Pazy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pazy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Canton Corbigny
Intercommunalité Communauté de communes du Pays corbigeois
Maire
Mandat
Étienne Sansoit
2014-2020
Code postal 58800
Code commune 58208
Démographie
Population
municipale
325 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 48″ N 3° 38′ 18″ E / 47.23006, 3.63836347° 13′ 48″ Nord 3° 38′ 18″ Est / 47.23006, 3.638363  
Altitude Min. 195 m – Max. 296 m
Superficie 21,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pazy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pazy

Pazy est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne à 250 km au sud de Paris.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Héry Chaumot Rose des vents
Guipy N Corbigny
Sardy-lès-Épiry
O    Pazy    E
S
Vitry-Laché La Collancelle

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Pazy est cité en l'an 721 dans le cartulaire général de l'Yonne et aussi dans le testament, datant de 745, fait par Wildrade, fils de Corbon, fondateur de Corbigny, par lequel il cédait ses biens à l'Abbaye de Flavigny. Dans le texte en latin Pazy est écrit Pagatiacum. La ville s'appelle ensuite Paiziacum en 1231, Payziacum en 1287, Paziacum en 1478 pour finalement devenir Pazi en 1619. L'origine de son nom est la combinaison entre le patronyme d'un homme latin Pacatius et du suffixe -acum (propriété de).

Dans le bourg de Pazy il existe un lieu-dit « La Boite-aux-Loup » comprenant un pâté de maisons dont le nom pourrait signifier l'endroit où buvait le loup ou les loups.

Les hameaux d'Ancray (Ancroy, Encroy ou En-croy)en 1505 et d'Ardant en 1473 dépendaient de la châtellenie de Monceaux-le-Comte. Mouches (Mouchez en 1334) dépendait de la même châtellenie mais était vassale de La Tournelle (Arleuf). A Sainte-Camille existait un prieuré très ancien. Varennes (Varannes en 1462) et Prélichy étaient vassaux du comté de Chateau-Chinon. Saint-Grémange (Sanctus-Gremangius en 1231) est également rattaché à la châtellenie de Monceaux-le-Comte mais est un arrière-fief de Corvol-d'Embernard (1466). L'Huis-au-Roy, hameau partagé par un ruisseau entre les communes de Pazy et Chaumot a pour origine 2 traditions populaires. Il s'agit soit d'une halte faite par le roi Philippe-Auguste en 1190 alors qu'il se rendait à la fontaine Sainte-Agathe à Corbigny soit d'un séjour du roi Louis XI lors de ses démélés avec le duc de Bourgogne Charles-le-Téméraire. L'huis en langue morvandelle signifie la maison.

Avant la Révolution, il y avait 2 autres hameaux aujourd'hui disparus : Le Moulin-du-Bois situé entre Varennes et Sainte-Camille comprenant un moulin sur le ruisseau de Varennes, un charron et plusieurs familles de laboureurs ; Tournesac situé entre les Plantes, Ardant et Chaumot comprenant aussi un moulin sur le ruisseau d'Ardan. Les dernières ruines ont disparu vers 1940.

Plusieurs métiers étaient autrefois représentés à Pazy : meuniers, charrons, tisserands, sabotiers, couvreurs, maréchaux-ferrands, sages-femmes, huiliers, cabaretiers, marchands d'habits, vanniers, gardes-forestiers et couvreurs en paille.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Étienne Sansoit   Retraité
  2001 Xavier Tardivon   Agriculteur
  ' Monsieur Ruel   Retraité



Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 325 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
541 513 561 602 619 702 679 741 675
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
692 739 764 799 799 749 734 709 700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
746 711 683 506 498 461 468 436 432
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
395 375 338 345 327 324 322 320 329
2011 - - - - - - - -
325 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Pazy, beau portail roman classé XIIe siècle. Château de La Chaise, situé au bord de l'Yonne, érigé au XVe siècle est composé d'un corps de logis rectangulaire à 2 niveaux. Depuis le XVIe siècle plusieurs remaniements ont ajouté deux tours dont 1'une abrite une chapelle voûtée et un pavillon néo-renaissance accolé à l'ensemble. Il appartint pendant plusieurs siècles à la famille de Pagany.

Le canal du Nivernais est présent sur la commune, il se situe entre les hameaux de La Chaise et l'Huis-au-roi. Le chemin de hallage est devenu un sentier de randonnée à vélo et de course à pied. La balade est agrémentée par le passage de nombreuses péniches cheminant d'écluses en écluses.

Des noms de rues et de lieux ont traversés la tradition orale pour être transmis jusqu'à aujourd'hui. La rue Friquet : sentier reliant la mairie de Pazy au hameau de Prélichy. La rue Merlin : route reliant le hameau de Mouches à celui de Prélichy. La Cour Amiot : groupe de maisons se situant dans la rue à droite de la mairie. Le Calvaire : ancienne ferme et dernière maison du bourg de Pazy à gauche en allant sur Prélichy. La côte des Huguots : grand virage en montée entre Pazy et Chaumot. Le quartier des Fontaines ou des Chaumes, se situant vers l'ancien lavoir à proximité de l'école primaire de Pazy. La rue Borne : petite rue en montée partant du carrefour des fontaines (au niveau des contenairs de déchets) et se dirigeant vers la route de Mouches. Les Ormigiens : ferme près du château de Prélichy.

Florilège de quelques noms de prés encore vivant dans la mémoire populaire : le Canapé (jardin près des bois) sur la route reliant Pazy à Varennes, les Aubus, le Bouchon Blanc, le Zède, Les Champs Merciers, Le Barraban (les vignes où il reste en 2014 deux vignerons amateurs sur la route du cimetière allant au Bouquin qui est d'ailleurs l'ancienne route pour aller à Corbigny).

Personnalités liées à la Commune

Personnalités liés à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :