La Terre des pharaons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Terre des pharaons

Description de cette image, également commentée ci-après

Pyramide de Khéops

Titre original Land of the Pharaohs
Réalisation Howard Hawks
Scénario Harold Jack Bloom
William Faulkner
Harry Kurnitz
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros. Pictures
Continental Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Péplum
Drame
Sortie 1955
Durée 106 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Terre des pharaons (Land of the Pharaohs) est un film américain réalisé par Howard Hawks et sorti en 1955.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En Égypte, au IIIe millénaire (vers -2600), au temps de la IVe dynastie, le pharaon Khéops, qui s’est enrichi après plusieurs batailles gagnées, songe à présent à assurer sa descendance et à faire édifier son tombeau. Il sollicite l'esclave-architecte Vashtar pour que celui-ci construise la sépulture la plus majestueuse et la mieux sécurisée jamais réalisée. Parallèlement, pour des raisons économiques, Pharaon rencontre la belle princesse chypriote Nellifer qui ne peut s’acquitter de ses redevances. En contrepartie, elle devient sa femme. Mais elle nourrit de sombres desseins à l’égard de son riche pharaon…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Dans un entretien aux Cahiers du cinéma[1], Howard Hawks a expliqué avoir réalisé ce film « pour une simple raison : le CinémaScope ». Il trouve en effet que ce procédé est adapté à un tel film, car on peut « montrer beaucoup de choses. »

Au départ, Hawks souhaitait faire un film sur une base aérienne américaine qui avait réellement été construite en Chine, pendant la Seconde Guerre mondiale. Huit mois de travaux auraient été nécessaires, mais l'aérodrome avait été achevé en trois semaines, avec « vingt mille hommes, femmes et enfants, […] portant de petits paniers sur la tête, avec lesquels ils transportèrent les pierres » et construisirent ce terrain d'aviation[1]. La Chine n'ayant pas donné son accord pour ce tournage, il décida de faire un film sur la construction des pyramides d'Égypte, estimant qu'il s'agissait d'une histoire du même type. Il ajoute que « ces entreprises, constructions d'aérodromes ou de pyramides, servent à montrer le pouvoir de l'homme, ce qu'il lui est possible de faire avec la pierre, le sable et les mains[1]. »

Scénario[modifier | modifier le code]

Pour la reconstitution historique, l'équipe du film a été aidée par le Département des Antiquités égyptiennes ainsi que par « un Français » (dont Hawks ne donne pas le nom aux Cahiers du cinéma, mais dont il dit qu'il vit tout près des pyramides et qu'il « a écrit un grand nombre de livres sur l'histoire Égytienne[1]. ») Cet homme, qui serait Jean-Philippe Lauer[réf. nécessaire], ainsi que d'autres spécialistes de l'Égypte ancienne, ont renseigné Hawks et ses scénaristes sur les mœurs de cette époque. Hawks déclare avoir tenté de faire un film « aussi réaliste que possible », mais il explique aussi que, par rapport aux questions posées aux égyptologues l'équipe du film n'a sans doute pris en compte que les réponses qui leur convenaient[1].

Certaines méthodes pour le transport et le maniement des blocs de pierre ont été relatées en accord avec les égyptologues, comme le fait d'utiliser une rampe pour monter les pierres au sommet. D'autres ont été inventées par l'équipe de Hawks, comme celle pour placer les pierres sur le bateau, le procédé pour sceller la pyramide après sa construction. Ces méthodes sont, à l'époque, possibles, mais pas avérées[1].

Hawks a pris la liberté de montrer dans le film des chameaux, rares en Égypte à cette époque. Ils lui ont semblé « faire partie intégrante de l'Égypte[1]. » Il choisit aussi d'illustrer l'hypothèse selon laquelle les ouvriers construisant la pyramide étaient libres au début, puis ont été réduits en esclavage par la suite, la construction s'étendant sur trente ans et nécessitant cent mille hommes[1]. Il a déclaré : « après quelques années l'exaltation s'éteignit et l'enthousiasme fit place à une sorte de rage collective : voilà notre idée : il y a dans le film quelques scènes sur cette idée, c'est une partie indivisible de l'histoire[1]. »

Casting[modifier | modifier le code]

À l'époque, hormis les Américains Dewey Martin et Sydney Chaplin, les autres principaux acteurs sont inconnus du grand public américain[2]. Jack Hawkins, Joan Collins, James Robertson Justice et James Hayter sont Britanniques, Luisella Boni est Italienne, Kerima est une Algérienne de langue française et Alexis Minotis est l'un des grands comédiens de la scène grecque.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné de fin mars à début septembre 1954[2]. Les intérieurs sont réalisés aux studios Titanus à Rome[3]. Les extérieurs sont fait en Égypte : Le Caire et alentours (scènes sur le Nil et dans la vallée des pyramides), pyramide de Khéops, pyramide septentrionale du pharaon Baka à Zaouiet el-Aryan (premières scènes de construction de la pyramide), Tourah (scènes à la carrière de calcaire), obélisque inachevé de la carrière d'Assouan[2],[4].

Musique[modifier | modifier le code]

Dimitri Tiomkin a intègré à l'orchestre des instruments de musique identiques à ceux utilisés au temps des pharaons, mais dans un article du magazine Film Music[Lequel ?], il déclare n'avoir pas essayé de recréer la musique de cette époque. L'orchestre a été étoffé avec un chœur de 80 chanteurs individuellement triés sur le volet par Jester Hairston, l'éminent chef de chœur de Los Angeles[2].

Le magazine Hollywood Reporter salue la musique de Dimitri Tiomkin en écrivant « il est improbable que cette épopée en CinemaScope de la Warner ait pu être aussi captivante sans la considérable partition symphonique... Il est pratiquement impossible de séparer l'histoire de la musique. » Selon Allmovie[réf. nécessaire] « l'énergique musique de Dimitri Tiomkin accompagne chaque traction et saccade[5] ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jacques Becker, Jacques Rivette et François Truffaut, « Entretien avec Howard Hawks », Cahiers du cinéma, no 56,‎ février 1956 repris dans La Politique des auteurs : Entretiens avec dix cinéastes, Cahiers du cinéma/Éditions de l'Étoile,‎ 1984, 214 p., page 79 à 82.
  2. a, b, c et d Source : The TCM Movie Database États-Unis.[réf. insuffisante]
  3. Source : selon un article du magazine Hollywood Reporter de juin 1954.[réf. nécessaire]
  4. Source : IMDb.
  5. Traduction libre de l'anglais par l'éditeur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]