Pincourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pincourt
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec[1]
Région Vallée-du-Haut-Saint-Laurent (Montérégie)
Comté ou équivalent Vaudreuil-Soulanges
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Yvan Cardinal
2013-2017
Code postal J7V, J7W
Constitution 1er janvier 1950
Démographie
Gentilé Pincourtois, e
Population 14 793 hab. (2013)
Densité 2 084 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 00″ N 73° 59′ 00″ O / 45.383338, -73.983338 ()45° 23′ 00″ Nord 73° 59′ 00″ Ouest / 45.383338, -73.983338 ()  
Superficie 710 ha = 7,10 km2
Divers
Langue(s) français, anglais
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC-5)
Indicatif +1 514 ou 438
Code géographique 71070
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir sur la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Pincourt

Géolocalisation sur la carte : Montérégie

Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Pincourt

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Pincourt

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Pincourt
Liens
Site web villepincourt.qc.ca

Pincourt est une ville située sur l'île Perrot dans l'archipel d'Hochelaga au Québec (Canada). Elle fait partie de la municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges, dans la région de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent en Montérégie[2],[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Pincourt à l'ouest de l'île Perrot

La ville de Pincourt occupe la partie sud-ouest de l'île Perrot. Cette île se trouve à l’embouchure de la rivière des Outaouais, entre le lac Saint-Louis et le lac des Deux Montagnes. L'île est à une trentaine de kilomètres du centre de Montréal, en banlieue ouest. Pincourt borne les rapides de Quinchien qui séparent à cet endroit l'île Perrot de Vaudreuil-Dorion. Pincourt est limitrophe aux trois autres municipalités de l'île Perrot, soit les villes de L'Île-Perrot et de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, ainsi que la municipalité de Terrasse-Vaudreuil. La superficie totale de la municipalité est de 7,11 km2 dont 7,10 sont terrestres[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le pont Taschereau unit Pincourt à Vaudreuil-Dorion alors que le pont Galipeault unit la municipalité de L'Île-Perrot à Sainte-Anne-de-Bellevue. Ces deux ponts font partie du corridor de l'autoroute 20 (autoroute du Souvenir), qui dessert Pincourt et Terrasse-Vaudreuil par l'échangeur 35. L'autoroute prend la forme d'un boulevard avec contrôles de circulation sur l'île Perrot et à Dorion. Le ministère des Transports du Québec planifie le parachèvement de l'autoroute du Souvenir sur l'île Perrot[4]. Le boulevard Cardinal-Léger est une artère nord - sud se connectant à l'échangeur 35 et traversant la municipalité en direction de la ville voisine de Notre-Dame-de-l'Ile-Perrot. Le chemin Duhamel[5], ancien chemin qui suit la rive de l'Outaouais, et le boulevard de l'Île, qui accède à l'autoroute à une intersection à feux, forment deux collectrices est-ouest. La 5e Avenue et l'avenue Forest[5], collectrices parallèles à l'autoroute, terminent la trame routière[6].

Pincourt est desservie par le service de minibus du Conseil intermunicipal de transport La Presqu'Île desservent la ville et les environs[7]. Pincourt est desservie par la (gare Pincourt–Terrasse-Vaudreuil de la ligne Vaudreuil–Hudson du train de banlieue[8].

Pincourt possède une piscine municipale, un Omni-Centre (avec gymnase et des salles de réception), un centre commercial[9], les écoles primaires Notre-Dame-de-Lorette, Edgewater et St. Patrick, l'école secondaire le Chêne-bleu, où on trouve aussi la bibliothèque de la municipalité, ainsi qu'un salon de quilles[10], un centre culturel, des pistes cyclables et des parcs (Bellevue, Olympique, Shamrock, Rousseau, etc.). Suivant une entente de partenariat entre la municipalité et un groupe d'investisseurs, la communauté disposera d'un aréna comptant deux patinoires dans l'immeuble prévu à cette fin qui est demeuré non terminé et inoccupé durant dix ans[11]. La municipalité vend au début de 2014 le terrain du complexe sportif à la Société d’Exploitation Sports Sherbrooke, plutôt que par emphytéose à la suite du refus du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec d'autorise cette option[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de l'île Perrot est concédée à François-Marie Perrot le 29 octobre 1672[13]. Le nom de Pincourt apparaît dans les contrats de concession de terres dans l'île Perrot dès 1780. Il désigne alors un sentier, dans le secteur ouest de l'île, menant vers une traverse vers Vaudreuil et que les gens appelaient la côte de Pincourt. Certains prétendent qu'un boisé de pins servait à orienter les voyageurs lorsqu'ils arrivaient à proximité des rapides de Quinchien. Ce boisé aurait pris le nom de Pincourt. Une petite île appelée île aux Pins est d'ailleurs située dans la rivière des Outaouais à proximité du pont Taschereau[14].

Dans la première moitié du xxe siècle, les baigneurs peuvent nager dans les eaux du lac Saint-Louis à la plage Sunny Beach, à la pointe au Renard[15]. La municipalité de village de Pincourt est constituée le 1er janvier 1950[16] par détachement de la municipalité de l'Ile-Perrot. Le 18 décembre 1959, la municipalité de village de Pincourt devient la municipalité de ville de Pincourt[17].

Population[modifier | modifier le code]

Au recensement du Canada de 2011, la population pincourtoise s'élève à 14 305 habitants pour une densité de 1 896,7 habitants par km2[18]. La croissance démographique est particulièrement vigoureuse depuis 2001.

Population 1986-2011
Population totale Variation (%)
2011 14 305 en augmentation27,8 %
2006 11 197 en augmentation10,3 %
2001 10 155 en augmentation 1,3 %
1996 10 023 en augmentation 2,8 %
1991 9 749 en augmentation 6,9 %
1986 9 121

Administration[modifier | modifier le code]

La ville de Pincourt est régie par des élections en bloc, chacun des six conseillers représentant un district. Un terme du conseil municipal dure quatre ans[2],[19]. La ville compte différentes commissions et comités dont la Commission des services aux citoyens, la Commission de sécurité publique, la Commission technique, la Commission administrative, le Comité consultatif d'urbanisme et le Comité Ville en santé[20]. Le maire Yvan Cardinal est réélu à l'élection de 2013 devant l'ancien conseiller Stéphane Boyer avec un taux de participation de 36,6 %[21].

Composition du conseil municipal
2009-2013 2013-2017
Maire Yvan Cardinal Yvan Cardinal
District 1 Stéphane Boyer Alexandre Wolford
District 2 Denise Bergeron Denise Bergeron
District 3 John Kinnear Sam Ierfino
District 4 Michel Pratte Diane Boyer
District 5 Jim Miron Jim Miron
District 6 André D'Aragon René Lecavalier

Pour ce qui est des affaires intermunicipales, la Ville de Pincourt fait partie de la municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges et de la Communauté métropolitaine de Montréal. En matière de transport collectif, elle est associée au Conseil intermunicipal de transport La Presqu'Île et à Transport Soleil pour le transport adapté. Elle fait également partie du Comité jeunesse La Presqu'Île et à la Régie de l'eau de l'Île Perrot[22]. La Régie des équipements en loisir de l’Île-Perrot (RELIP) a pour mandat d’étudier les besoins des habitants des quatre municipalités de l’île Perrot en matière d’équipements sportifs, culturels et communautaires afin d’initier des projets bénéfiques à l’ensemble des collectivités locales de l’île[23]. La bibliothèque de Pincourt sert également aux élèves de l'école secondaire du Chêne-Bleu et fait partie du service intermunicipal BiblioPincourt avec L'Île-Perrot et Notre-Dame-de-l'Île-Perrot[24].

La population de Pincourt est représentée à l'Assemblée nationale du Québec par le député de la circonscription de Vaudreuil[25]. À la Chambre des communes du Canada, la population locale est incluse dans la circonscription de Vaudreuil-Soulanges[26].

Culture[modifier | modifier le code]

Le musicien Rob Postuma nomme son groupe de musique « Les P-town blues » en référence à la ville dans laquelle il a grandi[réf. nécessaire]. Une quarantaine d'artistes, membres du Mouvement d'expression artistique libre ou Amis du Pinceau de Pincourt, exposent deux fois l'an à l'Omni-Centre de Pincourt[27]. Les artistes peintres Francine Crevier, Myriam Gaudry[28] et Sarah Murphy[29] sont de Pincourt.

Économie[modifier | modifier le code]

Certains entrepreneurs de Pincourt font partie de l'Association des gens d’affaires de l’île Perrot.

Société[modifier | modifier le code]

Les francophones catholiques de Pincourt se rassemblent à l'église Notre-Dame-de-Lorette alors que les anglophones de Pincourt se recueillent à l'église catholique Saint-Patrick of the Island ou à la Presbyterian Church of Ile Perrot.

Le projet pédagogique de l'école Notre-Dame-de-Lorette vise à promouvoir le goût de la lecture, à stimuler les aptitudes artistiques, à développer les compétences des élèves à risque et à promouvoir les valeurs de respect, d'effort, de fierté et d'ouverture[30]. En 2003, on y construit l'école secondaire du Chêne-Bleu, qui fait partie de la Commission scolaire des Trois-Lacs.

La municipalité organise l'événement Hiver en fête le premier samedi de février[31]. La fête de la ville se déroule à la mi-août de chaque année : c'est la fête des pompiers inaugurée en 1970. Environ 15 000 personnes prennent part aux festivités en 2013[32]. Un complexe sportif non complété est à l’abandon depuis 2003 alors que l’entrepreneur Cogerex stoppe les travaux en raison d’un apparent conflit avec la municipalité quant au financement[23].

Plusieurs organismes communautaires œuvrent à Pincourt, notamment Abris Vaudreuil-Soulanges, Arc-en-ciel Vaudreuil-Soulanges, Association de fibromyalgie et fatigue chronique, Centre de femmes La Moisson, Club Richelieu Île Perrot, Comité logement de Vaudreuil-Soulanges, Comquat Alphabétisation, Foyer Jeunesse l'Arche, Hébergement La Passerelle, Maison de la Famille Vaudreuil-Soulanges, Parrainage Civique, Société d’habitation abordable de Vaudreuil-Soulanges et Sphère Multiculturelle.

Bien que l'île Perrot ne fasse pas partie de l'île de Montréal, les indicatifs régionaux des numéros de téléphone pour les quatre municipalités, dont Pincourt, sont les 514 et 438.

Les personnalités associées à Pincourt incluent notamment :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les informations de la fiche proviennent de Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Pincourt », 71070, Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec (consulté le 5 février 2014), sauf exceptions suivantes :
    a. Région (CRÉ) : Agence forestière de la Montérégie, « Vallée-du-Haut-Saint-Laurent », carte, sur CRÉ de la Vallée-du-Haut-Saint-Saint-Laurent,‎ 2009 (consulté le 15 avril 2013)
    b. Code postal : Postes Canada, « Trouver un code postal », Québec,‎ 10 mai 2013 (consulté le 22 mai 2013).
  2. a, b et c Gouvernement du Québec, « Pincourt », 71070, sur Répertoire des municipalités, Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec,‎ 2013 (consulté le 5 février 2014).
  3. Agence forestière de la Montérégie, « Vallée-du-Haut-Saint-Laurent », carte, sur CRÉ de la Vallée-du-Haut-Saint-Saint-Laurent,‎ 2009 (consulté le 15 avril 2013).
  4. Gouvernement du Québec, « Autoroute 20 - Parachèvement dans Vaudreuil-Soulanges », Ministère des Transports du Québec (consulté le 21 janvier 2013).
  5. a et b L'origine de ce toponyme est inconnue.
  6. Ville de Pincourt, « Carte de la ville de Pincourt »,‎ novembre 2011 (consulté le 21 janvier 2013).
  7. CIT La Presqu'Île
  8. Agence métropolitaine de transport
  9. http://www.faubourgdelile.com/
  10. Salon de quilles Pincourt
  11. a. Christopher C. Jacques, « Pincourt aura son complexe sportif », Première Édition,‎ 28 juin 2013 (lire en ligne).
    b. (en) Meghan Low, « Will Pincourt arena partnership kill Burrows project? », Gazette Vaudreuil-Soulanges, vol. 63, no 19,‎ 3 juillet 2013, p. 3 (lire en ligne).
  12. Ville de Pincourt, « Complexe sportif : vente du lot 5 381 050 à la Société d’Exploitation Sports Sherbrooke », 773,‎ 30 janvier 2014 (consulté le 5 février 2014).
  13. Lise Chartier, L'île Perrot 1672-1765, Québec, Septentrion,‎ 2009, 267 p. (ISBN 978-2-89448-587-3)
  14. Toponymie : Pincourt
  15. Luke De Stéphano, Vaudreuil-Soulanges : Un lieu de convergence : Collection noir et blanc, vol. 21, Québec, Éditions GID,‎ 2008, 205 p. (ISBN 978-2-922668-69-8), p. 30.
  16. Gazette officielle de Québec, 24 décembre 1949, p. 2938
  17. Statuts de la province de Québec, 18 décembre 1959
  18. Statistique Canada. Pincourt, Québec (Code 2471070) (tableau). Profil du recensement, produit nº 98-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Recensement 2011, diffusé le 24 octobre 2012. Consulté le 22 mai 2013.
  19. Ville de Pincourt, « Districts électoraux », sur Ville de Pincourt (consulté le 21 janvier 2013).
  20. Ville de Pincourt, « Vie démocratique : Commissions et comités » (consulté le 22 mai 2013).
  21. Gouvernement du Québec, « Élections municipales 2013, Candidatures et résultats pour Pincourt », 71070, Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec,‎ 21 novembre 2013 (consulté le 29 janvier 2014).
  22. Ville de Pincourt, « Commissions et comités » (consulté le 23 août 2013)
  23. a et b (en) John Jantak, « NDIP announces a new sports centre while Pincourt hopes to revive abandoned facility », Your Local Journal, vol. 11, no 49,‎ 31 janvier 2013, p. 3
  24. BiblioPerrot, « Accueil », Villes de L'Île-Perrot, Notre-Dame-de-l'Île-Perrot et Pincourt,‎ 2014 (consulté le 5 février 2014).
  25. Commission de la représentation électorale du Québec, « La carte électorale du Québec : Les 125 circonscriptions électorales 2011 », sur Directeur général des élections du Québec (consulté le 20 juin 2013).
  26. Gouvernement du Canada, « Proclamation donnant force de loi au décret de représentation électorale à compter de la première dissolution du Parlement postérieure au 25 août 2004 (TR/2003-154), Annexe: Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales - Décret de représentation », sur Ministère de la Justice du Canada (consulté le 20 juin 2013).
  27. Marie-Maxime Cousineau, « Un groupe en changement », L'Étoile, vol. 46, no 44,‎ 13 novembre <2013, p. 3 (lire en ligne).
  28. a. (en) « The blackbird and her pearls:Pincourt artist currently showcased in two exhibitions », Your Local Journal, vol. 11, no 72,‎ 22 août 2013, p. 4
    b. Côte de Vaudreuil, « Événements spéciaux » (consulté le 29 août 2013).
  29. (en) Your local Journal, 10:39, 1er novembre 2012, p. 4.
  30. Christopher C. Jacques, « Un plan axé sur l'art », L'Étoile, vol. 46, no 16,‎ 24 avril 2013, p. 15 (lire en ligne)
  31. Christopher-C. Jacques, « Pincourt célèbre l'hiver », Première Édition, vol. 29, no 3,‎ 25 janvier 2014, p. 5 (lire en ligne).
  32. (en) « Pincourt's pyrotechnic perfection », Your Local Journal, vol. 11, no 70,‎ 15 août 2013, p. 1.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Terrasse-Vaudreuil L'Île-Perrot Rose des vents
Vaudreuil-Dorion N Notre-Dame-de-l'Île-Perrot
O    Pincourt    E
S
Rivière des Outaouais