Ducks d'Anaheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ducks.

Ducks d’Anaheim

alt=Description de l'image Ducks d'Anaheim (logo, 2009).svg.
Fondé en 1993
Siège Anaheim drapeau.jpg Anaheim,
Californie Californie,
Drapeau des États-Unis États-Unis
Patinoire (aréna) Honda Center
17 174 places
Couleurs Noir, or métallique, orange, blanc
                       
Ligue Ligue nationale de hockey
Association Association de l’Ouest
Division Division Pacifique
Capitaine Ryan Getzlaf
Capitaines adjoints Saku Koivu
Teemu Selänne
Entraîneur-chef Bruce Boudreau
Entraîneur(s) associé(s) Bob Woods
Brad Lauer
Scott Niedermayer
Directeur général Bob Murray
Président Michael Schulman
Propriétaire Henry Samueli
Équipe(s) affiliée(s) Admirals de Norfolk (LAH)
Grizzlies de l'Utah (ECHL)
Site web http://ducks.nhl.com/

Les Ducks d’Anaheim, littéralement les canards d’Anaheim et autrefois appelés Mighty Ducks d’Anaheim, sont une franchise professionnelle de hockey sur glace des États-Unis. Ils évoluent dans le championnat principal de hockey d’Amérique du Nord : la Ligue nationale de hockey. Ils font partie de l'association de l’Ouest et de la division Pacifique. Les Mighty Ducks d’Anaheim ont été fondés en 1993, avant de devenir les Ducks d’Anaheim en 2006 à la suite du changement de propriété de la franchise.

Depuis leur première saison, les Ducks ont été champions de division, en 2006-2007, et ont participé à deux finales de la Coupe Stanley : en 2003 contre les Devils du New Jersey et puis en 2007 contre les Sénateurs d'Ottawa, année où ils remportent pour la première fois de leur histoire le précieux trophée.

Histoire de la franchise[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Le 2 octobre 1992, Walt Disney Pictures sort le film The Mighty DucksLes petits champions en France et Jeu de puissance au Québec – et lance une nouvelle vague d’engouement pour le hockey sur glace chez les jeunes. Devant le succès du film, qui rapporte 51 millions de dollars, la Walt Disney Company décide de demander à la Ligue nationale de hockey l’octroi d’une franchise. Le 10 décembre, la LNH autorise Disney à développer une franchise[1],[2],[3]. Il est décidé que cette équipe prendra ses quartiers à Anaheim, située dans la banlieue de Los Angeles et qui a également l’avantage d’abriter le Disneyland Resort, l’un des plus grands parcs d’attractions de la firme américaine. Les Mighty Ducks d’Anaheim sont les premiers locataires de l’Anaheim Arena, plus tard renommée Arrowhead Pond of Anaheim et actuellement connu sous le nom de Honda Center.

De plus, le hockey sur glace en Californie connaît un regain d’intérêt depuis 1988 et le transfert de Wayne Gretzky, souvent considéré comme le plus grand joueur de tous les temps[4], aux Kings de Los Angeles[5],[6]. Cependant, beaucoup de puristes grincent des dents lorsqu’ils apprennent que cette nouvelle équipe sera nommée en fonction d’un film pour enfants et considèrent que le maillot et le nom de la franchise sont ridicules[3],[5],[7].

Les Mighty Ducks participent au repêchage d’expansion[Note 1] en compagnie des Panthers de la Floride, l’autre franchise qui a vu le jour cette saison-là. Parmi les principaux choix des Mighty Ducks figurent Guy Hebert, qui deviendra le gardien titulaire de la franchise jusqu’en 2000, ou encore Randy Ladouceur[3]. Deux jours plus tard, les Mighty Ducks prennent part au repêchage d’entrée dans la LNH et choisissent au quatrième rang Paul Kariya, joueur des Black Bears du Maine du championnat universitaire, la National Collegiate Athletic Association[8]. Ce dernier ne rejoint pas immédiatement la LNH prenant une année de plus pour ses études[3]. Ron Wilson est désigné premier entraîneur des Mighty Ducks, tandis que le premier capitaine est Troy Loney[9].

Des débuts hésitants : 1993-1996[modifier | modifier le code]

Photographie de Paul Kariya avec le maillot blanc des Mighty Ducks d’Anaheim
Paul Kariya, le premier choix de repêchage des Mighty Ducks en 1993, ici en photographie dix ans plus tard

L’équipe californienne fait ses débuts dans la LNH le 8 octobre 1993, en jouant à domicile contre les Red Wings de Détroit ; elle perd 7-2 devant une salle comble avec le premier but de l’histoire de l’équipe marqué par Sean Hill[10]. Quelques jours plus tard, ils remportent leur premier match sur une victoire 4-3 contre les Oilers d'Edmonton[11]. Le 19 octobre, Terry Yake marque trois buts en un match lors d’une victoire 4-2 contre les Rangers de New York, pour le premier coup du chapeau de l’histoire des Ducks[12]. Guy Hebert réalise le premier blanchissage[Note 2] de l’histoire des Mighty Ducks en réalisant trente-huit arrêts durant la victoire 1-0 face aux Maple Leafs de Toronto le 15 décembre[12].

Pressentis pour occuper la queue du classement, les Mighty Ducks réalisent une première saison honorable malgré un fiche négative[Note 3] de trente-trois victoires pour cinquante-et-une défaites, et cinq matchs nuls[13]. Avec dix-neuf victoires à l’extérieur, ils réalisent le meilleur total pour une franchise dans sa première saison[14]. Néanmoins, ils terminent à la neuvième place de la Conférence de l’Ouest[15] et ce essentiellement grâce à leur gardien Hebert, repéré par le jeune entraîneur Ron Wilson, et qui est la révélation de la franchise cette année-là[7]. Cette neuvième position positionne les Mighty Ducks à une place de la qualification pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Terry Yake est le meilleur pointeur de l’équipe avec cinquante-deux réalisations[16].

En vue de la saison 1994-1995, les Mighty Ducks sélectionnent le défenseur Oleg Tverdovski lors du repêchage dans la LNH de 1994[8]. La saison tarde à démarrer en raison d’un lock-out de 103 jours qui prend finalement fin en janvier 1995 ; les équipes de la LNH sont limités à quarante-huit matchs[14]. Paul Kariya fait ses débuts avec la franchise californienne et la recrue[Note 4] des Mighty Ducks est le meneur de son équipe grâce à ses dix-huit buts et vingt-et-une aides en quarante-huit parties[14],[17]. La saison est cependant décevante puisque l’équipe ne parvient qu’à récolter seize victoires et termine dernière de sa conférence[15]. L’équipe est néanmoins toujours soutenue par ses fans puisque tous les matchs à domicile sont joués à guichets fermés[14].

La saison suivante, à la lutte pour la qualification en séries, les Mighty Ducks réalisent le 7 février 1996 le premier gros échange de leur histoire ; ils envoient en effet Chad Kilger et Tverdovski aux Jets de Winnipeg en retour de Teemu Selänne et des droits sur Marc Chouinard[14],[18]. Le Finlandais et Kariya forment rapidement un duo redoutable ; le Canadien réalise la meilleure saison de sa carrière avec cent-huit points – un record pour l’équipe[9] – tandis que Selänne totalise trente-six points en vingt-huit rencontres à Anaheim[19]. L’équipe termine sa saison à la quatrième place de la division Pacifique[15] mais ne sont pas qualifiés pour les séries[13]. Ils sont en effet huitièmes à égalité avec l’ancienne équipe de Selänne mais les Jets ayant plus de victoires, ce sont eux qui récoltent la dernière place qualificative des séries[14].

Le temps des désillusions : 1996-2002[modifier | modifier le code]

Teemu Selänne en 2006.

Lors de la saison 1996-1997, les Mighty Ducks atteignent pour la première fois de leur histoire les séries éliminatoires. Ils terminent la saison régulière avec un bilan positif de trente-six victoires, trente-trois défaites et treize matchs nuls[13] et enchaînent avec une qualification en sept rencontres contre les Coyotes de Phoenix lors du premier tour des séries. À l’occasion du septième match, Guy Hebert réalise même le premier blanchissage en séries éliminatoires dans l’histoire des Mighty Ducks[14],[20]. Les Mighty Ducks perdent cependant au tour suivant en quatre rencontres face aux Red Wings de Détroit, non sans avoir forcé à trois reprises les prolongations[21]. Les Red Wings emporteront par la suite la Coupe Stanley[14]. Avec 208 points au cours de la saison régulière, Selänne et Kariya sont le deuxième duo de pointeur de la ligue derrière Mario Lemieux et Jaromír Jágr des Penguins de Pittsburgh[14]. Avec 109 points pour Selänne et 99 pour Kariya, ils sont les deuxième et troisième pointeur de la ligue derrière Lemieux[15]. En raison d’une dispute entre Ron Wilson et sa direction, l’entraîneur de Ducks signe aux Capitals de Washington[14] et il est remplacé par le Canadien Pierre Pagé[9].

Les Mighty Ducks débutent la saison suivante par deux rencontres à Tōkyō au Japon contre les Canucks de Vancouver. Ils doivent faire face à l’absence de Kariya, qui est en négociations avec les dirigeants en vue de prolonger son contrat[14] et qui déçoit ainsi ses fans japonais, qui espéraient voir le joueur évoluer dans le pays d’où sont originaires ses grands-parents[5]. Les deux parties peuvent finalement s’entendre le 22 décembre 1997 et le Canadien fait ainsi un retour sur la glace qui s’avère bref ; en effet, il est violemment heurté par Gary Suter en février 1998 lors d’un match contre les Blackhawks de Chicago et doit s’absenter pour le reste de la saison en raison d’une commotion cérébrale[14],[22]. Son partenaire Teemu Selänne ne peut tirer à lui tout seul l’équipe vers le haut et Anaheim termine la saison avec un maigre bilan de 26 victoires pour 43 défaites et 13 nuls[13]. Pierre Pagé est remplacé par Craig Hartsburg après seulement une saison derrière le banc[9].

Plusieurs changements interviennent à l’inter-saison : les expérimentés Fredrik Olausson et Marty McInnis rejoignent la franchise californienne en compagnie du gardien Dominic Roussel, tandis que Chris Mason est cédé aux Predators de Nashville sans avoir joué un seul match avec les Mighty Ducks[23]. Emmenée par le duo Kariya-Selänne qui totalise une nouvelle fois 208 points lors de la saison régulière[5] et par le gardien Guy Hebert qui réussit six blanchissages[24], l’équipe atteint pour la deuxième fois de son histoire les séries[13] mais est défaite une nouvelle fois par les Red Wings de Détroit, cette fois-ci au premier tour[25].

Pour la saison 1999-2000, les Mighty Ducks comptent le retour de Tverdovski mais également les arrivées de Niclas Hävelid et Vitali Vichnevski afin de renforcer leur secteur défensif. La saison est néanmoins une nouvelle fois décevante puisque l’équipe termine dernière de la division Pacifique[26] et manque une nouvelle fois les séries[13]. La franchise californienne s’enfonce encore lors de la saison suivante, ne remportant durant cette campagne que vingt-cinq matchs[13] et finissant bonne dernière de sa conférence[26]. La saison est agitée puisque les Mighty Ducks licencient en décembre 2000 Craig Hartsburg, nomment Guy Charron à son poste, et transfèrent le 5 mars 2001 leur vedette Teemu Selänne aux Sharks de San José en échange de Jeff Friesen, Steve Shields et un choix de repêchage des Sharks[27]. Ces changements n’améliorent cependant pas le reste de la saison, l’équipe devant même se priver de Paul Kariya pendant seize parties en raison d’une nouvelle blessure[5].

À la suite de ces désillusions, les Mighty Ducks placent Bryan Murray sur le banc en vue de la saison 2001-2002[9]. Celle-ci est une nouvelle fois frustrante, la franchise terminant pour la troisième année consécutive à la dernière position de sa division[13]. L’offensive est le point faible de l’équipe, puisqu’avec 175 buts marqués elle est la deuxième moins prolifique de la LNH, juste devant les Blue Jackets de Columbus[26]. Cependant, quelques espoirs sont permis pour le futur grâce à la bonne saison du nouveau gardien Jean-Sébastien Giguère, qui termine avec plus de 92 % d’arrêts sur l’ensemble de la campagne[28].

Les premiers succès : 2002-2007[modifier | modifier le code]

2002-2003 : la première finale[modifier | modifier le code]

En préambule de la saison 2002-2003, Bryan Murray quitte son poste d’entraîneur pour reprendre la direction générale du club, tandis que Mike Babcock, jusqu’alors entraîneur du club-école des Mighty Ducks, prend place sur le banc de l’équipe. Avec l’addition d’Adam Oates et de Petr Sýkora en attaque, l’équipe réussit un remarquable début de saison, s’appuyant également sur une défense solide et un gardien - Jean-Sébastien Giguère - qui confirme ses bonnes dispositions de la saison précédente. En cours de saison, les Mighty Ducks acquièrent encore l’expérimenté défenseur Sandis Ozoliņš, ainsi que les attaquants Steve Thomas et Rob Niedermayer[5] et terminent la saison avec quatre-vingt-quinze points - le record de la franchise - à la deuxième place de leur division[29].

En tant que septièmes de l'association de l’Ouest, ils doivent néanmoins retrouver pour la troisième fois en autant de participations aux séries les Red Wings de Détroit, qui ne sont autres que les champions de la Coupe Stanley la saison passée. Le premier match se termine à la troisième prolongation sur le score de 2-1 en faveur des Mighty Ducks, après que Giguère a arrêté soixante-trois tirs des Red Wings[30]. Le scénario se répète lors des deuxièmes et troisièmes matchs, Giguère menant l’équipe à de courtes victoires grâce à ses performances impressionnantes[5]. La franchise californienne mène ainsi à la surprise générale trois matchs à zéro face aux champions en titre, et réussit même à conclure la série au quatrième match grâce à une nouvelle victoire en prolongations 3-2 sur un but vainqueur de Steve Rucchin[31]. Sur l’ensemble de la série, Jean-Sébastien Giguère a arrêté au total 165 tirs sur 171 adressés contre lui, soit un taux de réussite de près de 96,5 %[5],[28].

Les Mighty Ducks doivent ensuite enchaîner sur une série contre les vainqueurs de la saison régulière de l'Association de l’Ouest, les Stars de Dallas. Le premier match est une nouvelle fois extrêmement serré, et Giguère a encore l’occasion de briller puisqu’il arrête soixante tirs alors son coéquipier Petr Sýkora marque le but vainqueur à la quarante-huitième seconde de la cinquième prolongation[32]. La deuxième rencontre se joue encore une fois en prolongation, et ce sont de nouveau les Mighty Ducks qui forcent la décision, prenant un avantage de deux matchs à zéro dans la série[33]. Ils laissent cependant échapper le troisième match à domicile, avant de se reprendre et de gagner la quatrième partie sur un blanchissage 1-0 de Giguère[34]. Après une défaite à Dallas lors du cinquième match, l’équipe californienne conclut la série à domicile grâce à une victoire 4-3 dans le sixième et ultime match[35].

La finale de l'association de l’Ouest se décide contre le Wild du Minnesota, classé seulement un rang au-dessus des Mighty Ducks au terme de la saison régulière. L’équipe californienne élimine le Wild en quatre matchs secs avec trois blanchissages de Giguère, et par la même occasion de s’adjuger le premier trophée Clarence S. Campbell de son histoire et d’accéder à la finale de la Coupe Stanley[36].

Opposés aux Devils du New Jersey, les Mighty Ducks bénéficient d’une pause de dix jours qui ne va pas leur convenir puisqu’ils perdent chacune des deux premières rencontres sur le score de 3-0[37],[38]. L’ancien joueur de la franchise californienne, Jeff Friesen, inscrit trois des six buts de l’équipe du New Jersey, adoptant une attitude ostensiblement revancharde après chacune de ses réussites[5]. Anaheim revient cependant à 1-2 dans la série après une victoire en prolongation dans le troisième match[39], puis à 2-2 grâce à une nouvelle victoire en prolongation dans la quatrième partie[40]. Les Mighty Ducks retournent alors complètement relancés au New Jersey, mais sont battus sèchement sur le score de 6 buts à 3[41], victimes du moins solide match de leur gardien[5]. Anaheim parvient néanmoins à forcer un septième match décisif grâce à sa victoire 5-2 dans le sixième match[42], mais s’incline ensuite sur le score de 3-0 et laisse ainsi échapper sa première Coupe Stanley au profit des Devils[43]. Bien que faisant partie de l’équipe défaite, Jean-Sébastien Giguère reçoit logiquement le trophée Conn Smythe[44],[45].

2003-2006 : des années mitigées[modifier | modifier le code]

L’été suivant leur défaite en finale, les Mighty Ducks doivent enregistrer le départ de leur capitaine Paul Kariya, qui signe un contrat en tant qu’agent libre avec l’Avalanche du Colorado[46]. Pour tenter de compenser cette perte, le très expérimenté Sergueï Fiodorov est engagé en provenance des Red Wings de Détroit. L’équipe réussit néanmoins un départ très poussif dans la saison puisqu’elle perd ses cinq premières rencontres, et n’arrive jamais réellement durant les mois suivants à rattraper cette mauvaise entrée en matière. En janvier, les Californiens ne remportent que trois des seize matchs qu’ils disputent, ce qui les condamnent quasiment définitivement en vue des séries éliminatoires[5]. Ils terminent finalement à la quatrième position de leur division, à quinze points d’une participation aux séries[47].

À la suite de l’annulation de la saison LNH 2004-2005 en raison d’un lock-out, les Mighty Ducks se montrent relativement entreprenants sur le marché des transferts puisqu’ils parviennent à faire revenir le Finlandais Teemu Selänne et engagent également le défenseur Scott Niedermayer, qui a déjà remporté à trois reprises la Coupe Stanley, dont une fois contre les Mighty Ducks en 2003. Niedermayer, qui est directement nommé capitaine, retrouve à Anaheim son frère Rob, qui lui évolue en Californie depuis trois années. De plus, l’entraîneur Mike Babcock signe un contrat en faveur des Red Wings de Détroit et est remplacé par Randy Carlyle. Malgré ce recrutement ambitieux, l’équipe connaît un début de saison 2005-06 difficile, et l’attaquant Sergueï Fiodorov en fait les frais puisqu’il est échangé aux Blue Jackets de Columbus en retour de François Beauchemin et Tyler Wright. Cette transaction semble faire son effet puisque l’équipe est peu à peu capable de remonter dans le classement, surtout après la pause engendrée par les Jeux olympiques où les Mighty Ducks remportent dix des treize rencontres qu’ils disputent[5]. Finalement, le bilan de la saison régulière est de 47 victoires et 98 points[48], ce qui constitue un nouveau record pour la franchise et la qualifie pour les séries. Au premier tour, les Mighty Ducks éliminent les Flames de Calgary en sept matchs et voient l’émergence du gardien russe Ilia Bryzgalov, qui n’encaisse qu’un seul but lors des deux dernières parties pour permettre à son équipe de remonter après avoir été menée 3-2 dans la série[49],[50]. Au deuxième tour, Anaheim se débarrasse facilement de l’Avalanche du Colorado en quatre rencontres, et doit de ce fait patienter durant 8 jours avant de pouvoir commencer la finale de l'Association de l’Ouest contre les Oilers d’Edmonton. Cette attente semble couper l’élan des joueurs, qui se voient menés rapidement 3-0 par les Oilers. Le retour de Jean-Sébastien Giguère devant le filet pour l’acte quatre ne peut que retarder l’échéance, et la franchise californienne s’incline finalement 4-1, manquant ainsi l’occasion de disputer sa deuxième finale de la Coupe Stanley. À la fin de la saison, l’attaquant Teemu Selänne, auteur de 40 réussites, reçoit le trophée Bill Masterton attribué au joueur ayant démontré le plus de qualité de persévérance et d’esprit d’équipe[51].

2006-2007 : nouvelle ère, premier triomphe[modifier | modifier le code]

L’intersaison suivant la défaite contre les Oilers est très agitée, puisque les Mighty Ducks d’Anaheim deviennent les Ducks d’Anaheim et changent entièrement de couleur de maillots, qui sont désormais à dominance noire, or, orange et blanche. Un nouveau logo officiel est annoncé en même temps que les nouvelles couleurs de l’équipe, dont la présentation s’effectue le 22 juin 2006[2]. Ce changement a été amorcé depuis le 25 février 2005, date à laquelle Disney annonce son intention de revendre sa licence à Henry et Susan Samueli[52],[2], qui gèrent déjà le Arrowhead Pond of Anaheim, l’aréna de l’équipe. La vente a été signée le 27 février et acceptée le 16 juin 2005 par la LNH.

Sur le plan sportif, les Ducks ajoutent à leur défense Chris Pronger, qui avait contribué à les éliminer des séries l’année précédente avec les Oilers d’Edmonton. Comptant également sur le jeune Ryan Getzlaf qui s’apprête à disputer sa première année complète en LNH, les nouveaux Ducks sont, à l’entame de la saison LNH 2006-2007, considérés comme favoris à l’obtention de la Coupe Stanley. Or, ils ne déçoivent pas puisqu’ils inscrivent au moins un point lors de leurs seize premiers matchs[5]. Cette saison s’avère la meilleure de l’histoire de la franchise, puisque les 110 points récoltés, les 48 victoires et les 257 buts inscrits au terme de celle-ci s’avèrent tous trois être des records pour l’équipe. Les Ducks sont ainsi pour la première fois champions de la division Pacifique[53], et entament les séries contre le Wild du Minnesota. Comme la saison précédente, c’est le Russe Ilia Bryzgalov qui débute en tant que gardien titulaire pour les Ducks, et qui permet à ces derniers de prendre rapidement un avantage de 3-0 dans la série, chacune des trois rencontres se décidant avec un seul but d’écart. Bryzgalov connaît cependant un quatrième match difficile puisqu’il encaisse quatre buts et que son équipe n’en inscrit qu’un seul[54]. C’est alors Jean-Sébastien Giguère qui fait son retour devant le filet des Ducks pour l’acte V et qui va y rester jusqu’à la fin des séries, commençant par une victoire 4-1 qui élimine le Wild[55].

Chris Pronger avec la Coupe Stanley en 2007.

Au tour suivant, les Ducks se mesurent aux Canucks de Vancouver du gardien Roberto Luongo. Emmenés par un coup du chapeau d’Andy McDonald, les Ducks remportent facilement le premier match sur le score de 5-1[56], puis cèdent en deuxième prolongation dans la deuxième rencontre[57]. Cette défaite n’est qu’un simple accident de parcours puisque Anaheim s’en va remporter la troisième partie au General Motors Place[58], avant de remporter les deux derniers matchs en prolongations[59],[60] et de s’octroyer le droit de participer pour la troisième fois à la finale de l'Association de l’Ouest. Ils y sont opposés aux Red Wings de Détroit, qui ont terminé premiers de l'Association lors de la saison régulière et qui détiennent donc l’avantage de la glace. À l’extérieur, les Ducks perdent la première rencontre sur le score serré de 2-1[61], mais parviennent tout de même à récupérer l’avantage de la glace en allant gagner l’acte II au Joe Louis Arena[62]. Dans un premier temps, il n’en profitent pas puisqu’ils se font balayer 5-0 dans la troisième rencontre[63], mais ils se ressaisissent et gagnent le match suivant sur le score de 5-3 au Honda Center[64]. À égalité 2 partout dans la série, le cinquième match à Hockeytown s’annonce être le tournant de la série et les Ducks vont pouvoir compter sur l’expérience de leurs vétérans ; en effet, dominés durant la majeure partie de la rencontre, ils n’encaissent qu’un seul but grâce à leur gardien de 30 ans Jean-Sébastien Giguère. À l’entame de la dernière minute, l’équipe est toujours menée 1-0 et bénéficie d’une supériorité numérique pendant laquelle l’entraîneur Randy Carlyle décide de sortir Giguère pour disposer d’un joueur supplémentaire et de jouer à six contre quatre. Cette décision est la bonne puisque le défenseur Scott Niedermayer, âgé de 33 ans, parvient à rétablir l’égalité avec 48 secondes restantes dans le match. En prolongations, c’est Teemu Selänne, 36 ans, qui offre la victoire aux Ducks[65] et un avantage décisif dans la série qu’ils exploitent parfaitement en la concluant dès le match suivant sur le score de 4-3 grâce à un but vainqueur de Samuel Pahlsson[66].

Le Président George W. Bush avec Scott Niedermayer (à g.) et Henry Samueli (à d.) après le titre de 2007.

La franchise accède donc pour la seconde fois de son histoire à la finale de la Coupe Stanley, où elle rencontre cette fois-ci les Sénateurs d’Ottawa. Les Ducks disputent les deux premiers matchs à domicile et en profitent pour mener directement 2-0 dans la série avec notamment un blanchissage de Jean-Sébastien Giguère dans la deuxième rencontre[67],[68]. Les Sénateurs se réveillent au troisième match dans un gain de 5-3}[69], mais Anaheim parvient à remporter le quatrième match à Ottawa grâce notamment à deux buts en une minute de Samuel Pahlsson dans le second tiers-temps[70]. Les Ducks s’octroient ainsi une occasion unique de remporter la première Coupe Stanley de leur jeune histoire à domicile lors du cinquième acte, ce qui est chose faite grâce à une victoire 6-2. À l’issue du match, Scott Niedermayer, en tant que capitaine, a le redoutable honneur de soulever la Coupe et reçoit dans le même temps le trophée Conn Smythe attribué au joueur le plus utile des séries éliminatoires[45]. De plus, lui et son frère Rob deviennent les premiers frères à soulever la Coupe en tant que coéquipiers depuis Brent et Duane Sutter pour les Islanders de New York en 1983[71]. Anaheim devient la première franchise californienne à remporter la Coupe Stanley.

L’après-Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

Une équipe régulière[modifier | modifier le code]

Bobby Ryan, symbole de la nouvelle génération des Ducks, ici avec le maillot du club-école de la franchise en 2008.

Les Ducks débutent la saison LNH 2007-2008 sans trois de leurs joueurs-clés, à savoir Teemu Selänne, Scott Niedermayer et Jean-Sébastien Giguère, les deux premiers nommés réfléchissant à l’éventualité de prendre leur retraite. L’équipe est choisie par la LNH pour disputer quelques rencontres en ouverture de saison à Londres contre les Kings de Los Angeles. À cette occasion, le gardien suisse Jonas Hiller réussit des débuts convaincants, ce qui encourage le directeur général Brian Burke à faire de lui son gardien numéro 2 et de céder le 16 novembre 2007 Ilia Bryzgalov aux Coyotes de Phoenix[72]. Les Ducks enregistrent un début de saison quelque peu poussif, jusqu’au retour au jeu de Scott Niedermayer le 16 décembre[2]. Dès lors, l’équipe se reprend, bénéficie encore du retour de Temmu Selänne à la fin du mois de janvier[2] et termine la saison avec 102 points, ce qui la place à la quatrième position de la Conférence de l’Ouest[73]. En séries éliminatoires, les Ducks sont éliminés au premier tour, en six rencontres face aux Stars de Dallas.

Durant l’entre-saison, les Ducks prolongent d’un an le contrat de leurs deux vétérans Selänne et Niedermayer, ce dernier étant à nouveau nommé capitaine après un intérim d'une saison assuré par Chris Pronger. Aucun gros transfert ne vient bouleverser l’alignement, la franchise misant sur sa jeune génération incarnée par les attaquants Bobby Ryan, Corey Perry et Ryan Getzlaf. Le début de saison est relativement décevant, notamment en raison des performances moyennes de Jean-Sébastien Giguère, qui est largement perturbé par le décès de son père[74]. Ainsi, ce dernier partage dans un premier temps son temps de jeu avec Jonas Hiller, avant de perdre sa place de titulaire au profit du Suisse, qui réussit sur le fil à emmener l’équipe en séries grâce à une série de neuf victoires dans les douze derniers matchs. Classés huitièmes de l'Association de l’Ouest, les Ducks affrontent au premier tour les vainqueurs du Trophée des présidents, les Sharks de San José. Le duel californien tourne de manière surprenante à l’avantage des Ducks, qui remportent la série 4-2 avec notamment deux blanchissages de Jonas Hiller. Il s’agit seulement de la troisième fois depuis 2000 que le vainqueur du Trophée des Présidents est éliminé dès le premier tour[75]. Au tour suivant, les Ducks sont éliminés par les Red Wings de Détroit, s’avouant vaincus seulement au septième match décisif au Joe Louis Arena.

En préambule de la saison LNH 2009-2010, les Ducks échangent leur vétéran Chris Pronger aux Flyers de Philadelphie en retour de Joffrey Lupul et Luca Sbisa[76]. Ils engagent également l’ex-capitaine des Canadiens de Montréal Saku Koivu[77], qui retrouve son partenaire en équipe de Finlande Teemu Selänne, qui lui prolonge à nouveau son contrat d’une saison en compagnie de Scott Niedermayer. La saison se révèle cependant très frustrante, l’équipe occupant la majeure partie du temps les dernières positions. Seuls deux évènements marquants se déroulent pendant la saison : le 31 janvier 2010 tout d’abord, le gardien Jean-Sébastien Giguère, qui a mené la franchise à une finale et un titre en Coupe Stanley, est échangé aux Maple Leafs de Toronto en retour de Vesa Toskala et Jason Blake[78]. Ensuite, le 20 mars 2010, Teemu Selänne devient le 18e joueur de l’histoire de la LNH à atteindre la barre des 600 buts en carrière[79] et devient quelques jours plus tard le meilleur buteur finlandais de la LNH, dépassant Jari Kurri et ses 601 réussites[80]. Au niveau sportif, l’équipe termine à la onzième place de sa Conférence et manque les séries pour la première fois depuis 2004.

Afin de retrouver les séries, les Ducks engagent avant la saison LNH 2010-2011 Toni Lydman, Aaron Voros et Andy Sutton. Le grand changement de l’intersaison réside toutefois dans l’annonce de la retraite de Scott Niedermayer, le capitaine qui a mené la franchise à sa première Coupe Stanley en 2007. Pour le remplacer, les Ducks choisissent au premier tour du repêchage 2010 Cam Fowler, qui est souvent comparé à Niedermayer[81]. Teemu Selänne prolonge lui son contrat pour une nouvelle année, tandis que Bobby Ryan signe une nouvelle entente pour 4 années en faveur de la franchise. Le début de saison s’avère mitigé puisque les Ducks perdent leurs trois premières rencontres, marquant durant cette série 2 buts et en encaissant 13. L’équipe parvient à se reprendre par la suite, aidée par le retour de Toni Lydman qui était blessé à un œil[82], ainsi que par les performances de son gardien Jonas Hiller, candidat légitime au Trophée Vézina[83] et sélectionné pour le Match des étoiles en compagnie de l’attaquant Corey Perry[84]. Les vertiges dont souffrent Hiller depuis le mois de janvier[réf. nécessaire] forcent par la suite les Ducks à engager Dan Ellis et Ray Emery, deux gardiens qui permettent aux Ducks de terminer la saison à la quatrième place de l'Association de l'Ouest, en obtenant ainsi l’avantage de la glace au premier tour des séries contre les Predators de Nashville. Cet avantage ne leur suffira néanmoins pas puisqu’ils perdent cette série sur le score de 4-2.

À la fin de la saison, Corey Perry reçoit le trophée Maurice Richard grâce à ses cinquante buts ainsi que le trophée Hart[85] tandis que Teemu Selänne réussit sa meilleure saison depuis 2007 avec ses 80 points en 73 rencontres[86].

Les maillots et logos de la franchise[modifier | modifier le code]

Les logos[modifier | modifier le code]

Le logo de la franchise n’a changé qu’une seule fois depuis sa création : lors du changement de propriété de l’équipe californienne.

Le premier logo des Mighty Ducks, datant de 1993, représente un masque de gardien en forme de bec de canard. À l’arrière-plan se trouvent deux crosses formant une croix.

Ce logo a changé en 2006 pour prendre cette fois-ci les nouvelles couleurs du club, le orange et le noir. Le logo est composé du mot DUCKS en grands caractères, avec le D représentant une patte de canard stylisée. Le mot ANAHEIM est également écrit en plus petit par dessus le nom de l’équipe. Les Ducks sont l’une des quatre équipes de la LNH à avoir le nom de leur équipe écrit en toutes lettres sur leur logo ; les trois autres sont les Rangers de New York, les Maple Leafs de Toronto et les Capitals de Washington.

Logo des Mighty Ducks d’Anaheim (1993-2006).
Logo des Ducks d’Anaheim (2006-2009).
Logo actuel (2009-présent).

Les maillots[modifier | modifier le code]

Comme le logo, le maillot n’a subi qu’une seule grande modification depuis la création de la franchise en 1993.

En 1993, le maillot est à dominance violette, traversé en bas par une diagonale verte. Pour le maillot extérieur, c’est le blanc qui remplace le violet, alors que la diagonale verte reste présente. Officiellement le nom du club est encore les Mighty Ducks d’Anaheim.

En 2006, le maillot devient noir, avec des lignes dorées, orange et blanches. Le maillot extérieur reprend lui exactement les mêmes couleurs, et inverse simplement le noir et le blanc.

En 2007, l’équipementier Reebok, fournisseur officiel de la ligue, décide de moderniser les maillots de toutes les franchises de la LNH. Les Ducks sont une des seules formations dont le maillot n’a presque pas évolué, seul le logo de la ligue nationale apparaît sur le bas du col des maillots domiciles et extérieurs.

Affiliations[modifier | modifier le code]

Affiliations primaires[modifier | modifier le code]

Joffrey Lupul avec le maillot des Mighty Ducks de Cincinnati en 2004.

Les franchises de la Ligue nationale de hockey ayant un effectif limité par convention, elles sont « affiliées » chaque saison à une ou plusieurs équipes de ligues moins importantes. Ceci leur permet de recruter de jeunes joueurs lors des repêchages annuels tout en leur permettant de continuer leur développement sans les lancer trop tôt dans le « grand bain ». De plus, ces équipes affiliées (aussi nommées clubs-écoles ou farm team en anglais) constituent une réserve de talents pour les franchises de la LNH qui font appel à eux au gré des blessures et/ou méformes des joueurs de l’effectif de départ. À l’exception de quelques équipes propriétaires elles-mêmes de leur club-école, les affiliations sont conclues par une entente contractuelle et ne sont donc pas figées dans le temps. Depuis ses débuts, les Ducks a été affilié aux équipes suivantes[87] :

Affiliations secondaires[modifier | modifier le code]

En plus de ces équipes, les franchises de la LNH possèdent une ou des affiliations dites « secondaires » avec des équipes évoluant dans des ligues mineures. Ces équipes, sont généralement utilisées comme réservoir pour les équipes précédentes en cas d’absence de joueurs blessés ou partis évoluer avec une équipe de la LNH. Au cours de son histoire, les Ducks a eu les affiliations secondaires suivantes[87] :

Les patinoires des Ducks[modifier | modifier le code]

Le Honda Center[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Honda Center.
L'extérieur du Honda Center.

Originellement nommée la Anaheim Arena[88], la salle a été ouverte le 19 juin 1993 et a accueilli comme premier évènement un concert de Barry Manilow. Peu après, la patinoire a été renommée Arrowhead Pond of Anaheim à la suite de la signature d’un contrat avec la firme Arrowhead Water.

D’une capacité de 17 174 places, l’arène est également configurée pour accueillir des matchs de basket-ball (les Clippers de Los Angeles y ont occasionnellement évolué entre 1994 et 1999) et des concerts.

Le 3 octobre 2006, Honda est devenu le sponsor principal et la salle a été renommée Honda Center.

L’intérieur du Honda Center

Anaheim Ice[modifier | modifier le code]

L’Anaheim Ice.

Réalisée par l’architecte Frank Gehry[89] et d’abord nommée Disney Ice, cette patinoire accueille depuis 1995 les entraînements des Ducks ainsi que des rencontres de ligues junior américaines. Elle est actuellement occupée par l’équipe de hockey sur glace des Trojans de l’Université de Californie du Sud.

Elle a été nommée Anaheim Ice lors du rachat de la franchise par Henry Samueli en 2005.

Les Ducks et leurs fans[modifier | modifier le code]

La mascotte[modifier | modifier le code]

La mascotte officielle des Ducks d’Anaheim est un canard anthropomorphique nommé Wild Wing, qui a fait son apparition en même temps que les Mighty Ducks, en 1993. Son nom a été déterminé à la suite d'un vote impliquant les fans de la franchise californienne[90].

Les Ducks dans la vie sportive d’Anaheim[modifier | modifier le code]

Bien que la Californie ne possède pas de tradition hockeyistique, les Mighty Ducks d’Anaheim ont presque rempli à 100 % le Arrowhead Pond of Anaheim lors de leurs quatre premières saisons[91]. La concurrence avec les autres sports est néanmoins très présente en Californie, avec la présence des équipes de basket-ball angelenos (Clippers et Lakers), ou encore de l’équipe de baseball des Angels de Los Angeles d'Anaheim. Jusqu’en 2002, l’affluence des Mighty Ducks n’a ainsi cessé de baisser, atteignant même 67 % cette année-là. Ces chiffres ont à nouveau augmenté dès la saison LNH 2002-2003, coïncidant avec la première finale de la Coupe Stanley de l’histoire de la franchise. Depuis, l’équipe a conservé un bon taux de remplissage, qui a même atteint les 100 % la saison suivant le premier titre des Ducks en 2007[92].

Le tableau ci-dessous présente en chiffres le remplissage du Honda Center depuis 1993 :

Saison Total sur la saison Moyenne par match Taux de remplissage
2010-11 604 283 14 738 85,8 %
2009-10 621 903 15 168 88,3 %
2008-09 696 590 16 990 99 %
2007-08 704 913 17 193 100 %
2006-07 670 883 16 363 95,3 %
2005-06 619 346 15 106 88 %
2004-05 Saison annulée
2003-04 614 508 14 988 85,3 %
2002-03 573 508 13 988 81,4 %
2001-02 477 486 11 646 67,8 %
2000-01 553 992 13 512 78,7 %
1999-00 592 901 14 461 84,2 %
1998-99 632 160 15 804 92 %
1997-98 693 228 16 908 98,5 %
1996-97 696 057 16 977 98,9 %
1995-96 703 355 17 155 99,9 %
1994-95 [Note 5] 412 176 17 174 100 %
1993-94 694 458 16 938 98,6 %

Personnalités[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Joueurs actuels[modifier | modifier le code]

Pour modifier l'effectif, suivez ce lien
Effectif actuel[93]
No Nom Nat. Position Arrivée Salaire
LaBarbera, JasonJason LaBarbera Drapeau : Canada G 2014 - Agent libre 750 000 $
31 Andersen, FrederikFrederik Andersen Drapeau : Danemark G 2012 - Repêchage 1 150 000 $
3 Stoner, ClaytonClayton Stoner Drapeau : Canada D 2014 - Agent libre 3 250 000 $
4 Fowler, CamCam Fowler Drapeau : États-Unis D 2010 - Repêchage 4 000 000 $
5 Allen, BryanBryan Allen Drapeau : Canada D 2012 - Agent libre 3 500 000 $
6 Lovejoy, BenBen Lovejoy Drapeau : États-Unis D 2013 - Penguins de Pittsburgh 1 100 000 $
23 Beauchemin, FrançoisFrançois Beauchemin Drapeau : Canada D 2011 - Maple Leafs de Toronto 3 500 000 $
28 Fistric, MarkMark Fistric Drapeau : Canada D 2013 - Agent libre 1 266 667 $
44 Souray, SheldonSheldon Souray Drapeau : Canada D 2012 - Agent libre 3 666 667 $
45 Vatanen, SamiSami Vatanen Drapeau : Finlande D 2009 - Repêchage 1 262 500 $
47 Lindholm, HampusHampus Lindholm Drapeau : Suède D 2012 - Repêchage 894 167 $
7 Cogliano, AndrewAndrew Cogliano Drapeau : Canada C 2011 - Oilers d'Edmonton 3 000 000 $
10 Perry, CoreyCorey Perry Drapeau : Canada AD 2003 - Repêchage 8 625 000 $
12 Smith-Pelly, DevanteDevante Smith-Pelly Drapeau : Canada AD 2010 - Repêchage 870 000 $
15 Getzlaf, RyanRyan GetzlafC Drapeau : Canada C 2003 - Repêchage 8 250 000 $
17 Kesler, RyanRyan Kesler Drapeau : États-Unis C 2014 - Canucks de Vancouver 5 000 000 $
18 Jackman, TimTim Jackman Drapeau : États-Unis AD 2013 - Flames de Calgary 637 500 $
19 Maroon, PatrickPatrick Maroon Drapeau : États-Unis AG 2010 - Flyers de Philadelphie 575 000 $
Leblanc, LouisLouis Leblanc Drapeau : Canada C 2014 - Canadiens de Montréal 550 000 $
21 Palmieri, KyleKyle Palmieri Drapeau : États-Unis AD 2009 - Repêchage 1 466 667 $
33 Silfverberg, JakobJakob Silfverberg Drapeau : Suède AD 2013 - Sénateurs d'Ottawa 900 000 $
39 Beleskey, MattMatt Beleskey Drapeau : Canada AG 2006 - Repêchage 1 350 000 $
44 Thompson, NateNate Thompson Drapeau : États-Unis C 2014 - Lightning de Tampa Bay 1 600 000 $
51 Heatley, DanyDany Heatley Drapeau : Canada Drapeau : Allemagne AG 2014 - Agent libre 1 000 000 $
67 Rakell, RickardRickard Rakell Drapeau : Suède C 2011 - Repêchage 894 167 $
Selänne, TeemuTeemu SelänneA Drapeau : Finlande AD 2005 - Agent libre 2 000 000 $
Koivu, SakuSaku KoivuA Drapeau : Finlande C 2009 - Agent libre 3 500 000 $

Joueurs du passé[modifier | modifier le code]

Au temple de la renommée[modifier | modifier le code]

Cette section présente les joueurs importants dans l’histoire des Ducks qui ont acquis une des plus belles récompenses dans la LNH, l’accès au Temple de la renommée du hockey.

nom Nat Position Années d'activité[Note 6] Année d'introduction[Note 7]
Jari Kurri Drapeau de la Finlande AD 1996 à 1997 2001
Numéros retirés[modifier | modifier le code]

Dans la Ligue nationale de hockey, les joueurs peuvent être honorés de plusieurs manières, l’une d’entre elles étant interne à l’équipe. Ainsi, il est de tradition, d’honorer un ancien joueur de l’effectif en décidant de retirer son numéro. Aucun autre joueur ne pourra alors porter le numéro en question et une réplique de son maillot sera alors accrochée au plafond de la patinoire.

En 1999, la LNH a décidé de retirer le numéro 99 de Wayne Gretzky pour toutes les franchises de la ligue, en raison de l’impact qu’il aura eu sur le monde du hockey. Bien qu’il n’ait jamais porté les couleurs des Ducks, il est à l’heure actuelle le seul joueur à avoir son numéro retiré dans la franchise.

Capitaines[modifier | modifier le code]

Voici la liste des capitaines des Ducks d’Anaheim :

Période Nom du ou des joueurs
1993-94 Troy Loney
1994 à 1996 Randy Ladouceur
1996 à 2003 Paul Kariya
1997 Teemu Selänne[Note 8]
2003 à 2005 Steve Rucchin
2005 à 2007 Scott Niedermayer
2007-08 Chris Pronger
2008 à 2010 Scott Niedermayer
2010 à aujourd’hui Ryan Getzlaf

Repêchages[modifier | modifier le code]

Cette section présente par année le choix de premier tour de repêchage de l’équipe d’Anaheim ainsi que l’équipe mineure dans laquelle ce joueur évoluait la saison précédant le repêchage[94].

Année Nom du joueur Rang Équipe mineure (ligue)
1993 Paul Kariya 4e Université du Maine (NCAA)
1994 Oleg Tverdovski 2e Krylia Sovetov (Superliga)
1995 Chad Kilger 4e Frontenacs de Kingston (LHO)
1996 Rouslan Saleï 9e Thunder de Las Vegas (LIH)
1997 Michael Holmqvist 18e Djurgårdens IF (Elitserien)
1998 Vitali Vichnevski 5e Lokomotiv Iaroslavl (Superliga)
1999 - - Pas de choix de premier tour
2000 Alekseï Smirnov 12e HK Dinamo Moscou (Superliga)
2001 Stanislav Tchistov 5e Avangard Omsk (Superliga)
2002 Joffrey Lupul 7e Tigers de Medicine Hat (LHOu)
2003 Ryan Getzlaf
Corey Perry
19e
28e
Hitmen de Calgary (LHOu)
Knights de London (LHO)
2004 Ladislav Šmíd 9e HC Bílí Tygři Liberec (Extraliga)
2005 Bobby Ryan 2e Attack d'Owen Sound (LHO)
2006 Mark Mitera 19e Université du Michigan (NCAA)
2007 Logan MacMillan 19e Mooseheads de Halifax (LHJMQ)
2008 Jake Gardiner 17e Minnetonka H.S. (Minn.)
2009 Peter Holland
Kyle Palmieri
15e
26e
Storm de Guelph (LHO)
université Notre-Dame (CCHA)
2010 Cam Fowler
Emerson Etem
12e
29e
Spitfires de Windsor (LHO)
Tigers de Medicine Hat (LHOu)
2011 Rickard Rakell 30e Whalers de Plymouth (LHO)
2012 Hampus Lindholm 6e Rögle BK (Allsvenskan)
2013 Shea Theodore 26e Thunderbirds de Seattle (LHOu)
2014 Nick Ritchie 10e Petes de Peterborough (LHO)

Meilleurs pointeurs[modifier | modifier le code]

Cette section présente les statistiques des dix meilleurs pointeurs de l’histoire des Ducks. Les points comptabilisés ne concernent que ceux inscrits sous le maillot d’Anaheim[95].(En date du 6 février 2013).

Joueur  PJ  B   A  Pts
Teemu Selänne 865 439 508 947
Paul Kariya 606 300 369 669
Ryan Getzlaf 633 183 425 608
Corey Perry 655 263 284 547
Steve Rucchin 616 153 279 432
Bobby Ryan 378 147 142 289
Scott Niedermayer 371 60 204 264
Andy McDonald 358 92 167 259
Matt Cullen 427 65 135 200
Chris Kunitz 313 81 111 192

En séries éliminatoires :

Joueur  PJ  B   A  Pts
Teemu Selänne 77 32 28 60
Ryan Getzlaf 62 18 35 53
Corey Perry 54 18 25 43
Scott Niedermayer 56 8 26 34
Chris Pronger 38 7 23 30
Paul Kariya 35 14 15 29
Rob Niedermayer 73 9 18 27
Andy McDonald 37 12 11 23
Samuel Påhlsson 64 7 16 23
Todd Marchant 52 6 15 21

Les records de l’équipe pour une seule saison sont listés ci-dessous[95] :

  • Saison régulière
  • Séries éliminatoires
    • Nombre de buts : Andy McDonald avec 10 buts en 2007.
    • Nombre de passes décisives : Ryan Getzlaf avec 14 passes en 2009.
    • Nombre de points : Ryan Getzlaf avec 18 points en 2009. Chris Pronger détient le record pour ces statistiques pour un défenseur avec 3 buts, 12 aides soit un total de 15 points en 2007.
    • Nombre d’arrêts : Jean-Sébastien Giguère a stoppé 659 tirs dans les séries de 2003.
    • Nombre de victoires: Jean-Sébastien Giguère en 2003, avec 15.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Mike Babcock, entraîneur finaliste de la Coupe Stanley en 2003.
Randy Carlyle, entraîneur champion de la Coupe Stanley en 2007.

Les Ducks d'Anaheim ont eu huit entraîneurs différents[96] depuis leur première saison.

Ron Wilson est devenu en 1993 le premier entraîneur de la franchise. Après des débuts hésitants qui ont vu l’équipe souvent occuper les dernières positions du classement, il réussit lors de la saison LNH 1996-1997 à qualifier pour la première fois les Ducks pour les séries éliminatoires. À cette occasion, l’équipe élimine tout d’abord les Coyotes de Phoenix en 7 matchs avant de perdre face aux Red Wings de Détroit au tour suivant. Ron Wilson s’engage dans la foulée en faveur des Capitals de Washington, obligeant les Ducks à nommer un nouvel entraîneur en la personne de Pierre Pagé.

Après une saison catastrophique durant laquelle Anaheim ne remporte que 26 matchs, Pierre Pagé est remplacé par Craig Hartsburg, qui atteint les séries, en 1999, où les Ducks ne remportent cependant aucun match.

Guy Charron assure un court intérim sur le banc de la franchise avant de laisser sa place à l’expérimenté Bryan Murray, qui abandonne finalement son poste à la fin de la saison LNH 2001-2002 pour reprendre la direction générale du club. Il nomme alors Mike Babcock pour le remplacer au poste d’entraîneur. Ce dernier atteint dès sa première saison la finale de la Coupe Stanley, lors de laquelle les Ducks s’inclinent seulement au septième match face aux Devils du New Jersey. L’équipe déçoit lors de la saison suivante, et ne réussit pas à atteindre les séries. Après l’annulation de la saison LNH 2004-2005, Mike Babcock rejoint les Red Wings de Détroit. Il est alors le premier entraîneur à quitter la franchise avec un bilan positif (84 victoires pour 68 défaites).

Randy Carlyle est ainsi nommé pour lui succéder. Sa première saison est un succès puisque la franchise californienne atteint la finale de l'Association de l'Ouest. Lors de la saison LNH 2006-2007, il récolte 110 points et bat ainsi le record de la franchise. Il remporte dans la foulée la première Coupe Stanley de l’histoire des Ducks.

No  Nom Années PJ V D N DP[Note 9]
Début Fin
1 Ron Wilson 1993 1997 307 124 152 31
2 Pierre Pagé 1997 1998 82 26 43 13
3 Craig Hartsburg 1998 2000 201 80 86 29 6
4 Guy Charron 2000 2001 49 14 26 7 2
5 Bryan Murray 2001 2002 82 29 42 8 3
6 Mike Babcock 2002 2005 185 84 68 19 14
7 Randy Carlyle 2005 2011 516 273 182 ... 61
8 Bruce Boudreau 2011 ... 58 27 23 ... 8

En gras sont marqués les entraîneurs ayant gagné la Coupe Stanley

Prix et récompenses de la LNH[modifier | modifier le code]

Coupe Stanley[97].

Trophée Clarence S.Campbell[98]. En anglais, il se nomme le Clarence S.Campbelle Bowl et est remis la première fois à la suite de l’expansion de la ligue en 1968 au champion de la division Ouest. Il récompense par la suite le champion de l'Association Clarence Campbell pour la saison régulière (1975-1981), puis le champion de l'Association Clarence Campbell mais cette fois pour les séries éliminatoires (1982-1993) et depuis, il récompense le champion de l'Association de l’Ouest pour les séries éliminatoires.

Trophée Bill Masterton[99]. Cette récompense est remise au joueur ayant démontré le plus de qualité de persévérance et d’esprit d’équipe. Ce trophée rend hommage à Bill Masterton, un ancien joueur des North Stars du Minnesota qui est décédé le 15 janvier 1968 lors d’un match de la LNH. Le gagnant est choisi par les journalistes.

Trophée Conn Smythe[100]. Ce trophée récompense le joueur le plus utile des séries éliminatoires depuis la saison 1964-65. Le vote, réalisé par les journalistes, a lieu durant la deuxième période d’un match de la série finale de la Coupe Stanley. Si la série ne se termine pas à l’issue de ce match, les votes sont annulés et le vote recommence à la partie suivante. Le joueur gagnant n’est pas nécessairement dans l’équipe qui gagne la Coupe Stanley.

Trophée Hart[101]. Ce trophée est décerné au meilleur joueur – autrement nommé « joueur jugé le plus utile à son équipe » au Québec ou encore Most Valuable Player en anglais – de la Ligue nationale de hockey en saison régulière.

Trophée Lady Byng[102]. Second trophée à être mis en place en 1925, ce trophée récompense le joueur avec le meilleur état d’esprit de la ligue. Il est également décerné par les journalistes et a été mis en place à l’initiative de la femme de Julian Byng, qui aimait avant tout le beau jeu et assistait à de nombreux matchs des Sénateurs d’Ottawa.

Trophée Maurice Richard[103]. Le trophée est un don du club des Canadiens de Montréal à la Ligue nationale de hockey en 1999, afin de récompenser le joueur ayant marqué le plus de buts lors de chaque saison régulière.

Première équipe des Étoiles

Deuxième équipe des Étoiles

Équipe des recrues de la LNH

Directeurs généraux[modifier | modifier le code]

Voici la liste des directeurs généraux qui se sont succédé à la tête des Ducks :

Période Nom
1993 à 1998 Jack Ferreira
1998 à 2002 Pierre Gauthier
2002 à 2004 Bryan Murray
2004-05 Al Coates
2005 à 2009 Brian Burke
2008 à aujourd'hui Bob Murray

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l’anglicisme draft et désigne un évènement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l’université, de l’école secondaire ou d’une autre ligue, voir d’une autre équipe.
  2. Un gardien de but effectue un blanchissage quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu’il soit le seul gardien de l’équipe à avoir joué.
  3. Une fiche est négative quand l’équipe compte plus de défaites que de victoires.
  4. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  5. Lors de la saison 1994-95, perturbée par la grève des joueurs, les équipes n’ont joué que 24 matchs à domicile.
  6. Correspond aux années d'activité aux Ducks d'Anaheim.
  7. Correspond à l'année d'introduction au temple de la renommée du hockey.
  8. Teemu Selänne a remplacé Paul Kariya durant une blessure de ce dernier lors de la saison 1997-98.
  9. Les défaites en prolongation ne sont comptabilisées que depuis la saison LNH 1998-1999.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1997 - Disney Through the Decades »,‎ 17 février 1998 (consulté le 19 août 2011), p. 4
  2. a, b, c, d et e (en) « Major Announcements », sur Anaheim Ducks (consulté le 23 juin 2011).
  3. a, b, c et d Stan Fischler, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », p. 160.
  4. (en) (en) « Wayne Gretzky, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 19 août 2011).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) « Anaheim Ducks (1993-Present) - Historical Moments », sur Sports Ecyclopedia,‎ 17 juin 2003 (consulté le 23 juin 2011).
  6. Stan Fischler, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », p. 199.
  7. a et b (en) « Anaheim Ducks History », sur Mop Squad Sports (consulté le 23 juin 2011).
  8. a et b « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 227.
  9. a, b, c, d et e « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 23.
  10. (en) P. Anson, « October 8, 1993 - Detroit Red Wings 7 @ Anaheim Mighty Ducks 2 », sur le site Hockey Summary Projet (consulté le 9 août 2011)
  11. (en) P. Anson, « October 13, 1993 - Edmonton Oilers 3 @ Anaheim Mighty Ducks 4 », sur le site Hockey Summary Projet (consulté le 9 août 2011)
  12. a et b (en) « All-Time Ducks Hat Tricks and Shutouts », sur Anaheim Ducks (consulté le 9 août 2011)
  13. a, b, c, d, e, f, g et h « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 21.
  14. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Stan Fischler, « Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League », p. 161.
  15. a, b, c et d « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 160.
  16. (en) « 1993-94 Mighty Ducks of Anaheim roster and player statistics », sur Hockey Database (consulté le 9 août 2011)
  17. (en) « 1994-95 Mighty Ducks of Anaheim roster and player statistics », sur Hockey Database (consulté le 9 août 2011)
  18. (en) « This date in Ducks history archive », sur Anaheim Ducks (consulté le 23 juin 2011).
  19. (en) « 1995-96 Mighty Ducks of Anaheim roster and player statistics », sur Hockey Database (consulté le 9 août 2011)
  20. (en) « Sabres Advance on Plante’s Dream Night », sur The New York Times,‎ 30 avril 1997 (consulté le 23 juin 2011).
  21. (en) « 1996-97 NHL Playoffs Results », sur Hockey Database (consulté le 10 août 2011)
  22. (en) « Paul Kariya, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 9 août 2011)
  23. (en) « Chris Mason, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 10 août 2011)
  24. (en) « Guy Herbert's Statistics », sur Anaheim Ducks (consulté le 23 juin 2011).
  25. (en) « 1998-99 NHL Playoffs Results », sur Hockey Database (consulté le 10 août 2011)
  26. a, b et c « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 161.
  27. (en) « Teemu Selänne Transactions », sur Pro Sports Transactions (consulté le 23 juin 2011).
  28. a et b « Jean-Sébastien Giguère - Statistiques », sur www.nhl.com
  29. (en) « 2002-2003 Regular Season », sur NHL (consulté le 10 août 2011).
  30. (en) « Giguere makes 63 saves, sets debut record », sur ESPN,‎ 10 avril 2003 (consulté le 23 juin 2011).
  31. (en) « Ducks knock off defending champs in four games », sur ESPN,‎ 16 avril 2003 (consulté le 23 juin 2011).
  32. (en) « Ducks score in fifth OT to stun Stars », sur ESPN,‎ 24 avril 2003 (consulté le 23 juin 2011).
  33. (en) « Mighty Ducks take 2-0 series lead », sur ESPN,‎ 26 avril 2003 (consulté le 23 juin 2011).
  34. (en) « Giguere makes 28 saves in blanking top-seeded Dallas », sur ESPN,‎ 30 avril 2003 (consulté le 23 juin 2011).
  35. (en) « Ducks reach first conference finals with Game 6 win », sur ESPN,‎ 5 mai 2003 (consulté le 23 juin 2011).
  36. (en) « Oates, Giguere power Ducks past Wild in Game 4 », sur ESPN,‎ 16 mai 2003 (consulté le 23 juin 2011).
  37. (en) « Brodeur picks up first shutout in Cup finals », sur ESPN,‎ 27 mai 2003 (consulté le 6 août 2011).
  38. (en) « Just like first game, Devils drop Ducks 3-0 », sur ESPN,‎ 29 mai 2003 (consulté le 6 août 2011).
  39. (en) « Salei nets winner for Ducks in overtime », sur ESPN,‎ 31 mai 2003 (consulté le 6 août 2011).
  40. (en) « Thomas' early OT goal lifts Ducks », sur ESPN,‎ 2 juin 2003 (consulté le 6 août 2011).
  41. (en) « Devils maintain home dominance with a flourish », sur ESPN,‎ 5 juin 2003 (consulté le 6 août 2011).
  42. (en) « Captain Kariya shows grit when Ducks need it most », sur ESPN,‎ 7 juin 2003 (consulté le 6 août 2011).
  43. (en) « Devils dominant at home again to win Cup », sur ESPN,‎ 9 juin 2003 (consulté le 6 août 2011).
  44. (en) « Conn Smythe trophy can’t slow Jiggy’s tears », sur ESPN,‎ 9 juin 2003 (consulté le 6 août 2011).
  45. a et b « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 217.
  46. (en) « Avalanche sign Kariya, Selanne to one-year deals », Sports Illustrated,‎ 3 juillet 2003 (consulté le 10 juillet 2011)
  47. (en) « 2003-2004 Regular Season », sur NHL (consulté le 10 août 2011).
  48. (en) « 2005-2006 Regular Season », sur LNH (consulté le 6 août 2011).
  49. (en) « Ducks nip Flames to force deciding Game 7 », sur ESPN,‎ 1er mai 2006 (consulté le 6 août 2011).
  50. (en) « Bryzgalov, Ducks blank Flames to take series », sur ESPN,‎ 3 mai 2006 (consulté le 6 août 2011).
  51. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 215.
  52. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2005 - Key Dates »,‎ 29 juin 2006 (consulté le 25 janvier 2010), p. 54
  53. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 163.
  54. (en) « Gaborik nets rare power-play goal, pounds Ducks in Game 4 », sur ESPN,‎ 17 avril 2007 (consulté le 6 août 2011).
  55. (en) « Ducks net three unanswered en route to next round », sur ESPN,‎ 19 avril 2007 (consulté le 6 août 2011).
  56. (en) « McDonald leads Ducks with hat trick, assist against Canucks », sur ESPN,‎ 25 avril 2007 (consulté le 6 août 2011).
  57. (en) « Working overtime: Cowan, Canucks even series », sur ESPN,‎ 27 avril 2007 (consulté le 6 août 2011).
  58. (en) « Perry's power-play goal gives Ducks 2-1 series lead », sur ESPN,‎ 29 avril 2007 (consulté le 6 août 2011).
  59. (en) « Ducks complete comeback with OT win, takes 3-1 series lead », sur ESPN,‎ 1er mai 2007 (consulté le 6 août 2011).
  60. (en) « Ducks beat Canucks in 2OT, advance to West finals », sur ESPN,‎ 3 mai 2007 (consulté le 6 août 2011).
  61. (en) « Own-goals doom Ducks in loss to Red Wings », sur ESPN,‎ 11 mai 2007 (consulté le 6 août 2011).
  62. (en) « Ducks' Niedermayer nets OT goal to even series », sur ESPN,‎ 13 mai 2007 (consulté le 6 août 2011).
  63. (en) « Holmstrom, Wings dominate Ducks for series lead », sur ESPN,‎ 15 mai 2007 (consulté le 6 août 2011).
  64. (en) « Selanne snaps slump, powers Ducks over Wings for series tie », sur ESPN,‎ 17 mai 2007 (consulté le 6 août 2011).
  65. (en) « Niedermayer, Selanne goals lift Ducks to OT win over Wings », sur ESPN,‎ 20 mai 2007 (consulté le 6 août 2011).
  66. (en) « Giguere helps Ducks eliminate Red Wings in West finals », sur ESPN,‎ 22 mai 2007 (consulté le 6 août 2011).
  67. (en) « Moen’s late score gives Ducks 1-0 finals lead », sur ESPN,‎ 28 mai 2007 (consulté le 6 août 2011).
  68. (en) « Pahlsson figures out Emery for sole goal of game », sur ESPN,‎ 30 mai 2007 (consulté le 6 août 2011).
  69. (en) « Five Sens score to cut into Ducks' series lead », sur ESPN,‎ 2 juin 2007 (consulté le 6 août 2011).
  70. (en) « McDonald's two goals put Ducks one win away from first Stanley Cup », sur ESPN,‎ 4 juin 2007 (consulté le 6 août 2011).
  71. (en) « Ducks win first Stanley Cup in franchise history », sur ESPN,‎ 6 juin 2007 (consulté le 6 août 2011).
  72. (en) « Coyotes Claim Bryzgalov Off Waivers From Anaheim », sur Arizona Rubber,‎ 19 novembre 2007 (consulté le 7 août 2011).
  73. (en) « 2007-2008 Regular Season », sur LNH (consulté le 7 août 2011).
  74. (fr) « Phaneuf et Giguère à Toronto », sur Radio-Canada,‎ 1er février 2010 (consulté le 7 août 2011).
  75. (fr) « Les Ducks éliminent les Sharks », sur Cyberpresse,‎ 28 avril 2009 (consulté le 7 août 2011).
  76. (en) « Flyers Trade Lupul, Sbisa for Ducks' Pronger », sur Comcast SportsNet Philadelphia (en),‎ 25 juin 2009 (consulté le 7 août 2011).
  77. (en) « Ducks sign Saku Koivu for one year », sur Sports Illustrated,‎ 21 juillet 2009 (consulté le 7 août 2011).
  78. (fr) « Dion Phaneuf et Jean-Sébastien Giguère à Toronto! », sur Fanatique,‎ 31 janvier 2010 (consulté le 7 août 2011).
  79. (fr) « Teemu Selanne marque son 600e but », sur Fanatique,‎ 21 mars 2010 (consulté le 7 août 2011).
  80. (en) « Teemu Selanne breaks Finland’s goal scoring record », sur NBC Sports,‎ 3 avril 2010 (consulté le 7 août 2011).
  81. (en) « Player's Profile », sur Hockey's Future (consulté le 7 août 2011).
  82. (en) « Ducks sign D Mara, lose Lydman to eye injury », sur LNH,‎ 16 septembre 2010 (consulté le 7 août 2011).
  83. (en) « Jonas Hiller making strong case for Vezina Trophy consideration », sur The Hockey News,‎ 25 janvier 2011 (consulté le 7 août 2011).
  84. (en) « 2011 NHL All-Star Weekend Rosters », sur LNH (consulté le 7 août 2011).
  85. (en) « Corey Perry Wins Hart Trophy as League’s MVP », sur Anaheim Ducks,‎ 23 juin 2011 (consulté le 23 juin 2011).
  86. « Teemu Selänne - Statistiques », sur www.nhl.com
  87. a et b (en) « Anaheim Ducks Minor League Affiliate History », sur www.hockeydb.com (consulté le 15 mai 2011)
  88. (en) « ABOUT US », sur le site officiel du Honda Center (consulté le 7 août 2011).
  89. (en) « ARCHITECTURE VIEW; Disney Takes the Ice to the Players », sur The New York Times,‎ 18 septembre 1994 (consulté le 7 août 2011).
  90. (en) « WILD WING », sur site officiel des Ducks d'Anaheim (consulté le 7 août 2011).
  91. (en) « NHL Attendance Report », sur ESPN (consulté le 7 août 2011).
  92. (en) « NHL Average Attendance since 1989-90 », sur Andrew’s Stars Page (consulté le 7 août 2011).
  93. Effectif des Ducks d'Anaheim sur ducks.nhl.com
  94. (en) « Anaheim Ducks Draft History », sur Hockeydb (consulté le 7 août 2011).
  95. a et b (en) « Statistics », sur le site officiel des Ducks d’Anaheim (consulté le 7 août 2011).
  96. (en) « Captains and Coaches », sur le site officiel des Ducks d'Anaheim (consulté le 7 août 2011).
  97. (en) « Stanley Cup Champions and Finalists », sur le site officiel de la LNH (consulté le 7 août 2011).
  98. (en) « Clarence S. Campbell Bowl », sur le site officiel de la LNH (consulté le 7 août 2011).
  99. (en) « Bill Masterton Memorial Trophy », sur LNH (consulté le 6 août 2011).
  100. (en) « Conn Smythe Trophy », sur LNH (consulté le 6 août 2011).
  101. (en) « Hart Memorial Trophy », sur le site officiel de la LNH (consulté le 7 août 2011).
  102. (en) « Lady Byng Memorial Trophy  », sur le site officiel de la LNH (consulté le 7 août 2011).
  103. (en) « Maurice Richard Trophy », sur le site officiel de la LNH (consulté le 7 août 2011).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]