Jambville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jambville
Vue depuis le parc du château
Vue depuis le parc du château
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Limay
Intercommunalité Vexin Centre Seine Aval
Maire
Mandat
Bruno Marchay
2008-2014
Code postal 78440
Code commune 78317
Démographie
Population
municipale
826 hab. (2011)
Densité 172 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 49″ N 1° 51′ 14″ E / 49.0469, 1.8539 ()49° 02′ 49″ Nord 1° 51′ 14″ Est / 49.0469, 1.8539 ()  
Altitude Min. 43 m – Max. 188 m
Superficie 4,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Jambville

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Jambville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jambville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jambville

Jambville est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France, à 20 km environ au nord-est de Mantes-la-Jolie et à 8 km au nord-ouest de Meulan.

La commune de Jambville se trouve dans le périmètre du Parc naturel régional du Vexin français.

Ses habitants sont appelés les Jambvillois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Jambville dans les Yvelines.

Situation[modifier | modifier le code]

Jambville est une petite commune rurale située dans le nord du département des Yvelines et dans le sud du Vexin français, à la limite du Val-d'Oise, à 5 km environ au nord-est de Mantes-la-Jolie, sous-préfecture, et à 40 km environ au nord-ouest de Versailles, préfecture du département.

Les communes limitrophes sont Frémainville au nord et Seraincourt à l'est (toutes deux communes du Val-d'Oise), Oinville-sur-Montcient au sud, Montalet-le-Bois et Lainville-en-Vexin à l'ouest.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Jambville appartient au bassin versant de la Seine. Le territoire communal est drainé par deux ruisseaux. La Bernon, longue de sept kilomètres environ, affluent de la Montcient, petite rivière qui se jette dans la Seine à Meulan, traverse la partie sud de la commune d'ouest en est[2]. Le ru de l'Eau Brillante, long de cinq kilomètres environ, affluent de la Bernon qu'il rejoint à Seraincourt, suit la limite intercommunale avec Frémainville, dans la partie nord de la commune[3].

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Utilisation du territoire[modifier | modifier le code]

Outre le bourg principal implanté sur une hauteur, la commune comprend plusieurs hameaux écartés : Le Bout Guyon, Le Bout d'en Haut, les Noquets et Damply.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

À l'écart des grands axes, la commune est reliée par des routes départementales aux communes voisines.

Toponymie[modifier | modifier le code]

« Jambville » est formé sur le nom de personne Jean, comme certains Janville (Calvados, Oise, Seine-et-Oise) ou moins probablement sur d'un nom de personne d'origine germanique Gammo et sur l'appellatif villa[4].

Le château étant propriété des Scouts et Guides de France depuis 1952, il serait tentant, mais sans fondement, de rapprocher ce toponyme du mot Jamboree, terme d'origine zoulou signifiant « rassemblement », désignant un rassemblement de scouts.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fief de Jambville dépendait sous l'ancien régime de la seigneurie de Mézy-sur-Seine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1800 Nicolas Jean    
1800 1811 Jean François Thomas   Maire provisoire
1811 1835 Adolphe Antoine Thomas, baron de Maussion    
1835 1839 Joseph Marie Bourienne    
1839 1846 Philippe Marie Valentin Auger    
1846 1850 François Thomas Vaudran    
1850 1865 François Bouillette    
1866 1869 Eugène Isidore Letourneur    
1871 1874 Charles François Thomas    
1874 1877 Jacques Augustin Dubois    
1877 1888 François Thomas Vaudran    
1889 1892 Adolphe Arsène Bertrand    
1893 1925 Charles Xavier Joye    
1925 1929 Eugène François Alexandre Joye    
1929 1940 André Manassé    
1940 1947 Léon Royer    
1947 1971 Albert Sauret    
1971 1983 Marcel Cordonnier    
1983 1995 Lucien Galandrin    
1995 2001 Anny Multon    
mars 2001 en cours Bruno Marchay[5],[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Jambville appartient au canton de Limay et est rattachée à la Communauté d'agglomération Vexin Centre Seine Aval. Elle est aussi incluse dans le territoire de l'Opération d'intérêt national Seine-Aval[6].

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la huitième circonscription des Yvelines, circonscription mi-rurale, mi-urbaine du nord-ouest des Yvelines centrée autour de la ville de Mantes-la-Jolie, dont le député est Cécile Dumoulin (UMP).

Au plan judiciaire, Jambville fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[7],[8].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 826 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
432 397 412 389 374 357 348 308 323
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
292 282 268 244 244 234 256 276 280
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
292 232 234 203 212 252 314 282 281
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
284 295 406 438 586 623 721 754 800
2011 - - - - - - - -
826 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,8 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 28 %, 15 à 29 ans = 14,9 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 22,7 %, plus de 60 ans = 16 %) ;
  • 47,2 % de femmes (0 à 14 ans = 23,5 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 24,5 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, plus de 60 ans = 16,3 %).
Pyramide des âges à Jambville en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,0 
3,5 
75 à 89 ans
2,1 
12,3 
60 à 74 ans
14,2 
22,7 
45 à 59 ans
19,2 
18,4 
30 à 44 ans
24,5 
14,9 
15 à 29 ans
16,3 
28,0 
0 à 14 ans
23,5 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

De par la présence du centre national de formation, Jambville devient très régulièrement, et pour quelques jours, la plus jeune ville de France, en accueillant par exemple plus de 10 000 jeunes du Frat, ou les jamborees des Scouts et Guides de France.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert P. Jolibois, Jambville, village du Vexin, Mabilat,‎ 1973, 62 p.
  • Louis Régnier, Excursions archéologiques dans le Vexin français – ouvrage posthume – deuxième série : Jambville, Gisors, Imprimerie Benard-Bardel et fils,‎ 1927, 170 p., p. 104-112

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Jambville », Union des maires des Yvelines (consulté le 18 avril 2011).
  2. « Fiche cours d'eau - La Bernon (H3018600) », Sandre (consulté le 7 juin 2011).
  3. « Fiche cours d'eau - Ru de l'Eau Brillante (H3018680) », Sandre (consulté le 7 juin 2011).
  4. Toponymie générale de la France étymologie de 35 000 noms de lieux, Ernest Nègre, publié par Librairie Droz, 1998, ISBN 978-2-600-00133-5.
  5. « Jambville : Bruno Marchay, le nouveau maire », Le Courrier de Mantes,‎ 5 avril 2001, p. 23.
  6. « Les communes et les intercommunalités du territoire de l’OIN Seine Aval », Epamsa (consulté le 19 avril 2011).
  7. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).
  8. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. « Évolution et structure de la population à Jambville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  12. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  13. Centre national de formation des Scouts et Guides de France