Saint-Martin-la-Garenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
Saint-Martin-la-Garenne
La chapelle Sainte-Anne.
La chapelle Sainte-Anne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Limay
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Mantes-en-Yvelines
Maire
Mandat
Stéphan Champagne
2014-2020
Code postal 78520
Code commune 78567
Démographie
Population
municipale
931 hab. (2011)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 27″ N 1° 41′ 23″ E / 49.0408, 1.689749° 02′ 27″ Nord 1° 41′ 23″ Est / 49.0408, 1.6897  
Altitude Min. 9 m – Max. 152 m
Superficie 15,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Saint-Martin-la-Garenne

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Saint-Martin-la-Garenne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-la-Garenne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-la-Garenne

Saint-Martin-la-Garenne est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France. Elle appartient au parc naturel régional du Vexin Français.

Ses habitants sont appelés les Saint-Martinois[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est dédié à saint Martin : « garenne » désigne une lande (terme dérivé du latin médiéval warenna).

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Saint-Martin-la-Garenne dans les Yvelines
Locator Dot.png

Saint-Martin-la-Garenne, commune du Vexin français, est située dans une boucle de la Seine, sur la rive droite du fleuve, à huit kilomètres au nord-ouest de Mantes-la-Jolie, dans le nord-ouest des Yvelines, à la limite du Val-d'Oise.

Les communes limitrophes en sont Vétheuil (Val-d'Oise) au nord, Follainville-Dennemont au sud-ouest, Guernes au sud, Méricourt et Mousseaux-sur-Seine à l'ouest, Moisson au nord-ouest, ces trois dernières communes étant situées sur l'autre rive de la Seine.

Le territoire communal est établi dans une convexité de la Seine et se partage entre une partie élevée, environ 150 mètres d'altitude sur le bord du plateau du Vexin, et une autre partie, vers l'ouest, plus vaste constituée par la plaine alluviale du fleuve, en pente légère vers l'ouest entre 50 et 20 mètres d'altitude. C'est un territoire essentiellement rural (à 95 %), boisé pour environ la moitié de sa superficie. Il comprend la plus grande partie de l'île Saint-Martin située dans le nord de la commune. Dans l'ouest, en bord de Seine se trouvent de grandes étendues d'eau correspondant à d'anciennes sablières.

L'habitat est réparti entre le village, installé au pied du versant est, et le hameau de Sandrancourt qui se trouve plus à l'ouest en bord de Seine, à environ trois kilomètres du village.

La commune est desservie par la route départementale D 147 reliant Mantes-la-Jolie à Vétheuil.

Elle est traversée dans sa partie nord-est par un sentier de grande randonnée, le GR 2.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Martin-la-Garenne

Les armes de Saint-Martin-la-Garenne se blasonnent ainsi :
d'or aux dix billettes couchées de gueules

Le blason reprend les armes de la famille des Ver, anciens seigneurs de Saint-Martin-la-Garenne, visibles sur une pierre tombale située dans l'église du village[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 931 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
870 775 879 877 800 768 750 708 692
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
604 597 569 498 498 490 470 482 475
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
447 429 417 350 366 349 338 292 328
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
370 360 488 627 654 740 795 809 908
2011 - - - - - - - -
931 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,6 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,9 %, 15 à 29 ans = 16,8 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 24,7 %, plus de 60 ans = 17,8 %) ;
  • 49,4 % de femmes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 15,1 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 23 %, plus de 60 ans = 17,1 %).
Pyramide des âges à Saint-Martin-la-Garenne en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,2 
3,5 
75 à 89 ans
4,4 
14,1 
60 à 74 ans
12,5 
24,7 
45 à 59 ans
23,0 
21,8 
30 à 44 ans
23,2 
16,8 
15 à 29 ans
15,1 
18,9 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Saint-Martin-la-Garenne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 2001 Marcel Ferry    
mars 2001 2010 Marcel Ferry[7]    
2010 2014 Pierre Roux[1] NUL  
2014 2020 Stephan CHAMPAGNE[1] Sans Etiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Martin-la-Garenne appartient au canton de Limay et n'est rattachée à aucune communauté de communes.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la huitième circonscription des Yvelines, circonscription mi-rurale, mi-urbaine du nord-ouest des Yvelines centrée autour de la ville de Mantes-la-Jolie, dont le député est Cécile Dumoulin (UMP).

Au plan judiciaire, Saint-Martin-la-Garenne fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[8],[9].

Culture[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin : en pierre de taille, de style roman, datant du XIIe siècle, elle fut fortement restaurée en 1873. Le clocher, couronné d'une flèche à huit pans couverte d'ardoises, se compose d'une tour carrée à deux étages surmontée d'un étage octogonal à huit ouvertures en plein cintre.
  • Chapelle Sainte-Anne, située à Sandrancourt (XVIIe siècle).

Économie[modifier | modifier le code]

C'est le site de Sandrancourt qui fournit chaque année les 2 000 tonnes de sable de l'opération Paris Plages. Le transport est assuré par voie fluviale au moyen de quatre barges. Ce sable, choisi pour sa finesse (diamètre moyen 0,1 mm) est offert à la commune de Paris par Lafarge qui soigne ainsi son image environnementale.

  • Agriculture
  • Habitat résidentiel

Nature[modifier | modifier le code]

Situé dans le Parc Régional du Vexin Français, Saint Martin est bordé au nord, au sud par la Forêt du Chesnay. Dominant le village, une butte dénommée "les glaisières", présente un étonnant micro-environnement aux allures méditerranéennes (pins, épineux...), dû à son sol glaiseux. Les coteaux de la Seine, en bordure des bois, sont riches en faune et en flore. On peut y observer, à l'aube ou en fin de journée, des cervidés.

Vers Sandrancourt, la partie du site des sablières dont l'exploitation est terminé est progressivement remise en valeur. Le choix a été fait sur 80 ha de le planter en boisement naturel, en prairie et en landes après avoir restitué la terre végétale enlevée à l'origine.

Sur un espace de 1,5 ha une collection botanique a été constituée ; elle reconstitue 15 milieux différents, dont des zones humides. Ce site est fermé au public.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L.-A. Gatin, Un village - Saint-Martin-la-Garenne (Seine-et-Oise) : Essai historique, Mairie de Saint-Martin-la-Garenne,‎ 1996 (réimpression d'un ouvrage paru vers 1896), 247 p..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Saint-Martin-la-Garenne », Union des maires des Yvelines (consulté le 18 avril 2011).
  2. « Connaissez-vous notre histoire ? », Mairie de Saint-Martin-la-Garenne (consulté le 19 avril 2011).
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Saint-Martin-la-Garenne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  6. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  7. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ 29 mars 2001.
  8. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).
  9. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).