Rosa Conde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rosa Conde
Fonctions
Ministre porte-parole du gouvernement d'Espagne
12 juillet 198813 juillet 1993
Président du gouvernement Felipe González
Prédécesseur Javier Solana
Successeur Alfredo Pérez Rubalcaba
Biographie
Nom de naissance María Rosa Conde Gutiérrez del Álamo
Date de naissance 7 décembre 1947 (66 ans)
Lieu de naissance Ronda (Espagne)
Parti politique PSOE (depuis 1990)
Diplômé de Université Complutense de Madrid
Profession Universitaire

Rosa Conde
Porte-parole du gouvernement d'Espagne

María Rosa Conde Gutiérrez del Álamo, née le 7 décembre 1947 à Ronda, en Espagne, est une femme politique et universitaire espagnole, membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

Elle est nommée, en 1987, directrice du Centre de recherches sociologiques, puis ministre porte-parole du gouvernement l'année suivante. Élue députée en 1989, elle devient secrétaire générale de la présidence du gouvernement en 1993, retrouvant son mandat parlementaire trois ans plus tard. En 2004, elle met fin à sa carrière politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Elle est titulaire d'une licence de sciences politiques, obtenue à l'université Complutense de Madrid. Entre 1971 et 1984, elle y enseigne la structure sociale contemporaine et la sociologie familiale.

À partir de 1978, elle occupe également un poste au cabinet d'études sociologiques du secrétariat général technique du ministère du Travail. Elle entre au cabinet technique du Centre de recherches sociologiques (CIS) en 1980. Elle devient ensuite sous-directrice du CIS, puis directrice générale le 14 mars 1987[1].

Ministre et haute responsable de González[modifier | modifier le code]

Lors du remaniement ministériel du 12 juillet 1988, le socialiste Felipe González la nomme ministre porte-parole du gouvernement. Première femme, avec Matilde Fernández, à participer à un gouvernement de González, elle n'est alors pas membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE)[2].

Elle est choisie quatorze mois plus tard, comme tête de liste socialiste dans la province de Jaén pour les élections générales du 29 octobre 1989[3]. Avec 54 % des voix, sa liste remporte quatre sièges sur six. Reconduite dans ses fonctions le 6 décembre suivant, elle adhère au PSOE en novembre 1990, dans la section de Linares, commune de la province de Jaén[4].

Après les élections générales du 6 juin 1993, au cours desquelles elle se voit réélue au Congrès des députés, elle est désignée, le 21 juillet 1993, secrétaire générale de la présidence du gouvernement, une fonction vacante depuis six ans[5].

Fin de carrière politique[modifier | modifier le code]

Gaspar Zarrías, secrétaire général du PSOE de la province de Jaén, ayant refusé, en octobre 1995, qu'elle se présente de nouveau comme tête de liste pour les élections générales du 3 mars 1996[6], elle intègre la liste de Madrid. Après le scrutin, qui marque la défaite des socialistes, elle entre à la commission de contrôle parlementaire de la Radio Televisión Española (RTVE), où elle devient porte-parole du groupe PSOE en 1998. Réélue aux élections générales du 12 mars 2000, elle est désignée porte-parole à la commission du Règlement. Elle ne se représente pas lors des élections générales du 14 mars 2004, quittant alors la vie politique.

Passage dans le monde non lucratif[modifier | modifier le code]

Dès le mois de mai suivant, elle est portée à la présidence de la Fondation Carolina[7], qui promeut les relations culturelles et la coopération en matière d'éducation et de recherche scientifique entre l'Espagne et l'Amérique latine. Elle est remplacée le 1er avril 2012 par Jesús Andreu, ancien haut fonctionnaire de son ministère[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]