Alfonso Guerra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerra.
Alfonso Guerra
Image illustrative de l'article Alfonso Guerra
Fonctions
Vice-président du gouvernement espagnol
3 décembre 198214 janvier 1991
Président du gouvernement Felipe González
Prédécesseur Juan Antonio García Díez
Successeur Aucun
Porte-parole du groupe Socialiste
au Congrès des députés
9 mai 19793 novembre 1981
Prédécesseur Felipe González
Successeur Javier Sáenz de Cosculluela
Biographie
Nom de naissance Alfonso Guerra González
Date de naissance 31 mai 1940
Lieu de naissance Séville (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique Parti socialiste ouvrier espagnol
Profession ingénieur technico-industriel

Alfonso Guerra

Alfonso Guerra González (31 mai 1940-) est un homme politique espagnol né à Séville au sein d'une famille nombreuse et modeste. Il est diplômé en philosophie et lettres et détient le titre d'ingénieur technico-industriel.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Dès sa jeunesse, il commence à militer clandestinement au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). En 1970, il entre à la commission exécutive et est alors vu comme l'universitaire progressiste typique, notamment du fait de son apparence physique, à la fois svelte et velu. Cinq ans plus tard, il est nommé secrétaire à la Presse et se voit chargé d'organiser le 27e Congrès du PSOE, convoqué en 1976, au cours duquel il est nommé secrétaire à l'Organisation. En 1979, il devient Vice-Secrétaire général aux côtés de Felipe González.

En 1977, il est élu représentant de la province de Séville au Congrès des députés lors des élections constituantes et devient porte-parole du groupe Socialiste. Il a été réélu à toutes les élections législatives espagnoles depuis cette date, y compris celles du 9 mars 2008. Depuis 2004, il président la Commission Constitutionnelle de la chambre basse des Cortes Generales.

Son intervention dans la rédaction de la Constitution espagnole de 1978, avec celle de Fernando Abril Martorell, fut fondamentale pour la rédaction d'un texte consensuel. Cependant, ils ne sont pas considérés comme des Pères de la Constitution, ce titre étant réservé aux sept députés chargés de rédiger la première ébauche du texte constitutionnel.

En 1982, le PSOE obtient une large majorité au Congrès, avec 202 sièges sur 350. Cette nette victoire est due à la conjugaison de trois facteurs : la crise interne sévère de l'Union du centre démocratique (UCD), centristes au pouvoir depuis 1977, la crise économique et sociale entraînant chômage et difficultés financières, et la bonne tenue du Parti socialiste, par González pour le leadership et par Guerra pour l'organisation interne. À la suite de ce scrutin historique, il est nommé Vice-Président du premier gouvernement de Felipe González. De plus, il était caractérisé par le sarcasme et l'ironie qu'il employait dans ses interventions publiques.

Reconduit en 1986 dans le deuxième gouvernement González, puis en 1989 dans le troisième gouvernement, il doit abandonner son poste en 1991 sous des accusations de corruption.

Actuellement et en plus de ses fonctions parlementaires, il est président de la Fondation Pablo Iglesias, de la Fondation Sistema et de la revue mensuelle Temas, qui commente et analyse l'actualité. En 2005, il a obtenu le prix de la Fondation Abril Martorell pour sa « contribution décisive au grand pacte de la Constitution de 1978 ».

Par ailleurs, il détient deux records : celui du député élu le plus de fois (10 fois, soit à tous les scrutins depuis 1977), et celui de Vice-Président du Gouvernement le plus durable (huit ans, un mois et onze jours).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Deux livres de mémoires :

  • Quand le temps nous atteint - Mémoires de 1940 à 1982. Madrid. Espasa, 2005
  • En laissant les vents derrière nous - Mémoires de 1982 à 1991. Memorias 1982-1991. Madrid. Espasa, 2006

Deux livres de théories politiques :

  • La démocratie blessée. Madrid, Espasa, 1997
  • Dictionnaire de la Gauche. Madrid, Planeta, 1998