Vaudreuil-Dorion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vaudreuil et Dorion.
Vaudreuil-Dorion
Drapeau
Drapeau
Avenue Saint Jean-Baptiste
Avenue Saint Jean-Baptiste
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec[1]
Région Vallée-du-Haut-Saint-Laurent (Montérégie)
Comté ou équivalent Vaudreuil-Soulanges
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Guy Pilon
2013 - 2017
Code postal J7V, J7W
Constitution 16 mars 1994
Démographie
Gentilé Vaudreuillois,e ou Vaudreuillois,e-Dorionnais,e
Population 36 226 hab. (2013)
Densité 496 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 20″ N 74° 01′ 58″ O / 45.40554, -74.032697 ()45° 24′ 20″ Nord 74° 01′ 58″ Ouest / 45.40554, -74.032697 ()  
Superficie 7 306 ha = 73,06 km2
Divers
Langue(s) français
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC-5)
Indicatif +1 450 ou 579
Code géographique 71083
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir sur la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Vaudreuil-Dorion

Géolocalisation sur la carte : Montérégie

Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Vaudreuil-Dorion

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Vaudreuil-Dorion

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Vaudreuil-Dorion
Liens
Site web ville.vaudreuil-dorion.qc.ca

Vaudreuil-Dorion est une ville québécoise située dans la MRC de Vaudreuil-Soulanges dans la région de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent en Montérégie[2],[3]. Elle est née de la fusion des anciennes villes de Vaudreuil et Dorion le 16 mars 1994[4]. Ses habitants sont les Vaudreuillois(es)-Dorionnais(es). Le recensement de 2011 y dénombre 32 784 habitants[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Vaudreuil-Dorion dans la MRC de Vaudreuil-Soulanges
Article détaillé : Hudson Acres.

La ville de Vaudreuil-Dorion est située à environ 30 km à l'ouest de Montréal, sur les rives du lac des Deux Montagnes (comprenant l'anse de Vaudreuil) et de la baie de Vaudreuil, qui font partie de la rivière des Outaouais. La municipalité couvre une superficie totale de 92,57 km2, dont 73,06 km2 terrestres et 19,51 km2 en eau[2]. Son territoire est formé de deux espaces disjoints, soit le territoire de la pointe de Vaudreuil, de loin plus grand et plus peuplé, de même que l'exclave d'Hudson Acres située plus à l'ouest. Celle-ci se trouve au sud de la municipalité d'Hudson et à l'est de Rigaud. La ville comprend une multitude d'îlots, dont quelques-uns sont habités, situés entre son territoire et l'île Perrot ou l'île de Montréal.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par trois axes routiers majeurs, l'autoroute 30 à l'ouest, l'autoroute 40 (autoroute Félix-Leclerc ou Transcanadienne) au nord et l'autoroute 20 au centre laquelle devient le boulevard Harwood[6] en zone urbaine, ainsi que par les chemins de fer du Canadien Pacifique et du Canadien National. Les autoroutes 20 et 40 relient Vaudreuil-Dorion à Montréal par les ponts Taschereau (via l'île Perrot puis le pont Galipeault) et de l'Île-aux-Tourtes respectivement. L'autoroute 30 se dirige vers le sud-est puis traverse le canal de Soulanges et le fleuve Saint-Laurent par le pont Serge-Marcil pour atteindre Beauharnois et Salaberry-de-Valleyfield. Trois routes numérotées, de niveau régional, accèdent également à la ville. La route 338 ou route de Lotbinière[7] longe le lac Saint-Louis au sud de la municipalité et se dirige vers Pointe-des-Cascades pour longer le canal de Soulanges. Cette route est l'ancienne route 2 qui reliait Montréal et Toronto, aujourd'hui doublée par l'autoroute 20. La route 340 traverse le centre de la municipalité d'ouest en est, en provenance du centre de la MRC (Saint-Clet) sous le nom de boulevard de la Cité-des-Jeunes[8] puis de rue Jeannotte[9] pour bifurquer vers le sud sur l'avenue Saint-Charles et rejoindre le boulevard Harwood. La route 342, également appelée boulevard Harwood, se dirige vers les secteurs ruraux à l'ouest puis vers Hudson et Rigaud. Cette route est l'ancienne route 17 qui reliait Montréal et Ottawa, aujourd'hui doublée par l'autoroute 40.

Outre le réseau supérieur, les principales voies urbaines sont l'avenue Saint-Charles qui relie Dorion au centre de Vaudreuil et à Hudson, le boulevard de la Cité-des-Jeunes qui assure la connexion entre l'autoroute 30 et le centre de Vaudreuil, de même que le boulevard de la Gare qui dessert le centre de Vaudreuil, la gare de Vaudreuil et le nouveau et important secteur commercial en bordure du réseau autoroutier. Ces trois voies urbaines donnent accès à l'échangeur 35 de l'autoroute 40 alors que les deux dernières donnent sur l'échangeur 2 de l'autoroute 30. Ces deux échangeurs, conçus alors que la collectivité locale était de moindre envergure, concentrent donc les mouvements véhiculaires de la communauté locale avec le réseau autoroutier de même que ceux accédant aux nombreux commerces et services. La rue Saint-Charles à l'intérieur et aux abords de l'échangeur 35 est donc élargie en 2014 et la municipalité cherche à accroître la capacité à l'intérieur et aux abords de l'échangeur 2[10].

Depuis le 18 mai 2005, la ville est dotée d'un système de transport en commun par minibus géré par le Conseil intermunicipal de transport La Presqu'Île. Elle est reliée au centre-ville de Montréal par la ligne Vaudreuil–Hudson des trains de banlieue, ligne sur laquelle elle possède deux gares, soit celles de Vaudreuil et de Dorion.

Les secteurs de la municipalité comprennent les Floralies du Lac, la Seigneurie.

Le lac Chérie ou lac à la Carrière, une ancienne carrière creusée au nord-ouest de Vaudreuil-Dorion dans les années 1960, entre autres pour construire l'autoroute 40, et laissée à l'abandon pendant plusieurs décennies, est devenu un milieu hydrique et un habitat de poissons, d'animaux et de végétaux. Le propriétaire entend remplir le site à des fins de développement résidentiel, alléguant qu'il s'agit d'une construction humaine, donc développable, alors que selon la municipalité, s'agissant d'un milieu humide, la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables, incluant la bande riveraine de 15 mètres, s'applique. Le ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs du Québec, malgré les limites amenées par le jugement Rosa Nova, a émis une ordonnance visant l'arrêt du pompage du lac et le retrait des digues[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIe siècle, l'ensemble de la région à l'ouest de l'île de Montréal était un important centre de traite de la fourrure. Le 23 novembre 1702, le gouverneur Louis-Hector de Callière accorde une nouvelle seigneurie, la seigneurie de Vaudreuil à Philippe de Rigaud de Vaudreuil, alors gouverneur de Montréal et une autre, voisine, la seigneurie de Soulanges, à son beau-frère Pierre-Jacques Joybert de Soulanges. En 1725, Vaudreuil, alors gouverneur général de la Nouvelle-France, dépose un dénombrement de sa seigneurie, dans lequel il énumère 38 habitants qui y habiteraient avant de décéder en décembre de la même année. La région entre alors dans une phase de déclin, principalement dû à son éloignement géographique de la région agricole de Montréal. Vers 1742, le mouvement de population finit par atteindre Vaudreuil: la région connaît alors un essor démographique modéré, jusqu'à quelque 90 familles[12]. En 1765, après la Conquête et la reddition de Montréal en septembre 1760, la population de Vaudreuil atteint 381 habitants. Dès lors, l'agriculture remplace progressivement la traite de fourrures comme activité économique dominante. À partir de 1783 débute la construction de l'église Saint-Michel de Vaudreuil, qui s'échelonnera jusqu'en 1789.

Plusieurs années plus tard, le 14 juillet 1845 a lieu la première assemblée du conseil municipal de la paroisse de Vaudreuil. Le quai de Vaudreuil construit par le gouvernement au milieu du XIXe siècle, sert au transport des marchandises. Sa responsabilité est transférée à la ville de Vaudreuil au début des années 1900[13]. Le Grand Tronc, aujourd'hui le Canadien National, construit son chemin de fer reliant Montréal à l'Ontario en 1853 alors que la Compagnie de chemin de fer Ontario & Québec, aujourd'hui le Canadien Pacifique, installe sa voie ferrée en 1876. Vaudreuil, où les deux chemins de fer convergent avec deux gares contiguës, correspondant aujourd'hui au site de la gare Dorion, devient alors un endroit privilégié d'arrêt ferroviaire, . La présence de la gare amène l'établissement d'amateurs de plein air et l'essor du développement de Dorion, alors nommée Vaudreuil-Station, autour de la gare. La municipalité de village de Dorion s'incorpore en 1891 et revendique périodiquement l'annexion de parties de territoire de la ville de Vaudreuil[14] À la fin du XIXe siècle, les régates de Vaudreuil, qui ont lieu sur la rivière des Outaouais, attirent les personnalités de la région de Montréal[15]. Les curés de la paroisse de Saint-Michel de Vaudreuil sont J.-Octave Godin entre 1887 et 1921 à qui succède son abbé, Joseph D. Meloche, jusqu'en 1931[16]. Dionel Bellemare est maire de Vaudreuil entre 1931 et 1935[17]. En 1938, le maire de la paroisse est Émile Brasseur.

Le journal La Presqu'île est fondé en 1952 par Robert-Lionel Séguin, Marcel Brouillard et Jean-Marc Gagné. Paul Gérin-Lajoie, alors député libéral, le jugeant trop nationaliste, fonde le journal L'Écho au début des années 1960[18]. Le 10 juillet 1963, la paroisse de Vaudreuil devenait la ville de Vaudreuil. Puis, le 16 mars 1994, les deux municipalités sont fusionnées pour former l'actuelle ville de Vaudreuil-Dorion. Bien que le nom soit «Vaudreuil-Dorion», le nom courant de l'entroit était plutôt «Dorion-Vaudreuil» avant la fusion. Le nom Vaudreuil-Dorion provient de l'ancien gouverneur de la Nouvelle-France, Philippe de Rigaud de Vaudreuil, ainsi que de sir Antoine-Aimé Dorion, juge en chef de la Cour du Banc de la Reine du Québec. Le toponyme de la municipalité de Rigaud n'est pas attribuable à Philippe de Rigaud de Vaudreuil mais à ses deux fils Pierre de Rigaud de Vaudreuil, dernier gouverneur de Nouvelle-France et François-Pierre de Rigaud de Vaudreuil.

En 2004, la ville a fêté son 10e anniversaire. Depuis quelques années, la municipalité développe les terrains agricoles situés au centre de son territoire. De nombreux projets résidentiels y ont vu le jour en plus des innombrables commerces à grande surface, répartis dans un pôle commercial situé dans l'axe du nouveau boulevard de la Gare. Ceux-ci ne font pas l'unanimité des citoyens, qui voient l'artère principale de la ville, l'avenue Saint-Charles, de plus en plus engorgée par une circulation automobile très dense à l'heure de pointe. Cette émergence de commerces à grande surface diminuent l'importance commerciale de l'avenue Saint-Charles, où les petits commerçants locaux se font de plus en plus rare.

Ce développement rapide occasionne de nombreux désagréments, que ce soit au niveau de la protection des sites historiques que de l'environnement. Ainsi, la Société de sauvegarde de la mémoire de Félix Leclerc à Vaudreuil-Dorion est créée à l'initiative de citoyens soucieux de conserver les vestiges de la vie du chanteur à Vaudreuil-Dorion. L'organisme acquiert le 29 octobre 2006, l'une des deux maisons où a résidé le chanteur dans l'Anse de Vaudreuil[19].

Événements[modifier | modifier le code]

Le soir du 7 octobre 1966, un autobus rempli d'adolescents roulait en direction d'Hudson, quand un train le heurta violemment, tuant 19 jeunes et en blessant 24 autres. Le chauffeur n'a pas survécu à l'accident. La collision eut lieu au croisement de l'ancienne rue Saint-Charles et du Canadien National (CN). Des témoins dirent avoir vu des enfants jouer avec les barrières peu de temps avant l'arrivée du train de marchandises. L'autobus, arrêté à la barrière, attendait le passage d'un train venant de l'ouest; une fois celui-ci passé, il s'engagea sur la voie sans apercevoir le train venant de l'est. La tragédie fit la manchette à travers le monde. Quelques années plus tard, on remplaça le passage à niveau fatidique, ainsi que son voisin, celui du Canadien Pacifique (CP), situé à une cinquantaine de mètres du premier, par des viaducs. Aujourd'hui encore, on n'est pas certain des véritables causes de l'accident. Une pierre commémorative portant les noms des victimes a été érigée sur le site de l'école secondaire de la Cité-des-Jeunes (anciennement école secondaire Vaudreuil) au début des années 2000. De son côté, la réalisatrice Francine Tougas, qui avait 14 ans et habitait Dorion au moment de la tragédie, a lancé en 2006, quarante ans après le triste événement, un film intitulé "Survivre", où survivants et témoins racontent le drame et ses suites.

Administration[modifier | modifier le code]

Le drapeau de Vaudreuil-Dorion reprend sur fond blanc les armoiries de l'ancienne ville de Vaudreuil en dextre et celles de l'ancienne ville de Dorion en senestre.

Les élections municipales ont lieu en bloc tous les quatre ans et les élections des huit conseillers se fait selon un découpage par district[2]. Le maire Guy Pilon dirige le Parti de l'action de Vaudreuil-Dorion. Il est réélu à l'élection de 2013 avec 84,3 % des voix et un taux de participation de 26,9 %. Son parti remporte sept des huit sièges au conseil municipal[20].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1931[21] 1935 Dionel Bellemare   Cultivateur
2009[22] en cours Guy Pilon Parti de l'action de Vaudreuil-Dorion  
Les données manquantes sont à compléter.
Composition du conseil municipal
2009-2013 2013-2017
Maire Guy Pilon Guy Pilon
1 - Quinchien Claude Beaudoin Claude Beaudoin
2 - Harwood François Séguin François Séguin
3 - Fief-Cavagnal Robert A. Laurence Robert A. Laurence
4 - Seigneurie Denis Vincent Céline Chartier-Sample
5 - Chenaux Rénald Gabriele Rénald Gabriele
6 - Cité-des-Jeunes Gabriel Parent Gabriel Parent
7 - Carrefour Poste vacant Paul M. Normand
8 - Baie Paul Dumoulin Paul Dumoulin

La ville de Vaudreuil-Dorion est le chef-lieu de la MRC de Vaudreuil-Soulanges[23]. La municipalité fait partie de la conférence régionale des élus de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent[3]. Elle est de plus incluse dans le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal[2] et de la région métropolitaine de Montréal. En ce qui concerne la représentation nationale, Vaudreuil-Dorion fait partie de la circonscription québécoise de Vaudreuil[2] et dans la circonscription fédérale de Vaudreuil-Soulanges[24].

Démographie[modifier | modifier le code]

Population, 1986-2014[25]

Année Population Variation (%)
2014 36 226 en augmentation4,1 %
2013 34 806 en augmentation4,5 %
2011 33 305 en augmentation29,1 %
2006 25 789 en augmentation29,5 %
2001 19 920 en augmentation7,9 %
1996 18 466 en augmentation7,9 %
1991 17 109 en augmentation24,7 %
1986 13 722

Langue maternelle (2006)

Langue Population Pct (%)
Français seulement 18 630 73,36 %
Anglais seulement 4 160 16,38 %
Français et anglais 285 1,12 %
Autres langues 2 325 9,16 %

Économie[modifier | modifier le code]

La boulangerie Première Moisson est fondée à Dorion en 1991. Les produits (pains, gâteaux, pâtisseries et viennoiseries) y sont toujours préparés puis distribués dans ses différentes succursales à travers le Québec. La Chambre de commerce et d’industrie de Vaudreuil-Dorion (CCIVD) dessert à compter de juillet 2013 le territoire de la MRC de Vaudreuil-Soulanges[26].

Culture[modifier | modifier le code]

La ville possède plusieurs monuments et bâtiments historiques tels l'église Saint-Michel, la Maison Trestler, la Maison Valois (maintenant la Maison des Arts et de la Culture), et l'ancienne école Saint-Michel construite en 1859 qui abrite aujourd'hui le Musée régional de Vaudreuil-Soulanges[27] ainsi que le Centre d'histoire La Presqu'île, principal responsable de l'acquisition, de la conservation et de la diffusion du patrimoine documentaire de la région de Vaudreuil-Soulanges. Le musée régional, qui occupe trois des bâtiments de l'ancienne école Saint-Michel (école, annexe de 1882 et remise)[28], se trouve à la limite des anciennes municipalités du village de Vaudreuil et de la paroisse de Saint-Michel-de-Vaudreuil[29].

Le grand historien et homme d'église Lionel Groulx (1878-1967) est né et mort à Vaudreuil : on peut visiter sa maison au 150, chemin des Chenaux, dont le site a été cité par la Ville de Vaudreuil-Dorion en 2005 (Site du patrimoine de la Maison-du-Chanoine-Lionel-Groulx)[30]. Durant les années 1950 et 1960, le grand poète Félix Leclerc réside à Vaudreuil. On peut toujours y apercevoir une des deux maisons qu'il a habitées, toutes situées sur le chemin de l'Anse, en bordure du lac des Deux-Montagnes. L'une d'entre elle a d'ailleurs été rachetée par la ville de Vaudreuil-Dorion récemment, tandis que l'autre a été démolie au début des années 2000.

Depuis 1981, date à laquelle les villes de Vaudreuil et Dorion louent un local commun à la Corporation de la Cité des Jeunes, la ville dispose d'une bibliothèque municipale. En 1993, face à l'exiguïté des locaux, la ville décide de construire un bâtiment pour abriter la nouvelle bibliothèque, inaugurée en août 1995. Depuis le 10 décembre 1998, les résidents de la ville disposent d'un accès gratuit à Internet et aux collections de la bibliothèque, à la suite de l'adoption de la Politique québécoise de la lecture et du livre.

Le roman Sur la Route de Vaudreuil de Marcel Brouillard se passe à Vaudreuil[31]. L'auteur Marc-André Pilon est de Vaudreuil-Dorion[32]. La communauté artistique compte entre autres l'artiste-peintre Denis Roy, formé en arts plastiques et en histoire de l'art, influencé par les automatistes québécois et l'abstraction lyrique européenne et américaine[33], ainsi que Josiane Farand, photographe[34].

Vaudreuil-Dorion abrite les studios de la station de radio CJVD-FM, média électronique en opération depuis septembre 2008.

Le ciné-club La boîte lumineuse projette des films de répertoire au théâtre Paul-Émile-Meloche à Vaudreuil-Dorion[35]. Le Festival de cirque de Vaudreuil-Dorion a lieu chaque année durant trois jours autour du 24 juin[36]. La première compétition internationale de cirque au Canada se tient à Vaudreuil-Dorion en 2012[37].

Les Seigneuriales de Vaudreuil-Dorion ont lieu à chaque année sur les terrains du Musée régional de Vaudreuil-Soulanges la deuxième semaine de juin.

Bleu, groupe rock, est originaire de Vaudreuil-Dorion. Le Chœur classique Vaudreuil-Soulanges donne des concerts dans la région depuis 1963[38].

Les journaux comptent les hebdomadaires français Première Édition[39], L'Étoile, tous deux tirés à 60 000 exemplaires[40], et l'hebdomadaire anglais Your Local Journal.

Le vignoble Côte de Vaudreuil, situé sur le coteau du plateau Saint-Lazare et ouvert en 2006, produit ou a produit les vins blancs Côté Plateau, Frontenac Gris, Prairie Star et Saint-Pépin, le rosé Pepino, les rouges Tango, Point final et Primius ainsi que le mousseux rosé Lolou[41]. En août y a lieu l'événement L'art au vignoble présentant les œuvres d'une douzaine d'artistes régionaux[42].

La Ville de Vaudreuil-Dorion adopte en 2013 une nouvelle politique culturelle, la première datant de 1998[43]. Outre ceux mentionnés précédemment, les principaux organismes culturels de Vaudreuil-Dorion incluent l'Atelier de lecture de Vaudreuil-Soulanges, AUTAM-Dorion, le Cercle des conteurs du Haut-Saint-Laurent, la Société archéologique et historique de l'île aux Tourtes, la Société de généalogie Vaudreuil-Cavagnal et la Société de sauvegarde de la mémoire de Félix Leclerc[44].

Société[modifier | modifier le code]

On y trouve aussi l'actuelle école secondaire de la Cité-des-Jeunes (anciennement École secondaire Vaudreuil), établissement scolaire qui fut le berceau de la réforme de l'éducation au Québec. En fait, l'école a été la première polyvalente à voir le jour au Québec lors de la révolution tranquille au cours des années 1960. Son fondateur, le ministre de l'éducation et député de Vaudreuil-Soulanges de l'époque, Paul Gérin-Lajoie, voulait créer un campus avec de nombreux services et institutions voués au développement des jeunes.

Aujourd'hui, le campus de l'école secondaire de la Cité-des-Jeunes possède une école secondaire, un centre culturel, une bibliothèque, un aréna, une piscine, une école-usine de traitement des eaux, le Centre des Belles-Rives (formation aux adultes) et le bureau administratif des services aux entreprises. L'ancienne école Vaudreuil High School abrite aujourd'hui le centre de formation professionnelle Paul-Gérin-Lajoie.

Il faut également signaler Ecolita, une école privée primaire trilingue (français, anglais, espagnol) située avenue André Chartrand. En raison de la forte croissance démographique de la communauté locale, la commission scolaire des Trois-Lacs inaugure en novembre 2012 l'école L'Hymne-au-Printemps, du titre d'une chanson composée par Félix Leclerc en 1949[45].

La Grande Vadrouille est une course à pied tenue en septembre depuis 1983 et à laquelle prennent part 1 700 participants en 2013[46].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Acte de naissance et de baptême de Lionel Groulx le 13 janvier 1878, paroisse Saint-Michel à Vaudreuil (Québec).

Sport et loisir[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les informations de la fiche proviennent de Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Vaudreuil-Dorion », 71083, Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec (consulté le 22 mai 2013), sauf exceptions suivantes :
    a. Région (CRÉ) : Agence forestière de la Montérégie, « Vallée-du-Haut-Saint-Laurent », carte, sur CRÉ de la Vallée-du-Haut-Saint-Saint-Laurent,‎ 2009 (consulté le 15 avril 2013)
    b. Code postal : Postes Canada, « Nombre et carte des secteurs de livraison rurale et urbaine », Québec,‎ 10 mai 2013 (consulté le 22 mai 2013).
    c. Gentilé Vaudreuillois-Dorionnais.
  2. a, b, c, d et e Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Vaudreuil-Dorion », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 12 mars 2011)
  3. a et b Agence forestière de la Montérégie, « Vallée-du-Haut-Saint-Laurent », carte, sur CRÉ de la Vallée-du-Haut-Saint-Saint-Laurent,‎ 2009 (consulté le 15 avril 2013)
  4. Toponymie : Vaudreuil-Dorion
  5. Statistique Canada : Vaudreuil-Dorion
  6. L'odonyme honore la mémoire de Robert Unwin Harwood (1798-1863), époux de Marie-Louise-Josephte Chartier de Lotbinière, laquelle hérite de la seigneurie de Vaudreuil de son père Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière, et père d'Antoine Chartier de Lotbinière Harwood, député de Vaudreuil. Voir Gouvernement du Québec, « Banque des noms de lieux du Québec : Boulevard Harwood », 236477, Commission de toponymie du Québec,‎ juin 2013 (consulté le 2 octobre 2013).
  7. Gouvernement du Québec, « Banque des noms de lieux du Québec : Route de Lotbinière », 130627, Commission de toponymie du Québec,‎ juin 2013 (consulté le 2 octobre 2013).
  8. Gouvernement du Québec, « Banque des noms de lieux du Québec : Boulevard de la Cité-des-Jeunes », 130606, Commission de toponymie du Québec,‎ juin 2013 (consulté le 2 octobre 2013).
  9. L'odonyme honore la mémoire du notaire Adhémar Jeannotte ainsi que ses deux fils, Adhémar Jeannotte (1895-1969), curé de Saint-Michel de Vaudreuil et Joseph-Édouard Jeannotte (1890-1957), député provincial de Vaudreuil-Soulanges. Voir Gouvernement du Québec, « Banque des noms de lieux du Québec : Rue Jeannotte », 129802, Commission de toponymie du Québec,‎ juin 2013 (consulté le 2 octobre 2013).
  10. Christopher C. Jacques, « L'avenue Saint-Charles sera élargie », Première Édition, vol. 29, no 6,‎ 15 février 2014, p. 28-29 (lire en ligne).
  11. a. Christopher C. Jacques, « Développement du lac à la Carrière : Un projet sur la glace », Première Édition, vol. 28, no 34,‎ 7 septembre 2013, p. 5 (lire en ligne).
    b. Christopher C. Jacques, « Vaudreuil-Dorion passe à l'action », L'Étoile, vol. 46, no 37,‎ 25 septembre 2013, p. 3 (lire en ligne).
    c. (en) Jim Duff, « Lac Chérie : Quebec intervenes », Gazette Vaudreuil-Soulanges, vol. 63, no 28,‎ 25 septembre 2013, p. 1-42 (lire en ligne)
    d. Ville de Vaudreuil-Dorion, « Lac Chérie, Vaudreuil-Dorion - Le ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs ordonne à l'entreprise 3077004 Canada Inc. la cessation des travaux dans un lac à Vaudreuil-Dorion »,‎ 30 septembre 2013 (consulté le 2 octobre 2013).
  12. Ville de Vaudreuil-Dorion, « Historique et patrimoine » (consulté le 2 octobre 2013).
  13. Luke De Stéphano, Vaudreuil-Soulanges, un lieu de convergence : 100 ans, noir sur blanc, vol. 21, Québec, Éditions GID,‎ 2008, 205 p. (ISBN 978-2-922668-69-8), p. 36.
  14. De Stéphano 2008, p. 147..
  15. De Stéphano 2008, p. 28..
  16. De Stéphano 2008, p. 125..
  17. Centre d’histoire de la Presqu’île, « Fonds Dionel Bellemare », P107,‎ 8 avril 2013 (consulté le 26 avril 2013)
  18. De Stéphano 2008, p. 155..
  19. Michel Bélisle. Partez à la découverte de Vaudreuil-Dorion. 10 itinéraires patrimoniaux marqués sceau de l'histoire. Vaudreuil-Dorion, Ville de Vaudreuil-Dorion, 2008, 3e édition, p. 38.
  20. Gouvernement du Québec, « Élections municipales 2013, Candidatures et résultats pour Vaudreuil-Dorion », 71083, Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec,‎ 21 novembre 2013 (consulté le 22 novembre 2013).
  21. Assemblée nationale du Québec, « Dionel Bellemare », 1985,‎ octobre 2008 (consulté le 24 avril 2013)
  22. Archives des résultats des élections municipales
  23. MRC de Vaudreuil-Soulanges, « Coordonnées et heures d'ouverture » (consulté le 22 mai 2013)
  24. Gouvernement du Canada, « Proclamation donnant force de loi au décret de représentation électorale à compter de la première dissolution du Parlement postérieure au 25 août 2004 (TR/2003-154), Annexe: Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales - Décret de représentation », sur Ministère de la Justice du Canada (consulté le 20 juin 2013).
  25. Recensements
  26. Simon Richard, « Une chambre de commerce pour Vaudreuil-Soulanges l’été prochain », L’Étoile, vol. 46, no 9,‎ 6 mars 2013, p. 5 (lire en ligne)
  27. Sébastien Daviau et Édith Prégent. Le Musée régional de Vaudreuil-Soulanges : une histoire passionnante à découvrir. Vaudreuil-Dorion, Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, 2e édition, 2007 (2005), 41 p. 978-2-9805286-8-2.
  28. Sébastien Daviau. Les bâtiments de l'ancienne école Saint-Michel de Vaudreuil. Site du Musée régional de Vaudreuil-Soulanges consulté sur http://www.mrvs.qc.ca/batiments.php le 13 janvier 2014.
  29. De Stéphano 2008, p. 112..
  30. Site du patrimoine de la Maison-du-Chanoine-Lionel-Groulx, Répertoire culturel du Québec (http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=99576&type=bien#.UpTwQCeCUus).
  31. googlebooks
  32. Jessica Leblanc, « Un guide de survie pour myope : Marc-André Pilon conclut sa série », Première Édition, vol. 29, no 6,‎ 15 février 2015, p. 19 (lire en ligne).
  33. Myriam Delisle, « Sur la terre comme au ciel : exposition de Denis Roy au Resto L'Ange », L'Étoile, vol. 46, no 16,‎ 24 avril 2013, p. 18 (lire en ligne)
  34. Marie-Maxime Cousineau, « Une passion à partager : Exposition de Josiane Farand », L'Étoile, vol. 46, no 44,‎ 13 novembre 2013, p. 3 (lire en ligne).
  35. La Pause municipale 16:1 février 2012
  36. Festival de cirque
  37. « Le Festial international de cirque rafle un autre prix! », Info Suroît,‎ 27 mars 2013 (lire en ligne).
  38. chœur classique de Vaudreuil-Soulanges et En harmonie avec 50 musiciens, Myriam Delisle, L'Étoile, 12 décembre 2012, 45:48, p. 14.
  39. Journal Première Édition
  40. Journal L'Étoile
  41. a. Côte de Vaudreuil, « Vins » (consulté en 29 août 2013).
    b. Association des vignerons du Québec, « Vignoble Côte de Vaudreuil », 63 (consulté en 29 août 2013).
    c. Karyne Duplessis Piché, « Les vignes de Vaudreuil », La Presse,‎ 11 décembre 2012 (lire en ligne).
  42. Côte de Vaudreuil, « Événements spéciaux » (consulté en 29 août 2013).
  43. Myriam Delisle, « Vaudreuil-Dorion adopte sa nouvelle politique culturelle », Première Édition, vol. 28, no 34,‎ 7 septembre 2013, p. 17 (lire en ligne).
  44. Ville de Vaudreuil-Dorion, « Loisir et culture : Répertoire des organismes » (consulté le 9 septembre 2013).
  45. Commission scolaire des Trois-Lacs, Inauguration de l'école de l'Hymne-au-Printemps, 26 novembre 2012, (en) New French School opens Vaudreuil-Dorion, Meghan Low, Hudson's Gazette, 28 novembre 2012, 62:40, page 3, et Félix Leclerc : L'hymne au printemps, texte et son.
  46. Marie-Maxime Cousineau, « Quelque 1700 coureurs déferlent dans Vaudreuil-Dorion », L'Étoile, vol. 46, no 36,‎ 18 septembre 2013, p. 3 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Hudson Oka,
Lac des Deux Montagnes,
Vaudreuil-sur-le-Lac, L'Île-Cadieux
Lac des Deux Montagnes, Senneville Rose des vents
Saint-Lazare N L'Île-Perrot,
Terrasse-Vaudreuil,
Pincourt
O    Vaudreuil-Dorion    E
S
Les Cèdres Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, Pointe-des-Cascades