Margrethe II de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marguerite, princesse de Danemark.
Margrethe II
La reine Margrethe II du Danemark, en 2012.
La reine Margrethe II du Danemark, en 2012.
Titre
Reine de Danemark
En fonction depuis le
(&&&&&&&&&&01543442 ans, 3 mois et 3 jours)
Premier ministre Jens Otto Krag
Anker Jørgensen
Poul Hartling
Anker Jørgensen
Poul Schlüter
Poul Nyrup Rasmussen
Anders Fogh Rasmussen
Lars Løkke Rasmussen
Helle Thorning-Schmidt
Prédécesseur Frédéric IX
Princesse héritière de Danemark

(&&&&&&&&&&&0686718 ans, 9 mois et 17 jours)
Prédécesseur Knud
Successeur Frederik
Biographie
Hymne royal Kong Christian
Dynastie Maison de Glücksbourg
Nom de naissance Margrethe Alexandrine Þórhildur Ingrid af Glücksborg
Date de naissance (74 ans)
Lieu de naissance Copenhague (Danemark)
Conjoint Henri de Laborde de Monpezat,
prince consort
Enfant(s) Frederik de Danemark
Joachim de Danemark
Héritier Frederik (depuis 1972)
Diplômée de Université de Cambridge
Université d’Aarhus
Université de Paris
London School of Economics
Religion Luthéranisme danois
Résidence Palais d’Amalienbourg
Château de Fredensbourg

Margrethe II de Danemark
Monarques de Danemark

Margrethe II (en danois : Margrethe 2. ; parfois francisée en Marguerite II), née le à Copenhague (Danemark), est la reine souveraine de Danemark depuis le .

Seconde souveraine depuis le règne de Marguerite Ire à régner sur le pays, la reine Margrethe II appartient à la maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg, une branche cadette de la maison d’Oldenbourg dont les monarques danois sont issus depuis 1863.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille aînée du roi Frédéric IX de Danemark (1899-1972) et de son épouse la princesse Ingrid de Suède (1910-2000).

La reine descend par son père des rois de Danemark et par sa mère des souverains suédois. Son grand-père maternel était le roi de Suède Gustave VI Adolphe et sa grand-mère maternelle Margaret de Connaught était la petite-fille de la reine Victoria. À ce titre, elle est apparentée à la plupart des membres des maisons royales d’Europe.

La princesse héritère Margrethe avec Gamal Abdel Nasser (1962).

Par sa mère Ingrid de Suède (de la dynastie Bernadotte), elle descend également de Joséphine de Beauharnais, impératrice des Français, (les Bernadotte sont descendants de l’impératrice par sa petite-fille Joséphine de Leuchtenberg, fille du Prince Eugène et épouse d’Oscar Ier de Suède)

Elle épouse en 1967 le Français Henri de Laborde de Monpezat (1934-), auquel elle donne deux fils : le prince héritier Frederik (1968) et le prince Joachim (1969).

Elle succède à son père le , au détriment du frère de ce dernier, son oncle le prince Knud de Danemark (1900-1976). En effet, Frédéric IX, n’ayant que des filles, a fait modifier la constitution en 1953, afin que sa fille aînée puisse monter sur le trône. La décision est ratifiée par référendum le par 1 181 173 voix contre 318 075, soit 78 % des suffrages.

Sur le plan militaire, la reine Margrethe II est commandant en chef de l’armée danoise. Dans l’armée britannique, elle est colonel à titre honoraire du régiment de la Reine et du régiment royal de la Princesse de Galles.

La reine Margrethe est très populaire au Danemark. Parmi les souverains européens, elle est la seule à donner régulièrement des audiences publiques à des Danois qui souhaitent lui parler ou lui exposer un problème. La seule critique à son égard est de fumer en public. On se moque également gentiment de ses choix vestimentaires originaux.

En 2009, les Danois ont voté par référendum pour l’égalité homme-femme dans l’ordre de succession au trône, et le Groenland a acquis plus d’autonomie par rapport à la métropole danoise.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

La reine se consacre à de nombreuses activités artistiques, comme la peinture, la création d’étoffes destinées aux églises danoises, l’aquarelle, le dessin, la scénographie ou la broderie. Le public a pu admirer une partie de sa production lors d’expositions au Danemark et à l’étranger.

En 1970, elle dessine les traditionnelles vignettes de Noël. La feuille de 50 vignettes représente un château peuplé d’anges aux ailes dorées. Bien que ne permettant pas d’affranchir le courrier, ces vignettes aident à financer une association danoise d’aide aux enfants malades, et sont une tradition populaire dans certains pays scandinaves. Elle dessine aussi le timbre-poste qui commémore le 40e anniversaire de la libération du Danemark en 1985.

Après avoir lu Le Seigneur des anneaux, elle envoie à J. R. R. Tolkien des dessins inspirés de son roman. Sous le pseudonyme d’Ingahild Grathmer, elle illustre l’édition danoise de 1977 du roman. Ses illustrations, redessinées par Eric Fraser, sont reprises dans l’édition en anglais publiée par la Folio Society la même année[1].

Avec le concours de son époux, elle traduit, en 1981, l’œuvre de Simone de Beauvoir Tous les hommes sont mortels.

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille royale danoise.
La famille royale danoise lors du 70e anniversaire de la reine, le . De gauche à droite : la princesse héritière, le prince Felix, le prince héritier, le prince Christian, la reine, le prince Nikolai, le prince consort, le prince Joachim et la princesse Isabella.

La reine Margrethe II et le prince Henrik ont deux fils (Frederik et Joachim), cinq petits-fils (Nikolai, Felix, Christian, Henrik et Vincent) et trois petites-filles (Isabella, Joséphine et Athena).

Leur fils cadet le prince Joachim a épousé en 1995 Alexandra Christina Manley, une citoyenne britannique originaire de Hong Kong, née d’un père sino-britannique Richard Nigel Manley et d’une mère autrichienne Christa Maria Manley (née Nowotny). Ils ont eu deux enfants : le prince Nikolai William Alexander Frederik (né le 28 août 1999 à Copenhague) et le prince Felix Henrik Valdemar Christian (né le 22 juillet 2002 à Copenhague). Ils se séparent en 2004 et divorcent en 2005. La princesse Alexandra a été titrée comtesse de Frederiksborg par la reine Margrethe II à la suite de son remariage avec Martin Jørgensen, le 3 mars 2007. Elle continue de vivre à Copenhague et est invitée à certaines réceptions officielles.

Joachim, s’est remarié, le , avec la française Marie Cavallier, devenue, la princesse Marie de Danemark. Le 4 mai 2009, la princesse donne naissance à un fils, Henrik Carl Joachim Alain, puis à une fille le 24 janvier 2012 nommée Athena Marguerite Françoise Marie.

L’ancienne reine des Hellènes Anne-Marie de Danemark, sœur de la reine et de la princesse Benedikte.

Le 14 mai 2004 le prince héritier Frederik épouse une Australienne, Mary Donaldson, devenue la princesse Mary de Danemark, qu’il a rencontrée aux Jeux olympiques de Sydney en 2000. Le 15 octobre 2005 au Rigshospitalet de Copenhague, la princesse donne naissance à un garçon, le prince Christian Valdemar Henri John, héritier en second de la Couronne, derrière son père. Le 21 avril 2007, au Rigshospitalet de Copenhague, la princesse donne naissance à une fille, Isabella Henrietta Ingrid Margrethe. Le 8 janvier 2011, au Rigshospitalet de Copenhague, la princesse donne naissance à des jumeaux, un garçon, Vincent Frederik Minik Alexander, et une fille, Josephine Sophia Ivalo Mathilda.

La plus jeune sœur de Margrethe II, la princesse Anne-Marie de Danemark devient reine des Hellènes en épousant en 1964 le roi Constantin II (né en 1940). Mais suite à l’instauration de la République, ils doivent vivre en exil et s’installent à Londres.

Son autre sœur, la princesse Benedikte de Danemark est mariée au prince Richard de Sayn-Wittgenstein-Berleburg et vit en Allemagne, mais elle revient régulièrement au Danemark pour des engagements officiels.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Margrethe II de Danemark appartient à la maison de Glücksbourg, cinquième branche issue de la quatrième branche (lignée Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Beck), elle-même issue de la première branche de la maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg. Toutes ces lignées sont issues de la première branche de la maison d’Oldenbourg.

Egilmar Ier est l’ascendant de la reine Margrethe II de Danemark.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Source[2]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
8. Frédéric VIII de Danemark
 
 
 
 
 
 
 
4. Christian X de Danemark
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9. Louise de Suède
 
 
 
 
 
 
 
2. Frédéric IX de Danemark
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
10. Frédéric-François III de Mecklembourg-Schwerin
 
 
 
 
 
 
 
5. Alexandrine de Mecklembourg-Schwerin
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
11. Anastasia Mikhaïlovna de Russie
 
 
 
 
 
 
 
1. Margrethe II de Danemark
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
12. Gustave V de Suède
 
 
 
 
 
 
 
6. Gustave VI Adolphe de Suède
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
13. Victoria de Bade
 
 
 
 
 
 
 
3. Ingrid de Suède
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
14. Arthur du Royaume-Uni
 
 
 
 
 
 
 
7. Margaret de Connaught
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
15. Louise-Marguerite de Prusse
 
 
 
 
 
 

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations danoises[modifier | modifier le code]

La reine Margrethe II et le prince Henri lors d’une visite à Vágur, aux îles Féroé (2005).
Le président des États-Unis George W. Bush, son épouse Laura, Margrethe II et le prince consort Henrik, le .
  • Souverain de l’ordre de l’Éléphant
  • Grand-commandeur de l’ordre de Dannebrog
  • Médaille commémorative du centième anniversaire de la naissance du roi Frédéric IX
  • Médaille commémorative du centième anniversaire de la naissance du roi Christian X
  • Médaille commémorative de la reine Ingrid
  • Médaille commémorative du cinquantième anniversaire de l’arrivée au Danemark de Sa Majesté la reine Ingrid
  • Médaille du Mérite du Hjemmeværnet
  • Décoration des 25 ans du Hjemmeværnet
  • Médaille de service de la Ligue civile de défense
  • Médaille de l’Association des officiers de réserve de Danemark

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Douglas A. Anderson (trad. Daniel Lauzon), Le Hobbit annoté [« The Annotated Hobbit »], Christian Bourgois,‎ 2012 (ISBN 978-2-267-02389-3), p. 185.
  2. Jiri Louda et Michael MacLagan, Les Dynasties d'Europe, Bordas, 1995 (ISBN 2-04-027115-5), p. 53

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]