Terrasson-Lavilledieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Terrasson.
Terrasson-Lavilledieu
La Vézère dans sa traversée de Terrasson.
La Vézère dans sa traversée de Terrasson.
Blason de Terrasson-Lavilledieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Terrasson-Lavilledieu
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Terrassonnais en Périgord noir Thenon Hautefort
Maire
Mandat
Pierre Delmon
2014-2020
Code postal 24120
Code commune 24547
Démographie
Gentilé Terrassonnais
Population
municipale
6 261 hab. (2011)
Densité 159 hab./km2
Population
aire urbaine
8 009 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 48″ N 1° 18′ 05″ E / 45.13, 1.30138945° 07′ 48″ Nord 1° 18′ 05″ Est / 45.13, 1.301389  
Altitude Min. 82 m – Max. 299 m
Superficie 39,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Terrasson-Lavilledieu

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Terrasson-Lavilledieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Terrasson-Lavilledieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Terrasson-Lavilledieu

Terrasson-Lavilledieu, anciennement Terrasson-la-Villedieu, est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine. C'est le chef-lieu du canton de Terrasson-Lavilledieu. Ses habitants sont appelés les Terrassonnais(es).

Centre important du commerce de la truffe et des noix, Terrasson-Lavilledieu compte plus de 6 000 habitants. Située en limite de la Corrèze, elle incarne la porte d'entrée dans le Périgord noir.

Elle est notamment connue pour ses Jardins de l'Imaginaire, sa vieille ville et son église Saint-Sour.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Pont Neuf sur la Vézère.

En arrivant à Terrasson, proche de la Corrèze et du Lot, on entre dans le Périgord noir.

La commune est traversée par la Vézère et arrosée par deux de ses affluents, l'Elle au nord-ouest et le Coly au sud-ouest.

C'est un centre important du marché des truffes et des noix.

La mise en service en janvier 2008 du tronçon Thenon - Terrasson de l'autoroute A89 a permis une circulation plus fluide sur la route départementale 6089 (l'ancienne RN 89) qui traverse la ville dans sa longueur.

Depuis 2010, la ville est située à une vingtaine de kilomètres (par la route) du nouvel Aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de la Corrèze.

Communes limitrophes de Terrasson-Lavilledieu
Villac,
Beauregard-de-Terrasson
Cublac
(Corrèze)
Mansac
(Corrèze),
Pazayac
Le Lardin-Saint-Lazare,
Condat-sur-Vézère
Terrasson-Lavilledieu Grèzes,
Chavagnac
Coly La Cassagne La Dornac

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Terrasson e la Vila Diu[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’occupation du site remonte à l’âge du bronze qui est une période de la protohistoire. En effet, plusieurs traces archéologiques : dolmens, grottes attestent de cette occupation ancienne. Par la suite, le site continue d’être habité aux différentes époques de notre histoire.

La vie se développe à l’époque gallo-romaine : les vestiges d’une villa, au hameau de Gaubert, à proximité de la Vézère ont été mis au jour. Une mosaïque et d’autres objets (fibules, ustensiles de cuisine…) retrouvés sur ce site sont aujourd’hui exposés au musée d’art et d’archéologie du Périgord, à Périgueux.

La vieille ville de Terrasson et son église.

Au haut Moyen Âge, à la fin du VIe siècle, il semblerait qu’un monastère lié au personnage de saint Sour s’établisse. L’origine légendaire du patronyme de la ville viendrait de cette fondation. On aurait lâché deux colombes en décidant de bâtir un monastère là où elles se poseraient ; quand elles se sont posées on aurait dit : Terra sunt « elles sont à terre » d’où le nom de la ville[2].

La vie s’organise autour de ce monastère qui subit les assauts barbares. Il est par la suite remplacé par une abbaye bénédictine au XIe siècle. Cette dernière fut elle aussi détruite lors de la guerre de Cent Ans, entre le XIVe et le XVe siècle.

Au XIXe siècle, la ville bénéficie des progrès de la révolution industrielle. Dans le domaine des transports, le chemin de fer fait son apparition, de nouvelles routes sont aménagées, le Pont Neuf est édifié. La navigation sur la Vézère, affluent de la Dordogne, prend de l’importance : c’est le temps de gabares et autres embarcations à fonds plats.

D’autre part, la découverte de plusieurs gisements de charbon, à proximité de la ville (Le Lardin, La Villedieu, Saint Lazare) donne lieu à des embryons industriels. Plusieurs verreries s’installent alors.

À la suite de la fusion des anciennes communes de La Villedieu et de Terrasson en 1963, la commune a d'abord porté le nom de Terrasson-la-Villedieu qui a été changé en 1997 (décret du 22 décembre 1997, publié au Journal Officiel du 24 décembre de la même année) en Terrasson-Lavilledieu[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Terrasson-Lavilledieu Blason Au premier de gueules au lion contourné d'or regardant, à la queue léopardée, sortant des débris de sa cage du même et brisant ses chaînes d'argent, au chef cousu d'azur semé de fleurs de lys aussi d'or, au second d'azur aux deux clefs affrontées d'or passées en sautoir, au chef du même chargé de trois épées basses de gueules
Détails Armoiries validées par le conseil municipal en 1990[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1977 mars 1983 Aubin Laramade PS Fonctionnaire
mars 1983 mars 1989 Edgard Bardagué PCF Fonctionnaire,
Conseiller général (1982-1988)
mars 1989 (réélu en mars 2014[5]) en cours Pierre Delmon SE[6] puis UMP[7] Industriel

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1962, les communes de La Villedieu et de Terrasson étaient indépendantes[9].

Démographie de La Villedieu[modifier | modifier le code]

Article connexe : La Villedieu (Dordogne).

Démographie de Terrasson, puis de Terrasson-Lavilledieu[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 1963, La Villedieu fusionne avec Terrasson, formant la nouvelle commune de Terrasson-la-Villedieu, renommée ensuite le 25 décembre 1997 en Terrasson-Lavilledieu[9].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués depuis 1793 à Terrasson, puis à Terrasson-Lavilledieu. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Terrasson-Lavilledieu[10]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2011, Terrasson-Lavilledieu comptait 6 261 habitants.

           Évolution de la population de Terrasson, puis de Terrasson-Lavilledieu  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 398 2 969 2 880 2 709 2 935 2 945 2 893 3 095 3 220
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 336 3 234 3 682 3 680 3 884 4 078 3 997 3 864 3 737
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 627 3 572 3 794 3 413 3 570 3 510 3 657 3 751 3 684
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
4 146 5 528 6 221 6 305 6 004 6 180 6 336 6 236 6 222
2011 - - - - - - - -
6 261 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique de Terrasson, puis de Terrasson-Lavilledieu

L'agglomération et l'aire urbaine de Terrasson-Lavilledieu[modifier | modifier le code]

En 1999, l'unité urbaine de Terrasson-Lavilledieu (l'agglomération) regroupait cinq communes : Terrasson-Lavilledieu, Beauregard-de-Terrasson, Condat-sur-Vézère, Le Lardin-Saint-Lazare et Cublac dans le département de la Corrèze, ce qui en faisait la troisième agglomération de Dordogne, derrière celles de Périgueux et de Bergerac.

En 2010, l'Insee en a séparé les trois communes de l'agglomération du Lardin-Saint-Lazare[13]. De ce fait l'unité urbaine de Terrasson-Lavilledieu ne comprend plus que deux communes : Cublac et Terrasson-Lavilledieu[14], soit 8 009 habitants en 2011[15].

Elle s'étend le long de la Vézère et se rapproche progressivement de l'agglomération de Brive-la-Gaillarde en Corrèze, dont elle pourrait à terme faire partie intégrante. D'ailleurs, l'Insee considère déjà l'unité urbaine de Brive-la-Gaillarde comme interdépartementale[16], avec les communes de La Feuillade et Pazayac. Entre Pazayac et Terrasson, les deux agglomérations ne sont distantes que d'environ six kilomètres en suivant la RD 6089.

L'aire urbaine s'étend sur les deux mêmes communes de Cublac et Terrasson-Lavilledieu[17].

Économie[modifier | modifier le code]

Les zones d'activité[modifier | modifier le code]

La commune possède sur son territoire plusieurs zones d’activités spécifiques : la zone d'activité économiques et de services (ZAES) du Moulin rouge, la zone industrielle du Coutal et la zone commerciale du Coutal[18].

À terme, deux autres ZAES (Fauries 1 et Fauries 2) ainsi qu'une zone intercommunale d'activités industrielles et logistiques d'intérêt régional compléteront ce très important pôle économique du département[18].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La tour du château Jeanne d'Arc et l'Abbaye Saint-Sour.

Patrimoine historique[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Créations récentes[modifier | modifier le code]

Les Jardins de l'Imaginaire
  • Les Jardins de l'Imaginaire : jardin contemporain sur six hectares
  • Musée du chocolat dans les locaux de l'artisan chocolatier Bovetti dans la zone d'activités du Moulin Rouge
  • Festival de cirque et de théâtre de rue se déroulant au début du mois de juillet

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2013, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[28].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Sports et Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Centre culturel - scène conventionnée
  • Club de BMX
  • Centre nautique, piscine, complexe sportif, stade, équitation
  • Bibliothèque, cinéma
  • Pêche, randonnée
  • Rugby : Union Sportive Cublac-Terrasson
  • Cirque : école de cirque cucico

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 20 avril 2014.
  2. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, p. 404-406, Éditions Fanlac, Périgueux, 2000, (ISBN 2-86577-215-2)
  3. Décret n° 97-1172 du 22 décembre 1997, consulté le 27 novembre 2011.
  4. OLDJP la banque du blason 2, consultée le 19 juillet 2012.
  5. Danièle Willer, Pierre Delmon élu pour un 5e mandat, Sud Ouest édition Périgueux du 1er avril 2014, p. 22d.
  6. Voici vos 557 maires, édition spéciale de Sud Ouest édition Dordogne du 3 avril 2008, p. 27.
  7. Notre organisation sur le site de l'UMP Dordogne, consulté le 4 novembre 2014.
  8. Danièle Willer, 20 ans d'amitié avec les Belges de Theux, Sud Ouest édition Dordogne du 24 mai 2014, p. 24.
  9. a et b Code officiel géographique sur le site de l'Insee, consulté le= 30 janvier 2012
  10. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 20 avril 2014)
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  13. Insee, unité urbaine 2010 du Lardin-Saint-Lazare, consulté le 29 octobre 2011.
  14. Insee, unité urbaine 2010 de Terrasson-Lavilledieu, consulté le 29 octobre 2011.
  15. Unité urbaine 2010 de Terrasson-Lavilledieu (00265), sur le site de l'Insee, consulté le 13 décembre 2014.
  16. Insee, unité urbaine 2010 de Brive-la-Gaillarde, consulté le 29 octobre 2011.
  17. Insee, zonage en aires urbaines 2010 de Terrasson-Lavilledieu, consulté le 29 octobre 2011.
  18. a et b Journal Sud Ouest, édition Périgueux du 23 avril 2009
  19. « Grotte préhistorique de Saint-Sours ou de Lachaud », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 juillet 2012.
  20. « Château du Fraysse », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 juillet 2012.
  21. Jacques Gardelles - Aquitaine gothique - p. 146 - Picard - Paris - 1992 - ISBN 2-7084-0421-0
  22. « Office de tourisme de terrasson - L'église Saint Sour », sur http://www.ot-terrasson.com (consulté le 26 novembre 2009)
  23. « Église Saint-Sour », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 juillet 2012.
  24. « Chapelle Notre-Dame du Mouret », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 juillet 2012.
  25. « Cloche », base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 13 juillet 2012.
  26. « Maison Renaissance », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 juillet 2012.
  27. « Ancien pont », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 juillet 2012.
  28. Site des villes et villages fleuris, consulté le 24 janvier 2014.
  29. Fiche de Gabriel Bouquier sur le site de l'Assemblée nationale, consulté le 13 juillet 2012.