Internationale lettriste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Internationale lettriste a été fondée « arbitrairement » à Bruxelles en juin 1952. Regroupement de certains lettristes dissidents (Jean-Louis Brau, Guy-Ernest Debord, Serge Berna, Gil J Wolman) ayant rejeté le lettrisme « isouïen », elle marque définitivement sa désolidarisation après un scandale perpétré à l'encontre de Charlie Chaplin qu'Isidore Isou refusa de cautionner[1].

Tout en s'inspirant des théories du Soulèvement de la Jeunesse et de la destruction des arts prônées par Isou, cette dissidence du lettrisme se rapproche plutôt du marxisme révolutionnaire, du dadaïsme berlinois et des pensées nihilistes et anarchistes. L'internationale lettriste n'a donc de lettriste que le nom, et possède déjà tous les germes théoriques de ce qui deviendra l'Internationale situationniste (dérive, psychogéographie, détournement, urbanisme unitaire...).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première conférence de l’Internationale lettriste se tint à Aubervilliers le 7 décembre 1952. Le document final de la conférence fut déchiré et introduit dans une bouteille jetée dans le canal Saint-Denis. Jean-Louis Brau la repêchait le lendemain.

En 1953-1954, après l'exclusion de plusieurs de ses membres (J.-L. Brau, J.-M. Mension, S. Berna), la brève apparition de Gaëtan M. Langlais (alias Double-Wagon) [2] et surtout d'Ivan Chtcheglov (alias Gilles Ivain) [3] marque une évolution notable de l'I.L., avec le développement de quelques thèmes essentiels (détournement, dérive, psychogéographie, construction d'ambiances) qu'on retrouvera ensuite dans Potlatch (1954-1957), le bulletin de l'I.L., et qui anticipent la formulation théorique d'une grande partie des futurs projets situationnistes.

Hormis les 28 premiers numéros de cette publication et les 4 numéros d'Internationale lettriste (décembre 1952 - juin 1954), il n'existe que très peu d'œuvres de la période "Internationale lettriste", si ce n'est quelques collages réalisés en 1953/1954 et nommés « Métagraphies » (ou plus précisément métagraphies influentielles) signés Wolman, Debord, Langlais ou Gilles Ivain. La métagraphie est, à la base, un art créé par Isidore Isou en 1950 qui se base sur l'exploitation de tous les signes (alphabets, codes, idéogrammes...) de la communication. Les membres de l'I.L. ont repris ce terme pour leurs collages constitués d'éléments détournés issus de journaux ou de magazines, revenant à une attitude proche des collages dada de Raul Hausmann, Kurt Schwitters ou John Heartfield.

Wolman est exclu du mouvement par Debord en 1957 (le 13 janvier), année où l'Internationale lettriste, le Mouvement international pour un Bauhaus Imaginiste d'Asger Jorn et le Comité psychogéographique de Londres (Ralph Rumney) s'unifient pour constituer une Internationale situationniste.

Concepts[modifier | modifier le code]

Quelques membres[modifier | modifier le code]

Œuvres cinématographiques[modifier | modifier le code]

  • Gil J Wolman, L'Anticoncept (1951).
  • Guy-Ernest Debord, Hurlements en faveur de Sade (1952).
  • Guy-Ernest Debord, assisté de Gaëtan M. Langlais, La Belle Jeunesse, projet inabouti (cf. Internationale lettriste, n°3, août 1953).
  • Jean-Louis Brau, La Barque de la vie courante, projet inabouti.

Repères bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Internationale lettriste, 4 numéros (Paris, 1952-1954).
  • Guy Debord, Les Environs de Fresnes, 1952-1953, in Guy Debord, Enregistrements magnétiques, Gallimard, Paris, 2010.
  • Visages de l'avant-garde, 1953, inédit. Jean-Paul Rocher éditeur, Paris, 2010.
  • Potlatch, "bulletin d'information de groupe français de l'Internationale lettriste" puis "bulletin d'information de l'Internationale lettriste", 29 numéros (Paris, 1954-1957) ; rééd. augmentée, éditions Champ Libre, Paris, 1985. Edition de poche Folio, Gallimard, Paris, 1996.
  • Les Lèvres Nues, 12 numéros (Bruxelles, 1954-1958) ; rééd. en fac-similé des douze numéros, Paris, Editions Plasma, 1978, réédition éditions Allia, Paris, 1999.
  • Ed Van der Elsken, Love on the Left Bank, Amsterdam, Hamburg, London, 1956.
  • Histoire de l'Internationale lettriste, 1956, in Guy Debord, Enregistrements magnétiques, Gallimard, Paris, 2010.
  • Jean-Louis Brau, Cours camarade, le vieux monde est derrière toi, Albin Michel, Paris, 1968.
  • Eliane Brau (Eliane Papaï, puis Eliane Mension), Le Situationnisme ou la Nouvelle Internationale, Nouvelles éditions Debresse, Paris, 1968.
  • Jean-Louis Brau, Le Singe appliqué, Grasset, Paris, 1972, réédition Le Dilettante, Paris, 2012.
  • Documents relatifs à la fondation de l'Internationale situationniste, 1948-1957, éditions Allia, Paris, 1985.
  • Jean-Michel Mension, La Tribu, éditions Allia, Paris, 1998 ; Le Temps gage, éditions Noésis, Paris, 2001.
  • Guy Debord, Le marquis de Sade a des yeux de fille, Librairie Arthème Fayard, Paris, 2004 (fac-similés de lettres adressées au début des années cinquante par Guy Debord à Hervé Falcou et Ivan Chtcheglov).


Notes[modifier | modifier le code]

  1. L’Internationale lettriste se manifeste publiquement pour la première fois à Paris le 29 octobre 1952, en attaquant au Ritz la conférence de presse tenue par Charlie Chaplin pour la promotion de son film Limelight. Berna, Brau, Debord et Wolman lancèrent un tract d'insulte (Finis les pieds plats !) qui traitait notamment Chaplin d'« escroc aux sentiments » et de « fasciste larvé ». Seuls Jean-Louis Brau et Gil J Wolman purent pénétrer dans la salle de la conférence de presse et y jeter les tracts. Guy Debord et Serge Berna furent arrêtés par la police (qui les prenait pour des admirateurs) en essayant de s’introduire frauduleusement par les cuisines du Ritz. Isou, Pomerand et Lemaître, refusant de cautionner cette action, publièrent aussitôt un démenti dans le journal Combat du 1er novembre 1952. Ce désaveu public acheva de marquer cette séparation idéologique.
  2. Marcel Henri Langlais (dit Gaëtan M., 1935-1982), signataire du tract Touchez pas aux lettristes (avril 1953) diffusé après l’arrestation de Pierre-Joël Berlé, auteur de Jolie Cousette (texte par détournement, 1952-1953), de l'une des inscriptions murales les plus populaires au sein de l'I.L. (« Les Chinoises pour Gaëtan ») et d'un projet de film avec Guy-Ernest Debord : La Belle Jeunesse. Dans le troisième numéro d'Internationale lettriste (août 1953), il a rédigé avec Guy-Ernest Debord et Gil J Wolman l'« Acte additionnel à la constitution d'une Internationale lettriste » (« Les rapports humains doivent avoir la passion pour fondement, sinon la terreur ») et « Il faut recommencer la guerre en Espagne ». Démissionnaire de l’Internationale lettriste en février ou mars 1954 (selon Potlatch, « exclu » pour « bêtise »), quelques mois avant l'exclusion d'Ivan Chtcheglov.
  3. Découvreur du Continent Contrescarpe, peintre, auteur du Formulaire pour un urbanisme nouveau (1953-1954) dont une version établie par Guy-Ernest Debord a paru en 1958 dans le premier numéro de la revue Internationale situationniste, Ivan Vladimirovitch Chtcheglov (1933-1998) a réalisé, seul ou en compagnie de Gaëtan M. Langlais, de nombreuses métagraphies influentielles, dont quelques-unes ont été montrées à Paris, lors d'une exposition organisée par Guy-Ernest Debord et Gil J Wolman à la galerie dite du Double Doute, passage Molière, du 11 juin au 7 juillet 1954.
  4. rédacteur en chef du n° 19 de Potlatch 32, rue de la Montagne-Geneviève (sic)
  5. membre du Groupe Algérien de l'I.L. : cf. Internationale Lettriste N° 3; rédacteur en chef de Potlatch 32, rue de la Montagne-Geneviève (sic), Paris 5e du n° 9 au n° 16 et du n° 20 au n° 22
  6. membre du Groupe Algérien de l'I.L. : cf. Internationale Lettriste N° 3
  7. membre du Groupe Algérien de l'I.L. : cf. Internationale Lettriste N° 3
  8. rédacteur en chef de Potlatch 15, rue Duguay-Trouain, Paris 6e du n° 1 au n° 8
  9. signataire de la déclaration du n° 4 d'Internationale Lettriste
  10. rédacteur en chef des n° 23 et 24 de Potlatch 32, rue de la Montagne-Geneviève (sic)
  11. adhésion signalée dans le n° 23 de Potlatch, bulletin d'information du groupe français de l'Internationale lettriste

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens[modifier | modifier le code]