Robert de Clari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert de Clari ou Robert de Cléry (vers 1170 - après 1216) est un chroniqueur et chevalier croisé du Moyen Âge.

Robert de Clari est un chevalier picard, vassal du châtelain Pierre d'Amiens. Son père est Gilon de Clari et il a un frère Alleaume. Il est originaire de Pernois, en Picardie, dont Cléry est un hameau[1].

Le croisé[modifier | modifier le code]

Robert de Clari part à la quatrième croisade avec son seigneur Pierre d'Amiens qu'il admire et appelle toujours li biaus et li preus. Étant sans doute celle d'un obscur combattant, il ne parle pas de sa propre participation à cette expédition.

Après la mort en 1205 de ses suzerains directs Pierre d'Amiens et Hugues IV de Campdavaine, comte de Saint-Pol, il rentre rapidement en Picardie. Du pillage de Constantinople il avait rapporté entre autres des reliques dont il fait don à l'abbaye de Corbie.

Il a écrit en ancien français (scripta picarde) La Conquête de Constantinople[2], un récit de cent-vingt chapitres dans lequel il évoque la quatrième croisade et ses suites immédiates jusqu'en 1216. Il est donc mort après cette date sans que nous en sachions plus sur son compte.

Dans sa relation, Robert de Clari décrit le Saint Suaire en l'église Sainte Marie de Blakerne "où li sydoines là où Nostre Sire fu enveloppés, y estoit , qui chascun vendredi se dressoit tous drois ,si que on y povoit bien voir la figure de Nostre Seigneur; ne seut on onques , ne Grieu ne François,que cist sydoines devint quant la ville fut prise " (Pléiade. Robert de Clari p. 68). Ce passage indique bien que le Saint Suaire fut emporté par quelque Croisé et rammené en France ou il fut passé à la famille de Savoye, qui le détient encore aujour'hui. Les détracteurs de l'autenticité désormais clairement établie du Saint Suaire arguent qu'il n'apparut en Europe qu'au 13e siècle, donc qu' 'il aurait été fabriqué à cette époque par d'habiles faussaires ! Ce larcin - appelons-le butin de guerre- aura sauvé pour la chrétienneté cette relique unique et incomparable, dont on peut se demander ce qu'en auraient fait les conquérants turcs de Constantinople (note de Lanfranco de Clari qui ne descend pas de Robert de Clari)

Œuvre[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cristian Bratu, « Je, aucteur de ce livre: Authorial Persona and Authority in French Medieval Histories and Chronicles », Authorities in the Middle Ages. Influence, Legitimacy and Power in Medieval Society, éd. par Sini Kangas, Mia Korpiola, et Tuija Ainonen (Berlin/New York: De Gruyter, 2013), 183-204.
  • Cristian Bratu, « Clerc, Chevalier, Aucteur: The Authorial Personae of French Medieval Historians from the 12th to the 15th centuries », Authority and Gender in Medieval and Renaissance Chronicles, éd. par Juliana Dresvina et Nicholas Sparks (Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars Publishing, 2012), 231-259.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Longnon, Les Compagnons de Villehardouin, p.202
  2. Référence:La Conquête de Constantinople (Robert de Clari)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]