Juan Fernando López Aguilar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aguilar.
Juan Fernando López Aguilar
Image illustrative de l'article Juan Fernando López Aguilar
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le 14 juillet 2009
Élection 7 juin 2009
Réélection 25 mai 2014
Législature 7e et 8e
Groupe politique S&D
Ministre espagnol de la Justice
18 avril 200412 février 2007
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Gouvernement Zapatero I
Prédécesseur José María Michavila
Successeur Mariano Fernández Bermejo
Biographie
Date de naissance 10 juin 1961 (53 ans)
Lieu de naissance Las Palmas (Espagne)
Parti politique PSOE
Diplômé de Université de Grenade
Université complutense
de Madrid

Université Tufts
Université de Bologne
Profession Universitaire

Juan Fernando López Aguilar
Ministres de la Justice espagnols

Juan Fernando López Aguilar, né le 10 juin 1961 à Las Palmas de Gran Canaria, est un homme d'État espagnol membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Il est député européen depuis 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un universitaire multidiplômé[modifier | modifier le code]

Après avoir publié des caricatures à partir de 1977 dans le quotidien La Provincia - Diario de Las Palmas, il s'inscrit à l'université de Grenade. Il y obtient une licence de droit, qu'il complète par un diplôme identique de sciences politiques et sociologie, qu'il passe avec succès à l'université complutense de Madrid. Il adhère en 1983 au Parti socialiste ouvrier espagnol.

Il poursuit ensuite son cursus universitaire hors d'Espagne. À l'université Tufts, il obtient effectivement un master de droit et diplomatie ; à l'université de Bologne, il passe un doctorat de droit constitutionnel.

En 1989, il est recruté par l'université de Grenade pour occuper un poste de professeur titulaire de droit constitutionnel[1].

Collaborateur de cabinet[modifier | modifier le code]

Lorsque l'ancien président du gouvernement des Canaries Jerónimo Saavedra est nommé ministre des Administrations publiques, il choisit Juan Fernando López Aguilar pour être son directeur de cabinet le 31 juillet 1993[2]. En avril 1994, il intègre l'université de Las Palmas de Gran Canaria et accède au rang de professeur des universités[3].

Un remaniement orchestré en juillet 1995 fait de Saavedra le nouveau ministre de l'Éducation et de la Science ; il conserve à ses côtés son directeur de cabinet[4].

En première ligne de la politique[modifier | modifier le code]

Après les élections anticipées de mars 1996, il retourne dans le monde universitaire. Cependant, lors de l'élection régionale du 13 juin 1999, il est choisi par Saavedra comme coordinateur de la campagne électorale. Le résultat donne le Parti socialiste canarien-PSOE deuxième en sièges, troisième en voix et maintenu dans l'opposition.

Pour les élections législatives du 12 mars 2000, il est investi tête de liste dans la province de Las Palmas. Élu au Congrès des députés, il est brièvement porte-parole à la commission de la Justice et de l'Intérieur, ainsi que membre de la députation permanente[5]. En juillet suivant, le nouveau secrétaire général du PSOE José Luis Rodríguez Zapatero – avec qui il a fondé le collectif Nouvelle Voie – le nomme secrétaire aux Libertés publiques et au Développement autonomique du parti[6].

Ministre de la Justice[modifier | modifier le code]

Il est réélu au Congrès au cours des élections législatives du 14 mars 2004 et devient le 18 avril suivant ministre de la Justice. À ce titre, il porte la loi autorisant le mariage pour les couples de personnes du même sexe.

Candidat à la présidence des Canaries[modifier | modifier le code]

Le 28 octobre 2006, il est investi à l'unanimité par le comité exécutif régional du PSC-PSOE comme chef de file à l'élection régionale du 27 mai 2007 aux Îles Canaries, communauté autonome où les socialistes sont dans l'opposition depuis quatorze ans[7]. Il quitte le gouvernement le 12 février 2007[8].

Le jour du scrutin, le PSC-PSOE totalise 322 833 voix, plus qu'aucun autre parti dans l'histoire de l'archipel ; ses 26 députés sur 60 au Parlement des Canaries sont le deuxième meilleur résultat dans la communauté autonome et pour les socialistes. Cependant, la Coalition canarienne, pour conserver la présidence, s'associe avec le Parti populaire (PP) et maintient le PSC-PSOE dans l'opposition[9]. Le 20 octobre, il est élu secrétaire général du Parti socialiste canarien-PSOE par 93 % des voix des délégués au congrès extraordinaire[10].

Député européen[modifier | modifier le code]

Dès les élections législatives du 9 mars 2008, il revient à la politique nationale en se faisant réélire au Congrès des députés dans la province de Las Palmas. Il prend ensuite la présidence de la commission des Administrations publiques[11].

Aux élections européennes du 7 juin 2009, il est investi tête de liste du PSOE et se voit donc élu député au Parlement européen[12]. Il est ensuite désigné président de la commission des Libertés civiles, de la Justice et des Affaires intérieures[13], abandonne son mandat parlementaire national, et le secrétariat général du PSC-PSOE en mars 2010[14].

Il est élu pour un nouveau mandat lors des élections européennes du 25 mai 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Resolución de 12 de diciembre de 1989, de la Universidad de Granada, por la que se nombra a don Juan Fernando López Aguilar Profesor titular de esta Universidad adscrito al área de conocimiento de «Derecho Constitucional». », Bulletin officiel de l'État du 11 janvier 1990
  2. (es) « Real Decreto 1331/1993, de 30 de julio, por el que se dispone el nombramiento, como Director del Gabinete del Ministro para las Administraciones Públicas, de don Juan Fernando López Aguilar. », Bulletin officiel de l'État du 31 juillet 1993
  3. (es) « Resolución de 28 de marzo de 1994, de la Universidad de Las Palmas de Gran Canaria, por la que se nombra, en virtud de concurso, a don Juan Fernando López Aguilar Catedrático de Universidad del área de conocimiento de «Derecho Constitucional». », Bulletin officiel de l'État du 13 avril 1994
  4. (es) « Real Decreto 1187/1995, de 7 de julio, por el que se nombra Director del Gabinete del Ministro de Educación y Ciencia a don Juan Fernando López Aguilar. », Bulletin officiel de l'État du 8 juillet 1995
  5. (es) « López Aguilar, Juan Fernando », fiche biographique de la VIIe législature, site du Congrès des députés
  6. (es) « La dirección socialista, renovada casi al completo », El País, le 24 juillet 2000
  7. (es) « López Aguilar asegura que su programa de gobierno se basará en "la ley y la honestidad" », El País, le 29 octobre 2006
  8. (es) « Real Decreto 234/2007, de 9 de febrero, por el que se dispone el cese de don Juan Fernando López Aguilar como Ministro de Justicia. », Bulletin officiel de l'État du 12 février 2007
  9. (es) « La amarga victoria de López Aguilar en Canarias », El País, le 4 juin 2007
  10. (es) « Zapatero promete un salario mínimo de 800 euros en 2013 », El País, le 22 octobre 2007
  11. (es) « López Aguilar, Juan Fernando », fiche biographique de la IXe législature, site du Congrès des députés
  12. (es) « López Aguilar será el candidato del PSOE al Parlamento Europeo », El País, le 3 juillet 2008
  13. (fr) « Juan Fernando López Aguilar – Historique des législatures », site du Parlement européen
  14. (es) « Pugna en el PSOE canario para sustituir a López Aguilar », El País, le 9 février 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]