Hafez (poète)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hafiz.
Хафиз Шерази.JPG
Hafez

Hafez de son vrai nom Khouajeh Chams ad-Din Mohammad Hafez-e Chirazi (en persan : خواجه شمس‌الدین محمد حافظ شیرازیPrononciation du titre dans sa version originale Écouter) est un poète, philosophe et un mystique persan né autour des années 1310-1337 à Chiraz (Iran) et mort à l'âge de 69 ans. Il serait le fils d'un certain Baha-ud-Din. Hafez est un mot arabe, signifiant littéralement gardien qui sert à désigner les personnes ayant gardé, c'est-à-dire appris par cœur l'intégralité du Coran.

Il est surtout connu pour ses poèmes lyriques, les ghazals, qui évoquent des thèmes mystiques du soufisme en mettant en scène les plaisirs de la vie.

Son mausolée est au milieu d'un jardin persan à Chiraz et attire encore aujourd'hui de nombreuses personnes, pèlerins ou simples amoureux de poésie, venus lui rendre hommage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mausolée de Hafez à Chiraz (Iran)

Hafez est né en mamasani Iran.(En persan: شهرستان ممسنی) Ses parents étaient Bakhtiari Très peu d'informations crédibles sont disponibles sur la vie de Hafez, et particulièrement durant sa jeunesse - il y a de nombreuses anecdotes plus ou moins mystiques. D'après sa poésie, il a dû avoir une bonne éducation, ou il a trouvé les moyens de s'éduquer tout seul. Les chercheurs s'accordent généralement sur les points suivants :

Son père, Baha-ud-din était soi-disant un marchand de charbon qui est mort quand Hafez était enfant, le laissant, ainsi que sa mère avec des dettes.

Il semble probable qu'il ait rencontré Attar de Chiraz, un intellectuel par certains aspects peu recommandable et qu'il soit devenu son disciple.

Il semble qu'il soit ensuite devenu un poète à la cour de Abou Ishak, et qu'il ait gagné une réputation et de l'influence dans sa ville natale. Il est possible qu'il soit devenu un maître dans une école coranique à cette époque.

Vers 30 ans, Moubariz Mouzaffar a pris Chiraz et il semble qu'il ait banni Hafez de sa position. Hafez a apparemment repris sa position pour un bref moment après que Chah Chouja fit prisonnier son père Moubariz Mouzaffar. Mais peu de temps après, Hafez s'est imposé un exil quand des rivaux et des personnages religieux qu'il avait critiqués se mirent à répandre des rumeurs à son propos. Une autre cause possible de sa disgrâce peut être l'histoire d'amour qu'il a eue avec une belle turque, Chakh-e Nabat. Hafez a fui Chiraz pour aller à Ispahan et Yazd pour sa propre sécurité.

À l'âge de 52 ans, Hafez a repris sa position à la cour, et a surement reçu une invitation personnelle de la part de Chah Chouja, qui l'a prié de revenir. Il a obtenu une position plus solide après la mort de Chah Chouja, quand Chah Chouja ad-Din Mouzaffar était sur le trône pendant une brève période, avant d'être battu puis tué par Tamerlan.

Dans sa vieillesse, il a apparemment rencontré Tamerlan afin de défendre sa poésie des accusations de blasphème.

On pense que Hafez est mort à l'âge de 69 ans. Sa tombe est située dans les jardins Mousalla de Chiraz (jardins appelés Hafezieh), dont les plans ont été dessinés par André Godard et Maxime Siroux dans les années 1930[1].

Contes folkloriques à propos de Hafez[modifier | modifier le code]

De nombreux contes semi-miraculeux se sont formés autour d'Hafez après sa mort. En voici trois exemples :

  • D'après la tradition, après avoir rencontré Attar de Chiraz, Hafez a travaillé dans une boulangerie. Hafez a livré du pain dans un quartier riche de la ville où il aurait vu Chakh-e Nabat, une femme d'une grande beauté, à qui certains de ses poèmes sont dédiés.
  • À l'âge de 60 ans, on dit qu'il a entamé une veille de 40 jours en s'asseyant dans un cercle qu'il avait dessiné pour lui-même. Le quarantième jour, il a rencontré de nouveau Attar et s'est fait offrir une coupe de vin. C'est à ce moment-là qu'il a atteint la Conscience cosmique.

Après sa mort, œuvres rassemblées[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de version définitive de ses œuvres complètes (ou divan) ; les éditions varient de 573 à 994 poèmes. En Iran, ces œuvres rassemblées servent maintenant d'aide à la divination populaire.

Il n'y a eu des essais soutenus des chercheurs que depuis les années 1940 - par Massoud Farzad, Qasim Ghani et d'autres en Iran - pour authentifier son travail, et retirer les erreurs introduites par des copistes plus récents et les censeurs. Cependant, la justesse de ces travaux a été remise en question (Michael Hillmann dans Rahnema-ye Ketab n° 13 (1971), « kouchechha-ye jadid dar chenakht-e divan-e sahih-e hafez ») et dans les travaux du spécialiste de Hafez, Iraj Bashiri: « Il reste peu d'espoir ici (c-à-d en Iran) pour un Divan authentifié. »

Influence après sa mort[modifier | modifier le code]

Johann Wolfgang von Goethe / page de titre de West-Östlicher Divan / 1819 / Stuttgart / Staatsbibliothek Preußischer Kulturbesitz, Berlin

Pas vraiment reconnu à son époque et souvent exposé au reproche d'hétérodoxie, il a grandement influencé les poètes persans et a laissé sa marque sur d'importants poètes occidentaux comme Goethe (dans son dernier grand recueil de poèmes, le West-östlicher Divan, qui contient douze livres, chacun doté d'un nom oriental et d'un nom allemand). La première traduction de Hafez en langue anglaise a été réalisée en 1771 par William Jones. Peu de traductions en anglais ou en français de Hafez ont été vraiment couronnées de succès, à l'exception de celle, en français, de Charles-Henri de Fouchécour.

Son œuvre a été écrite dans ce qui est maintenant un dialecte présentant des significations archaïques de certains mots, et trouver leur sens original demande une extrême précaution et de la recherche afin d'assigner à chaque mot un sens symbolique ou littéral. En effet, Hafez utilisait souvent des images, des métaphores et des allusions qui nécessitaient une très bonne base culturelle de la part du lecteur.

Hafez dans la culture iranienne contemporaine[modifier | modifier le code]

Les poèmes de Hafez sont toujours parmi les plus populaires des poèmes persans. Ils sont fréquemment utilisés dans la musique traditionnelle iranienne, comme dans les œuvres de Mohammad Reza Shadjarian. Le Divan de Hafez est utilisé comme aide à la divination populaire. Les Iraniens posent une question concernant leur futur à Hafez, puis ouvrent son Divan au hasard, le poème étant sur la page ouverte peut alors être interprété pour connaître la réponse à sa question. De jeunes adultes se sont tournés vers les œuvres de Hafez, particulièrement après qu'un groupe de rock appelé O-Hum se fut consacré à n'utiliser que des paroles de Hafez. Sa poésie est aussi une des sources d'inspiration du peintre iranien Mahmoud Farshchian.

Un morceau de poésie[modifier | modifier le code]

به شعر حافظ شیراز می رقصند و می نازند
سیه چشمان کشمیری و ترکان سمرقندی
Ils aguichent et dansent sur les vers de Hafez,
les Kachmiris aux yeux noirs et les Turcs de Samarcande.

Quatrain[modifier | modifier le code]

« Même si l'abri de ta nuit est peu sûr et ton but encore lointain sache qu'il n'existe pas de chemin sans terme Ne sois pas triste »[2].

Bibliographie ancienne[modifier | modifier le code]

Traduction récente[modifier | modifier le code]

  • Hâfiz, Le livre d'or du Divan, adaptation du persan par Pierre Seghers, Édition Seghers, 1978

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ève Gran-Aymerich et Mina Marefat, « André Godard », dans Encyclopædia Iranica en ligne
  2. L'usage du monde Nicolas Bouvier et Thierry Vernet, Édition Droz, page 222

Sources[modifier | modifier le code]

  • E.G. Browne. Literary History of Persia, 4 volumes, 2256 pages, et 25 ans de travail, 1998 (ISBN 0-700-70406-X)
  • Jan Rypka, History of Iranian Literature. Reidel Publishing Company. ASIN B-000-6BXVT-K
  • « Aperçus sur la vie et les écrits de Hâfiz », Charles Defrémery, in La Danse de l'âme, recueil d'odes mystiques et de quatrains des soufis, Éditions InTexte, Toulouse, 2006 (ISBN 2-9514986-7-5)
  • Bibliographie et surtout traduction et commentaires récents : Le Divân, Hâfez de Chiraz par Charles-Henri de Fouchécour, 2006, Verdier poche, Paris.
  • Quatrains Omar Khayyâm suivi de Ballades Hâfez, poèmes choisis, traduits et présentés par Vincent Monteil, bilingue, calligraphies de Blandine Furet, 171p., Coll. La Bibliothèque persane, Ed. Sindbad, 1983
  • Cent un ghazals amoureux, traduction de Gilbert Lazard, Éditions Gallimard, 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]