Carmen Calvo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carmen Calvo
Image illustrative de l'article Carmen Calvo
Fonctions
Ministre de la Culture d'Espagne
18 avril 20046 juillet 2007
Président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero
Prédécesseur Pilar del Castillo
Successeur César Antonio Molina
Biographie
Nom de naissance María del Carmen Calvo Poyato
Date de naissance 7 juin 1957 (57 ans)
Lieu de naissance Cabra (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique Parti socialiste ouvrier espagnol
Diplômé de Université de Séville
Profession professeur de droit constitutionnel

Carmen Calvo

María del Carmen Calvo Poyato, née le 7 juin 1957 à Cabra (Cordoue, Andalousie) est une femme politique espagnole.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir effectué ses études primaires et secondaires dans l'enseignement catholique, elle entre à l'université de Séville et ressort avec une licence en droit public. Elle est également docteur en droit constitutionnel de l'université de Cordoue, une matière dont elle deviendra professeur titulaire à la même université. Elle deviendra par la suite secrétaire général de la faculté de droit de Cordoue, puis secrétaire de l'Institut andalou interuniversitaire de criminologie.

Elle a coécrit La femme en Espagne, Politique sociale pour l'égalité des sexes et Politique sociale et État-providence.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Les débuts en Andalousie[modifier | modifier le code]

Elle débute sa carrière en 1995 en devenant membre du Conseil économique et social de la province de Cordoue. L'année suivante, en mars, elle est candidate (indépendante) aux régionales d'Andalousie sur la liste socialiste pour Cordoue, et est élue au Parlement d'Andalousie. Le 15 avril, elle est nommée conseillère à la Culture du gouvernement (Junta de Andalucía) de Manuel Chaves. Elle est réélue députée régionale en mars 2000, toujours comme indépendante, et reconduite au département de la Culture. Lors de ces élections, son frère José fut lui aussi élu député régional, mais pour le Parti andalou (régionaliste).

Durant ses huit années comme conseillère à la Culture, elle a réalisé un certain nombre de projets :

  • inauguration du Musée Picasso d'Art contemporain de Malaga
  • création de la bibliothèque virtuelle d'Andalousie et adoption de la loi du système andalou de bibliothèques et centres de documentation
  • l'exposition Les splendeurs des Omeyyades à Cordoue
  • soutien à la lecture avec le Pacte du livre
  • importants investissements pour la rénovation de lieux culturels (théâtres, églises ...)
  • appui à la candidature de Cordoue comme capitale européenne de la culture pour 2016

Au niveau national[modifier | modifier le code]

En vue des législatives du 14 mars 2004, elle devient conseillère de campagne de José Luis Rodríguez Zapatero et s'affilie au Parti socialiste ouvrier espagnol. Candidate sur la liste socialiste pour Cordoue, elle est élue au Congrès des députés et devient ministre de la Culture du gouvernement de Zapatero le 18 avril.

Principales décisions prises à la tête du ministère de la Culture :

  1. le transfert des documents catalans des Archives Générales de la Guerre civile (basées à Salamanque) en Catalogne. Cette décision, prise dans le cadre de la politique "de mémoire historique" de Zapatero a fait l'objet de controverses.
  2. la réforme du droit de la propriété intellectuelle et le soutien à l'industrie du disque par une baisse de la TVA à 1 %, ce qui fut rendu impossible par l'Union européenne pour des questions de concurrence (la marche arrière dans ce dossier fut aussi très critiquée)
  3. la loi du livre, qui prévoit la gratuité des livres d'enseignement et un investissement de 430 millions d'euros dans la rénovation des bibliothèques publiques.

Le 6 juillet 2007, elle est remplacée par l'écrivain César Antonio Molina et devient, le 19, première Vice-Présidente du Congrès des députés en remplacement de Carme Chacón, nommée ministre du Logement.

Tête de liste, elle est réélue députée de Cordoue lors des législatives du 9 mars 2008. Elle devient présidente de la commission de l'Egalité du Congrès le 5 mai suivant.

Article connexe[modifier | modifier le code]