Longuesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Longuesse
Vue sur le village depuis le nord-est.
Vue sur le village depuis le nord-est.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Vigny
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Vallées du Vexin
Maire
Mandat
Norbert Lalloyer
2014-2020
Code postal 95450
Code commune 95348
Démographie
Gentilé Longuessoises, Longuessois
Population
municipale
532 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 00″ N 1° 56′ 00″ E / 49.066673180516, 1.9333314881099 ()49° 04′ 00″ Nord 1° 56′ 00″ Est / 49.066673180516, 1.9333314881099 ()  
Altitude 58 m (min. : 45 m) (max. : 132 m)
Superficie 8,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longuesse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longuesse
Liens
Site web http://www.mairie-longuesse.fr/

Longuesse est une commune française située dans le département du Val-d'Oise et la région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Longuessoises et Longuessois.

Le village est baigné par l'Aubette et situé dans le parc naturel régional du Vexin français.

Géographie[modifier | modifier le code]

Longuesse se situe dans la vallée de l'Aubette de Meulan, à 35 kilomètres au nord-ouest de Paris.

La commune est limitrophe de Vigny, Ableiges, Sagy, Condécourt, Seraincourt et Théméricourt dans le Val-d'Oise ; Gaillon-sur-Montcient dans le département voisin des Yvelines.

Communes limitrophes de Longuesse[1]
Théméricourt Vigny Ableiges
Seraincourt Longuesse[1] Sagy
Gaillon-sur-Montcient (Yvelines) Condécourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Nommé Longa Essa au début du XIe siècle, le village tirerait son nom de sa forme en S allongé, ou plus probablement de long essart[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La mise au jour d'outillages néolithiques au Franc-Val atteste l'occupation ancienne du site. Des vestiges d'habitat gallo-romain ainsi qu'une nécropole mérovingienne ont également été découvertes sur un coteau. En 918, Charles le Simple fait don de la chapelle et des terres de Longuesse à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie-école.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Roger Savary DVD  
mars 2008 2014 Bernard Lorin[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 532 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
249228237234234242234240235
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
225228214214216218223212213
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
221232231197183206212232189
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
227246304310425511527532-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Longuesse compte deux monuments historiques sur son territoire.

  • Église Saint-Gildard, Grande-Rue (classé monument historique par arrêté du 31 mai 1910[6]) : elle succède à une première chapelle donnée par le roi Charles le Simple à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés au début du Xe siècle. Édifiée à la fin du XIIe siècle, elle appartient au style gothique primitif, avec des baies en tiers-point à lancette simple surmontées de cordons en dents de scie, une corniche de modillons sculptés en masques et des contreforts à ressauts. Cette église d'origine est bien conservée, en dépit des ajouts ultérieurs, mais a perdu la partie occidentale de sa nef et ses bas-côtés, vraisemblablement sous la guerre de Cent Ans. Elle se compose actuellement de quatre hautes travées dont la dernière comporte le chevet à trois pans, avec la particularité que le plafond est constitué de seulement deux voûtes d'ogives de grande portée, dont celle du chœur à huit branches. Ces voûtes de grande portée incompatibles avec un clocher central sont inhabituelles au Vexin, où justement les clochers se dressent habituellement au-dessus de la croisée du transept. Les deux bas-côtés ajoutés au XVIe siècle n'accompagnent que les deux premières travées du vaisseau et ne sont pas de largeur identique. Le bas-côté nord, très étroit, a été largement retouché et comporte le portail principal. Il est subdivisé en deux parties par un mur, et abrite une chapelle côté est, et un vestibule côté ouest. Au sud, n'existe qu'une petite porte auxiliaire en dessous d'une baie plein cintre. Le bas-côté sud est plus large et un peu plus récent, et affiche clairement le style de la Renaissance. Le clocher au sud-ouest a été construit à l'économique en 1870, ce qui a donné lieu au prolongement de la nef amputée par une demi-travée au nord du clocher, simplement plafonné. L'étage supérieur du clocher est le seul à disposer d'ouvertures ; il est percé de deux baies abat-son ogivales geminées par face, sans décoration. Seulement deux contreforts épualent le clocher, côté ouest. Fait assez rare, la restauration menée au XVIIIe siècle a respecté le style initial de l'édifice[7],[8]
  • Soubassement de la croix de cimetière du XVIe siècle (inscrit monument historique par arrêté du 22 octobre 1937[9])

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Croix pattée dite croix d'Orléans, au lieu-dit La Halotière, près de la limite ouest de la commune avec Seraincourt, sur la chaussée Brunehaut (sentier de petite randonnée) : cette croix date du XIIe siècle et possède des branches particulièrement courtes. L'évasement de la branche supérieure est plus important que celui des branches de gauche et de droite[7].
  • Croix de chemin en pierre dite la Croix-Rouge, à l'est du village sur la voie communale n° 5 pour Frémainville : la croix proprement dite n'est pas antérieure au XVIIIe siècle, mais le socle remonte au XIIe ou XIIIe siècle[7].
  • Lavoir couvert sur l'Aubette, rue du Moulin : Abri construit en moellons de calcaire avec un toit en appentis couvert de tuiles, en contrebas d'un pont.
  • Lavoir couvert sur l'Aubette, rue de l'Aubette : ce lavoir se situe également en contrebas d'un pont. La plate-forme destinée aux lavandières est protégée par un abri fait de deux murs et d'un toit en appentis ; côté rue, le pont sert de mur latéral au lavoir. L'accès se fait par un escalier, à l'arrière.
  • Réserve naturelle régionale du Site géologique de Vigny-Longuesse

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Longuesse

La commune de Longuesse ne dispose pas de blason.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Longuesse sur Géoportail.
  2. Guide du Vexin français, éd. du Valhermeil, 1991, p. 215
  3. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires (doc pdf)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Église Saint-Gildard », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. a, b et c Jacques Sirat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Longuesse », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ octobre 1999, p. 1003-1004 (ISBN 2-84234-056-6).
  8. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Longuesse, Paris, Éditions du Valhermeil,‎ 1988, 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 218-219.
  9. « Soubassement de la croix de cimetière », base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]