Jean-Michel Mension

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Michel Mension dit Alexis Violet (en pensant), août 2004.

Jean-Michel Mension (24 septembre 1934 - 6 mai 2006), est un journaliste et écrivain français.

Jeune révolté éternel, il participe à l'internationale lettriste avec Guy Debord, un ami de jeunesse et de boisson. Il en est le premier adhérent mais en est aussi assez rapidement exclu (en 1954) pour être selon certains « purement décoratif » [1].

Il est l'auteur d'un graffiti « ICI ON NOIE LES ALGÉRIENS » après la ratonnade et le massacre des Algériens à Paris en octobre 1961[2].

Il ne travaille que rarement, boit beaucoup et multiplie les aspects d'une vie insoumise à l'ordre moral commun, bourgeois comme communiste, s'inspirant des principes pratiques prodigués par Arthur Rimbaud telles que « Atteindre le merveilleux par le dérèglement de tous les sens ».

Jean-Michel Mension dit Alexis Violet (en lisant), août 2004.

Sa fantaisie et son irrégularité lui valent de n'être apprécié que par courtes périodes par le Parti Communiste auquel il participa mais mal intégré pour ses opinions trotskystes.

Il participe à l'organisation de la Ligue communiste révolutionnaire et est proche d'Alain Krivine. Il participe aux subversions de toutes sortes y compris les révoltes de Mai 68.

Il signe Alexis Violet : « Alexis », son pseudonyme de militant trotskiste, « Violet » parce qu'il était connu pour être toujours vêtu de cette couleur.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Tribu, entretiens avec Gérard Berréby, éditions Allia, 1998.
  • Le Temps gage, éditions Noésis, collection Moisson rouge, 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Potlatch, éditions Gérard Lebovici, 1985, (page 19).
  2. avec une photo