Gustave VI Adolphe de Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gustave VI Adolphe
(sv) Gustaf VI Adolf
Portrait de Gustave VI Adolphe de Suède
Portrait de Gustave VI Adolphe de Suède
Titre
Roi de Suède
29 octobre 195015 septembre 1973
(22 ans, 10 mois et 17 jours)
Premier ministre Tage Erlander
Olof Palme
Prédécesseur Gustave V
Successeur Charles XVI Gustave
Prince héritier de Suède
8 décembre 190729 octobre 1950
(42 ans, 10 mois et 21 jours)
Prédécesseur Oscar-Gustave
Successeur Charles-Gustave
Biographie
Dynastie Maison Bernadotte
Nom de naissance Oskar Fredrik Vilhelm Olaf Gustaf Adolf Bernadotte
Date de naissance 11 novembre 1882
Lieu de naissance Stockholm
Date de décès 15 septembre 1973 (à 90 ans)
Lieu de décès Helsingborg
Sépulture Église de Riddarholmen (Stockholm)
Père Gustave V de Suède
Mère Victoria de Bade
Conjoint Margaret de Connaught
Louise Mountbatten
Enfant(s) Gustave-Adolphe,
Sigvard
Ingrid
Bertil
Carl Johan
Religion Luthérien
Résidence Palais royal de Stockholm
Château de Drottningholm

Gustave VI Adolphe de Suède
Monarque de Suède

Gustave VI Adolphe, né le 11 novembre 1882 à Stockholm et mort le 15 septembre 1973 à Helsingborg est le fils de Gustave V, roi de Suède, et de Victoria de Bade.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prince héritier[modifier | modifier le code]

Gustave Adolphe, duc de Scanie, fait ses études aux universités d'Uppsala et d'Oslo. Il entre dans l'armée royale suédoise en 1902 et reçoit en 1932 le grade de général.

Le 15 juin 1905, il épouse Margaret de Connaught (15 janvier 1882 - 1er mai 1920, petite-fille de la reine Victoria du Royaume-Uni), dont il a cinq enfants : Gustave Adolphe (1906-1947), Sigvard (1907-2002), Ingrid (1910-2000), Bertil (1912-1997) et Carl Johan (1916-2012).

Le 3 novembre 1923, le duc de Scanie se remarie à Louise Mountbatten (13 juillet 1889 - 7 mars 1965), sœur de Louis Mountbatten (1900-1979), dont il aura une fille morte née.

Prince héritier durant de longues années, il lui arrive fréquemment de remplacer son père durant les nombreuses absences de ce dernier. En 1912, il préside le comité d'organisation des Jeux olympiques de Stockholm. Il intervient très peu en matière politique bien qu'ayant de la sympathie pour les réformes entreprises par les sociaux-démocrates, s'opposant ainsi au très conservateur Gustave V.

Comme son père, le duc de Scanie fait preuve d'une absolue neutralité pendant la Seconde Guerre mondiale. En revanche son fils Gustave Adolphe est fortement soupçonné de germanophilie, notamment en raison de ses liens avec Hermann Göring, d'où le sobriquet de « prince allemand » dont il se voit affublé par un peuple suédois très hostile. En 1947, le prince Gustave-Adolphe se tue finalement dans un accident d'avion[1].

Le règne[modifier | modifier le code]

Gustave VI Adolphe devient finalement roi en 1950, à l'âge déjà avancé de presque 68 ans. Il est le premier monarque à renoncer à la cérémonie du sacre, qu'il juge trop onéreuse. Sa devise personnelle est Plikten framför allt : « Le devoir avant tout ».

Gustave VI est un roi très populaire, un apolitique qui ne sort jamais de son rôle limité par la constitution. C'est sous son règne qu'est élaborée la réforme constitutionnelle réduisant le monarque à un rôle représentatif. Il se consacre principalement à l'archéologie et n'hésite pas à effectuer les fouilles les plus sérieuses en Italie, en Grèce ou à Chypre. Ses recherches sur la civilisation étrusque sont particulièrement reconnues par le monde scientifique. C'est également un amateur avisé d'art chinois. Il préside l'Académie royale des Belles Lettres. De plus, sa bibliothèque privée ne compte pas moins de 80 000 ouvrages.

À sa mort en 1973, il est enterré au cimetière royal d'Haga aux côtés de ses deux épouses. C'est son petit-fils qui lui succède, sous le nom Charles XVI Gustave.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Franck Favier, Gustave V et Folke Bernadotte, neutralité et humanisme, Point de vue hors-série histoire: Les rois dans la guerre 1939-1945, n°5, octobre 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]