Élections municipales de 1890 à Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections municipales de 1890 à Paris
et
Type d’élection Élections municipales
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Républicains radicaux
Sièges obtenus 38  −5
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Conservateurs (monarchistes et libéraux de droite)
Sièges obtenus 13  +3
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Républicains opportunistes
Sièges obtenus 11  0
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Socialistes possibilistes
Sièges obtenus 8  −1
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Républicains libéraux
Sièges obtenus 6  +3
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Socialistes blanquistes
Sièges obtenus 2  0
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Boulangistes
Sièges obtenus 2  0
Conseil municipal de ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Élu
Parti radicalVoir et modifier les données sur Wikidata

Des élections municipales se sont tenues au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, les 27 avril et 4 mai 1890, dans les 80 quartiers de Paris, afin de remplacer l'intégralité des membres du conseil municipal de la capitale de la France.

Ce scrutin, marqué par un fort taux de participation (plus de 73% des électeurs inscrits)[1], confirme la majorité des républicains radicaux et constitue l'échec final du mouvement boulangiste.

Contexte[modifier | modifier le code]

En 1887, les Parisiens avaient élu des conseillers municipaux majoritairement radicaux (44 sur 80)[2]. Ces derniers étaient qualifiés d'« autonomistes » car ils étaient partisans de l'autonomie municipale de la capitale, soumise depuis 1871 à la tutelle du préfet de la Seine.

Les autres élus de 1887 étaient :

Au cours de la mandature, deux conseillers municipaux, le radical Eugène de Ménorval et le conservateur bonapartiste Marius Martin, ont adhéré au boulangisme. Ce mouvement nationaliste et « révisionniste » (c'est-à-dire favorable à une révision de la Constitution prévoyant notamment l'élection du chef de l’État au suffrage universel direct), a connu des succès électoraux dans la capitale lors de la législative partielle du 27 janvier 1889, qui a vu l'élection du général Boulanger, lors des législatives de septembre-octobre 1889 (12 des 44 députés boulangistes ont été élus à Paris) et enfin lors des législatives partielles des 16 février et 2 mars 1890, qui ont permis la réélection des six députés boulangistes de Paris dont l'élection avait été invalidée.

Les boulangistes comptent donc beaucoup sur les municipales de 1890 pour se relancer au moyen d'une revanche symbolique sur leur défaite nationale de l'année précédente. Sous l'influence du polémiste Henri Rochefort, l'état-major du parti décide de renouer avec le boulangisme d'extrême-gauche, très porteur à Paris, et donc de renoncer à toute alliance compromettante avec les conservateurs[3]. La campagne est financée par le général lui-même grâce à sa maîtresse, Marguerite de Bonnemains, qui vient d'hériter d'une cousine[4].

Les conservateurs, organisés par un comité dirigé par Ferdinand Duval, font par conséquent campagne de leur côté, militant pour la réintégration des religieuses dans les hôpitaux publics et pour une répartition proportionnelle au nombre d'élèves des subventions entre les écoles publiques laïques et les écoles privées, majoritairement catholiques[3].

Caricature par Pépin : les boulangistes, menés par Boulanger et Naquet (au premier plan et à droite), ainsi que les cléricaux et les antisémites (avec le marquis de Morès, à gauche), tentent d'aborder la nef parisienne pour s'emparer de l'« assiette au beurre » (Le Grelot, 20 avril 1890).

Résultats[modifier | modifier le code]

Caricatures de quelques-uns des élus par Émile Cohl (Le Charivari, 22 mai 1890)

Après un premier tour qui n'a apporté de résultat définitif que dans 21 quartiers, la discipline républicaine fonctionne plutôt bien en vue du second tour, malgré les divergences inhérentes à un mouvement républicain qui s'étend de la très modérée Union libérale, proche de certaines positions conservatrices, jusqu'au socialisme révolutionnaire[5]. Cette discipline, ainsi que le mode de scrutin, permettent aux républicains de contrer les boulangistes, qui constituent numériquement la première force politique de la capitale (avec environ 147 000 voix au premier tour, soit 24,4% des inscrits), mais qui ont échoué à exploiter ce potentiel par manque de discipline et à cause d'erreurs stratégiques[6].

Après le second tour, les conseillers municipaux élus se répartissent ainsi :

  • 38 radicaux autonomistes ;
  • 17 républicains modérés, dont 11 opportunistes et 6 libéraux ;
  • 13 conservateurs ;
  • 10 socialistes, dont 8 possibilistes et 2 blanquistes ;
  • 2 boulangistes[2].
Carte des résultats dessinée par Émile Giffault (Le Monde illustré, 10 mai 1890)

Malgré le recul notable des radicaux, qui perdent leur majorité absolue, et malgré une légère progression de la droite et des libéraux[2], le rapport des forces politiques au sein du conseil municipal en ressort globalement inchangé. Ces résultats constituent cependant un véritable coup d'arrêt pour le mouvement boulangiste[7].

Les antisémites, plus ou moins structurés autour de la Ligue nationale antisémitique de France d'Édouard Drumont, ont présenté quelques candidats, mais leurs scores sont dérisoires[8].

Par la suite, des élections partielles ont lieu au cours de la mandature, dans le quartier du Combat (7-14 décembre 1890), dans les quartiers du Montparnasse, de la Goutte-d'Or et du Pont-de-Flandre (15 et 22 février 1891) puis dans le quartier Gaillon (4 et 11 septembre 1892)[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Casselle, p. 30.
  2. a b c et d Journal des débats, 5 mai 1890, p. 1.
  3. a et b Daniel, p. 86.
  4. Garrigues, p. 94.
  5. Daniel, p. 87.
  6. Joly, p. 91-92.
  7. Garrigues, p. 96.
  8. Joly, p. 266-267.
  9. Casselle, p. 448.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Casselle (d), Paris républicain (1871-1914), Paris, 2003, p. 29-30.
  • André Daniel, L'Année politique 1890, Paris, Bibliothèque Charpentier, 1891, p. 85-90 (consultable en ligne sur Gallica).
  • Jean Garrigues, Le Boulangisme, Paris, PUF, 1992, p. 93-96.
  • Bertrand Joly, Nationalistes et conservateurs en France (1885-1902), Paris, Les Indes savantes, 2008, p. 91-92.