Vayrac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vayrac
La Dordogne à Vayrac devant le hameau de Mézels.
La Dordogne à Vayrac devant le hameau de Mézels.
Blason de Vayrac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Gourdon
Canton Martel
Intercommunalité Communauté de communes Causses et vallée de la Dordogne[1]
Maire
Mandat
Hugues du Pradel
2014-2020
Code postal 46110
Code commune 46330
Démographie
Gentilé Vayracois, Vayracoises
Population
municipale
1 351 hab. (2014 en augmentation de 1,58 % par rapport à 2009)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 13″ nord, 1° 42′ 18″ est
Altitude 139 m
Min. 110 m
Max. 312 m
Superficie 16,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Vayrac

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Vayrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vayrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vayrac
Liens
Site web http://www.vayrac.fr

Vayrac est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Les habitants de Vayrac se nomment les Vayracois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vayrac est située dans le Haut Quercy, au nord du département du Lot, dans la vallée de la Dordogne Lotoise entre Martel et Bretenoux sur l'ancienne route nationale 703 et au bord de la Sourdoire et du Maumont.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de la Corrèze.

Communes limitrophes de Vayrac[2]
Saint-Michel-de-Bannières La Chapelle-aux-Saints
(Corrèze)
Saint-Denis-lès-Martel Vayrac[2] Bétaille
Floirac Carennac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Vayrac, d'origine gallo-romaine, est basé sur un anthroponyme Varius. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes. C'est le domaine de Varius[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vayrac possède sur son territoire l'oppidum gaulois du Puy d'Issolud (environ 300 m d'altitude). Ce site est reconnu officiellement par le ministère de la culture (avril 2001) comme étant l'antique Uxellodunum[4], où eut lieu la dernière bataille de Jules César en 51 av. J.-C. contre les Gaulois rebelles de l'après Alésia.
En plus d'une impressionnante quantité d'armements (flèches gauloises et romaines), on y a découvert les fameuses galeries souterraines construites par les sapeurs de César afin de détourner les veines d'eau alimentant la seule source à laquelle les Gaulois pouvaient venir s'approvisionner en eau.

Article détaillé : Siège d'Uxellodunum.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un certain nombre d'œuvres du musée du Louvre furent cachées dans une grange à Vayrac. Un jour d'été particulièrement chaud et sec, un feu se déclara. Les paysans abandonnèrent tous leurs champs pour venir faire la « chaîne d'incendie » et sauvèrent ainsi des trésors nationaux[5]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vayrac Blason D'argent, au soleil de gueules[6] .
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2020 Hugues du Pradel SE Chargé de Clientèle
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2014, la commune comptait 1 351 habitants[Note 1], en augmentation de 1,58 % par rapport à 2009 (Lot : +0,05 %).
          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
995 1 037 1 264 1 513 1 622 1 713 1 730 1 775 1 816
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 874 1 960 2 010 1 875 1 852 1 867 2 047 1 795 1 760
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 598 1 608 1 531 1 356 1 322 1 325 1 256 1 190 1 059
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 157 1 183 1 149 1 190 1 166 1 185 1 309 1 318 1 342
2014 - - - - - - - -
1 351 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Au début du XXe siècle, Vayrac comptait 1760 habitants[11].

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'éducation est assurée sur la commune de Vayrac depuis la crèche jusqu'au collège

Culture[modifier | modifier le code]

  • École de musique, de statut associatif.
  • Harmonie municipale.
  • Cinéma "L'Uxello"

Activités sportives[modifier | modifier le code]

  • RCHQ - Rugby Club du Haut Quercy
  • FCHQ - Football Club du Haut Quercy
  • TENNIS - Tennis Club de Vayrac

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Lot, « Intercommunalité : Création de Causses et vallée de la Dordogne », sur Préfecture du Lot, (consulté le 11 janvier 2015).
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 125.
  4. Uxellodunum
  5. (épisode raconté par Frédérique Hébrard dont la mère, Lucie Mazauric, veillait sur les œuvres du Louvre - consulter Le Louvre en voyage de Lucie Mazauric)
  6. Victor Adolphe Malte-Brun, Lot : Géographie - Histoire - Statistique - Administration, Les éditions du Bastion, (réimpr. 1980), 58 p., p. 41
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  11. Le Lot partie Chemins de fer p.195 - Armand Viré - Réédition de l'ouvrage de 1907 - (ISBN 2-7455-0049-X)
  12. Notice no PA00095279, base Mérimée, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :