María Teresa Fernández de la Vega

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
María Teresa
Fernández de la Vega
María Teresa Fernández de la Vega, à Brasilia en 2009.
María Teresa Fernández de la Vega, à Brasilia en 2009.
Fonctions
1re vice-présidente du gouvernement espagnol
Ministre de la Présidence
Porte-parole du gouvernement
18 avril 200420 octobre 2010
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Prédécesseur Rodrigo Rato (1er VP)
Javier Arenas (Présidence)
Eduardo Zaplana (Porte-parole)
Successeur Alfredo Pérez Rubalcaba (1er VP et porte-parole)
Ramón Jáuregui (Présidence)
Manuel Chaves (Fonction publique)
Biographie
Nom de naissance María Teresa Fernández de la Vega Sanz
Date de naissance 15 juin 1949 (65 ans)
Lieu de naissance Valence (Espagne)
Parti politique Indépendante
Diplômé de Université Complutense de Madrid
Profession Greffière
Magistrate

María Teresa Fernández de la Vega
Ministres de la Présidence d'Espagne

María Teresa Fernández de la Vega Sanz, née le 15 juin 1949 à Valence, est une juriste et femme politique espagnole.

Ancienne membre du Parti socialiste unifié de Catalogne (PSUC), elle travaille à la direction du ministère de la Justice entre 1982 et 1990, puis siège au conseil général du pouvoir judiciaire. En 1994, elle est nommée secrétaire d'État à la Justice, avant d'être élue, deux ans plus tard, au Congrès des députés.

Après avoir été choisie, en 2000, comme secrétaire générale du groupe parlementaire du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), elle est nommée première vice-présidente du gouvernement, ministre de la Présidence et porte-parole du gouvernement en 2004, par José Luis Rodríguez Zapatero. Reconduite en 2008, elle quitte le gouvernement en 2010, lors d'un important remaniement ministériel, et devient alors membre du Conseil d'État.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et profession[modifier | modifier le code]

Elle obtient sa licence en droit de l'Université Complutense de Madrid au début des années 1970, puis déménage à Barcelone, où elle décroche son doctorat. En 1974, elle devient greffière (Secretaria Judicial) spécialisée dans le droit du travail.

Nommée directrice du cabinet du ministre de la Justice socialiste Fernando Ledesma Bartret en 1982, elle devient Directrice générale des Services du ministère de la Justice trois ans plus tard. L'année suivante, en 1986, elle participe au comité de coopération judiciaire du Conseil de l'Europe, puis accède, en 1990, aux fonctions de magistrate. Elle est élue membre du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) par le Sénat en 1994 mais abandonne ce poste en 1996.

Du PSUC au rapprochement avec le PSOE[modifier | modifier le code]

María Teresa Fernández de la Vega commence son engagement politique en adhérant au Parti socialiste unifié de Catalogne (PSUC), qu'elle abandonne en 1979 pour rejoindre le Parti socialiste ouvrier espagnol de Felipe González. Après une carrière judiciaire et administrative, elle est nommée secrétaire d'État à la Justice par Juan Alberto Belloch, ministre de la Justice et de l'Intérieur, le 13 mai 1994, mais doit démissionner peu après, ayant été élue au CGPJ.

Députée de premier plan[modifier | modifier le code]

Elle revient à la vie politique lors des législatives anticipées du 3 mars 1996, au cours desquelles elle est élue députée pour Jaén. Réélue pour Ségovie au scrutin du 12 mars 2000, elle est désignée secrétaire générale du groupe Socialiste au Congrès des députés.

Ministre de la Présidence, bras droit de Zapatero[modifier | modifier le code]

Devenue députée pour Madrid suite aux législatives du 14 mars 2004, María Teresa Fernández de la Vega est nommée première vice-présidente du gouvernement, ministre de la Présidence et porte-parole du premier gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero le 18 avril suivant.

Le 24 avril 2004, elle devient la première femme à occuper la présidence du gouvernement, durant les huit heures du premier voyage de Zapatero à l'étranger.

En mars 2006, elle effectue, avec la secrétaire d'État à la Coopération Leire Pajín, une tournée africaine qui l'emmène au Kenya et au Mozambique. Dans la capitale de ce dernier, Maputo, elles célèbrent la journée internationale des droits de la femme et clôturent le forum Espagne-Afrique : des femmes pour un monde meilleur.

Elle annonce le 20 octobre 2007 qu'elle sera tête de liste du PSOE dans la province de Valence à l'occasion des législatives prévues l'année suivante[1]. Le 9 mars 2008, elle est réélue au Congrès des députés, puis retrouve l'ensemble de ses fonctions gouvernementales le 14 avril suivant.

Victime d'une occlusion intestinale, elle est opérée en urgence le 16 septembre 2009, sans connaître de difficultés ou complications post-opératoires[2]. Elle sort de l'hôpital cinq jours plus tard[3].

Départ symbolique du gouvernement[modifier | modifier le code]

Le 20 octobre 2010, elle quitte le gouvernement à l'occasion d'un important remaniement ministériel. À cette occasion, le président du gouvernement Zapatero lui adresse sa « plus sincère gratitude », expliquant que ses remerciements « ne peuvent s'exprimer avec des mots »[4]. À peine dix jours plus tard, elle devient membre du Conseil d'État, en rappelant son « rejet instinctif de l'injustice »[5]. Elle démissionne alors du Congrès des députés.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]