Izon (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Izon.
Izon
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Blason de Izon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Libourne
Canton Libourne
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Libournais
Maire
Mandat
Anne-Marie Roux
2014-2020
Code postal 33450
Code commune 33207
Démographie
Gentilé Izonnais
Population
municipale
5 359 hab. (2011)
Densité 344 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 55′ 16″ N 0° 21′ 38″ O / 44.9211111111, -0.360555555556 ()44° 55′ 16″ Nord 0° 21′ 38″ Ouest / 44.9211111111, -0.360555555556 ()  
Altitude Min. 1 m – Max. 21 m
Superficie 15,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Izon

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Izon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Izon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Izon

Izon est une commune française située dans le département de la Gironde, en région Aquitaine.

La commune se situe dans l'Entre-deux-Mers, et est membre de la communauté de communes du Sud-Libournais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Izon se situe dans le sud-ouest de la France, en rive gauche de la Dordogne, sur la route D 242 Vayres / Saint-Sulpice-et-Cameyrac, et à proximité de l'autoroute A89 sortie sortie 07 Vayres[1].

La commune se trouve dans l'unité urbaine de l'aire urbaine de Bordeaux[2] ainsi que dans le Pays du Libournais[3].

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches sont Saint-Sulpice-et-Cameyrac (2 km), Lugon-et-l'Île-du-Carnay (4 km), Saint-Germain-de-la-Rivière (4 km), La Rivière (5 km), Vayres (5 km), Saint-Michel-de-Fronsac (5 km), Asques (5 km), Cadillac-en-Fronsadais (5 km), Saint-Loubès (5 km) et Beychac-et-Caillau (6 km)[4].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Son altitude varie de 1 à 21 mètres, et s'étend sur une superficie de près de 16 km2 (1 559 hectares)[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire d'Izon est bordé à l'Est et au Nord par la rivière de la Dordogne[1],[6].

Bien que situé à une centaine de kilomètres de l'océan, le port d'Izon est considéré comme un port maritime[7].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau interurbain de Gironde TransGironde, lignes 301 et 3011, Bordeaux Buttinière - Libourne par Saint-Loubès[8].

Elle est également desservie par le transport express régional (TER) à partir de la gare de Saint-Sulpice - Izon (ligne ferroviaire de Bordeaux Paris)[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

En 2009 on trouvait 1 932 logements sur la commune d'Izon, dont 97 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 85 %, et dont 79 % des ménages en étaient propriétaires[10].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Le village apparait dans des documents du XIIIe siècle sous le nom d' Hison, puis Yson au XIVe siècle[11]. Il est ensuite identifié sous le nom d' Ison sur la carte de Cassini, représentant la France entre 1756 et 1789[1], puis mentionné sous le nom d'Izon en 1793 et 1801[12].

Nom des habitants : les Izonnais[13].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Izon Blason Écartelé en sautoir : au 1) de gueules au cep de vigne feuillé, vrillé et fruité de trois grappes d’argent, tortillé sur son échalas du même, au 2) d’azur au portail de chapelle d’argent portillée et maçonnée de sable, à l’oculus du même, au 3) d’azur à la tour d’argent ouverte et maçonnée de sable, au 4) de gueules au voilier d’argent, équipé de sable, habillé et flammé aussi d’argent, sur des ondes isolées du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve sur le territoire d'Izon plusieurs traces du premier âge de Fer et de l’époque gallo romaine[14].

Au Moyen Âge, la paroisse est sous l'emprise de la commanderie d'Arveyres[15]. Le territoire d'Izon est divisé entre une partie relevant des seigneurs de Vayres et une autre relevant de la prévôté royale de l'Entre-Deux-Mers[14].

Village agricole, le phylloxéra touche le territoire de la commune à la fin du XIXe siècle[14].

Durant la Première Guerre mondiale, les troupe américaines établissent une zone de stockage à Izon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune a été érigée en municipalité en 1793[12]. Le Conseil municipal est composé de 29 élus[16].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1816 1817 Pierre Felletin   Avocat[17]
         
1870 1874 Joseph Felletin   Docteur[17]
         
1884 1908 Joseph Felletin   Docteur[17]
         
1912 1914 Joseph Felletin   Docteur[17]
         
mars 1989 2001 Louis Raymond Préaud DVD  
mars 2001 janvier 2011[18] Thierry Masson DVD DRH de Sanofi-Aventis
janvier 2011 en cours Anne-Marie Roux[19],[20],[21] SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée à la communauté de communes du Sud-Libournais[22].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Izon fait partie du canton de canton de Libourne et de l'arrondissement de Libourne[23]. En 2014, dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de la Gironde est défini par le décret du 20 février 2014. La commune est alors rattachée au canton du Libournais-Fronsadais[24].

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'administration judiciaire sur la commune.

Le Tribunal d'instance, le Tribunal de grande instance, le Tribunal pour enfants, le Tribunal de commerce, le Conseil de prud'hommes et le Tribunal paritaire des baux ruraux se trouvent à Libourne, tandis que la Cour d'appel, la Cour d'assises, le Tribunal administratif et la Cour administrative d'appel se trouvent à Bordeaux[25].

Jumelage et partenariat[modifier | modifier le code]

Depuis 1984, Izon est jumelée avec Zagtouli, village du Burkina Faso[26].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 359 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 360 1 342 1 168 1 435 1 470 1 436 1 517 1 538 1 403
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 458 1 429 1 412 1 378 1 296 1 368 1 324 1 428 1 422
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 435 1 403 1 259 1 356 1 127 1 109 1 069 1 089 1 128
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 175 1 323 1 689 2 148 3 361 3 958 5 031 5 186 5 359
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2004[28].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Bordeaux, on trouve à Izon deux écoles primaires : l'école maternelle publique Alban-Bouché et l'école élémentaire publique Claris-de-Florian[29]. Un service de restauration scolaire est organisé par la mairie[30].

Autres services[modifier | modifier le code]

On trouve aussi sur la commune une crèche halte-garderie[31] gérée par l'intercommunalité, qui est dotée depuis 2012 d'une seconde crèche située sur la commune d'Arveyre[32].

Des garderies scolaires et un centre de loisirs (ALSH) accueillent les enfants de 3 à 12 ans, ainsi qu'une école multi-sports[33].

Santé[modifier | modifier le code]

Quatre médecins généralistes exercent sur la commune, ainsi que deux chirurgiens-dentistes[34]. Les centres hospitaliers les plus proches se situent à Libourne (centre hospitalier public de Libourne), qui possède aussi un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), et à Bordeaux (centre hospitalier universitaire de Bordeaux )[35].

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs sports sont pratiqués sur la commune, notamment le rugby, club USI rugby[36], la pétanque[37], ainsi que l'aïkido, le basket, le karaté, la gymnastique, le football et le tennis[38]. On y pratique aussi le modélisme[39].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

En juillet a lieu une fête locale traditionnelle : fête foraine, course cycliste, feu d’artifice, taureau de feu et bandas[40].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2010 de 20 055 €, pour une moyenne sur le département de 19 452 €[10].

En 2009, 59 % des foyers fiscaux étaient imposables, pour 55 % sur le département[10].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Sur 318 établissements présents sur la commune à fin 2010, 9 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 12 % sur l'ensemble du département), 7 % du secteur de l'industrie, 21 % du secteur de la construction, 50 % de celui du commerce et des services (pour 59 % sur le département) et 13 % du secteur de l'administration et de la santé[10].

On y trouve par exemple une usine de recyclage du verre, installée depuis 1991 dans la commune[41].

Un groupement des entreprises est présent sur la commune, le club des entreprises izonnaises (CEI), formé sous la forme d'une association, et qui comprend 64 membres en 2014[42].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Liste des appellations présentes sur le territoire[43] :

  • AOC AOP Bordeaux blanc, Bordeaux blanc avec sucres, Bordeaux clairet, Bordeaux claret, Bordeaux rosé, Bordeaux rouge ou claret, Bordeaux supérieur blanc, Bordeaux supérieur rouge, Crémant de Bordeaux blanc, Crémant de Bordeaux rosé, Entre-deux-Mers ;
  • IGP Agneau de Pauillac, Bœuf de Bazas, Canard à foie gras du Sud-Ouest, Jambon de Bayonne.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c IGN, Géoportail Izon (33), consulté le 14 juin 2014
  2. Insee, Unité urbaine 2010 de Bordeaux (33701), consulté le 16 juin 2014
  3. Syndicat mixte Pays du Libournais, Statuts modifiés le 22 février 2006, document du 15 décembre 2009
  4. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Izon (33), consulté le 14 juin 2014 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  5. IGN, Répertoire géographique des communes (RGC 2013), consulté le 17 juin 2014
  6. Sandre, Fiche cours d'eau La Dordogne, fiche du 2 août 2012
  7. Jean Rieucau et Gérard Cholvy, Le Languedoc, le Roussillon et la mer: des origines à la fin du XXe siècle - Actes du colloque, Sète, 8, 9, 10 juin 1990, Volume 2, Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, L'Harmattan, 1992, p. 110
  8. TransGironde (Conseil général de Gironde), Aux alentours - Izon, consulté le 16 juillet 2014
  9. SNCF - TER Aquitaine, Halte ferroviaire St-Sulpice-Izon, consulté le 20 août 2014
  10. a, b, c et d Insee, Statistiques locales du territoire d'Izon (33207), consultées le 14 juin 2014
  11. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages de la Gironde, Éditions Jean-Marie Bordessoules, 2001, p. 141 (ISBN 2-913471-40-4)
  12. a et b EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Fiche de Izon, consultée le 14 juin 2014 - Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  13. Mairie d'Izon, Com & culture, consulté le 17 juin 2014
  14. a, b, c, d et e Visites en Aquitaine (Conseil régional d'Aquitaine), Izon, consulté le 20 août 2014
  15. Jean Claude Huguet, Templiers et Hospitaliers dans l'Entre-deux-Mers, leurs rôle dans l'occupation du sol (XII˚ - XVI˚), Université de Bordeaux III, 1980, p. 69
  16. Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales.
  17. a, b, c, d et e Christophe-Luc Robin, Les hommes politiques du Libournais de Decazes à Luquot - Parlementaires, conseillers généraux et d'arrondissement, maires de l'arrondissement de Libourne de 1800 à 1940, Éditions L'Harmattan, 2007, p. 466
  18. Journal Sud Ouest, Annonce de la décision de démission de Thierry Masson, article du 4 janvier 2011.
  19. Journal Sud Ouest, Annonce de l'élection d'Anne-Marie Roux, article du 7 janvier 2011.
  20. Journal Sud Ouest, Un premier Conseil agité, article du 11 avril 2014
  21. Mairie d'Izon, Le Conseil municipal à l'issue de la séance d'élection du Maire et des Adjoints le 30 mars 2014, consulté le 18 juin 2014
  22. Insee, Composition de l'EPCI du Sud Libournais (243301322), consulté le 18 juin 2014
  23. Conseil général de la Gironde, Carte de la Gironde (cantons et communes), document du 24 octobre 2012
  24. Légifrance, Décret no 2014-192 du 20 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de la Gironde.
  25. Ministère de la Justice et des Libertés, Liste des juridictions compétentes pour 33450 Izon, consulté le 18 juin 2014
  26. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 18 juin 2014).
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  29. Académie de Bordeaux, Établissements scolaires dans l'académie, consultée le 2 juillet 2014
  30. Mairie d'Izon, Ecole/enfance, consulté le 2 juillet 2014
  31. Sud Ouest, Izon : Les parents sur le qui-vive pour l’avenir de la crèche, article du 13 mars 2014
  32. Mairie d'Izon, Petite enfance, consulté le 2 juillet 2014
  33. Mairie d'Izon, Ecole multisports, Garderie scolaire et ALSH, consulté le 2 juillet 2014
  34. Caisse nationale de l'Assurance Maladie des travailleurs salariés, Rechercher un professionnel de santé (AMELI), consulté le 3 juillet 2014
  35. Fédération Hospitalière de France, Département de la Gironde, consulté le 3 juillet 2014
  36. Sud Ouest, Deux présidents chez les sang et or, article du 10 juin 2014
  37. Sud Ouest, 116 doublettes étaient de la fête, article du 26 juillet 2014
  38. Mairie d'Izon, Associations, consulté le 3 juillet 2014
  39. Sud Ouest, Les élus ont régaté... depuis la terre, article du 23 juillet 2014
  40. Mairie d'Izon, Fête locale, consulté le 3 juillet 2014
  41. L'Usine Nouvelle, Ipaq investit en Gironde dans le recyclage du verre, article du 18 décembre 2013
  42. Sud Ouest, Club des entreprises d'Izon : « Nous représentons environ 500 emplois », article du 19 avril 2014
  43. INAO, Fiche de Izon (33), consultée le 20 juin 2014 - L'appellation d'origine contrôlée (AOC) est un label officiel français qui garantit l'origine de produits alimentaires traditionnels français. Il est reconnu comme faisant partie des Appellations d'origine protégée européennes (AOP). L'indication géographique protégée (IGP) est un label européen de qualité.
  44. « Eglise Saint-Martin », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 16 juin 2014.
  45. « Château d'Anglade », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 16 juin 2014.
  46. Bibliothèque nationale de France, Notice d'autorité personne - Crayssac René, fiche du 4 décembre 2009
  47. a et b Mairie d'Izon, Les Izonnais célèbres, consulté le 20 août 2014
  48. Bibliothèque nationale de France, Notice d'autorité personne - Drouyn Léo, fiche du 10 novembre 2010
  49. Véronique Larcad, Un gentilhomme-campagnard entre l'histoire et le crépuscule - Journal de Philippe Tamizey de Larroque (1889-1898), Presses universitaires de Bordeaux, 2008, p. 333 et 334