Pío Cabanillas Gallas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pío Cabanillas.
Pío Cabanillas Gallas
Fonctions
Député européen d'Espagne
Élection
Réélection
Législature IIe et IIIe législatures
Ministre de la Justice d'Espagne
Président du gouvernement Leopoldo Calvo-Sotelo
Prédécesseur Francisco Fernández Ordóñez
Successeur Fernando Ledesma Bartret
Ministre de la Présidence
26 février
Président du gouvernement Leopoldo Calvo Sotelo
Prédécesseur Rafael Arias-Salgado
Successeur Matías Rodríguez Inciarte
Ministre adjoint au président du gouvernement
Président du gouvernement Adolfo Suárez
Prédécesseur Poste créé
Successeur Poste supprimé
Ministre de la Culture
Président du gouvernement Adolfo Suárez
Prédécesseur Régime franquiste
Successeur Manuel Clavero Arévalo
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Pontevedra (Espagne)
Date de décès (à 67 ans)
Lieu de décès Madrid (Espagne)
Parti politique UCD (1977-1983)
PP (1989-1991)
Enfant(s) Pío Cabanillas Alonso
Diplômé de Université de Grenade
Université de Madrid
Profession Juriste

Pío Cabanillas Gallas
Ministres de la Justice d'Espagne
Ministres de la Présidence d'Espagne
Ministres de la Culture d'Espagne

Pío Cabanillas Gallas, né le à Pontevedra et décédé le à Madrid, est un homme politique espagnol. Ministre de l'Information à la fin du franquisme, il a ensuite occupé plusieurs postes ministériels sous la direction d'Adolfo Suárez et Leopoldo Calvo-Sotelo lors de la transition démocratique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu un licence de droit à l'université de Grenade, avec le prix extraordinaire, il passe avec succès son doctorat à l'université centrale de Madrid, où il reçoit là aussi le prix extraordinaire. Il réussit ensuite différents concours qui lui donnent accès aux professions de notaire, conservateur des hypothèques et enfin avocat de l'État.

Membre des Cortes franquistes[modifier | modifier le code]

Le , il devient chef du conseil consultatif technico-juridique syndical et, à ce titre, membre des Cortes franquistes (Procurador en Cortes). Reconduit au commencement de la nouvelle législature, quelques mois plus tard, il démissionne en pour être aussitôt renommé, mais cette fois-ci par le général Franco.

Il change une nouvelle fois de siège en 1967, étant élu par 540 voix sur 554 par l'ordre des conservateurs des hypothèques. À la fin de son mandat, quatre ans plus tard, il obtient un mandat du « tiers familial », c'est-à-dire élu par les chefs de famille, dans la province de Pontevedra.

Au gouvernement[modifier | modifier le code]

Il occupe un tant le poste de sous-secrétaire du ministère de l'Information et du Tourisme pendant le mandat de Manuel Fraga, entre 1962 et 1969, puis est nommé à la tête du ministère le , dans le gouvernement dirigé par Carlos Arias Navarro. Ses tentatives d'approfondir la liberté de la presse conduit à sa destitution le par Franco lui-même.

Activité politique lors de la transition[modifier | modifier le code]

Il participe, au cours de l'année suivante, à la fondation du premier Parti populaire, qui fusionne avec d'autres partis dans l'Union du centre démocratique (UCD). Homme fort de l'UCD en Galice, il est élu député de la province de Pontevedra en 1977 et nommé ministre de la Culture le 5 juillet, dans le premier gouvernement démocratique formé par Adolfo Suárez.

Bien qu'il ait été réélu député en 1979, il doit attendre pour retourner au gouvernement, en tant que ministre adjoint au président du gouvernement. Lorsque Suárez est remplacé par Leopoldo Calvo-Sotelo le , Pío Cabanillas Gallas devient ministre de la Présidence, un poste qu'il abandonne le 1er septembre pour celui de ministre de la Justice. Il reste membre du gouvernement jusqu'à la fin de son mandat, le .

Fin de carrière et de vie[modifier | modifier le code]

Malgré le fait que l'UCD n'ait conservé qu'une dizaine de députés, contre plus de cent cinquante auparavant, il parvient à conserver son mandat de membre du Congrès des députés aux élections anticipées de 1982. Il se retire de la vie politique quatre ans plus tard, puis adhère en 1989 au Parti populaire (PP). Il est alors élu député européen et reste en poste jusqu'à son décès, en 1991.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le père de Pío Cabanillas Alonso, qui fut notamment directeur général de la radio-télévision publique (RTVE), puis porte-parole du gouvernement au début des années 2000, sous les couleurs du Parti populaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]