Loupiac (Lot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loupiac.
Loupiac
Mairie de Loupiac.
Mairie de Loupiac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Gourdon
Canton Souillac
Intercommunalité Communauté de communes Causses et vallée de la Dordogne[1]
Maire
Mandat
Éric Lascombes
2014-2020
Code postal 46350
Code commune 46178
Démographie
Gentilé Loupiacais
Population
municipale
261 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 49′ 06″ nord, 1° 27′ 42″ est
Altitude Min. 99 m
Max. 294 m
Superficie 12,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Loupiac

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Loupiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loupiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loupiac

Loupiac est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Loupiac, « joli village aux 55 pigeonniers » est situé en Quercy-Bouriane, à mi-chemin entre Brive (Corrèze) et Cahors (Lot), à proximité de sites prestigieux : Rocamadour, Padirac, Lacave, Sarlat, Saint-Cirq-Lapopie… Située dans un vallon, en bordure de causses arides, cette commune qui s’étend sur 1 265 hectares et culmine à 250 m, est traversée par la route nationale 20 et l’autoroute A20 Paris-Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Loupiac
Nadaillac-de-Rouge Lanzac Pinsac
Lamothe-Fénelon Loupiac Calès
Rouffilhac Payrac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Loupiac, d'origine gallo-romaine, est basé sur un anthroponyme Luppius. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été créée en 1839 par détachement de sections de Payrac[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1840 1853 Pierre Pechmeja    
1853 1872 Baptiste Arteil    
1872 1886 Paulin Auzie    
1886 1888 Paul Saulacroup    
1888 1900 Jean Delpech    
1900 1902 Caussil Arnaud    
mars 2001 2014 Monique Forestier    
mars 2014 en cours Eric Lascombes    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 261 habitants, en diminution de -4,74 % par rapport à 2009 (Lot : 0,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
564 384 590 631 587 587 592 574 598
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
576 539 540 507 467 451 443 407 346
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
346 336 337 281 209 226 232 232 243
1990 1999 2007 2012 2014 - - - -
210 267 265 258 261 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sa population de 331 habitants est en constante progression grâce à l’installation de jeunes couples et de familles européennes installées à l’année.

Économie[modifier | modifier le code]

Son économie est basée sur l’agriculture : polyculture et élevage, l’artisanat : garages, ébénisterie, conserverie, fabrique d’huisseries bois, et le tourisme.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Son patrimoine rural, assez riche, permet de découvrir, au détour d’un chemin : puits, four à pain, calvaires, sources, fontaines… L’habitat, la plupart du temps en pierre, n’est pas en reste avec son château et ses 55 pigeonniers, dont le nombre et l’élégance surprennent les promeneurs et touristes qui cheminent sur les sentiers de randonnée.

Des campings, de nombreux gîtes meublés permettent d’accueillir les vacanciers toujours plus nombreux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Quelques personnages célèbres sont nés ou ont habité ce village : la chanteuse Annie Flore, née Marie Antoinette Quié, Joseph Calcas, auteur de poèmes et de contes quercynois, l’écrivain André Lamandé et sa femme Antoinette, sa fidèle collaboratrice. Les paysages quercynois qu’ils affectionnaient tout particulièrement ont servi de cadre dans la plupart de leurs romans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Lot, « Intercommunalité : Création de Causses et vallée de la Dordogne », sur Préfecture du Lot, (consulté le 11 janvier 2015).
  2. a et b Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 115.
  3. « Les maires de Loupiac », sur Site francegenweb, (consulté le 22 octobre 2017).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :