José Pedro Pérez-Llorca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Pedro Pérez-Llorca
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères d'Espagne
8 septembre 19802 décembre 1982
Président du gouvernement Adolfo Suárez
Leopoldo Calvo-Sotelo
Prédécesseur Marcelino Oreja Aguirre
Successeur Fernando Morán López
Ministre de l'Administration territoriale
3 mai8 septembre 1980
Président du gouvernement Adolfo Suárez
Prédécesseur Antonio Fontán
Successeur Rodolfo Martín Villa
Ministre de la Présidence
6 avril 19793 mai 1980
Président du gouvernement Adolfo Suárez
Prédécesseur José Manuel Otero Novas
Successeur Rafael Arias-Salgado
Porte-parole du groupe UCD
au Congrès des députés
7 décembre 19772 janvier 1979
En tandem avec Leopoldo Calvo-Sotelo
Législature Constituante
Prédécesseur Leopoldo Calvo-Sotelo
Successeur Manuel Clavero Arévalo,
José García Pérez,
Jaime Lamo de Espinosa et
Joaquím Molins
Biographie
Nom de naissance José Pedro Pérez-Llorca Rodrigo
Date de naissance 30 décembre 1940 (73 ans)
Lieu de naissance Cadix (Espagne)
Parti politique UCD (1977-1983)
Diplômé de Université Complutense de Madrid
Profession Avocat

José Pedro Pérez-Llorca
Ministres des Affaires étrangères d'Espagne
Ministres de la Politique territoriale d'Espagne
Ministres de la Présidence d'Espagne

José Pedro Pérez-Llorca Rodrigo, né le 30 décembre 1940 à Cadix, est un homme politique espagnol. Ancien membre de l'Union du centre démocratique (UCD) et des premiers gouvernements démocratiques d'Espagne, il fait partie des sept pères de la Constitution de 1978.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après avoir passé avec succès son bachillerato à Cadix, il suit des études supérieures de droit à l'université Complutense de Madrid, où il obtient sa licence avec le prix extraordinaire en 1964. Il passe ensuite plusieurs semestres ou trimestres à l'étranger, se perfectionnant notamment en droit constitutionnel.

Carrière dans la haute administration[modifier | modifier le code]

En 1965, il réussit les concours du corps diplomatique et intègre alors le département de conseil juridique international du ministère des Affaires étrangères. Il participe notamment à la gestion de « l'affaire de la Barcelona Traction, Light & Power Company », par laquelle la Cour internationale de justice reconnaîtra, en 1970, l'existence de droits erga omnes au niveau international.

Il change de corps en 1968, après avoir été reçu au concours du corps des avocats des Cortes Generales, mais quitte l'administration publique dès l'année suivante.

Activité dans le secteur privé[modifier | modifier le code]

Il devient aussitôt secrétaire général de la Banca del Noroeste, avant de fonder en 1973 son propre cabinet d'avocats. Il suspend son activité en 1977, la reprenant en 1983. Il participe alors à la création du cabinet García Añoveros & Pérez-Llorca, dont il est encore président. Il participe en outre à diverses procédures d'arbitrage et siègent dans plusieurs conseils d'administration.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Un des pères de la Constitution[modifier | modifier le code]

Élu député de Madrid lors des élections constituantes de 1977, il est désigné peu après membre du groupe des rapporteurs parlementaires du projet constitutionnel et porte-parole du groupe parlementaire de l'Union du centre démocratique (UCD). Le travail qu'il mène sur la future Loi fondamentale lui vaut, ainsi qu'à ses six collègues rapporteurs, le surnom de « père de la Constitution ».

Ministre à trois reprises[modifier | modifier le code]

Le 6 avril 1979, après avoir été réélu au Congrès des députés, José Pedro Pérez-Llorca est nommé ministre de la Présidence dans le nouveau gouvernement du centriste Adolfo Suárez. Lors du remaniement ministériel opéré par ce dernier le 3 mai 1980, il devient ministre de l'Administration territoriale, un poste qu'il quitte dès le 9 septembre pour celui de ministre des Affaires étrangères.

Il poursuit alors les négociations concernant l'adhésion de l'Espagne à l'OTAN, le nouveau traité de défense avec les États-Unis et poursuit les discussions sur l'entrée du pays dans la Communauté économique européenne (CEE), clôturant six chapitres. Après la très lourde défaite de l'UCD, qui sera dissoute en 1983, aux élections anticipées de 1982, il se retire de la vie politique.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié avec Carmen Zamora et père de deux fils, tous les deux avocats.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]