Sweet (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sweet.

Sweet

Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Glam rock (débuts)
Hard rock (ensuite)
Années actives 1968 - 1982, 1992 - 2002 sous le nom de Andy Scott Sweet puis 2002 - présent
Labels RCA
Capitol
Polydor
Composition du groupe
Membres Brian Connolly
Andy Scott
Steve Priest
Mick Tucker

Sweet (The Sweet avant 1975) est un groupe de glam rock britannique des années 1970.
La grande popularité de Sweet, en Angleterre notamment, est, entre autres, due à leur image androgyne de glam-rockeurs et attestée par des singles biens classés dans les ventes (Ballroom Blitz...).

Analyse musicale[modifier | modifier le code]

Leur son est très proche de celui du hard rock (guitares saturées, basse lourde...), très propice à des représentations live endiablées. Les albums "studio" font apparaître un important dispositif sonore (travail des guitares en multipiste) et l'utilisation d'instruments classiques (violoncelle sur Rebel Rouser, clavecin sur Fountain notamment), ou d'effets (flanger sur la batterie sur Set Me Free). Le batteur Mick Tucker développe des tourneries complexes et souvent rapides. On notera une prestation solo de près de dix minutes dans The Man With Golden Arm en album studio (Desolation Boulevard) et en live (Strung Up). On notera aussi des morceaux assez longs, de plus de cinq minutes, qui orientent ce groupe vers l'univers de la composition plutôt que vers celui d'une musique simplement commerciale. Parmi les influences du groupe, l'on peut, entre autres, citer Jeff Beck, les Who, Led Zeppelin, ...

Parmi les succès du groupe, on retiendra une grande quantité de titres souvent repris :

Le style musical des Sweet est orienté glam rock. Le travail sur les chœurs rappelle de nombreux titres de Queen de la même époque.

Pour la première période (les origines), avant la collaboration avec Nikki Chinn et Mike Chapman, le groupe se rapproche beaucoup des groupes pop anglais de 1968/70, avec notamment l'utilisation de la guitare folk. Le début de leur collaboration avec Nikki Chinn et Mike Chapman (qui écriront des titres pour Suzi Quatro, Smokie et Mud) leur feront connaitre leur premiers succès, exploitant l'éphemère mode bubblegum (Sugar Sugar des Archies).

Après Little Willy, Nikky Chinn et Mike Chapman s'adaptent aux exigences du groupe et leur écrivent trois de leur plus gros succès: Teenage Rampage, Blockbuster et surtout Ballroom Blitz, qui devient n°1 dans les charts anglais. Cette année-là [en quelle année?], The Sweet exploite la palette glam : chaussures à semelles compensées, pantalons en satin, maquillage extravagant, provoquant une certaine ambiguïté sexuelle. Les chœurs aigus et l'excentricité du bassiste Steve Priest participent à cette image. Cette année-là [en quelle année?], le groupe fait une rude concurrence à Slade.

1974 est marqué par la sortie de leur véritable premier disque, Sweet Fanny Adams. Aucun single n'est extrait de ce disque. Turn It Down, en 1974, sera le dernier single écrit par Nikki Chinn et Mike Chapman. En effet, la collaboration devient de plus en plus dure. The Sweet décide de faire sortir ses propres compositions en face A de 45t. Fox on the run obtient un bon succès en Angleterre et surtout, fera connaitre pour la première fois le groupe aux USA. L'album Désolation Boulevard (de 1975) contient les single Fox on the run et Turn it down.

Origines[modifier | modifier le code]

Les origines de Sweet remontent à 1965 et à un petit groupe de blues, les Wainwright's Gentlemen, qui comprenait le futur batteur de Sweet, Mick Tucker, et le futur chanteur de Deep Purple, Ian Gillan.

Après le départ de Gillan en 1965, Tucker engage Brian Connolly pour le remplacer. Les mutations du groupe sont nombreuses, et Steve Priest intègre le groupe en tant que bassiste en 1968. Après s'être nommé The Army ou Sweetshop, le groupe adopte le nom de The Sweet en 1968. Andy Scott remplace le guitariste Mick Stewart en 1970. C'est la forme définitive du groupe, qui se rebaptise Sweet (à partir de 1974 dans les albums et 1975 dans les singles).

Membres[modifier | modifier le code]

Formation classique des années 70:

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • Gimme Dat Ding - (1970)
  • Funny How Sweet Co-Co Can Be (1971)
  • Poppa Joe (1972)
  • The Sweet (Titre US: "The Sweet featuring Little Willy & Block Buster") - (1973)
  • Sweet Fanny Adams - (1974)
  • Desolation Boulevard - (1974)
  • Strung Up (live + studio) - (1976)
  • Give Us A Wink - (1976).
  • Off the Record - (1977)
  • Level Headed - (1978)
  • Cut Above The Rest - (1979)
  • Water's Edge (Titre US: "Sweet VI") - (1980)
  • Identity Crisis - (1982)
  • A (1992)
  • Sweet Life (2002)
  • New York Connection (2012)

Albums Live[modifier | modifier le code]

Quelques compilations[modifier | modifier le code]

  • The Sweet's Biggest Hits - (1972)
  • The Sweet Singles Album - (1975)
  • The Golden Greats - (1977)

Publication[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]