Esther (Bible)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Esther.
Esther. Fresque d'Andrea del Castagno, v. 1450, faisant partie de la série série Hommes et femmes illustres.

Hadassah bat Avihaïl, plus connue sous le nom d'Esther (en hébreu : אסתר) est un personnage du Tanakh et de l'Ancien Testament. Son histoire en tant qu'épouse du roi de Perse Assuérus – identifié généralement à Xerxès Ier ou à Artaxerxès Ier – est racontée dans le Livre d'Esther et célébrée, dans la tradition juive, lors de la fête de Pourim.

Son nom[modifier | modifier le code]

D'après le Livre d'Esther[1], cette femme originaire de Judée s'appelle Hadassah, ce qui signifie « myrte » en hébreu. Quand elle entre au harem royal, elle reçoit le nom d'« Esther », qui est vraisemblablement une façon de désigner la myrte pour les Mèdes ; le mot est assez proche de la racine du mot qui, en kurde ou en perse, désigne aussi bien la myrte, que la forme de sa fleur, en « étoile ». Selon un Targoum de la tradition juive, elle était en effet aussi belle que « l'étoile de la nuit », appelée astara par les Grecs.

Certains critiques du Livre d'Esther font dériver le nom d'Esther de celui de la déesse Ishtar parce que les racines des lettres sont exactement les mêmes. De plus, comme la lettre shin – et non ס : samekh – est utilisée et prononcée « s » au lieu de « sh », cela peut également correspondre phonétiquement à « Ashtoreth », appellation hébraïque de la déesse Ishtar. Les lettres hébraïques ne définissent pas de la même manière les voyelles et les consonnes puisque celles-ci se transforment suivant le sens du mot lui-même, et le sens du mot varie selon les lettres le composant[pas clair].

Le Midrach comprend le nom « Esther » en hébreu sous le sens de « caché ». Esther cachait son origine judéenne comme Mardochée le lui avait conseillé. De plus, l'influence divine n'est jamais absente au cours des événements, mais précisément cachée, tout comme il n'est jamais fait explicitement mention de Dieu.

Récit biblique[modifier | modifier le code]

Esther est la fille d'Abigaïl de la tribu de Benjamin, une des deux tribus qui constituèrent le Royaume de Juda avant sa destruction par les Babyloniens et les déportations de l'élite du royaume vers les provinces de l'empire perse.

Au début du récit, elle habite avec son cousin Mardochée qui occupe une fonction administrative au palais du roi perse à Chouchan. Ayant entendu que le roi Assuérus cherche une nouvelle épouse, Mardochée fait participer Esther aux « sélections ». Esther est choisie et devient l'épouse d'Assuérus.

Quand le ministre Haman décide d'exterminer tous les Juifs du royaume, Esther est ainsi au premier rang pour demander au roi d'annuler le décret de son ministre. Après un jeûne de trois jours, elle se présente au roi pour lui demander la faveur d'accepter son invitation à dîner dans sa suite avec Haman. Elle les réinvite puis, à l'issue du second dîner, informe le roi qu'elle est juive et que Haman a décrété l'élimination des Juifs du royaume. Elle obtient du roi le droit pour les Juifs de se défendre le jour où ils sont attaqués et, selon certains écrits, le roi, dans un souci de justice, va jusqu'à faire exécuter son premier ministre pour avoir failli causer un grand tort à des habitants de son empire.

Mausolée de l'Esther biblique et de son oncle Mordekhaï à Hamedan, l’un des centres de pèlerinage juif les plus importants en Iran

Esther apparait dans la Bible comme une femme d'une grande piété, caractérisée par sa foi, son courage, son patriotisme, sa prudence et sa résolution. Elle est fidèle et obéissante vis-à-vis de son cousin Mardochée et anxieuse face à son devoir de représenter le peuple juif et d'obtenir du roi leur salut. Dans la tradition juive, elle est vue comme un instrument de la volonté de Dieu pour empêcher la destruction du peuple juif, les protéger et leur assurer la paix pendant leur exil à Babylone.

Traditions juives liées au personnage[modifier | modifier le code]

La victoire des Juifs sur leurs ennemis et Haman est fêtée dans de grandes réjouissances lors de la fête de Pourim, au cours de laquelle tous les Juifs ont l'obligation d'écouter la lecture du Livre d'Esther.

Esther au cinéma[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Bible, Livre d’Esther

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :