Joan Collins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Joan Collins

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Joan Collins en 2010

Nom de naissance Joan Henrietta Collins
Naissance 23 mai 1933 (81 ans)
Paddington, Londres (Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Profession Actrice

Joan Collins OBE, est une actrice anglaise, née le 23 mai 1933 à Londres.

Carrière[1][modifier | modifier le code]

Sous contrat avec la Rank et la Fox

Joan Collins en 1956

Fille d'un imprésario, Joan Collins débute enfant sur scène, dans Une maison de poupée d'Henrik Ibsen. Très jeune elle entre à l'ARAD (l'Académie Royale d'Art Dramatique) de Londres et rapidement, elle attire l'attention du cinéma. Elle signe avec le studio Rank et se spécialise dans les compositions « réalistes » de jeunes filles rebelles ou en butte à la société (I Believe in You de Basil Dearden avec Celia Johnson et Cecil Parker, Les bons meurent jeunes de Lewis Gilbert avec Laurence Harvey et Gloria Grahame…). Elle s'essaie avec succès à la comédie dans Our Girl Friday et participe à la production internationale Decameron Nights/Les Contes de Boccace — avec le Français Louis Jourdan et Joan Fontaine. On compare l'adolescente à Jean Simmons et on lui prédit un brillant avenir en Grande-Bretagne quand elle tourne son premier film américain en Italie : le monumental péplum La Terre des pharaons, mis en scène par Howard Hawks, lui ouvre les portes d'Hollywood.

Sous contrat avec la Fox, elle joue une suivante de Bette Davis dans un film historique puis remporte le rôle convoité de La Fille sur la balançoire dirigé par Richard Fleischer. Elle reprend ensuite le rôle de Joan Crawford dans le remake de Femmes de Cukor, joue un personnage alcoolique au côté de Jayne Mansfield dans une adaptation de Steinbeck (Les Naufragés de l'autocar - The Wayward Bus) mais demeure le plus souvent cantonnée dans des rôles stéréotypés, passant après des stars plus affirmées. Après l'antiraciste Une île au soleil de Robert Rossen, avec James Mason, Stephen Boyd et Harry Belafonte, Collins tourne au Japon Stopover Tokyo, avec Robert Wagner, le mari de Natalie Wood. Cependant, après la catastrophe de Stopover Tokyo, la déception est amère lorsque l'actrice apprend que Roberto Rossellini est remplacé sur le tournage de L'Epouse de la mer/Sea Wife par un réalisateur inconnu : elle attendait beaucoup de ce rôle de religieuse tentée par la chair, face à un Richard Burton en fin de contrat et se fichant éperdument du projet.

Collins fait figure de remplaçante et ses employeurs font peu de cas d'elle. Même si elle est particulièrement dure à l'égard de ses films, elle travaille, après Hawks et Rossen, avec Henry King, Leo McCarey, Henry Hathaway… Elle donne la réplique à Gregory Peck dans le western Bravados, et surtout à Paul Newman dans la comédie La Brune brûlante, deux succès. Pour le policier Les Sept Voleurs, elle prend des cours de strip tease, mais l'essentiel de sa prestation est coupé par la censure. À l'époque où elle joue l'héroïne biblique Esther sous la direction de Walsh, Collins est fiancée à Warren Beatty. Si la carrière de celui-ci décolle, celle de Collins marque le pas : ses rapports avec la Fox se détériorent suite à plusieurs refus de scénarios par l'actrice. Suivant les conseils de son amant, elle refuse entre autres une adaptation de D. H. Lawrence qui remporte pourtant un grand succès, notamment critique. Collins a également raconté comment on lui avait proposé de reprendre le rôle de Cléopâtre, alors qu'Elizabeth Taylor était hospitalisée, dans ses mémoires Passé imparfait : avant d'être offert à Liz Taylor, le rôle avait été proposé à Audrey Hepburn et beaucoup d'autres actrices, y compris Marilyn Monroe et Brigitte Bardot selon Collins, mais aucune n'était intéressée — Taylor ayant accepté par plaisanterie contre un cachet d'un million de dollars. Selon une autre version, l'actrice aurait dû tenir le rôle-titre de Cléopâtre mais le tournage sans cesse reporté a annulé ce projet.

Les errements et la gloire tardive

« Découverte à dix-sept ans, star à vingt ans, mise au rancart à vingt-cinq » : ainsi la vedette résume-t-elle sa situation alors. Après Astronautes malgré eux, comédie d'espionnage avec Bob Hope et Bing Crosby, dernier épisode de la longue série des En route pour…, Joan Collins et la Fox rompent d'un commun accord. Elle entame une carrière en Italie avec Cent millions ont disparu/La Congiuntura, premier film d'Ettore Scola, où elle joue un personnage de comédie face à Vittorio Gassman. Cependant, sa vie privée l'éloigne des écrans à ce tournant de sa carrière. À son retour, elle est rétrogradée.

Durant les quinze années suivantes, le grand public peut l'apercevoir dans des épisodes de séries telles que Star Trek, Mission impossible, Cosmos 1999, Baretta, Sergent Anderson, Amicalement vôtre, Bizarre, bizarre, Starsky et Hutch… Désormais Collins cachetonne. Au cinéma, elle joue des premiers rôles dans des films de série B ou Z (l'érotico-psychologique L'Amore breve tout contre Mathieu Carrière) ou des apparitions de « guest », comme dans la comédie musicale autobiographique Can Hieronymus Merkin… écrite, réalisée et interprétée par son mari d'alors, Anthony Newley. La comédienne se spécialise un temps dans le film d'horreur britannique : Histoires d'outre-tombe, Sueur froide dans la nuit, Le Manoir des fantasmes où figure Linda Gray, future Sue Ellen de Dallas, L'Empire des fourmis géantes… Toujours active sur scène, Joan s'illustre parfois dans des productions plus prestigieuses, par exemple The Man Who Came to Dinner pour la télévision, où elle est confrontée à Orson Welles.

En pleine période disco, The Stud, adaptation d'un roman de sa sœur Jackie Collins, est un film qui traite crûment de sexe. Il relance la carrière de la comédienne au cinéma. Sa suite, The Bitch, vaudra à son interprète principale le slogan « Joan Collins est la salope » au festival de Cannes de la même année. Collins apparaît également dans Le Grand Sommeil de son compatriote Michael Winner, avec Robert Mitchum et Sarah Miles en vedettes, et dans Sunburn, coup de soleil de Richard Sarafian avec Farrah Fawcett dans le premier rôle féminin. En 1980, elle joue sur scène lorsqu'on la contacte pour le rôle d'Alexis Morrell Carrington, future Colby Dexter et Rowan, décliné par Sophia Loren et Raquel Welch, dans la série Dynastie lancée pour concurrencer Dallas. Dynastie ne marche alors pas très bien : l'irruption de la garce Alexis va faire décoller le programme. Collins devient à cinquante ans une star mondiale, adulée et critiquée. Elle est surnommée « la femme que le monde aime haïr » et devient une des femmes les plus riches de Grande-Bretagne, gérant son image au mieux, souvent comparée à Elizabeth Taylor, un de ses modèles. Au sommet de sa gloire, Joan Collins est connue pour avoir le plus changé de robes dans un (télé)film, Sins/Haute Fortune : 85 costumes différents.

Après Dynastie

En 1989, Dynastie s'arrête. Joan a 56 ans. L'actrice se lance dans l'écriture de livres à la façon de sa sœur et consacre toute son énergie à un procès qui l'oppose à son éditeur. Au cinéma, elle tourne Décadence de et avec Steven Berkoff en 1994 et Au beau milieu de l'hiver de Kenneth Branagh l'année suivante, où elle joue l'agent de la troupe. En 2000, elle succède à Elizabeth Taylor en fossile dans Les Pierrafeu à Rock Vegas. À la télévision, en relation avec Aaron Spelling, le producteur de Dynastie, elle a joué dans plusieurs de ses séries dont quelques apparitions dans l'une des comédies de NBC, Will et Grace, et le public a pu la voir dans Pour l'amour du risque, avec Robert Wagner, Une nounou d'enfer, Brentwood, Femmes de footballeurs, jusqu'à Miss Marple (épisode Jeux de glaces) en 2009, face à Julia McKenzie.

En 2001 un téléfilm coécrit par Carrie Fisher réunit Joan Collins, Elizabeth Taylor, Debbie Reynolds (ces deux dernières avaient été au centre d'un scandale retentissant dans les années 1950) et Shirley MacLaine, sœur de Warren Beatty, il ne suscitera qu'un intérêt poli. A partir de 1990, "la" Collins retrouve la scène, succédant à Elizabeth Taylor dans Private Lives, qui lui permet de débuter à Broadway, interprétant Love Letters face à George Hamilton puis Stacy Keach, Over The Moon avec Frank Langella, Full Circle, le musical Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat, An Evening with Joan Collins, Legends aux côtés de Linda Evans et One Night with Joan.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Entre 1952 et 2002, l'actrice se sera mariée cinq fois (avec les acteurs britanniques Maxwell Reed et Anthony Newley, le producteur Ronald Kass, le chanteur Peter Holm et Percy Gibson qui s'occupe d'une compagnie théâtrale). Elle a trois enfants : Tara née en 1963 et Sacha né en 1965, de Anthony Newley et Katyana dite Katy née en 1972, de Ron Kass. Collins entretient son image de séductrice, tant à l'écran qu'en ville. Dans ses mémoires (paraît-il expurgés) Passé imparfait, elle raconte ses démêlés avec son premier mari Maxwell Reed, dresse la liste de ses amants (Sidney Chaplin, George Englund, Warren Beatty, Terence Stamp, Ryan O'Neal…) et raconte comment elle fut mêlée, dans les années 1950, avec Zsa Zsa Gábor et Kim Novak, au « scandale Trujillo », lié au fils du dictateur.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme actrice[modifier | modifier le code]

Comme productrice[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joan Collins, Passé imparfait, Michel Lafon, 1989.

Liens externes[modifier | modifier le code]