Errol Flynn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flynn.

Errol Flynn

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Errol Flynn en 1940

Nom de naissance Errol Leslie Thomson Flynn
Naissance 20 juin 1909
Hobart, Flag of Tasmania.svg Tasmanie
Drapeau de l'Australie Australie
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Drapeau de l'Australie Australien
Décès 14 octobre 1959 (à 50 ans)
Vancouver, Drapeau du Canada Canada
Films notables Capitaine Blood
Les Aventures de Robin des Bois
Gentleman Jim

Errol Flynn est un acteur australo-américain[n 1], né le 20 juin 1909 à Hobart[n 2] en Tasmanie (Australie) et mort d'une crise cardiaque le 14 octobre 1959 à Vancouver[n 3] au Canada.

Flynn s'est fait connaître principalement pour ses rôles dans les films d'aventure de Michael Curtiz, tels que Capitaine Blood (1935), Les Aventures de Robin des Bois (1938) ou L'Aigle des mers (1940), et de Raoul Walsh tels que La Charge fantastique (1941), Gentleman Jim (1942) ou Aventures en Birmanie (1945).

Marié à trois reprises, il est également célèbre pour son tempérament d'« homme à femmes », entretenant une image de séducteur prodigue tout au long de sa vie[1]. Pour les hommes de sa génération, « l'amour à la Flynn » (expression originale : « In like Flynn ») était synonyme de succès amoureux[2]. Il meurt à l'âge de cinquante ans, principalement en raison d'un excès d'alcool. Ayant tourné dans plus de soixante films, son nom est associé aux plus grandes stars de l'âge d'or d'Hollywood.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils du docteur Theodore Thomas Flynn (1883-1968), un biologiste et anthropologue irlandais renommé, professeur à la Queen's University de Belfast, et de Marrelle Young, de nationalité australienne, Errol Leslie Thomson Flynn naît le 20 juin 1909 à Hobart en Tasmanie, avant de passer ses premières années à Sydney. Enfant, une relation conflictuelle s'installe entre lui et sa mère qui le considérait comme « un diable en culotte courte »[3]. Voulant échapper aux fessées, il s'enfuit à l'âge de 7 ans durant trois jours. Dans son autobiographie, Flynn dira « […] le principal souvenir que je garde de mon enfance, c'est celui de mes fesses meurtries[4].» D'une famille irlandaise originellement catholique puis anglicane[n 4], Errol Flynn vit toutefois dans une atmosphère agnostique imprégnée de vision scientifique et d'ouvrages darwiniens[5].

Adolescent turbulent — son père dira de lui : « Errol était un enfant intenable ; comme Huckleberry Finn, il remuait toujours dans sa tête des projets d'évasion »[6] — il est à tel point féru d'océan qu'il s'embarque clandestinement dans le bateau de son grand-père marin, qui doit le ramener sur la terre ferme. À la suite de ces événements, il est mis en pension en Angleterre, au South-West London College, établissement « affreusement lugubre » selon ses dires[6],[7]. Bien que piètre élève, Flynn se démarque par ses talents sportifs : il s'illustre dans l'équipe de football ainsi qu'en gymnastique. Il se fait malgré tout exclure du collège à 15 ans et intègre grâce à la renommée scientifique de son père, le Colet Court de Londres duquel il se fait également renvoyer. Il retourne enfin en Australie pour être élève à la Northshore Sydney Grammar School dont il se fait exclure une fois de plus après une bagarre avec un autre élève malgré son titre de champion junior d'Australie de tennis obtenu à l'âge de 17 ans[8].

C'est au début de 1926 que, se retrouvant seul en Australie, il découvre les affres d'une vie qu'il définit comme « à la dure dans une grande ville». Il réussit à partir vers la Nouvelle-Guinée grâce à la vente d'une bague de fiançailles qu'il réservait à une certaine Naomi Dibbs[8] et à un appoint financier de son oncle Oscar qui lui permettent de rejoindre Rabaul[9]. De 1927 à 1932 (période qu'il appellera plus tard « les années du crocodile et du sabre »[8]), il exerce divers métiers : inspecteur sanitaire du gouvernement, aide de camp, pêcheur à la dynamite, directeur d'une plantation de coprah et capitaine d'un bateau de transport. Il se lie d'amitié à cette occasion avec le producteur américain Joel Swartz qui lui demande de lui faire remonter le fleuve Sepik pour filmer les chasseurs de têtes qui le bordent, en compagnie du réalisateur Herman Erben. Cette équipe de tournage prétendument hollywoodienne est en réalité envoyée par le gouvernement australien pour espionner une région sujette à des troubles[10].

Au retour de l'expédition, début 1929, Errol est renvoyé de la plantation dans laquelle il travaillait toujours[11]. Il abandonne bateau et compagne de l'époque pour l'ouest de la Nouvelle-Guinée : Salamaua. Première étape d'un périple à travers la jungle vers les zones aurifères d'Edey Creek. L'expédition est un fiasco[12]. De retour à Salamaua, Flynn se fait trafiquant de plumes d'oiseaux, négrier[n 5], guide d'expédition[13]… Il est arrêté pour le meurtre d'un indigène de la tribu des Garramuts ; assurant lui-même sa défense au cours du procès qui s'ensuit, il plaide la légitime défense et évite de justesse la prison grâce notamment au témoignage de Jack Ryan. Après cette dernière péripétie, il rentre à Sydney pour être soigné pendant plusieurs mois de la variole noire.

Il offre une seconde bague de fiançailles à Naomi Dibbs et trouve un emploi d'aide-vétérinaire dans une entreprise d'élevage de moutons. Mais son unique travail consiste à « castrer les moutons avec les dents »[14],[15] : outre le manque d'outils adéquats, cette technique s'avère en effet être la méthode la plus propre et la plus efficace[16]. Il revend 2 000 livres sterling les terres aurifères qu'il possède toujours en Nouvelle-Guinée et achète le Sirocco, une « coquille de noix » qu'il utilisera pour rejoindre à nouveau la Nouvelle-Guinée et acquérir une plantation de tabac, mais l'entreprise périclite à nouveau[14]. Désargenté, il est engagé comme correspondant au Sidney Bulletin. Il reçoit alors un télégramme du réalisateur et producteur australien Charles Chauvel qui, sur les recommandations d'Herman Erben, lui propose un contrat d'acteur de 50 livres sterling dans son prochain film.

Le tournage de In the Wake of the Bounty, mis en scène par Charles Chauvel, a lieu en 1933 à Tahiti. Il relate la révolte du Bounty. Flynn y interprète Fletcher Christian, le meneur de la mutinerie contre le capitaine William Bligh[17]. Par une coïncidence, il s'avère que Flynn est lui-même le descendant — du côté de sa mère — de Richmond Young, un marin qui avait fait partie de la mutinerie[18].

Il s'embarque peu après pour la Grande-Bretagne où il intègre la Northampton Repertory Company en tant que comédien sous le nom de Leslie Flynn. Selon Gerry Connelly dans Errol Flynn à Northampton, il joue au festival de Malvern en 1934, ainsi qu'à Glasgow et dans le West End de Londres. Grâce au film Murder at Monte Carlo, il est repéré par Irving Asher, le patron des studios de Teddington, qui le recommande à Jack Warner pour tourner à Hollywood[19].

Hollywood[modifier | modifier le code]

The Case of the Curious Bride est le premier film américain tourné par Flynn, sous la direction de Michael Curtiz : il y interprète un mort. Flynn accède à la célébrité en 1935 grâce à son second film avec Curtiz Capitaine Blood[20], un peu par hasard : Robert Donat qui devait interpréter le rôle-titre étant déjà engagé au théâtre à Londres, le producteur Hal B. Wallis pense à Leslie Howard, jugé trop frêle, puis à Howard Brent pour finalement se rabattre sur Errol Flynn qui avait le physique nécessaire pour le rôle[21],[n 6]. Dans ce film, qui se déroule à la fin du XVIIe siècle, il incarne un jeune médecin coupable de trahison après avoir recueilli et soigné un rebelle. Flynn partage l'affiche, pour 300 dollars par semaine, avec une autre inconnue : Olivia de Havilland. Elle deviendra par la suite une de ses partenaires principales. Ils tourneront ensemble huit films :

Le succès de Capitaine Blood relance l'intérêt pour les films d'aventures historiques. Errol Flynn passe alors une audition à la Metro-Goldwyn-Mayer pour le rôle de Roméo dans Roméo et Juliette de George Cukor mais le rôle échoit finalement à Leslie Howard[22]. Flynn devient dès lors le spécialiste des films de cape et d'épée et d'aventures. Il tourne La Charge de la brigade légère en 1936, un film épique à gros budget (1 200 000 $, un record pour l'époque)[23], d'après une libre adaptation du poème d'Alfred Tennyson, qui est selon Claude Aziza, « un des plus beaux morceaux de bravoure du cinéma hollywoodien d'avant-guerre »[24]. En 1937, il tourne Le Prince et le Pauvre, tiré d'une histoire de Mark Twain et réalisé par William Keighley[n 7]. C'est à ce rôle que Flynn devra son surnom de « Prince »[25]. Dans La Lumière verte de Frank Borzage, il joue le rôle d'un assistant-chirurgien accusé à tort de la mort d'une patiente durant une opération. D'après Olivier Gamble, Errol Flynn est parfait par son calme, sa noblesse et son charme[26]. Toujours en 1937, La Tornade de William Dieterle est un mélodrame colonial tiré de William Somerset Maugham et tourné dans les décors de La Charge de la brigade légère. Cette même année, en Espagne, une annonce de sa mort paraît[27].

En 1938, il remplace James Cagney, originellement prévu mais lassé d'attendre[23], dans le rôle de Robin des Bois pour Les Aventures de Robin des Bois. D'après Basile Courtel, ce film est « incontestablement un pur chef-d'œuvre et l'un des meilleurs films jamais réalisés à Hollywood »[26]. Puis il enchaine avec Les Conquérants en 1939, un film inspiré des exploits de Wyatt Earp, peut-être considéré comme l'un des meilleurs westerns de l'époque, avec en prime, Errol Flynn « au sommet de sa forme »[26]. En 1940, pour L'Aigle des mers, Michael Curtiz donne à Flynn comme partenaires Flora Robson et Brenda Marshall, « actrices un peu effacées, de façon à libérer l'acteur de toute pression et laisser libre cours à son fantastique abattage »[23]. En 1942, Raoul Walsh lui donne l'occasion de jouer le boxeur James J. Corbett dans Gentleman Jim. Ce film de boxe est considéré comme un des meilleurs qui soient dans son genre[26]. John Huston dira de lui : « S'il est un film que je n'ai jamais oublié, c'est bien Gentleman Jim, de Raoul Walsh. J'ai été champion de boxe dans ma jeunesse[28]. »

L'Ange des ténèbres sorti en 1943 est un film Warner de propagande anti-nazi qui se déroule en Norvège dans lequel Flynn joue le rôle d'un résistant. En 1945, Flynn retrouve Raoul Walsh pour Aventures en Birmanie, un film sur le front asiatique de la Seconde guerre mondiale. « Un film où domine une impression d'authenticité quasi documentaire qui fait oublier les libertés prises avec la vérité historique » dixit Claude Beylie[29].

Il débute également le tournage des Aventures de Don Juan, toujours sous la direction de Raoul Walsh, mais pour cause de grêve, le projet est ajourné. Vincent Sherman en reprend les rênes et commence à tourner en octobre 1947. Le film connaît de nombreux problèmes dus aux absences répétées de Flynn et à son alcoolisme de plus en plus prononcé[26]. Le film sort en 1949 et reçoit dans l'ensemble de bonnes critiques. Variety écrit : « Bon nombre de films de cape et d'épée ont récemment franchi les écrans. Les Aventures de Don Juan est à ranger parmi les meilleurs. »

En 1952, Flynn claque la porte de la Warner. « Qu'ils aillent se faire voir. Je vais aller en Italie tourner mes propres films. Je gagnerai une fortune et je montrerai à ces gars-là que je n'ai besoin ni d'eux ni de leur studio »[30]. Cependant, les choses ne se passent pas aussi bien que prévues et, ruiné, il laisse son Guillaume Tell inachevé. L'abus d'alcool et de drogues le vieillissent prématurément bien que le public apprécie toujours ses films, tel Le Soleil se lève aussi (1957). Une femme marquée lui permet de jouer le rôle de John Barrymore, un grand ami de Flynn, également alcoolique.

En 1958, Errol Flynn tourne son dernier grand film : Les Racines du ciel, d'après le roman de Romain Gary. Sa rencontre avec le réalisateur John Huston est mouvementée : lors d'une soirée, ils en viennent aux mains au sujet de la qualité d'un comédien et se retrouvent tous deux à l'hôpital[23]. Cette mésaventure instaure entre les deux hommes un respect mutuel[n 8]. Le tournage en Afrique équatoriale française est éprouvant : Flynn se saoule tous les soirs et le lendemain doit prendre des excitants pour se remettre sur pied. Avec des températures de 50 °C à l'ombre, des épidémies de dysenterie amibienne et de malaria déciment l'équipe, exceptés Flynn et Huston, les seuls à ne pas boire d'eau[23].

Cercueil d'Errol Flynn sur les quais de la gare de Los Angeles en Californie en 1959

Errol Flynn meurt d'une attaque cardiaque à l'âge de cinquante ans le 14 octobre 1959[n 9]. Il est enterré au cimetière Forest Lawn Memorial Park à Glendale en Californie.

Errol Flynn est considéré par de nombreux critiques[31] comme l'héritier de Douglas Fairbanks. Son autobiographie, Mes 400 coups (My Wicked, Wicked Ways en version originale), publiée quelques mois après sa mort, contient des anecdotes pleines d'humour sur Hollywood.

Plusieurs films en partie biographiques ont mis en scène Errol Flynn : My Wicked, Wicked Ways… The Legend of Errol Flynn[32], téléfilm américain de Don Taylor avec Duncan Regehr dans le rôle de Flynn en 1985 ; Without Walls: For One Night Only: Errol Flynn, téléfilm britannique de Jane Oliver avec Nathaniel Parker en 1994 et Flynn, film australo-américain de Frank Howson avec Guy Pearce en 1997. À noter que Jude Law a également interprété le rôle de Flynn dans Aviator de Martin Scorsese en 2004, un film sur le producteur Howard Hughes[33].

Fin 2005, un film intitulé In like Flynn, basé sur l'autobiographie de Flynn, Beam ends et racontant la jeunesse de l'acteur, a été envisagé par son petit-fils, l'acteur Luke Flynn, mais le projet a semble-t-il été repoussé, voire abandonné[34].

Il a tourné douze films sous la direction de Michael Curtiz, et sept sous celle de Raoul Walsh.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Errol Flynn en compagnie de sa première épouse Lili Damita, en 1941

Buveur invétéré, séducteur et fêtard notoire, Flynn confie dans son autobiographie[35] : « Alors que la plupart des choses finissaient par m'ennuyer, la vodka jamais. » Ce style de vie lui attire des ennuis lorsque Betty Hansen et Peggy Satterlee, deux adolescentes, l'accusent de relations sexuelles avec des mineures (statutory rape) en novembre 1942 ; selon Simon Nasht dans son documentaire[36], Flynn est surtout coupable d'avoir refusé d'arroser les juges locaux comme le faisaient les autres acteurs d'Hollywood. Un groupe nommé Les Garçons américains pour la défense d'Errol Flynn[n 10] s'organise pour sa défense. Parmi ses membres figure le journaliste conservateur William F. Buckley, Jr.. Le procès a lieu en janvier-février 1943 et un non-lieu est prononcé. Cet incident accroît sa réputation d'« homme à femmes », et le terme « l'amour à la Flynn » (en anglais « In Like Flynn ») devient synonyme de succès dans les entreprises amoureuses. Son attitude envers la vie et les femmes a été immortalisée par Benjamin S. Johnson dans son traité sur le sujet : Une philosophie errolesque de la vie (An Errolesque Philosophy on Life).

Flynn a été marié trois fois :

  • de 1935 à 1942, avec l'actrice française Lili Damita, rencontrée sur le bateau qui l'amena à New York, le Paris. Ils se marient à Yuma (un fils, Sean Flynn, né en 1941) ;
  • de 1943 à 1948 avec Nora Eddington (deux filles, Deirdre, née en 1945, et Rory, un petit-fils Sean, le fils de Rory) ;
  • de 1950 à sa mort avec l'actrice Patrice Wymore (une fille Arnella Roma, née en 1953, un petit-fils Luke).

À la fin des années 1950, il rencontre Beverly Aadland, âgée de 15 ans, à la Hollywood Professional School. Il projette de l'épouser et de l'emmener dans sa nouvelle demeure en Jamaïque, mais il meurt prématurément d'une attaque cardiaque pendant un voyage à Vancouver.

Des rumeurs, rapportées entre autres par les biographes Charles Higham et David Bret, ont accrédité que Flynn était bisexuel (allant jusqu'à parler d'une liaison avec Tyrone Power, entre autres). Ces assertions, reprises par la première femme de Flynn, Lili Damita, en 1994 et confirmées par certaines des partenaires de Flynn comme Marlène Dietrich, ont été fermement démenties par les deux autres femmes de Flynn ainsi que par l'acteur David Niven, un de ses amis proches. Flynn lui-même a reconnu dans son autobiographie que plusieurs de ses partenaires féminines le croyaient « pédé »[n 11] en raison — explique-t-il — de sa politesse interprétée comme un désintérêt sexuel. Cette explication est toutefois en partie contredite par son comportement sur les plateaux jugé par d'aucuns tout sauf poli et désintéressé[37].

Son unique fils, Sean, devient acteur et plus tard correspondant de guerre. Il disparait au Cambodge en 1970 pendant la Guerre du Viêt Nam[n 12]. Son petit-fils, l'un des fils de Rory, également nommé Sean Flynn, est lui aussi acteur.

Sportif accompli, Flynn pratiqua la boxe, le football et la gymnastique. Il était par ailleurs membre du club de cricket d'Hollywood avec son ami proche David Niven. Passionné par la mer au point de confier : « les seules véritables épouses que j'ai jamais eues ont été mes voiliers »[38], il possédait plusieurs voiliers, dont le Makaï avec lequel il transportait le coprah, le Matupi avec lequel il fit commerce d'esclaves[n 5], le Sirocco qui fut un temps, d'après certains, transformé en « bordel flottant »[14] et le Zaca, un schooner souvent arrimé à Palma de Majorque ou sur la côte d'Azur[38].

Mais Flynn était également un amateur d'art. Il acheta plusieurs tableaux de maîtres dont un Paul Gauguin (Au bord de la mer) et un Van Gogh[39].

Controverse post mortem[modifier | modifier le code]

Charles Higham a publié une biographie controversée, Errol Flynn, l'histoire secrète (Errol Flynn: The Untold Story, Doubleday, 1980) dans laquelle il prétend que Flynn était un sympathisant fasciste et qu'il avait espionné pour le compte des nazis avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Des biographies plus récentes, notamment celle de Tony Thomas, Errol Flynn, l'espion qui ne l'a jamais été[40], ont dénoncé ces suppositions comme des affabulations.

On notera cependant que dans le film de Joe Johnston The Rocketeer (1991), Timothy Dalton interprète le rôle d'un célèbre acteur hollywoodien, nommé Neville Sinclair, qui est en réalité un espion nazi. Ce personnage fictif est clairement un décalque d'Erroll Flynn.

Les opinions politiques de Flynn paraissent avoir plutôt penché à gauche. Il a défendu la République espagnole pendant la guerre d'Espagne et la révolution cubaine, assurant même le commentaire du documentaire Cuban Story de Victor Pahlen, peu avant sa mort. D'après les propres paroles de Flynn dans My Wicked, Wicked Ways, il considérait Fidel Castro comme un ami, disant de lui : « Pour une fois qu'il existait un vrai Robin des Bois dans le monde, j'ai voulu faire sa connaissance. »[25] Il était allé à Cuba pour témoigner de la révolution et trouvait Castro fascinant. Il déclara en 1959 à l'émission de télé canadienne Front Page Challenge que Castro deviendrait un des personnages majeurs de l'histoire. Cette opinion a toutefois été émise avant que le régime castriste favorise les communistes et balaye le régime du dictateur pro-américain Fulgencio Batista[41].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Beam Ends, New York, Longmans, Green and co, 1937, 239 pages (ISBN 978-0848813154) (traduction française : Princes de la bourlingue, éditions Ouest France, 2003) - Récit autobiographique
  • Showdown, New York, Sheridan House, 1946, 308 pages (ISBN 978-0899660943) (traduction française: L'Épreuve de vérité, Le Serpent à plumes, Paris, avril 2009 (ISBN 978-2268067865)) - Roman
  • My Wicked, Wicked Ways, New York, Buccaneer, 1959, 438 pages (traduction française; Mes 400 coups, Éditions Olivier Orban, 1977 / réed. J'ai lu, 1979 (ISBN 2-277-11974-1)) - Autobiographie

Théâtre[modifier | modifier le code]

En Angleterre[modifier | modifier le code]

Au Northampton Repertory Theatre 
Jack and the Beanstalk - pantomime
Bulldog Drummond de Herman Cyril McNeile
Une maison de poupée de Henrik Ibsen
On The Spot d'Edgar Wallace
Pygmalion de George Bernard Shaw
The Crime at Blossoms de Mordaunt Shairp
Yellow Sands d'Eden Phillpotts
A Grain of Mustard Seed de H.M. Harwood
Seven Keys to Baldpate de George M. Cohan
Othello ou le Maure de Venise de William Shakespeare
La Tragique Histoire du docteur Faust de Christopher Marlowe
The Green Bay Tree de Mordaunt Shairp
The Card d'Arnold Bennett
Fake de Frederick Lonsdale
The Farmer's Wife d'Eden Phillpotts
The Wind and the Rain de Merton Hodge
Sheppey de William Somerset Maugham
The Moon on the Yellow River de Denis Johnston
The Soul of Nicholas Syders de Jerome K. Jerome
Le Disciple du diable de George Bernard Shaw
Paddy the Next Best Thing de Gertrude Page (en)
9.45 d'Owen Davis et Sewell Collins
Au Malvern Theatre 

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Année Titre VF Titre VO Réalisateur Rôle Détails
1933 In the Wake of the Bounty Charles Chauvel Fletcher Christian Film australien - Premier film d'Errol Flynn
1934 I Adore You George King Petit rôle Film britannique - non crédité au générique
1934 Murder at Monte Carlo Ralph Ince Dyter Film britannique
1935 The Case of the Curious Bride Michael Curtiz Gregory Moxley Premier film américain et première collaboration avec Michael Curtiz
1935 Ne pariez pas sur les blondes Don't Bet on Blondes Robert Florey David Van Dusen Les rôles principaux du film sont tenus par Warren William et Claire Dodd
1935 La Femme traquée I Found Stella Parish Mervyn LeRoy Petit rôle Non crédité au générique
1935 Pirate Party on Catalina Isle Gene Burdette et Alexander Van Dorn Petit rôle Court-métrage, non crédité au générique
1935 Capitaine Blood Captain Blood Michael Curtiz Dr. Peter Blood D'après le roman de Rafael Sabatini
1936 La Charge de la brigade légère The Charge of the Light Brigade Michael Curtiz Major Geoffrey Vickers Avec Olivia de Havilland
1937 La Lumière verte Green Light Frank Borzage Dr. Newell Paige Avec Anita Louise
1937 Le Prince et le Pauvre The Prince and the Pauper William Keighley Miles Hendon D'après Mark Twain
1937 La Tornade Another Dawn William Dieterle Capitaine Denny Roark Il partage l'affiche avec Kay Francis
1937 Un homme a disparu The Perfect Specimen Michael Curtiz Gerald Beresford Wicks Il partage l'affiche avec Joan Blondell
1938 Les Aventures de Robin des Bois The Adventures of Robin Hood Michael Curtiz et William Keighley Robin des Bois Nommé à l'Oscar du meilleur film
1938 Quatre au paradis Four's a Crowd Michael Curtiz Robert Kensington 'Bob' Lansford Quatrième film avec Olivia de Havilland
1938 Nuits de bal The Sisters Anatole Litvak Frank Medlin Il partage l'affiche avec Bette Davis
1938 La Patrouille de l'aube The Dawn Patrol Edmund Goulding Capitaine Courtney Avec Basil Rathbone et David Niven
1939 Les Conquérants Dodge City Michael Curtiz Wade Hatton Avec Olivia de Havilland
1939 La Vie privée d'Élisabeth d'Angleterre The Private Lives of Elizabeth and Essex Michael Curtiz Robert Devereux, 2e comte d'Essex Avec Bette Davis et Olivia de Havilland
1940 La Caravane héroïque Virginia City Michael Curtiz Kerry Bradford Avec Miriam Hopkins et Humphrey Bogart
1940 L'Aigle des mers The Sea Hawk Michael Curtiz Geoffrey Thorpe Avec Brenda Marshall et Claude Rains
1940 La Piste de Santa Fe Santa Fe Trail Michael Curtiz Jeb Stuart Avec Ronald Reagan dans le rôle du général Custer et Olivia de Havilland
1941 Footsteps in the Dark Lloyd Bacon Francis Monroe Warren II Avec Brenda Marshall
1941 Dive Bomber Michael Curtiz Lieutenant Douglas S. 'Doug' Lee Avec Fred MacMurray et Ralph Bellamy
1941 La Charge fantastique They Died with Their Boots On Raoul Walsh George Armstrong Custer Avec Anthony Quinn dans le rôle de Crazy Horse
1942 Sabotage à Berlin Desperate Journey Raoul Walsh Lieutenant Terrence 'Terry' Forbes Avec Ronald Reagan et Nancy Coleman
1942 Gentleman Jim Gentleman Jim Raoul Walsh le boxeur James J. Corbett alias Gentleman Jim Avec Alexis Smith et Jack Carson
1943 L'Ange des ténèbres Edge of Darkness Lewis Milestone Gunnar Brogge Avec Ann Sheridan et Walter Huston
1943 Remerciez votre bonne étoile Thank Your Lucky Stars David Butler Lui-même Avec Humphrey Bogart et Bette Davis
1943 Du sang sur la neige Northern Pursuit Raoul Walsh Caporal Steve Wagner Avec Julie Bishop et Helmut Dantine
1944 Saboteur sans gloire Uncertain Glory Raoul Walsh Jean Picard Avec Paul Lukas et Lucile Watson
1944 Aventures en Birmanie Objective, Burma! Raoul Walsh Capitaine Nelson Avec James Brown et William Prince
1945 San Antonio San Antonio David Butler Clay Hardin Avec Alexis Smith et S. Z. Sakall
1946 Ne dites jamais adieu Never Say Goodbye James V. Kern Phil Gayley Avec Eleanor Parker et Lucile Watson
1947 Le Loup des sept collines Cry Wolf Peter Godfrey Mark Caldwell Avec Barbara Stanwyck et Geraldine Brooks
1947 Escape Me Never Peter Godfrey et LeRoy Prinz Sebastian Dubrok Avec Ida Lupino et Eleanor Parker
1947 La Dame de Shanghai The Lady from Shanghai Orson Welles Petit rôle Non crédité au générique
1947 Always Together Frederick De Cordova Petit rôle coupé au montage Avec Cecil Kellaway et Don McGuire
1948 La Rivière d'argent Silver River Raoul Walsh « Mike » McComb Avec Ann Sheridan
1948 Les Aventures de Don Juan Adventures of Don Juan Vincent Sherman Don Juan Avec Viveca Lindfors
1949 Les Travailleurs du chapeau It's a Great Feeling David Butler Jeffrey Bushdinkle, le groom Non crédité au générique
1949 La Dynastie des Forsyte That Forsyte Woman Compton Bennett Soames Forsyte D'après le roman de John Galsworthy
1950 Montana Montana Ray Enright Morgan Lane Avec Alexis Smith
1950 Kim Kim Victor Saville Mahbub Ali D'après Kim de Rudyard Kipling
1950 La Révolte des dieux rouges Rocky Mountain William Keighley Capitaine Lafe Barstow Avec Patrice Wymore
1951 Hello God Hello God William Marshall l'homme sur la plage d'Anzio Errol Flynn en est aussi le producteur
1951 La Taverne de la Nouvelle-Orléans Adventures of Captain Fabian William Marshall Capitaine Michael Fabian Avec Micheline Presle et Vincent Price
1952 Mara Maru Mara Maru Gordon Douglas Gregory Mason Avec Ruth Roman et Raymond Burr
1952 À l'abordage Against All Flags George Sherman Brian Hawke Avec Maureen O'Hara et Anthony Quinn
1952 Deep Sea Fishing Errol Flynn Lui-même Court-métrage documentaire
1952 Cruise of the Zaca Errol Flynn Lui-même, le narrateur Court-métrage documentaire
1953 The Story of William Tell Jack Cardiff William Tell Court-métrage coécrit (et coproduit) par Errol Flynn d'après Friedrich von Schiller
1953 Le Vagabond des mers The Master of Ballantrae William Keighley Jamie Durie D'après Robert Louis Stevenson
1954 Il Maestro di Don Giovanni Milton Krims Renzo Avec Gina Lollobrigida
1954 Voyage en Birmanie Lilacs in the Spring Herbert Wilcox John 'Beau' Beaumont Avec Anna Neagle et David Farrar
1955 L'Armure noire The Dark Avenger Henry Levin Prince Edward Avec Joanne Dru et Peter Finch
1955 Rhapsodie royale King's Rhapsody Herbert Wilcox Richard, roi de Laurentie D'après la pièce d'Ivor Novello
1957 Istanbul Istanbul Joseph Pevney James Brennan Avec Cornell Borchers et John Bentley
1957 Trafic à La Havane The Big Boodle Richard Wilson Ned Sherwood Avec Rosanna Rory
1957 Le soleil se lève aussi The Sun Also Rises Henry King Mike Campbell D'après Le soleil se lève aussi d'Ernest Hemingway
1958 Une femme marquée Too Much, Too Soon Art Napoleon John Barrymore Biographie de Diana Barrymore
1958 Les Racines du ciel The Roots of Heaven John Huston Le commandant Johnny Forsythe D'après Les Racines du ciel de Romain Gary
1959 Cuban Rebel Girls Barry Mahon Le Correspondant américain Scénario d'Errol Flynn
1959 Cuban Story The Truth About Fidel Castro Revolution Victor Pahlen Narrateur Documentaire sur la révolution cubaine

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 1952 : Deep Sea Fishing, court-métrage documentaire
  • 1952 : Cruise of the Zaca, court-métrage documentaire

À la télévision[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Errol Flynn dans la fiction[modifier | modifier le code]

Errol Flynn est incarné par divers acteurs dans des films de fiction, dans lesquels le personnage n'est pas toujours le plus important[42].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Ce film revient sur la liaison de l'acteur avec une mineure du nom de Beverly Aadland.
Dans ce film consacré à Howard Hughes, il n'apparaît que brièvement.

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Tales from the Hollywood Hills: Pat Hobby Teamed with Genius de Rob Thompson, interprété par Kevin Bash
  • 1985 : Mes 400 coups : la légende d'Errol Flynn (My Wicked, Wicked Ways… The Legend of Errol Flynn) de Don Taylor, interprété par Duncan Regehr

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Tony Thomas, Rudy Behlmer et Clifford McCarty, The movies of Errol Flynn, Secaucus, NJ, Citadel Press., Inc. Publishers,‎ 1969 (ISBN 0-8065-0237-1)
  • Gérard Devillers et Marceau Devillers, Anthologie du Cinéma, tome V : Errol Flynn, Paris, L'Avant-scène Cinéma,‎ 1970, p. 337-392
  • Michael Freedland et Suzanne Chantal, Errol Flynn ou le Mal-aimé du cinéma, Éditions France-Empire, 1980 (ISBN 978-0553148626)
  • (en) Charles Higham, Errol Flynn : the untold story, Garden City, N.Y, Doubleday,‎ 1980 (ISBN 978-0-385-13495-8)
  • Éric Leguèbe et André Halimi (présenté par), Errol Flynn, Paris, Solar, coll. « Star »,‎ 1981 (ISBN 2-263-00532-3 et 978-2-263-00532-9, OCLC 26686951)
  • Tony Thomas, Errol Flynn : the spy who never was, New York, NY, Carol Pub. Group,‎ 1990 (ISBN 978-0-806-51180-1)
  • (en) David Bret, Errol Flynn : Satan's angel, London, Robson Books,‎ 2000 (ISBN 978-1-861-05332-9)
  • (en) Thomas McNulty, Errol Flynn : The Life and Career, McFarland,‎ 2004 (ISBN 978-0-786-41750-6)
  • (en) Borina Dramov, The Life and Work of Errol Flynn : A Psychoanalytical Biography, Author House,‎ 2005 (ISBN 978-1-418-44660-4)
  • (en) James Turiello, Errol Flynn : The Quest for an Oscar, BearManor Media,‎ 2012 (ISBN 978-1-593-93695-2)
  • Christian Dureau, Errol Flynn : l'homme qui inventa sa vie, Paris, Didier Carpentier,‎ 2013 (ISBN 978-2-841-67830-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes 
  1. D'après son autobiographie, Mes 400 coups (p. 257), Flynn fut naturalisé en août 1942.
  2. D'après Roger Boussinot dans l'Encyclopédie du cinéma (Bordas, 1967), Flynn serait né à Antrim en Irlande et mentait volontairement sur son lieu de naissance.
  3. Les sources divergent sur le lieu de décès : Larousse (Dictionnaire du cinéma américain ou Petit Larousse) indique Los Angeles alors que la majorité mentionne Vancouver.
  4. Errol Flynn raconte que selon la légende familiale, un de ses aïeuls, irlandais et catholique mais aimant les femmes et la boisson, était poursuivi par les récriminations d'un prêtre. Pour lui échapper, il aurait fui en Irlande du Nord et se serait converti à l'anglicanisme.
  5. a et b Selon le livre de Leguèbe (p. 13) : « Il vendit des hommes en Nouvelle-Guinée à raison de 30 à 40 livres "la pièce" après avoir appris comme les anciens sudistes à regarder la dentition et à palper les muscles de sa marchandise. (…) cette activité n'est pas une passion, il l'abandonne pour devenir guide d'expéditions dans la forêt vierge. »
  6. À noter que le fils d'Errol, Sean, reprendra le rôle en 1962 dans Le Fils du capitaine Blood.
  7. Le film connaîtra d'autres versions dont celle de Richard Fleischer avec Oliver Reed et Raquel Welch en 1978 et celle en dessin animé des studios Disney : Le Prince et le Pauvre, en 1990.
  8. Huston confiera à la mort de Flynn que c'était « un homme très émouvant et un acteur très sous-estimé ». In Bouineau, op. cit.
  9. D'après le Dictionnaire du cinéma américain, sa mort avait été annoncée une première fois en 1937 en Espagne.
  10. American Boys Club for the Defense of Errol Flynn (ABCDEF)
  11. « faggot », terme employé dans le livre.
  12. La vie du fils de Flynn a été racontée par Jeffrey Meyers dans son livre Inherited Risk (Simon & Schuster)
  13. « Pomme aigre » en français.
Références 
  1. Éric Leguèbe, Errol Flynn, Solarstars, 1981, p. 28.
  2. John Maxwell Taylor, http://books.google.fr/books?id=69Eo0t996coC&pg=PA26&dq=%22love+like+Errol+Flynn%22+%2B+expression&hl=fr&sa=X&ei=CLwtU6PzB4Wo0QX-goCwDw&ved=0CDwQ6AEwAQ#v=onepage&q=%22love%20like%20Errol%20Flynn%22%20%2B%20expression&f=false Eros Ascending: The Life-Transforming Power of Sacred Sexuality, Berkeley, Frog Books,‎ 2009, p. 26
  3. Errol Flynn, Mes 400 coups, Olivier Orban, 1977, p. 26.
  4. Errol Flynn, op.cit., p. 30.
  5. Errol Flynn, op.cit., p. 32.
  6. a et b Éric Leguèbe, Errol Flynn, op. cit., p. 8.
  7. Errol Flynn, op.cit., p. 36.
  8. a, b et c Éric Leguèbe, Errol Flynn, op. cit., p. 10.
  9. Errol Flynn, op.cit., p. 47-48.
  10. Éric Leguèbe, Errol Flynn, op. cit., p. 13.
  11. Errol Flynn, op.cit., p. 70.
  12. Errol Flynn, op.cit., p. 73.
  13. Éric Leguèbe, Errol Flynn, op. cit., p. 10-14.
  14. a, b et c Éric Leguèbe, Errol Flynn, op. cit., p. 14
  15. www.improbable.com 12/08/2010 use caution when using teeth to castrate lambs
  16. Errol Flynn, op.cit., p. 107.
  17. Éric Leguèbe, Errol Flynn, op. cit., p. 4.
  18. Éric Leguèbe, Errol Flynn, op. cit., p. 15.
  19. Éric Leguèbe, Errol Flynn, op. cit., p. 18.
  20. Remake d'un film muet de 1924.
  21. Jean-Marc Bouineau, Le Petit Livre du film d'aventures, éditions Spartorange, 1995.
  22. Errol Flynn, op. cit., p. 198.
  23. a, b, c, d et e Jean-Marc Bouineau, op. cit.
  24. Bernard Rapp et Jean-Claude Lamy (dir.), Dictionnaire mondial des films, Larousse, réed. 2005 (ISBN 2-03-505544-X)
  25. a et b Michel Ciment et Jean-Loup Passek (dir.), Dictionnaire du cinéma américain, Paris, Larousse,‎ 1988 (ISBN 978-2-037-20036-3)
  26. a, b, c, d et e Jean Tulard (dir.), Guide des films, coll. Bouquins, 1991. (ISBN 2221913817)
  27. Jean-Loup Passek, Dictionnaire du cinéma, Larousse,‎ 2006, 888 p. (ISBN 9782035123039, OCLC 14214168)
    p.296
  28. Éric Leguèbe, Le Cinéma américain par ses auteurs, éd. Guy Authier, 1977.
  29. Claude Beylie, Les Plus Grands Films du cinéma, Bordas, 1987
  30. Errol Flynn, op.cit., p. 9.
  31. Tels que Roger Boussinot dans son Encyclopédie du cinéma ou Georges Sadoul dans son Histoire du cinéma.
  32. My Wicked, Wicked Ways… The Legend of Errol Flynn sur Imdb.com
  33. The Aviator sur Imdb.com
  34. Errol Flynn… par son petit-fils ! sur Allocine.fr
  35. Errol Flynn, op. cit., p. 16.
  36. Errol Flynn, le diable de Tasmanie, documentaire de Simon Nasht, 2006.
  37. (en) Errol Flynn sur glbtq.com
  38. a et b Errol Flynn, op. cit., p. 15.
  39. Errol Flynn, op. cit., p. 13-15.
  40. Tony Thomas, Errol Flynn: The Spy Who Never Was, Citadel, 1990
  41. « Revolution in Cuba - A Monday in 1959 », archives CBC.ca, 13 janvier 1959.
  42. (en) Errol Flynn (en tant que personnage) sur l'Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

(en) Errol Flynn sur l’Internet Movie Database


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 9 mai 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.