Margarita Mariscal de Gante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Margarita Mariscal de Gante
Fonctions
1re vice-présidente du Congrès
des députés espagnol
9 avril 200220 janvier 2004
Président Luisa Fernanda Rudi
Législature VIIe législature
Prédécesseur Francisco Camps
Successeur Carme Chacón
Ministre de la Justice
6 mai 199613 mars 2000
Président du gouvernement José María Aznar
Prédécesseur Juan Alberto Belloch
Successeur Ángel Acebes
Biographie
Nom de naissance Margarita Mariscal de Gante Mirón
Date de naissance 10 janvier 1954 (60 ans)
Lieu de naissance  Madrid (Espagne)
Parti politique Indépendante
Diplômé de Université complutense de Madrid
Profession Juge

Margarita Mariscal de Gante
Ministres de la Justice d'Espagne

Margarita Mariscal de Gante Mirón, née le 10 janvier 1954 à Madrid, est une juriste et femme politique espagnole, proche du Parti populaire (PP).

Nommée au conseil général du pouvoir judiciaire en 1990, elle devient, six ans plus tard, ministre de la Justice du premier gouvernement de José María Aznar. En 2000, elle est élue au Congrès des députés, dont elle est désignée vice-présidente en 2002. Elle se retire de la vie politique à la fin de son mandat, en 2004.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Elle accomplit ses études supérieures de droit à l'université complutense de Madrid, où elle obtient sa licence, et intègre, en 1980, la carrière judiciaire.

Elle est d'abord affectée au tribunal d'Aguilar de la Frontera, dans la province de Cordoue, puis rejoint le tribunal d'Aranjuez, dans la Communauté de Madrid, en 1982. Dès l'année suivante, elle est mutée dans la capitale, où elle accède, en 1986, à la qualité de magistrat.

Devenue juge aux affaires familiales en 1988, elle intègre, en 1989, le comité administratif du tribunal supérieur de justice de la Communauté de Madrid (TSJM).

Du CGPJ au gouvernement[modifier | modifier le code]

Le 6 novembre 1990, elle est élue au conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) par le Sénat, sur proposition du Parti populaire, au sein du collège judiciaire[1]. Lorsque le PP parvient au pouvoir, en 1996, elle est nommée, le 6 mai, ministre de la Justice par le nouveau président du gouvernement, José María Aznar[2].

Députée au Congrès[modifier | modifier le code]

Aux élections générales du 12 mars 2000, elle est élue députée de la province d'Albacete au Congrès des députés. Elle est élue, le 10 mai suivant, présidente de la commission constitutionnelle. Le 9 avril 2002, à la suite de la démission de Francisco Camps, elle est élue première vice-présidente du Congrès des députés, par 229 voix, contre 56 blancs et 13 nuls, bénéficiant du soutien du Parti socialiste ouvrier espagnol[3].

Elle ne se représente pas aux élections générales du 14 mars 2004 et quitte la vie politique.

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Mariée et mère de deux enfants, elle est la fille de Jaime Mariscal de Gante, policier puis juge de l'ordre public sous le régime franquiste, et la nièce de Federico Mariscal de Gante, doyen des juges de Madrid en 1979.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Bonifacio de la Cuadra, « Varios vocales del CGPJ exigen un debate para elegir presidente », El País,‎ 7 novembre 1990 (lire en ligne)
  2. (es) Vitorino Ruiz de la Azúa, « Un Gobierno de orígenes muy diversos », El País,‎ 5 mai 1996 (lire en ligne)
  3. (es) Anabel Díez, « El PP impide que el PSOE interpele en bloque a un solo ministro », El País,‎ 10 avril 2002 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]