Brueil-en-Vexin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brueil-en-Vexin
La mairie de Brueil-en-Vexin
La mairie de Brueil-en-Vexin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Limay
Intercommunalité Vexin Centre Seine Aval
Maire
Mandat
Bruno Caffin
2014-2020
Code postal 78440
Code commune 78113
Démographie
Population
municipale
683 hab. (2011)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 56″ N 1° 49′ 14″ E / 49.0322, 1.8206 ()49° 01′ 56″ Nord 1° 49′ 14″ Est / 49.0322, 1.8206 ()  
Altitude Min. 62 m – Max. 192 m
Superficie 7,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Brueil-en-Vexin

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Brueil-en-Vexin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brueil-en-Vexin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brueil-en-Vexin

Brueil-en-Vexin est une commune du département des Yvelines, dans la région Île-de-France, en France.

La commune de Brueil-en-Vexin se situe dans le périmètre du parc naturel régional du Vexin français.

Le nom de Brueil serait dérivé d'un mot gaulois, brugilum, signifiant « petit bois clos par une haie ».

La commune a été autorisée à s'appeler Brueil-en-Vexin par décret du 14 juin 1890.

Ses habitants sont appelés les Brueillois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Brueil-en-Vexin dans les Yvelines.

Situation[modifier | modifier le code]

Brueil-en-Vexin est une commune riveraine de la Seine, située sur la rive droite du fleuve, dans le nord du département des Yvelines, à 10 km environ au nord-est de Mantes-la-Jolie, sous-préfecture, et à 39 km environ au nord-ouest de Versailles, préfecture du département.

Elle se trouve dans la vallée de la Montcient, dans le sud du Vexin français et appartient au parc naturel régional du Vexin français.

Les communes limitrophes sont Montalet-le-Bois au nord-est, Oinville-sur-Montcient à l'est, Juziers au sud-est, Gargenville au sud, Guitrancourt au sud-ouest, Fontenay-Saint-Père à l'ouest, Sailly au nord-ouest et Lainville-en-Vexin au nord.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Montcient à Brueil-en-Vexin.

La commune de Brueil-en-Vexin appartient au bassin versant de la Seine. Le territoire communal est irrigué par la Montcient, petite rivière de onze kilomètres de long qui s'écoule dans le sens ouest-est et se jette dans l'Aubette de Meulan, non loin du confluent de cette dernière avec la Seine[2].

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Utilisation du territoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal, rural à plus de 90 %, occupe le fond de la vallée du Montcient, affluent de rive droite de la Seine, entre 70 et 100 mètres d'altitude, encadré de coteaux au nord et au sud, plus relevés vers le sud, jusqu'à 188 mètres au lieu-dit le Gros Chêne. Il est boisé sur environ 25 % de la surface totale, essentiellement dans sa frange sud (bois de la Malmaison).

L'habitat est concentré dans le bourg principal sis dans le fond la vallée et secondairement au hameau de La Chartre, à 1,5 km au sud du village.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Les communications sont assurés principalement par la route départementale D 913, orientée est-ouest, qui suit le cours de la Montcient et par la route départementale D 130, orientée nord-sud, qui se confond avec la précédente entre Brueil-en-Vexin et Sailly.

Un sentier de grande randonnée, le GR 2 suit la limite sud de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cave aux Fées

Le site est occupée depuis l'époque préhistorique comme en témoigne l'allée couverte de la Cave aux Fées découverte dans la commune au XVIIe siècle.

Au XIIIe siècle, le village appartient au chevalier Hugues de Brueil, et dépend du comté de Meulan. Au XVIIe siècle, la seigneurie de Brueil est rattachée au doyenné de Magny-en-Vexin.

Érigé en commune sous la Révolution, Brueil est rattachée au canton de Limay depuis 1803.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Bruno Caffin[3],[1]    

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Brueil-en-Vexin appartient au canton de Limay et est rattachée à la Communauté d'agglomération Vexin Centre Seine Aval. Elle est aussi incluse dans le territoire de l'Opération d'intérêt national Seine-Aval[4].

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la huitième circonscription des Yvelines, circonscription mi-rurale, mi-urbaine du nord-ouest des Yvelines centrée autour de la ville de Mantes-la-Jolie, dont le député est Cécile Dumoulin (UMP).

Au plan judiciaire, Brueil-en-Vexin fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[5],[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 683 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
311 310 302 309 313 305 316 297 300
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
286 282 264 277 307 349 367 347 343
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
351 338 343 322 323 267 260 252 259
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
279 300 349 369 460 532 640 655 683
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (11 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 23 %, 15 à 29 ans = 18,7 %, 30 à 44 ans = 25,1 %, 45 à 59 ans = 23,3 %, plus de 60 ans = 10 %) ;
  • 49,5 % de femmes (0 à 14 ans = 24,7 %, 15 à 29 ans = 14,8 %, 30 à 44 ans = 25,9 %, 45 à 59 ans = 22,5 %, plus de 60 ans = 12 %).
Pyramide des âges à Brueil-en-Vexin en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
0,6 
2,1 
75 à 89 ans
3,7 
7,3 
60 à 74 ans
7,7 
23,3 
45 à 59 ans
22,5 
25,1 
30 à 44 ans
25,9 
18,7 
15 à 29 ans
14,8 
23,0 
0 à 14 ans
24,7 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture
  • Forêts
  • Stockage de déchets ultimes : par arrêté préfectoral du 24 février 2004, la société Sita (groupe Suez) a été autorisée à reprendre l'exploitation d'une carrière de sablon et à implanter un centre de stockage de déchets de classe I au lieu-dit « Le bois des Obligeois ». Ce projet soulève des protestations des communes environnantes.
  • Une carrière géante a été autorisée à s'implanter sur 550 hectares dans le vexin français et devrait assurer 100 ans d'exploitation à la société CALCIA. La première tranche sera située à Brueil-en-Vexin et devrait occuper 60 hectares sur cette commune. début des travaux en 2016.(http://www.leparisien.fr/espace-premium/yvelines-78/les-projets-pharaoniques-de-calcia-dans-le-vexin-09-05-2013-2789143.php)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Denis
Fontaine Saint-Gaucher
  • Allée couverte de la Cave aux Fées : il s'agit d'une allée couverte mégalithique semi-enterrée, sépulture collective datant de la fin du Néolithique (2220 avant Jésus-Christ). Le site, fouillé en 1870, puis en 1889, a été classé monument historique en 1957. Les dalles de couverture ont disparu ; on peut voir seulement la chambre funéraire délimitée par de grosses pierres verticales confortées par des murets de pierres sèches, ainsi qu'une partie de la dalle d'entrée entaillée d'une ouverture à feuillure. On estime à 150 le nombre de corps inhumés dont les restes ont été retrouvés. Sur une des dalles, des gravures abstraites sont visibles.
  • Église Saint-Denis : église en pierre et meulière de style roman datant du XIIe siècle. Seul le clocher, couronné d'une flèche en pierre à huit pans supportée par une étage octogonal, date de l'église primitive. La nef et le portail d'origine ont été détruits au début du XXe siècle à la suite de travaux de restauration mal conduits.
  • Fontaine Saint-Gaucher : située dans le hameau de la Chartre en contrebas de la route D 130, elle abrite une statue de saint Gaucher qui fut élevé en nourrice dans le hameau au début du XIe siècle. La statue est en réalité une copie, l'original conservé en mairie, ayant été volé en 1881 avant d'être retrouvé en 2003 à Juziers. L'eau de la fontaine était autrefois réputée avoir un pouvoir contre l'épilepsie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Thérèse Debauge, Henri Debauge, ont reçu le titre de Juste parmi les nations par le Comité pour Yad Vashem, dont les noms figure sur le Mur d'honneur du Jardin des Justes à Jérusalem, mais également à Paris, dans l'Allée des Justes, près du Mémorial de la Shoah, rue Geoffroy l'Asnier[11].
  • La cantatrice Mady Mesplé a résidé dans la commune. Un bois communal porte son nom depuis 2005[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Brueil-en-Vexin », Union des maires des Yvelines (consulté le 18 avril 2011)
  2. « Fiche cours d'eau - La Montcient (H3018000) », Sandre (consulté le 2 juin 2011).
  3. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ 29 mars 2001.
  4. « Les communes et les intercommunalités du territoire de l’OIN Seine Aval », Epamsa (consulté le 19 avril 2011).
  5. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).
  6. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  9. « Évolution et structure de la population à Brueil-en-Vexin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  10. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  11. Au mois de février 1944, le couple accueillit sous son toit Marguerite Tyger, 25 ans, et sa mère, d’origine juive. Il hébergea les deux femmes jusqu’en septembre 1944, à titre gracieux.Il fit preuve d’un courage exemplaire, en les protégeant jusqu’à la Libération, leur manifestant respect et attention
  12. « Le bois de Mady Mesplé va être ouvert au public », Le Courrier de Mantes,‎ 3 août 2005.