Mustapha Khayati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mustapha Khayati

Activités Historien
Politologue
Langue d'écriture Français
Genres Théorie et histoire politiques du monde musulman

Œuvres principales

Mustapha Khayati est un militant, historien et penseur politique tunisien contemporain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été un membre historique de l'Internationale situationniste, dont il dut démissionner lors de la VIIIe Conférence (Venise, 1er octobre 1969) à la suite de son engagement en Jordanie auprès du nouveau « Front démocratique pour la libération de la Palestine »[1]. Avec l'assentiment de Guy Debord, il avait écrit le pamphlet qui provoqua le « scandale de Strasbourg » de novembre-décembre 1966[2], un des prodromes de la « Commune étudiante » de Mai 68 (impliquant l'UNEF, le scandale attira l'attention des autorités universitaires sur les risques de débordements que le syndicalisme étudiant pouvait représenter). Dix ans plus tard, Khayati a protesté contre la commercialisation de ce texte par les éditions Champ Libre, qui allait à l'encontre de sa destination initiale[3].

Titulaire d'un doctorat de troisième cycle en histoire des peuples musulmans (Université Paris I, 1979, thèse sur l'Histoire des Perses d'ath-Tha'âlibî, dirigée par Claude Cahen) et d'un doctorat d'État en sciences politiques (La représentation du politique dans la culture arabe classique, Paris VIII, dirigée par K. Nair), il a enseigné à l'IEP d'Aix-en-Provence durant les années 1980 et 1990. Il continue actuellement ses recherches d'histoire de la pensée politique, en étudiant les autobiographies d'hommes politiques du monde arabe.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Textes situationnistes[modifier | modifier le code]

Deux textes situationnistes de Khayati ont fait l'objet d'une publication indépendante :

  • Le pamphlet de 1966 : De la misère en milieu étudiant considérée sous ses aspects économique, politique, psychologique, sexuel et notamment intellectuel et de quelques moyens pour y remédier, UNEF, 1966 ; réédition trilingue (avec les versions anglaise et chinoise), Champ Libre, 1972, dont la version française est publiée seule en 1976 ; nouvelle édition suivie de Nos buts et nos méthodes dans le scandale de Strasbourg (extrait du n° 11 de l'IS, octobre 1967), Aix-en-Provence, Éditions Sulliver, 1995 puis 2005.
    • traduit en chinois par Lou Tche-chen, Hong Kong, 1972.
    • traduction anglaise anonyme sous le titre Ten days that shook the university[4], 1972 ; réédition, Black & Red, Detroit, 2000.
  • Les mots captifs. Préface à un dictionnaire situationniste, Allia, 1997, 80 pp. (initialement paru dans le n° 10 de l'IS, mars 1966)

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • Éditions Champ Libre, Correspondance, volume 1, Champ Libre, Paris, 1978.
    Échange de lettres polémiques entre Mustapha Khayati et l'éditeur Gérard Lebovici au sujet de la réédition de La Misère en milieu étudiant.
  • Guy Debord, Correspondance, volumes 2 et 3, Fayard, 2002 et 2003.
    Les lettres de Guy Debord à Mustapha Khayati sont réunies dans ces deux volumes. Guy Debord mentionne Khayati dans d'autres volumes de sa correspondance, notamment après la mort de Gérard Lebovici.

Quelques travaux récents[modifier | modifier le code]

  • « Un disciple libre penseur d'al-Afghani : Adib Ishaq », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 51, 1989.
  • « Brèves remarques sur le poème libertaire « As-sabr Lillah... » et son auteur », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 52-53, 1989.
  • traduction de Ali Oumlil, Islam et État national, Casablanca, Éditions du Fennec, 1992.
  • « Histoire des doctrines socialistes », Égypte/Monde arabe, deuxième série, n° 4-5, 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. les Notes pour servir à l'histoire de l'I.S. de 1969 à 1971 de Guy Debord, Œuvres, Gallimard, 2006, p. 1136-1137. Debord y motive le départ de Khayati : « L'I.S. ne peut admettre une double appartenance qui friserait aussitôt la manipulation ». La lettre de démission de Khayati est reproduite par Pascal Dumontier, Les Situationnistes et Mai 68, théorie et pratique de la révolution, 1966-1972, éditions Gérard Lebovici, Paris, 1990.
  2. Cf. la correspondance avec Debord, Œuvres, op. cit., p. 732-745.
  3. Cf. la correspondance d'octobre 1976 avec Gérard Lebovici.
  4. Parodie d'un titre célèbre de John Reed.