Antoine-Aimé Dorion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dorion.
Antoine-Aimé Dorion
En 1863
En 1863
Fonctions
10e premier ministre du Canada-Est
Prédécesseur George-Étienne Cartier
Successeur George-Étienne Cartier
Prédécesseur Louis-Victor Sicotte
Successeur Étienne-Paschal Taché
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Sainte-Anne-de-la-Pérade
Date de décès (à 73 ans)
Lieu de décès Montréal
Parti politique Parti rouge
Liste des premiers ministres du Canada-Uni

Antoine-Aimé Dorion ( à Sainte-Anne-de-la-Pérade - à Montréal) est un homme politique canadien-français.

Origines[modifier | modifier le code]

Il naquit à Sainte-Anne–de-la Pérade dans une famille aux idées libérales, proche des Patriotes de 1837-1838. Son père, Pierre-Antoine Dorion, marchand, fut député du parti patriote à la chambre d’Assemblée du Bas-Canada de 1830 à 1838.

Après des études au séminaire de Nicolet de 1830 à 1837, il commence une carrière en droit à Montréal et est admis au barreau en 1842.

Engagement[modifier | modifier le code]

En 1849, il participe à la fondation du Club national démocratique avec plusieurs libéraux en vue et, pour la première fois, énonce ses principes politiques : suffrage universel, éducation populaire et libre-échange. La même année, il participera à la signature du « Manifeste annexionniste », initiative de la bourgeoisie anglophone de Montréal demandant l’annexion du Canada aux États-Unis en réaction à l’abolition des Corn Laws par la Grande-Bretagne.

La crise politique qui secoue la colonie cette année-là amènera l’Acte d’Union des deux Canada. En 1851, Dorion participe à la fondation du journal le Pays, organe des rouges modérés qui, à cette date se séparent des radicaux dont le plus connu est Jean-Baptiste-Éric Dorion, frère cadet d’Antoine-Aimé.

En 1853, Dorion ne participera pas au débat sur l’abolition de la tenure seigneuriale, héritage du régime français au Bas-Canada, bien que le Pays fut en faveur de l’abolition. Il faut dire que son cabinet d’avocat représente les intérêts de plusieurs seigneurs.

Député[modifier | modifier le code]

Antoine-Aimé Dorion, 1873

En 1854, il est élu député d’une circonscription montréalaise. Libéral modéré, il s’est déclaré pour un Conseil Législatif électif, la « réciprocité » (libre-échange) avec les États-Unis et l’éducation populaire. Il est le leader incontesté du groupe libéral à la Chambre d’Assemblée de 1854 à 1867. Il se fait surnommer « Dorion le Juste » par sa lutte contre la corruption, mais son alliance avec les Réformistes du Haut-Canada dirigés par Georges Brown incommode les nationalistes conservateurs du Bas-Canada qui se méfient de l’anticatholicisme des libéraux anglophones. Le gouvernement Brown-Dorion formé en 1857 ne dure même pas une journée et succombe à une motion de censure !

Le régime de l’Union devenant de plus en plus ingouvernable à cause de l’impossibilité de recueillir une majorité dans les deux sections de la colonie, le Canada-Ouest anglo-protestant et le Canada-Est, franco-catholique, l'idée d’une fédération des colonies britanniques commence à faire son chemin. Dorion est partisan d’une « petite fédération » qui regrouperait les deux parties du Canada-Uni, par opposition à la « grande fédération » (ou Confédération) des colonies britanniques d’Amérique du Nord, à laquelle se rallient progressivement les libéraux du Canada Ouest dans la « Grande coalition » du conservateur John A. Macdonald après 1864.

Membre du gouvernement de John Sandfield Macdonald et de Louis-Victor Sicotte de 1863 à 1864, Dorion entreprend une campagne active contre la Confédération après son retour dans l’opposition mais en vain car l'Acte de l'Amérique du Nord britannique devient une réalité en 1867.

En 1869, il démissionne de l’Institut canadien de Montréal, condamné par la congrégation de l’index et perçu comme le foyer des rouges radicaux. Contrairement à son frère cadet, il n’a rien d’un « enfant terrible » radical et représentera toujours le libéralisme modéré de tradition britannique. Quoique libéral, il est aussi un catholique pratiquant, sans une trace d’anticléricalisme.

Jusqu’en 1874, Dorion reste à la tête du parti libéral, puis se retire de la politique active. Il devient alors juge en chef de la Cour du banc de la reine dans la province de Québec. Il occupe se poste jusqu’à sa mort, en 1891 à l'âge de 73 ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par Antoine-Aimé Dorion Suivi par
George-Étienne Cartier
Premier ministre du Canada-Uni
Canada-Est
George-Étienne Cartier
Louis-Victor Sicotte
15 mai 186330 mai 1864
Étienne-Paschal Taché


Précédé par Antoine-Aimé Dorion Suivi par
Nouvelle circonscription, début de la Confédération canadienne
Député de Hochelaga
1867-1872
Parti conservateur
Louis Beaubien
Parti libéral du Canada
Sixte Coupal dit la Reine
Député de Napierville
1872-1874
Parti libéral du Canada
Sixte Coupal dit la Reine