Tous les hommes sont mortels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tous les hommes sont mortels
Auteur Simone de Beauvoir
Genre Roman
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur éditions Gallimard
Collection Blanche
Date de parution 17 décembre 1946
Nombre de pages 360

Tous les hommes sont mortels est un roman de Simone de Beauvoir publié le 17 décembre 1946 aux éditions Gallimard.

Résumé[modifier | modifier le code]

Raymond Fosca, un prince toscan vivant au XIIIe siècle, se voit un jour proposer l'immortalité s'il laisse la vie sauve à un pauvre hère. Homme ambitieux, il boit sans hésitation l'élixir qu'on lui offre et traverse les siècles, rencontrant toutes les grandes figures de l'Histoire jusqu'à l'époque contemporaine.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Dans cette œuvre Simone de Beauvoir décrit la vie d'un homme immortel, rêve et idéal fréquemment énoncé. Mais ce roman par la projection mentale dans laquelle il plonge le lecteur, renvoie surtout au vrai sens de la vie, laquelle n'a de valeur réelle que par la finitude certaine qui la caractérise. Tout ce qui fait l'humanité et permet à l'être humain de développer et éprouver des sentiments réside principalement dans la conscience que l'objet de notre intérêt peut disparaître que ce soit par notre propre disparition ou par la sienne.

Par cet ouvrage Simone de Beauvoir propose que le vrai sens de la vie n'est défini que par la mort qui la clôt et démontre le paradoxe d'une quête de la vie éternelle qui, en définitive, ôterait l'humanité de l'être concerné et ne lui apporterait que le cynisme que ferait naître la perte successive des personnes aimées.

Anecdote[modifier | modifier le code]

En 1980, la reine Margrethe II de Danemark et le prince consort Henri de Laborde de Monpezat décident de traduire eux-mêmes cette œuvre en danois.

Éditions[modifier | modifier le code]