José Montilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aguilera.
José Montilla
Illustration.
Fonctions
128e président de la Généralité de Catalogne
Législature 8e législature
Coalition PSC-ERC-ICV/EUiA
Prédécesseur Pasqual Maragall
Successeur Artur Mas
Ministre de l'Industrie, du Tourisme
et du Commerce
d'Espagne
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Prédécesseur Rodrigo Rato (Économie)
Juan Costa (Technologie)
Successeur Joan Clos
Premier secrétaire du Parti socialiste catalan
Prédécesseur Narcís Serra
Successeur Pere Navarro
Biographie
Nom de naissance José Montilla Aguilera
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Iznájar (Espagne)
Parti politique PSC / PSOE
Conjoint Anna Hernández

Signature

José Montilla José Montilla
Présidents de la Généralité de Catalogne
Ministres espagnols de l'Industrie depuis 1977

José Montilla Aguilera (né le 15 janvier 1955 à Iznájar, Cordoue) est un homme politique espagnol, membre du Parti des socialistes de Catalogne (PSC), dont il est premier secrétaire de 2000 à 2011. Ministre espagnol de l'Industrie entre 2004 et 2006, il a ensuite été président de la Généralité de Catalogne jusqu'en 2010.

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

A seize ans, José Montilla déménage de son Andalousie natale pour aller vivre en Catalogne pour s'installer à Sant Joan Despí dans la province de Barcelone. Il entreprit des études d'économie et de droit à l'Université de Barcelone mais ne termina aucun des deux cursus.

Politique locale[modifier | modifier le code]

Il adhère au Parti socialiste catalan (PSC) en 1978 et devient membre de son conseil national deux ans plus tard. À 25 ans, il devient adjoint au maire pour les Finances de Sant Joan Despí, où il était déjà porte-parole du groupe municipal socialiste.

De 1995 à 2004, José Montilla fut maire de Cornellà de Llobregat, avec une majorité absolue à partir de 1999.

Élu membre de la commission exécutive du PSC lors du Ve Congrès de 1987, il devient, dès l'année suivante, président du conseil de la comarque du Bas Llobregat et ce jusqu'en 1997.

Il siégea à la Députation provinciale de Barcelone entre 1983 et 2004, y occupant diverses fonctions : vice-président chargé des Travaux publics de 1983 à 1987, second Vice-Président (1987-1991), puis président délégué à l'Agriculture et à l'Environnement entre 1991 et 1999. Après avoir été premier Vice-Président de la Députation de 1999 à 2003, il en est élu Président le .

En 1994, il est nommé secrétaire à l'Organisation du Parti socialiste catalan, puis premier secrétaire le .

Carrière nationale[modifier | modifier le code]

Le , José Montilla est nommé ministre de l'Industrie, du Tourisme et du Commerce dans le premier gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero et démissionne de toutes ses fonctions locales. Il conserve cependant son poste de premier secrétaire du PSC et reste membre de la commission exécutive fédérale du Parti socialiste ouvrier espagnol.

Au cours de son mandat, il se montra favorable à une redevance sur les CD et DVD gravables. Selon lui, le gouvernement cherchait « la conciliation entre les intérêts des créateurs et de l'industrie » et le développement de la société de l'information. Finalement, la loi sur la propriété intellectuelle, votée le étendit la « redevance numérique » (canon digital), créée par le précédent gouvernement de José María Aznar, à toute une série de supports idoines pour la reproduction, tels que les CD, les DVD, les lecteurs MP3, les cartes mémoire, les téléphones mobiles, les imprimantes ou encore les caméras numériques.

Polémique sur l'OPA de Gas Natural[modifier | modifier le code]

À la fin de l'année 2005, il fut pris dans une polémique née de l'OPA hostile de la société Gas Natural sur Endesa, le journal El Mundo ayant révélé que la banque catalane La Caixa, principal actionnaire de Gas Natural, avait toléré un retard de paiement de 6,3 millions d'intérêts du Parti socialiste catalan, correspondant à un prêt effectué par la banque au parti en 1994, soit 45 % de la dette totale. La Caixa et le PSC avaient alors négocié de ramener le montant du prêt, 7,81 millions d'euros, à un taux d'intérêt de 3 % sur quinze ans, sans en avertir le Tribunal des comptes.

Le Parti populaire demanda alors la démission du ministre, estimant qu'il y avait là conflit d'intérêts dans la mesure où c'est à la Commission nationale de l'énergie (CNE), dépendante du ministère de l'Industrie, d'approuver ou non l'OPA. Montilla répéta que la situation financière de son parti n'avait rien à avoir avec l'autorisation donnée par la CNE, et le PSOE rappela que les principaux critères de viabilité de l'offre de Gas Natural étaient ceux du tribunal de la concurrence et non ceux de la Commission.

Président de la Généralité[modifier | modifier le code]

Après que Pasqual Maragall ait annoncé qu'il ne serait pas candidat à un nouveau mandat de Président de la Généralité de Catalogne, José Montilla fut choisi pour lui succéder par le comité national du Parti socialiste catalan, et démissionna de son portefeuille ministériel le .

Lors du scrutin du , le PSC termina deuxième derrière Convergence et Union, parti au pouvoir entre 1980 et 2003, mais la coalition qu'il formait jusqu'alors avec la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) et l'Initiative pour la Catalogne - Verts / Gauche unie et Alternative (IC-V/EUiA) remporta 70 sièges sur les 135 que compte le Parlement de Catalogne, et José Montilla fut investi par 70 voix contre 65 le .

Candidat à sa propre succession lors des élections régionales du 28 novembre 2010, il a annoncé qu'il n'effectuerait pas un mandat de plus en cas de victoire, peu probable selon les sondages. Il est effectivement largement battu par Artur Mas, chef de file de Convergence et Union (CiU), qui le remplace le 23 décembre à la tête du gouvernement de Catalogne.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]