Langues celtiques insulaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langues celtiques insulaires
Région Irlande, Écosse, Pays de Galles, Cornouaille, Bretagne ; historiquement, les Îles Britanniques
Classification par famille

Le groupe des langues celtiques insulaires rassemble les deux branches gaélique (écossais, irlandais et mannois) et brittonique (breton, cambrien, cornique et gallois) des langues celtiques, par opposition au groupe des langues celtiques continentales.

Définition[modifier | modifier le code]

Les langues celtiques insulaire ou le « celtique insulaire » regroupent des langues celtiques parlées ou jadis parlées dans les îles britanniques et en Irlande.

Ces langues sont connues par des inscriptions et une importante littérature qui remonte jusqu'au Haut Moyen Âge.

Cependant, les plus anciennes attestations du celtique insulaire remontent à l'antiquité. Il s'agit d'objets découverts à Bath (Angleterre) que l'on regroupe sous le terme général de « plombs de Bath », où sont gravés des inscriptions. Il y a une tablette de plomb et un pendentif en étain[1]. Un texte a été gravé sur la tablette en plomb, malheureusement il s'avère peu utilisable, étant donné son caractère lacunaire[1]. Par contre, on lit parfaitement sur le pendentif, la courte phrase suivante :

ADIXOVI|DEVINA|DEVEDA|ANDAGIN|VINDIORIX|CVAM VN|AI[1]

adixoui deuina deueda andagin uindiorix cuamunai[2]

Pierre-Yves Lambert[1] pense qu'il pourrait s'agir de « brittonique ancien, proche parent du gaulois »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, editions errance 1994. p. 174.
  2. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Errance, Collection des Hespérides, 2003 (ISBN 2-87772-237-6). p. 332.