Mobilisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Avis de mobilisation générale dans la Klagenfurter Zeitung en 1914

La mobilisation est l'acte d'assembler des troupes et du matériel afin de préparer une guerre.

Dans le domaine militaire, le mot « mobilisation » a été utilisé pour la première fois pour décrire la préparation de l'armée de Prusse pendant les années 1850 et 1860. La mobilisation devint un objet majeur d'organisation des armées avec le recours à la conscription, et encore plus avec l'introduction des chemins de fer au XIXe siècle.

Les théories et les techniques de mobilisation ont depuis régulièrement évolué. Avant la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale, plusieurs pays ont planifié de façon détaillée une mobilisation rapide et efficace dans l'éventualité d'une guerre.

Généralités[modifier | modifier le code]

Attestation d'un maire en mai 1815 de la condition de soutien de famille d'un habitant de 38 ans.

En cas d'armée populaire, la mobilisation s'effectue par classe d'âge des hommes ayant été reconnus aptes. En fonction des besoins, plusieurs classes peuvent être mobilisés simultanément ou successivement. Des lois peuvent être édictées pour régler ces questions, par exemple pour déterminer les conditions de sursis d'incorportation, notamment comme soutien de famille.

Les mobilisations au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Certificat de levée donné à Dinan pour le port de Brest en l'an XII.
Passeport d'un aide-canonnier du quartier de Saint-Malo pour son embarquement ou service dans le port de Brest en mai 1815.

Sous le Premier Empire, les marins peuvent être prévenus par la municipalité qu'ils doivent prendre du service : un « certificat de levée » ou « ordre de levée » leur permet de justifier leur état et de circuler entre les ports sans être inquiétés par la gendarmerie.

La mobilisation en 1914[modifier | modifier le code]

En 1914, le Royaume-Uni était la seule puissance européenne à ne pas adopter une politique militaire de conscription. Les autres grandes puissances (l'Autriche-Hongrie, France, Allemagne et Russie) avaient rendu le service militaire obligatoire afin d'enrôler dans leurs armées respectives des millions d'hommes qu'ils croyaient nécessaires pour pouvoir gagner ce conflit majeur qu'est la Première Guerre mondiale. La France a adopté la « loi de trois ans » en 1913 afin d'étendre le service militaire des soldats enrôlés de force afin de correspondre à la taille de l'armée allemande, la population française étant de 40 millions d'habitants alors que la population allemande était quant à elle de 60 millions de personnes à cette époque.

Les Britanniques et les Allemands ont également débuté une course à l'armement visant à construire une forte marine de guerre. Le , la mobilisation générale en France commence. Deux jours plus tard, le 4 août, l'Allemagne déclare la guerre à la France et à la Belgique.

La mobilisation en 1939[modifier | modifier le code]

La Pologne a en partie mobilisé ses troupes le , avant de les mobiliser entièrement le 30 août, suite aux tensions accrues avec l'Allemagne depuis mars 1939. Le 1er septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne, ce qui a incité la France et le Royaume-Uni à déclarer la guerre à l'Allemagne. Cependant, ils ont été lents à se mobiliser, et au moment où la Pologne a été envahie par les puissances de l'Axe, seules des opérations mineures ont été réalisées par les Français sur la Sarre, c'est ce que l'on appelle la « drôle de guerre ». Le Canada se mobilise simultanément peu de jours après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Froment, La mobilisation et la préparation à la guerre, La Librairie illustrée, Paris, 1887, 355 p.
  • Pierre Renouvin, La mobilisation russe en 1914, d'après les débats du procès Soukhomlinoff, Ancienne librairie Schleicher, A. Costes, Paris, 1924 (extrait de Revue d'histoire de la Guerre mondiale, 2e année, avril 1924, no 2, p. 49-69)

Articles connexes[modifier | modifier le code]