148-8654).
  160. a et b Jean-Pierre Girault et Pierre Billiant, « La fortification médiévale du Pigeon-Haut », Bulletin de la Société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot,‎ , p. 239-274 (ISSN 0755-2483).
  161. a et b « Les charpentes à la Philibert de l'Orme dans le Lot : l'exemple de la grange restaurée de Mayrac », in situ. Les rendez-vous du CAUE du Lot, Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement du Lot,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  162. « Une grange à découvrir », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  163. « Fenière », sur Wiktionnaire (consulté le ).
  164. « La Causse du Lot, la brebis prisée à Pâques », sur LCI, (consulté le ).
  165. « Accueil - Réserve de biosphère du bassin de la Dordogne », sur Réserve de biosphère du bassin de la Dordogne (consulté le ).
  166. Sylvain Déjean, Conservatoire d'Espaces Naturels de Midi-Pyrénées, Coteaux de Creysse : identifiant 730030284 (Fiche), , 7 p. (lire en ligne).
  167. « Vallée de la Dordogne quercynoise », sur Réseau Natura 2000 (consulté le ).
  168. a et b « Inventaire national du patrimoine naturel, liste des espèces recensées, commune de Mayrac », sur INPN (consulté le ).
  169. Jean-Claude Felzines, « Contributions à l'inventaire de la flore », Bulletin de la société botanique du Centre-ouest, t. 35,‎ , p. 122,125 (ISSN 0154-9898, lire en ligne, consulté le ).
  170. Jean Bossu, « Clavel-Gabriel-Clotteaux », sur la bibliothèque numérique Gallica, Bibliothèque nationale de France, (consulté le ).
  171. « Etat civil du XVIIe siècle à 1801 - Mayrac », sur le site des archives départementales du Lot (consulté le ), p. 115.
  172. « Base de données MARQUES », sur la base des marques de l'Institut national de la propriété industrielle (consulté le ).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 8 février 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 8 février 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.