Creyssac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Creyssac
Le village de Creyssac.
Le village de Creyssac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Montagrier
Intercommunalité Communauté de communes du Pays ribéracois
Maire
Mandat
Michel Desmoulin
2014-2020
Code postal 24350
Code commune 24144
Démographie
Population
municipale
89 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 31″ N 0° 33′ 10″ E / 45.3086111111, 0.552777777778 ()45° 18′ 31″ Nord 0° 33′ 10″ Est / 45.3086111111, 0.552777777778 ()  
Altitude Min. 82 m – Max. 153 m
Superficie 4,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Creyssac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Creyssac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Creyssac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Creyssac

Creyssac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisée au nord-ouest du département de la Dordogne, la commune de Creyssac est située en rive droite de la Dronne qui la borde à l'est et au sud. Le territoire communal est également bordé par deux affluents de la Dronne, le Boulou au nord-est et l'Euche au sud-ouest. Au nord-ouest du village de Creyssac, une source importante donne naissance au ruisseau le Bullidour qui, au bout de quelque 300 mètres, se jette dans la Dronne.

L'altitude minimale, 82 mètres, se situe au sud-ouest, au niveau de la retenue du barrage de Rochereil, là où l'Euche et la Dronne se rejoignent, en limite de Grand-Brassac. Le point culminant avec 153 mètres se trouve au nord, en limite de Paussac-et-Saint-Vivien, près du lieu-dit le Pleyssat.

Le modeste village de Creyssac, à l'écart des routes principales, est situé, en distances orthodromiques, 10 kilomètres au sud-ouest de Brantôme et 19 kilomètres au nord-ouest de Périgueux.

La commune est desservie par les routes départementales 2 à l'ouest et 106 au nord, principales voies d'accès.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Environnement[modifier | modifier le code]

La Dronne marque la limite entre Creyssac et Bourdeilles.

Bordée par la Dronne, la commune représente un grand intérêt pour la faune et la flore locales. Des zones de protection y sont donc délimitées.

Natura 2000[modifier | modifier le code]

Deux sites Natura 2000 sont identifiés sur le territoire communal.

À l'est et au sud, la Dronne et sa vallée sont considérées comme site important par le réseau Natura 2000 : la « vallée de la Dronne de Brantôme à sa confluence avec l'Isle ». La rivière s'écoule dans un milieu principalement composé de prairies humides et de terres cultivées avec des zones de bocage. On y rencontre plusieurs espèces de poissons menacées ainsi que des écrevisses à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) et des visons (Mustela lutreola)[1].

Les coteaux de la Dronne à dominante de pelouses sèches et de steppes calcicoles présentent de nombreuses espèces d'orchidées terrestres[2].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Toujours en relation avec la Dronne, la commune présente une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type II, alliant l'humidité à une variété de sites qui alternent, au fil des méandres successifs, des endroits ombragés puis lumineux ainsi que des zones escarpées puis planes. Elle est protégée pour sa flore spécifique, comprenant notamment de nombreuses variétés de fougères[3],[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Creyssac
Paussac-et-Saint-Vivien
Creyssac Bourdeilles
Grand-Brassac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Creyssac viendrait du nom de personnage gaulois Crixus et du suffixe -acum, indiquant le « domaine de Crixus »[5].

En occitan, la commune porte le nom de Creissac[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal présente des traces d'occupation néolithique[5].

Les premières mentions écrites connues du village remontent au XIIIe siècle sous les formes Creischac et Creichac[5].

Au Moyen Âge, Creyssac faisait partie de la châtellenie de Bourdeilles[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1815 1816 Charles Élie    
1816 1830 Pierre Conte de la Richardie    
1830 1865 Jacques Bloys    
1865 1892 De Bellussière    
1892 1892 J Lassimouillas    
1892 1907 Alfred Bloys    
1907 1912 G Barbut Républicain de Gauche  
1912 1918 Martin    
1918 1920 Minard Nationaliste Réactionnaire  
1920 1927 D'Orfond Progressiste  
1927 1937 Bost URD  
1937 1944 Jean-Henry Lassimouillas    
1944 1965 Joseph Duverneuil    
1965 mars 1971 Eugène Mérigot    
mars 1971 mars 1989 Bernard Borie   Commerçant
mars 1989[8] (réélu en mars 2014) en cours Michel Desmoulin DVG Cadre des travaux publics de l'État

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, Creyssac comptait 89 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Creyssac[9]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
273 264 304 320 326 312 287 276 302
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
263 256 266 229 231 226 225 200 194
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
180 185 155 140 120 104 107 117 106
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
110 95 94 83 81 99 103 89 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à celle de Lisle pour la scolarité maternelle ou primaire.

Économie[modifier | modifier le code]

Carrière de calcaire de Chauffour et Puy Pelan.

Emploi[modifier | modifier le code]

Au recensement de 1999, la population active totale (actifs + chômeurs) de Creyssac s'élève à 41 personnes[12]. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans y est de 89 %, ce qui place la commune au-dessus de la moyenne nationale (82,2 %). On y dénombre sept chômeurs (17,1 % des actifs, taux supérieur à la moyenne nationale 12,9 %). En tout et pour tout, la population comprend 41,4 % d'actifs, 36,4 % de retraités, 19,2 % de jeunes scolarisés et 3 % d'autres personnes sans activité[12].

Par rapport aux moyennes nationales, le pourcentage de retraités y est deux fois plus important (36,4 % contre 18,2 %) et le pourcentage de jeunes scolarisés y est à l'inverse, sensiblement inférieur (19,2 % contre 25 %).

En 2007[13], la population active totale représente 44 personnes, soit 44 % de la population. Le nombre de chômeurs s'est abaissé (4) et le taux de chômage de la population active s'établit à 7,9 %.

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2008, la commune ne compte que 6 établissements dont 2 dans l'agriculture, la sylviculture et la pêche, 3 au niveau des commerces, transports et services et 1 dans l'administration publique, l'enseignement, la santé ou l'action sociale[14].

Une carrière de calcaire est principalement exploitée sur la commune et très partiellement sur Paussac-et-Saint-Vivien, près du Maine d'Euche, au lieu-dit Chauffour et Puy Pelan. Elle peut traiter jusqu'à 1 000 tonnes par jour[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de la Barde du XIXe siècle. Il a été bâti sur l'emplacement d'un ancien repaire noble détruit à la Révolution et dont l'origine remonte au XIVe siècle[16]
  • Manoir du Boulou du XIXe siècle[17]
  • Église Saint-Barthélemy, romane du XIIe siècle, fortement modifiée au XIXe siècle[18]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Marceau Simon, Creyssac d'hier et d'aujourd'hui - Un si joli petit village, 1997

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vallée de la Dronne de Brantôme à sa confluence avec l'Isle sur le réseau Natura 2000. Consulté le 5 avril 2011.
  2. Coteaux de la Dronne sur le réseau Natura 2000. Consulté le 5 avril 2011.
  3. [PDF] DIREN Aquitaine - Vallée de la Dronne de Lisle à Brantôme. Consulté le 5 avril 2011.
  4. Carte de la ZNIEFF 2679 sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 5 avril 2011.
  5. a, b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, p. 127, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2)
  6. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 19 février 2014.
  7. Abbé Farnier, Autour de l'abbaye de Ligueux, tome II, p. 127-128, Le livre d'histoire-Lorisse, 2003 (fac-similé de l'édition de 1931), (ISBN 2-84373-342-1)
  8. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 17 août 2014.
  9. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 18 février 2014)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  12. a et b Données Insee compulsées par le journal du Net- Emploi à Creyssac. Consulté le 6 avril 2011.
  13. Insee Chiffres-clés - Emploi, population active. Consulté le 6 avril 2011.
  14. Creyssac - Chiffres clés - Caractéristiques des entreprises et des établissements sur le site de l'Insee, consulté le 6 avril 2011.
  15. Carrière de Paussac Saint Vivien sur le site des Carrières de Thiviers, consulté le 10 avril 2011.
  16. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 20, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X)
  17. « Manoir du Boulou », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 4 avril 2011.
  18. « Église paroissiale Saint-Barthélémy », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 4 avril 2011.