Boeing X-51

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif X-51 Wave Rider Su-27 silhouette.svg
X-51A Waverider on B-52 2009.jpg
Le premier prototype X-51A accroché sous l'aile d'un B-52 en 2009.

Constructeur Drapeau : États-Unis Boeing
Rôle Aéronef expérimental
Statut Essais en cours
Premier vol
Nombre construits 4
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney Rocketdyne SJX61
Nombre 1
Type Superstatoréacteur
Dimensions
Longueur 7,62 m
Masses
Carburant ~ 123 kg
Maximale ~ 1800 kg
Performances
Vitesse maximale 8 575 km/h (Mach 7)
Plafond 21000 m
Endurance + de 740 km (théorie)
+ de 426 km (pratique)

Le Boeing X-51 est un prototype d'avion sans pilote hypersonique équipé d'un superstatoréacteur, devant atteindre Mach 7 (soit 8 575 km/h). Le X-51A WaveRider est un programme conjoint de l'United States Air Force, de la DARPA, de la NASA, de Boeing Phantom Works et de Pratt & Whitney lancé en 2004 et produit, selon les informations publiés en mai 2010, à 4 exemplaires. Son nom évoque le mythique X-15.

Description[modifier | modifier le code]

Vue d'artiste du X-51.
Le SJX61-2 a réussi différents tests de vitesse, dont celui d'atteindre Mach 5 au Langley Research Center de la NASA à Hampton, Virginie.

D'une longueur de 7,62 mètres, le X-51 s'élance depuis un bombardier B-52H, puis est accéléré par un propulseur d'appoint à une vitesse de Mach 4,7, avant d'utiliser son statoréacteur, qui lui permet de maintenir une vitesse de Mach 6 pendant au moins 300 secondes. Contrairement aux superstatoréacteurs conçus avant lui, qui utilisaient comme carburant de l'hydrogène, le X-51 utilise environ 123 kg d'un carburant aviation de type militaire, le JP-7[1]. Il est également équipé d'un nouveau système de refroidissement (le nez devrait en effet atteindre une température de 1 480 °C)[2].

Le X-51 utilise un nouveau statoréacteur nommé SJX61-2 fabriqué sur le site Pratt & Whitney Rocketdyne de West Palm Beach[3].

Essais[modifier | modifier le code]

Largué à partir d'un avion B-52, le X-51 a réalisé avec succès son premier vol d'essai le en atteignant une vitesse de plus de 7 000 km/h[4],[5]. Le sramjet s'est éteint à 110 seconde mais put redémarré à 143 secondes.

Le deuxième vol a lieu le . Il est allé à un peu plus de Mach 5, en utilisant de l'éthylène en vol supersonique. Lorsque le véhicule a tenté de passer au JP7 pour le vol hypersonique, le scramjet n'a pas fonctionné et il s'est écrasé en mer dans la zone de test après un vol contrôlé[6].

Le troisième vol d'essai du X-51A Waverider le s'est soldé par un échec. En effet, le vol s'est interrompu après 16 secondes suite à un problème d'empennage. L'essai prévoyait un vol de 5 minutes à mach 6 (soit 7 300 km/h)[7].

Le quatrième et dernier X-51A est lancé le . Ce vol a été le plus réussi. L'engin a parcouru plus de 230 milles marins (plus de 426 km) en tout en un peu plus de six minutes pour atteindre une vitesse de pointe de Mach 5,1.

Globalement, 9 minutes de données ont été recueillies à partir du programme X-51A. C'est un exploit alors sans précédent prouvant la viabilité du scramjet utilisant un combustible hydrocarboné.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « X-51A Waverider », sur USAF,‎ 2 mars 2011 (consulté le 19 mars 2014)
  2. Rémy Decourt, « Le X-51 Waverider, un curieux prototype hypersonique de la Nasa », sur Futura-sciences (consulté le 15 mars 2014)
  3. (en) Pratt & Whitney Rocketdyne, « Pratt & Whitney Rocketdyne Completes Assembly of Flight Clearance Scramjet for the X-51A », sur PR Newswire Association,‎ 18 mars 2009 (consulté le 16 mars 2014)
  4. (en) USAF, « X-51 Waverider makes historic hypersonic flight », sur Wright-Patterson Air Force Base,‎ 26 mai 2010 (consulté le 16 mars 2014)
  5. « Waverider, un avion qui atteint 7000 km/h », sur Radio-télévision belge de la Communauté française,‎ 28 mai 2010 (consulté le 16 mars 2014)
  6. (en) Zach Rosenberg, « Second X-51 hypersonic flight ends prematurely », sur flightglobal,‎ 15 juin 2011 (consulté le 18 mars 2014)
  7. « L'US Air Force annonce l'échec d'un vol "hypersonique" », sur RTL,‎ 16 août 2012 (consulté le 16 mars 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]