Les Cèdres (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Cèdres (homonymie).
Les Cèdres
Base de plein air
Base de plein air
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec[1]
Région Vallée-du-Haut-Saint-Laurent (Montérégie)
Comté ou équivalent Vaudreuil-Soulanges
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Raymond Larouche
2013 - 2017
Code postal J7T
Constitution Le 9 mars 1985
Démographie
Gentilé Cèdreau ou Cédreau ou Cèdroit, Cèdrelle
Population 6 562 hab. (2014)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 31″ N 74° 03′ 30″ O / 45.308489, -74.05823745° 18′ 31″ Nord 74° 03′ 30″ Ouest / 45.308489, -74.058237  
Superficie 7 712 ha = 77,12 km2
Divers
Langue(s) français
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC-5)
Indicatif +1 450
Code géographique 71050
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Montérégie

Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Les Cèdres

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Les Cèdres

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Les Cèdres

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir la carte topographique de Montréal
City locator 14.svg
Les Cèdres
Liens
Site web lescedres.qc.ca

Les Cèdres est une municipalité du Québec située dans la municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges dans la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent en Montérégie, dans le pays du Suroît[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire dans la MRC

Les Cèdres se situe sur la rive gauche du fleuve Saint-Laurent entre les lacs Saint-François et Saint-Louis sur la presqu'île de Vaudreuil-Soulanges, au sud-ouest de Vaudreuil-Dorion, à l'est de Coteau-du-Lac et au sud-est de Saint-Clet et de Saint-Lazare. Située à quelque 40 km au sud-ouest de Montréal, elle fait partie de la région métropolitaine de Montréal. Le territoire couvre une superficie de 89 km2. La municipalité se trouve dans la plaine du Saint-Laurent et son relief est donc plat.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La municipalité est traversée par le canal de Soulanges, parallèle au fleuve Saint-Laurent. L'autoroute du Souvenir (A-20) y conduit. Y passe également l'autoroute 30 qui relie Vaudreuil-Soulanges à Beauharnois et à la Rive-Sud de Montréal par le pont Serge-Marcil. La municipalité est desservie en transport en commun par La navette fluviale Les Cèdres-Salaberry-de-Valleyfield permet d'atteindre l'île aux Vaches[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seigneurie de Soulanges.

Le nom de la municipalité origine des grands cèdres (thuyas) qui se trouvaient au pied des rapides bordant le fleuve Saint-Laurent à cet endroit. Le cartographe Deshayes le mentionne sous le nom de Rapide du Costeau des Cèdres en 1695. Les rapides des Cèdres obligent les explorateurs français de la Nouvelle-France à y faire du portage. Ils appellent ce lieu Coteau-des-Cèdres, Portage-du-Coteau-des-Cèdres ou simplement Les Cèdres. À l'intérieur ou à proximité de la municipalité portent également le toponyme Les Cèdres les entités suivantes : la pointe, la batture, le barrage, la centrale hydroélectrique, le bureau de poste, les secteurs résidentiels du Bas-des-Cèdres et du Haut-des-Cèdres, la rue.

En 1702, la seigneurie de Soulanges est concédée à Pierre-Jacques de Joybert de Soulanges et de Marson[4],[5], et meurt l'année suivante. Sa femme Marie-Anne Bécart de Granville et sa fille Marie-Geneviève Joybert de Soulanges se consacrent au développement de la seigneurie et, en 1715, les premiers colons s'implantent sur le territoire qui correspond actuellement au centre des Cèdres. La paroisse Saint-Joseph de Soulanges ouvre ses registres en 1752; elle couvre alors la presqu'île de Vaudreuil-Soulanges de même que la seigneurie de Beauharnois, soit l'ensemble du pays du Suroît[6]. En 1760, des bateliers canadiens contraints de conduire des troupes anglaises vers Montréal, se jettent dans les rapides, afin d'y couler les pièces d'artillerie[7],[8]. En 1768, le fils de Marie-Geneviève Joybert de Soulanges, Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil devient seigneur de Soulanges[9].

En 1779, le capitaine William Twist décide de construire un canal pour contourner les rapides. Il appelle les lieux Cedar Rapids (rapides des Cèdres en anglais)[7].

Malgré la présence tout près du fort de Coteau-du-Lac qui abrite plusieurs loyalistes, plusieurs habitants des Cèdres sont sympathisants de la rébellion des Patriotes. En 1838, Joseph Wattier, cultivateur et marchand local, est ainsi arrêté et jugé et ses propriétés incendiées[10]. Dans la foulée de la suppression du régime seigneurial et de l'érection des municipalités de paroisse au Bas-Canada, la municipalité de la paroisse de Saint-Joseph-de-Soulanges est incorporée en 1845. Elle est nommée en hommage à Joseph-Dominique-Emmanuel Le Moyne de Longueuil. La municipalité de village de Soulanges est créée quelques années plus tard en 1852, par détachement de la municipalité de paroisse[7]. La municipalité de village de Soulanges change son appellation pour celui de village des Cèdres. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les quatre hôtels et tavernes des Cèdres, ainsi que plusieurs bicoques où l'on vend de l'alcool sans permis, attirent les navigateurs et cageux en transit[11]

La Cedars Rapids Manufacturing and Power Company construit une centrale hydroélectrique qu'elle commence à exploiter en 1914, laquelle fournit de l'électricité pour Massena (New York)[12].

La municipalité actuelle est constituée en 1985, par la fusion de la municipalité du village des Cèdres et de la municipalité de paroisse de Saint-Joseph-de-Soulanges. Le nom de la municipalité actuelle reprend le toponyme récent de la municipalité de village de Les Cèdres. Entre 1985 et 1987, les maires des deux anciennes municipalités gèrent conjointement la nouvelle municipalité. L'autoroute 30 et le pont Serge-Marcil sont ouverts à la circulation aux Cèdres en décembre 2012. Éprouvant des difficultés à assurer la pérennité financière de la base de plein air des Cèdres et comme seulement 10 % des usagers du site sont des Cédreaux, la municipalité des Cèdres et sa voisine Saint-Lazare conclut une entente en 2014 transférant la propriété et le territoire de la base de plein air à la ville de Saint-Lazare[13].

Administration[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner.svg

Les armes des Cèdres se blasonnent ainsi : D'argent au chevron ondé d'azur accompagné en chef d'une rose de gueules accostée de deux cèdres de sinople, d'une gerbe de blé de la même pointe, timbré d'une couronne d'or à cinq tours d'une roue de sable en foudres mouvants en dextre un érable de sinople en senestre un rameau du même listel à la devise Credo cresco.

Les armoiries « décrivent Les Cèdres, berceau du comté de Soulanges, remarquable par ses rapides, le fleuve Saint-Laurent et la fertilité agricole de la paroisse; soulignent la protection du patron saint-Joseph, ce juste qui croît comme le cèdre libanais; évoquent les souvenirs du fort, du moulin seigneurial, des deux cèdres des cageux et du pouvoir hydro-électrique; et rappellent le souvenir des deux premières familles seigneuriales les Joybert de Soulanges et les Lemoyne de Longueuil et la mémoire des courageux pionniers qui ont transformé une forêt en gerbes de blé. »[14].

Le mode d'élection est par bloc et par district, ce qui signifie que tout le conseil municipal est élu en même temps et que les conseillers représentent des secteurs géographiques de la municipalité[2]. La municipalité dispose d'un plan de développement durable et d'une politique familiale qui orientent ses actions[15]. Le conseil municipal œuvre à différents comités dont les finances, administration et ressources humaines; l'hygiène du milieu, voirie et travaux publics; sécurité publique; loisirs, culture et base de plein air; urbanisme et toponymie; convention collective et contrats de travail; régie intermunicipale du canal Soulanges; comité agricole[16]. À l'élection de 2013, Raymond Larouche devient maire avec 60,3 % des voix devant la mairesse Géraldine T. Quesnel, en fonction depuis 2002. Le taux de participation est de 53,7 %[17].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1985 1987 Jean-Paul Séguin et
Armand Levac
   
1987 1994 Armand Levac    
1994 2001 Lucien Daoust    
2001 2013 Géraldine T. Quesnel    
2013 en cours Raymond Larouche    
Les données manquantes sont à compléter.
Composition du conseil municipal[19]
2009-2013 2013-2017
Maire Géraldine T. Quesnel Raymond Larouche
District 1 Thérèse Lemelin Thérèse Lemelin
District 2 Serge Clément Serge Clément
District 3 Lyse Thauvette Aline Trudel
District 4 Sarah-Claude Racicot Karine Tessier
District 5 René Levac Yves Daoust
District 6 Jacques Bouchard Maxime Pratte

Au niveau supramunicipal, la municipalité des Cèdres fait partie de la municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges et, en corollaire, de la conférence régionale des élus de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent. Elle fait également partie du territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal. La population locale est représentée à l'Assemblée nationale du Québec par le député de la circonscription de Soulanges[20] et à la Chambre des communes du Canada par le député de la circonscription de Vaudreuil-Soulanges[21].

Démographie[modifier | modifier le code]

Tendance de la population totale[22]:

Année Population Variation (%)
2011 6 079 en augmentation6,1 %
2006 5 732 en augmentation11,8 %
2001 5 128 en augmentation10,5 %
1996 4 641 en augmentation21,0 %
1991 3 836

Langue maternelle (2006)

Langue Nombre Part (%)
Français seulement 5 175 90,5 %
Anglais seulement 350 6,1 %
Français et anglais 70 1,2 %
Autres langues 125 2,2 %

Économie[modifier | modifier le code]

La ferme Longprés produit de l'huile de tournesol biologique sous le nom de Huiles d'Amérique. Cette huile est l'un des composants du savon de Chez nous fabriqué à Saint-Lazare[23],[24],[25].

Culture[modifier | modifier le code]

Le petit pouvoir, ancienne usine hydroélectrique Le petit pouvoir, ancienne usine hydroélectrique
Le petit pouvoir, ancienne usine hydroélectrique

L'ancienne centrale hydroélectrique du canal de Soulanges, inaugurée en 1899, est encore appelée le Petit pouvoir. Elle fonctionne jusqu'à l'avènement de la Voie maritime du Saint-Laurent en 1959. La centrale originale est classée monument historique par le ministère de la Culture et des Communications du Québec. Elle maintenant la propriété du ministère des Transports du Québec. L'église Saint-Joseph-de-Soulanges, construite en 1881, selon les plans et devis de l'architecte Victor Bourgeau[26], est classée comme ayant une architecture supérieure. Outre ces immeubles, plusieurs maisons patrimoniales de différents styles architecturaux existent encore aux Cèdres : la maison Lalonde-Madore (1774), la maison Charay (1793), la maison Ménard (1835), la maison François Massicotte (1837), le magasin général A-M. Bissonnette, l'entrepôt du canal, la maison Boomtown (1860), la maison Baillargé (1871), le monument du Sacré-Coeur (1888), la boulangerie Leroux (1888), la maison Bissonnette-Leroux, la maison Lafrance (1895), le château Ouimet (1900), la boutique Montpetit (1901), le presbytère (1908), de l'architecte Joseph Venne et la maison Chartrand (1913)[27].

Le Pôle récréo-culturel situé au cœur du village des Cèdres compte la bibliothèque Gaby-Farmer-Denis, ouverte en 2012 par la municipalité[15],[28].

L'artiste peintre Séguin Poirier[29], la peintre et graveure Manon Côté[30], l'artisan du vitrail Mireille Ménard[31] et l'artiste photographe Lilianne Pilon[32] habitent Les Cèdres.

La ferme Diodati confectionne le Montefino, un fromage de chèvre frais ou affiné aux arômes d'huile d'oilve et de fines herbes, et dont le nom provient de Montefino, une commune des Abruzzes en Italie (Prix du public 2002, Concours des fromages fins du Québec)[33].

Société[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique des Cèdres est Saint-Joseph-de-Soulanges[34] La base de plein air des Cèdres, créée en 1979 dans une pinière et exploitée par la municipalité entre 1999 et 2014, compte 29 km de sentiers de ski de fond et 2,7 km de sentiers de raquette[13]. En vertu d'un entente en transférant la propriété à la ville de Saint-Lazare, les citoyens des Cèdres y ont accès gratuitement pour la période entre 2014 et 2039[13]. La base de plein air offre également des activités estivales et des parcs thématiques, par exemple Shérifville[35]. La municipalité aménage en 2013 un jeu d'eau et quatre terrains de tennis dans le Pôle récréo-culturel[15].

Les personnalités des Cèdres comprennent entre autres :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les informations de la fiche proviennent de Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Les Cèdres », 71050, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec (consulté le 3 mai 2013), sauf :
    a. Région (CRÉ) : Agence forestière de la Montérégie, « Vallée-du-Haut-Saint-Laurent », carte, sur CRÉ de la Vallée-du-Haut-Saint-Saint-Laurent,‎ 2009 (consulté le 15 avril 2013)
    b. Code postal : Postes Canada, « Nombre et carte des secteurs de livraison rurale et urbaine », Québec,‎ 10 mai 2013 (consulté le 21 mai 2013).
    c. Gentilé Cédreau : « Les Cèdres : Soulanges dans Soulanges », L'Étoile, vol. 46, no 14,‎ 10 avril 2013, p. 21.
  2. a et b Répertoire des municipalités du Québec
  3. Municipalité des Cèdres, « Navette fluviale Les Cèdres / Salaberry-de-Valleyfield » (consulté le 21 mai 2013).
  4. Gouvernement du Québec, « Circonscription électorale de Soulanges », 373060, sur Commission de toponymie du Québec,‎ 10 janvier 2013 (consulté le 16 janvier 2013)
  5. Gouvernement du Québec, « Seigneurie de Soulanges », 118957, sur Commission de toponymie du Québec,‎ 8 avril 2013 (consulté le 14 février 2013)[ Commission de toponymie du Québec]
  6. Luke De Stéphano, Vaudreuil-Soulanges, un lieu de convergence : 100 ans, noir sur blanc, vol. 21, Québec, Éditions GID,‎ 2008, 205 p. (ISBN 978-2-89634-036-1), p. 86.
  7. a, b et c « Les Cèdres : Soulanges dans Soulanges », L'Étoile, vol. 46, no 14,‎ 10 avril 2013, p. 21.
  8. De Stéphano 2008, p. 114..
  9. Gérard Pelletier, « Le Moyne de Longueuil, Joseph-Dominique-Emmanuel », 36627, sur Dictionnaire biographique du Canada en ligne (consulté le 16 janvier 2013)
  10. De Stéphano 2008, p. 84..
  11. De Stéphano 2008, p. 88..
  12. De Stéphano 2008, p. 60, 62..
  13. a, b et c Jessica Leblanc, « Base de plein air des Cèdres : Les Cèdres passent le flambeau à Saint-Lazare », Première Édition, vol. 29*, no 6,‎ 15 février 2014, p. 3 (lire en ligne).
  14. Municipalité des Cèdres, « Symbole » (consulté le 13 septembre 2013).
  15. a, b et c « Les Cèdres : Inauguration du Pôle récréo-culturel », Le Journal d'affaires du Sud-Ouest, vol. 6, no 15,‎ juillet 2013, p. 11 (lire en ligne).
  16. Municipalité des Cèdres, « Comités » (consulté le 12 septembre 2013).
  17. a. Municipalité des Cèdres, « Votre conseil municipal 2009-2013 » (consulté le 21 mai 2013).
    b. Gouvernement du Québec, « Élections municipales 2013, Candidatures et résultats pour Les Cèdres », 71050, Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec,‎ 21 novembre 2013 (consulté le 24 novembre 2013).
    c. Christopher C. Jacques, « Raymond Larouche établit ses priorités pour Les Cèdres », Première Édition, vol. 28, no 34,‎ 7 septembre 2013, p. 7 (lire en ligne).
    d. Mélissa Dion, « Prête pour un autre mandat », L'Étoile, vol. 46, no 35,‎ 11 septembre 2013, p. 10 (lire en ligne).
  18. Municipalité des Cèdres, « Maires... d'hier à aujourd'hui » (consulté le 12 septembre 2013).
  19. Municipalité des Cèdres, « Bienvenue à la municipalité des Cèdres » (consulté le 21 mai 2013).
  20. Commission de la représentation électorale du Québec, « La carte électorale du Québec : Les 125 circonscriptions électorales 2011 », Directeur général des élections du Québec (consulté le 20 juin 2013).
  21. Gouvernement du Canada, « Proclamation donnant force de loi au décret de représentation électorale à compter de la première dissolution du Parlement postérieure au 25 août 2004 (TR/2003-154), Annexe: Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales - Décret de représentation », sur Ministère de la Justice du Canada (consulté le 20 juin 2013).
  22. Statistique Canada: recensements de 1996, 2001, 2006 et 2011
  23. Marché champêtre de Rigaud, « L'air du marché »,‎ juin 2011 (consulté le 8 janvier 2013), p. 3
  24. « Savons de légendes » (consulté le 9 janvier 2013)
  25. Recettes du Québec, « Ferme Champy – Le soleil dans une bouteille » (consulté le 9 janvier 2013).
  26. Uqam - musique - orgues - Les Cèdres et Sébastien Daviau. Les Cèdres : 300 ans d'architecture et d'histoire, circuit patrimonial. Les Cèdres, Municipalité des Cèdres, 2002, 30 p.
  27. Sébastien Davia, « Les Cèdres: 300 ans d'architecture et d'histoire », Municipalité des Cèdres,‎ 2002 (ISBN ISBN-2-9807597-0-8[à vérifier : isbn invalide], consulté le 15 février 2014).
  28. Municipalité des Cèdres, « Bibliothèque des Cèdres » (consulté le 21 mai 2013).
  29. a. Séguin Poirier;
    b. (en) Your local Journal, 10:39, 1er novembre 2012, page 27
  30. Marie-Maxime Cousineau, « J'empreinte la Maison : exposition de la Cédrelle Manon Côté », Première Édition, vol. 28, no 15,‎ 13 avril 2013, p. 10 (lire en ligne);
    b. « Les artistes : Manon Côté », sur Autour de nous,‎ 2013 (consulté le 23 mai 2013)
  31. Côte de Vaudreuil, « Événements spéciaux » (consulté le 29 août 2013).
  32. Marie-Maxime Cousineau, « Lilianne Pilon expose à L'Île-Perrot », L'Étoile, vol. 46, no 35,‎ 11 septembre 2013, p. 21 (lire en ligne).
  33. a. Marché champêtre de Rigaud, « L'air du marché », 2,2, Municipalité de Rigaud,‎ juin 2010 (consulté le 9 janvier 2013).
    b. « Ferme Diodati », sur Route des fromages (consulté le 9 janvier 2013).
    c. « Montefino », sur Cuisine du Québec (consulté le 9 janvier 2013).
  34. De Stéphano 2008, p. 167..
  35. « Shérifville : Un nouveau parc thématique pour la Base de Plein Air des Cèdres », Le Journal d'affaires du Sud-Ouest, vol. 6, no 15,‎ juillet 2013, p. 12 (lire en ligne).
  36. De Stéphano 2008, p. 121..

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Clet Saint-Lazare Vaudreuil-Dorion Rose des vents
Coteau-du-Lac N Pointe-des-Cascades
O    Les Cèdres    E
S
Fleuve Saint-Laurent

Salaberry-de-Valleyfield