Vienne-en-Arthies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vienne.
Vienne-en-Arthies
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Magny-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes Vexin - Val de Seine
Maire
Mandat
Ghislaine Lapchin de Poulpiquet
2014-2020
Code postal 95510
Code commune 95656
Démographie
Gentilé Viennois, Viennoises
Population
municipale
417 hab. (2011)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 00″ N 1° 44′ 00″ E / 49.0667, 1.733349° 04′ 00″ Nord 1° 44′ 00″ Est / 49.0667, 1.7333  
Altitude 140 m (min. : 35 m) (max. : 147 m)
Superficie 3,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vienne-en-Arthies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vienne-en-Arthies
Liens
Site web http://www.vienne-en-arthies.fr/

Vienne-en-Arthies est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Viennois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est bâtie en amphithéâtre, au cœur du Vexin français, à 50 km environ au nord-ouest de Paris. Elle est formée de trois anciens hameaux de la commune de Vétheuil dont ils furent séparés à la Révolution sous le nom de Vienne-en-Arthies : Les Millonnets, Vienne, et Chaudry.

Communes limitrophes de Vienne-en-Arthies[1]
Villers-en-Arthies
Vétheuil Vienne-en-Arthies[1] Saint-Cyr-en-Arthies

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom provient du ru éponyme, Vienna en latin, et du gaulois attegia « cabane »[réf. nécessaire][style à revoir]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014[2] Ghislaine Lapchin de Poulpiquet DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 417 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
356 354 362 379 342 318 310 289 274
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
304 294 287 301 363 331 300 275 283
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
237 225 229 199 220 228 246 180 191
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
172 159 221 243 326 352 392 386 409
2011 - - - - - - - -
417 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vienne-en-Arthies ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire.

  • Chapelle Saint-Joseph, rue de la Chapelle : Commune composée de trois hameaux réunies à la Révolution, Vienne n'a jamais été érigée en paroisse, ses chapelles étant desservies par le curé de Vétheuil. Dédiée à saint Joseph, la chapelle de Vienne a été édifiée en 1627. Vendue comme bien national à la Révolution, elle sert de grange avant d'être rendue au culte en 1865. C'est un petit bâtiment rectangulaire sans style particulier, qui se fait toutefois remarquer par un petit clocher en colombages s'élevant au-dessus de la façade occidentale, et par un porche ouvert de trois côtés, dont le petit pignon est également en colombages[5].
  • Chapelle Saint-Jean-Baptiste de Chaudry : Cette chapelle du XIVe siècle a été détruite en 1906[5].
  • Chapelle des Millonnets : Elle a été construite en 1931 seulement comme élément de l'orphelinat de l'institution Sainte-Thérèse. Les offices religieux étaient réservés aux pensionnaires et au personnel. Dix ans après son inauguration, la chapelle est déjà désaffectée en raison de la fermeture de l'orphelinat. Elle demeure à ce jour une propriété privée. Le sous-sol a été utilisé comme salle des fêtes[5].
  • Lavoir de Vienne, route de la Vallée du Roy : Son bassin étroit est traversé par le rû de la Vallée du Roi, dont le lit dévié se situe ici en haut d'un talus. Depuis la rue, l'on aperçoit un mur et deux courts escalier se faisant face aux extrémités. Ils montent vers les deux entrées qui se situent dans les murs pignon. Cette disposition est particulière : en général, les bassins des lavoirs se situent en dessous du niveau de la rue. L'emplacement des lavandières est couvert d'un toit en appentis qui desend vers le bassin.
  • Lavoir de Chaudry, chemin de la Vallée : Ce lavoir est traversé par un petit ruisseau affluent du premier. Contrairement au lavoir de Vienne, l'emplacement des lavandières se situe de l'autre côté du ruisseau, qu'il faut donc traverser pour s'y rendre, et le lavoir s'ouvre côté rue. Il est également couvert par un toit en appentis. Deux murets parallèles séparent la rue du ruisseau.
  • Lavoir des Millonnets, place Roger-Coquoin : Il s'agit une fois de plus d'un lavoir établi sur un ruisseau, le rû de la Vallée du Roi. Deux emplacements se faisant face ont été aménagés pour les lavandières. De ce fait, le lavoir possède deux entrées et deux toits en appentis, descendant vers le bassin. Un second lavoir privé existe aux Millonnets, chemin de la Cavée. Il est plus rudimentaire que les autres.
  • L'un des trois moulins à eau qui subsistent parmi les cinq ayant existé à la fin du XVIIIe siècle, le Moulin Cavée conserve son mécanisme de moulin de la première moitié du XIXe siècle[5].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vienne-en-Arthies

La commune de Vienne-en-Arthies ne dispose pas de blason.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Vienne-en-Arthies sur Géoportail.
  2. Préfecture du Val-d'Oise - Liste des maires du département du Val-d'Oise, avril 2008
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. a, b, c et d Jean-Loup Corbasson, Pascal Goutrat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Vienne-en-Arthies », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ octobre 1999, p. 603-606 (ISBN 2-84234-056-6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]